La Plaine Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Plaine Saint-Denis
La Plaine Saint-Denis
Au premier plan les EMGP, au second plan la place du Front Populaire et le futur campus Condorcet, à l'arrière plan le Stade de France et la ville de Saint-Denis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Ville Saint-Denis
Aubervilliers
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 23″ nord, 2° 21′ 54″ est
Superficie 450 ha = 4,5 km2
Transport
Gare (RER)(B) La Plaine - Stade de France
(RER)(D) Stade de France - Saint-Denis
Métro (M)(12) Front Populaire
(M)(13) Porte de Paris
Tramway (T)(8) Porte de Paris
Bus (BUS) RATP 139 153 173 239 302 353 512
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis

Voir sur la carte administrative de la Seine-Saint-Denis
City locator 14.svg
La Plaine Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir sur la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
La Plaine Saint-Denis
Carte de la Plaine Saint-Denis, datée de 1936.

La Plaine Saint-Denis est un quartier de la Seine-Saint-Denis partagé entre trois communes : Saint-Denis, Aubervilliers, et Saint-Ouen.

Cet ensemble géographique recouvre deux entités qu'il convient de distinguer :

  • Historiquement, sa définition s'appuie sur la géographie physique, la Plaine Saint-Denis constituant la partie sud du Pays de France, région naturelle essentiellement constituée d'une plaine limoneuse.
  • De nos jours, sa définition actuelle en fait un ensemble géographiquement plus restreint mais ayant pour trait commun la forte présence industrielle du début du XXe siècle. Celle-ci s'étant réduite par la suite, les élus locaux ont engagé dans les années 1980 un plan pour redynamiser le quartier, ce qui y a amené le stade de France ainsi que des studios de télévision (à partir du succès du Club Dorothée), puis des entreprises quittant Paris, faisant de La Plaine le deuxième pôle tertiaire de la région après La Défense.

Localisation[modifier | modifier le code]

La Plaine-Saint-Denis s'étend au nord de Paris, dans la partie la plus méridionale du Pays de France, entre l'ancienne vallée du Croult et les hauteurs de Montmartre et de Belleville[1].

Au sens administratif contemporain, on admet que la Plaine s'étend des limites de Paris à l'espace situé au sud du canal Saint-Denis : de nos jours, cette entité correspond davantage à un "supra quartier" de Saint-Denis, dont les limites ne sont pas figées, néanmoins l'acceptation générale est que cet ensemble s'étend :

Communes limitrophes de La Plaine Saint-Denis
Saint-Denis
Saint-Ouen La Plaine Saint-Denis Aubervilliers
Paris 18e

De part cette emprise vaste, de l'ordre de 4,5 km² (aussi étendue que la commune voisine de Saint-Ouen), La Plaine est ensemble plus complexe qu'un simple quartier de Saint-Denis puisqu'elle représente près d'un tiers de la superficie de cette commune, qu'elle inclut une partie d'Aubervilliers (selon ses limites couramment admises), que cet ensemble est lui-même divisé en plusieurs quartiers, et que son histoire l'a conduit à être un espace considéré comme n'étant ni à Saint-Denis, ni à Paris (bien que la capitale y eut des emprises foncières importantes) mais constituant une entité propre : en 1871, les habitants de la Plaine Saint-Denis demandèrent la création d’une nouvelle commune se considérant trop éloignés du centre de Saint-Denis[2]. De nos jours, cette différence est encore marquée, ce quartier ayant son propre code postal (93210 La Plaine Saint-Denis) ou bien par le zonage du réseau de transport francilien, les stations de La Plaine étant considérées en zone 2, au contraire du reste de Saint-Denis en zone 3.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'industrialisation[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la Plaine Saint-Denis est un espace agricole - parfois dénommé « Champ du Lendit » - parsemé de forêts et d'espaces cultivés bordés de marécages. Cette plaine a une vocation maraîchère, destinée à l'alimentation des villes voisines, et tout particulièrement de Paris. Jusqu'en 1876, la « Plaine des Vertus » à Aubervilliers était la plus vaste plaine légumière de France. On y trouve quelques petits hameaux situés près des sources et des oratoires ; certains portent les noms bien connus de Montjoie, de La Chapelle, Clignancourt ou Aubervilliers.

Le 10 novembre 1567, eut lieu la bataille de la Chapelle-Saint-Denis, entre Catholiques et Protestants[3]. Cette bataille dans le cadre d'une guerre de religion fut causée par la tentative d'enlèvement du Roi Charles IX.

La plus grande zone d'activité d'Europe[modifier | modifier le code]

À partir de 1820, cet espace commence à s'urbaniser d'industries, souvent nuisibles, qui ne trouvent plus leur place à Paris. « Conçu comme une annexe de la capitale, il se couvre d'usines en quelques dizaines d'années au point de devenir, un siècle plus tard, le premier ensemble industriel du pays, tout en conservant, ici ou là, la trace du parcellaire rural[4] ». L'accessibilité de cet espace est favorisé par la mise en service du canal Saint-Denis en 1821 et du chemin de fer industriel en 1884. En 1860, l'ancienne commune de La Chapelle est grande partie annexée par Paris et le surplus répartis entre Saint-Denis et Aubervilliers. Au début du XIXe siècle, il est pratiquement inhabité, si ce n'est les villages qui viennent d'être mentionnés et Saint-Denis.

La société des pianos Pleyel s'implante rapidement à l'emplacement qui prendra le nom de carrefour Pleyel, et l'orfèvrerie Christofle s'établit aux abords du canal en 1830. À compter des années 1850, la Plaine devient une importante zone dédiée à la grande industrie, notamment dans les secteurs de la chimie, de la métallurgie et de l'énergie[4]. Aujourd'hui réhabilitée en lieu d'accueil événementiel au 379 avenue du Président-Wilson, l'Usine, la Plaine abrite la Pharmacie centrale de France dont les locaux sont construits pour la Maison de droguerie Menier par l'architecte Jules Saulnier entre 1862 et 1864. Menier s'associe avec François Dorvault, qui se concentre sur les activités pharmaceutiques à Saint-Denis, alors que Menier se consacre à sa chocolaterie de Noisiel[5]. À la fois droguerie et laboratoire de fabrication de médicaments composés que les pharmaciens ne peuvent préparer eux-mêmes, la PCF édite un catalogue avec large choix d'équipements[6].

L'usine à gaz du Landy s'installe en 1890 et celle du Cornillon en 1914. des centaines d'entreprises ouvrent leurs ateliers dans la Plaine entre 1875 et 1914. La Plaine, qui rassemble plus de 10 000 habitants sur la partie dionysienne, représente à cette époque la deuxième zone industrielle d'Europe après celle de la Ruhr en Allemagne. La population croit jusqu'aux alentours de 1950, où elle atteint 30 000 habitants, alors même que les premiers ateliers commencent à fermer leurs portes[4].

La partie ouest de la Plaine subit d'importantes destructions à la fin de la Seconde Guerre mondiale, notamment lors du Bombardement du 21 avril 1944 durant lequel 2 000 bombes furent larguées sur le nord de Paris et la Plaine, faisant 641 morts, dont une centaine sur un terrain vague impasse Marteau, plus 377 blessés[7]. La gare de La Chapelle-Saint-Denis et le cimetière parisien de Saint-Ouen sont lourdement atteints, et le dépôt de La Plaine est pratiquement détruit.

De nombreux immeubles avenue du Président-Wilson, rue du Landy et rue du Bailly sont détruits[8].

Après la Seconde Guerre mondiale, la plaine devient la plus vaste friche industrielle d’Europe. Ce territoire de 780 hectares fut urbanisé au XIXe siècle à la suite des implantations d'usines et d'industries (chimiques, textiles, métallurgiques, électrique) qui s'y sont installés pour des raisons de connexion utiles à l'import export de marchandises acheminé par les réseaux ferrés (Chemin de fer industriel) les canaux, la seine et enfin, les axes routiers (l'A86 par exemple)[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le renouveau[modifier | modifier le code]

La rue des Fillettes , pas encore restructurée en 2014, est représentative de la Plaine désertée par les entreprises...

Afin de remédier à la désindustrialisation de La Plaine Saint-Denis, et d'organiser sa reconquête, les villes de Saint-Denis, Saint-Ouen, et d'Aubervilliers décident de créer le 9 octobre 1985 un syndicat intercommunal, Plaine Renaissance. Celui-ci confie au GIE Hippodamos, constitué par les architectes Yves Lion, Pierre Riboulet et Reichen et Robert, ainsi que du paysagiste Michel Corajoud, la réalisation d'un projet urbain, devant permettre de transformer cette zone industrielle en déshérence, en une véritable ville très active. Le syndicat Plaine Renaissance s'occupe de La Plaine Saint-Denis.

En 1991, les villes d’Aubervilliers et Saint-Denis créent la société Plaine Développement pour assurer le pilotage des études du projet urbain de la Plaine Saint-Denis, puis la mise en œuvre d’actions foncières et d’opérations d’aménagement. Près de 10 ans après, elle devient la société d’économie mixte (Sem) Plaine Commune Développement

Ce projet, qui encadre toujours la transformation de La Plaine Saint-Denis, a naturellement évolué afin d'intégrer des éléments extérieurs, tels que la décision de l'État d'y créer le Stade de France, ou encore, à la suite de la privatisation de TF1 en 1987 et de l'arrivée du Club Dorothée, d'y créer plusieurs studios de télévision.

Le Mondial de football de 1998[modifier | modifier le code]

Le Logo du Stade de France, depuis le 28 juillet 2008, mis en service pour les 10 ans du stade.
Article détaillé : Stade de France.

À la suite de la décision de la Fédération internationale de football association (FIFA) de confier à la France l'organisation la Coupe du monde de football de 1998, l'État décida la création d'un grand stade inédit à La Plaine Saint-Denis.

Le chantier de ce qui allait devenir le Stade de France commença le . L'équipement complet fut inauguré le mercredi , retransmis en direct sur TF1, et présentée par Jean-Claude Narcy et Charles Villeneuve.

La ville de Saint-Denis, et le département de la Seine-Saint-Denis (93), obtiennent à cette occasion, la couverture de l'autoroute du nord - l'A1, qui coupait en deux, La Plaine Saint-Denis depuis 1965, ainsi que la création de deux vastes gares :

Puis fin 2012 ouvre la station de métro Front Populaire, nouveau terminus de la ligne 12.

Ces divers investissements coûteux, ainsi que le dynamisme de l'ensemble des partenaires concernés, et, au premier chef, des Villes et de Plaine Commune, ont permis le changement d'image, et la réurbanisation progressive de La Plaine Saint-Denis.

Fin 2013, un marché alimentaire ouvre dans l'ancienne halle Nozal, avenue de la métallurgie[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Transports[modifier | modifier le code]

Située aux portes nord de Paris, la Plaine Saint-Denis a bénéficié dès le début du XIXe siècle d'une excellente desserte avec :

  • la route royale vers Saint-Denis et le nord (la RN 1), créée sous Louis XV et qui remplaçait un chemin tortueux, l'Estrée ;
  • le canal Saint-Denis, ouvert en 1821 ;
  • les lignes de chemin de fer de la compagnie du Nord en 1846, avec la création de la gare aux marchandises de La Plaine en 1876 relayées rapidement par le Chemin de fer industriel (CFI) qui amenait de 1884 au 31 décembre 1993 les trains des grands réseaux dans les usines les plus importantes. Le CFI, créé par Félix Civet, exploitant des carrières de Saint-Maximin pour réduire le coût d'acheminement de ses matériaux vers les chantiers parisiens, desservit jusqu'à 60 entreprises dans les années 1970, période où son déclin s'affirmait. Il transporta 50 000 tonnes en 1885 (première année d'exploitation), 100 000 t en 1887, 200 000 t en 1890, 300 000 t en 1898, 400 000 t en 1906, 500 000 t en 1913. Le trafic retomba entre 300 000 et 400 000 tonnes, après la Seconde Guerre mondiale, les pics se situant en 1972 (409 492 t, 1973 (348 168 t) et 1974 (402 538 t)[11],[12].
Les emprises ferroviaires furent accrues par la création du dépôt de La Plaine, au début du XXe siècle, désaffecté dans les années 1990 ;
  • la Plaine dispose également d'une gare : (RER)(B) Gare de La Plaine - Stade de France, inaugurée le 25 janvier 1998 ainsi que d'une station de métro desservie par le (M)(12) à la station Front Populaire. Cependant, de nouvelles lignes ont été mises en service afin de contribuer au désenclavement de la Plaine Saint Denis tel que le (RER)(B) et le (RER)(D). La gare de La Plaine - Stade de France remplace la gare de La Plaine-Voyageurs, ouverte dans les années 1860 et reconstruite en 1913. Elle était autrefois également desservie par la gare de La Plaine-Tramways.
  • en 1965, l'autoroute du Nord fut réalisée en tranchée à La Plaine, séparant l'est et l'ouest du quartier par une coupure infranchissable, jusqu'à la couverture de l'autoroute réalisée dans le cadre des aménagements liés au Mondial de foot 1998.
L'autoroute A1 sépare donc définitivement, l'est et l'ouest de la Plaine Saint-Denis, par des voies routières, et longe le stade de France.
Par contre, une seule voie de communication, la rue du Landy, traverse la Plaine d'est en ouest ; elle date du Moyen Âge, à l'endroit où se tenait la Foire du Lendit. L'autoroute A86, réalisée en 1990, surplombe également la Plaine Saint-Denis, mais plus au nord que la rue du Landy, et passe à 200 mètres environ au sud du Stade de France.

L'importance de ces infrastructures de transport qui cisaillent le territoire de La Plaine lui donne un caractère très particulier, avec ses quartiers isolés ou mal reliés les uns aux autres.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Présent[modifier | modifier le code]

Futur[modifier | modifier le code]

  • Dans le cadre du prolongement du tramway (T)(8) à Rosa Parks, celui traversera toute la Plaine Saint-Denis et sera en correspondance avec le RER B à la gare de La Plaine et avec le métro 12 à la station Front Populaire. Reliant depuis 2014, d'une part Épinay et d'autre part Villetaneuse à Saint-Denis (Porte de Paris), le prolongement de ce tramway permettra de mieux relier La Plaine, à la fois au centre-ville de Saint-Denis et au nord de Paris.
  • Dans le cadre du Grand Paris Express, la ligne (M)(15) permettra de relier La Plaine à de nombreuses communes de la petite couronne parisienne, sans passer par Paris. Elle desservira deux stations dans le quartier :
  • Toujours dans le cadre du Grand Paris Express, la ligne (M)(14) sera prolongée, également à Saint-Denis Pleyel, permettant une desserte de l'ouest du quartier et la correspondance avec le RER D.

Urbanisation[modifier | modifier le code]

La loi du 16 juin 1859 décide l'annexion par Paris de la partie de l'ancienne commune de La Chapelle située à l'intérieur des fortifications de la capitale.

La partie non annexée forme l'essentiel de la Plaine Saint-Denis. La loi de 1859 l'a répartie de la manière suivante : « partie à la commune de Saint-Ouen, partie à la commune de Saint-Denis, et partie à la commune d'Aubervilliers » ; La Plaine Saint-Denis est donc divisé, sur ses trois communes. En 1896 y est construite l'un des premiers ensembles de logement social en France, La Ruche[13].

Ce quartier regroupe le pôle audiovisuel de TF1 notamment, et le stade de France y est implanté. Enfin, le quartier de la Plaine Saint-Denis est très médiatisé par l'émission pour la jeunesse Club Dorothée diffusée sur la chaîne TF1 de septembre 1987 à août 1997.

L'accessibilité de la Plaine Saint-Denis, en venant de Paris, s'effectue par la porte de la Chapelle, dans le nord de Paris. La route principale d'accès est l'avenue du Président-Wilson, elle traverse la Plaine Saint-Denis, de la porte de la Chapelle au stade de France et à la Porte de Paris.

Quartiers de la Plaine Saint-Denis[modifier | modifier le code]

La Place du Front-Populaire et son square constituent une nouvelle centralité à la limite de Saint-Denis et d'Aubervilliers, qui sera renforcée avec la réalisation du Campus Condorcet qui en constituera la façade nord

Quartier Stade de France[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la partie septentrionale de La Plaine. Il est délimité au sud par l'autoroute A86, à l'ouest par l'autoroute A1 et au nord et à l'est par une boucle du canal Saint-Denis, ce qui lui confère un caractère qualifié parfois d'insulaire, renforcé par la présence du Stade de France et des immeubles voisins, érigés à plusieurs mètres au dessus du sol naturel, sur une vaste dalle. On y trouve également le stade annexe, plusieurs immeubles de bureaux avenue Jules Rimet, des restaurants, des hôtels et quelques grandes enseignes commerciales. Il y a également quelques immeubles d'habitations à proximité du canal.

Deux passerelles piétonnes le relie aux quartiers voisins, respectivement Porte de Paris et Franc Moisins. Quant à ce dernier, un pont tournant sur le canal permet permet également aux véhicules d'y transiter.

Quartier La Plaine - Saulnier[modifier | modifier le code]

La Plaine Saulnier est le quartier nord-est de La Plaine Saint-Denis. Face au Stade de France dont il est séparé par l'avenue du Président-Wilson, la Plaine Saulnier s'articule de part et d'autres de la rue Jules Saulnier (RN 412, jusqu'à son déclassement en 2006). Jusque dans les années 70, cette parcelle était un site de production de gaz. En 2018, le foncier est principalement occupé par le centre de recherche d'Engie. Néanmoins, cette zone est amenée à considérablement évoluer dans le cadre des JO 2024, en effet le quartier est dans un périmètre de zone d'aménagement concerté : la ZAC Plaine-Saulnier. Outre logements et bureaux, ce quartier doit notamment voir émerger le centre aquatique olympique (CAO). Afin de désenclaver ce quartier, une large passerelle piétonne enjambera l'autoroute A1 pour connecter la future piscine olympique au stade qui lui fera face[14].

Quartier Landy-France[modifier | modifier le code]

Entièrement réhabilité dans le cadre du réaménagement de la Plaine Saint-Denis, ce quartier s'est construit autour de la gare du Stade de France (RER D) : rue du Landy, rue André Campra, avenue François-Mitterrand, rue des Cheminots, avenue des Fruitiers etc.

Il est délimité à l'ouest par l'autoroute A1, au nord par l'autoroute A86, à l'ouest et au sud par les voies ferrées (lignes de Paris-Nord à Lille et de La Plaine à Hirson)

On y trouve de grands immeubles de bureaux qui donnent sur les artères principales et des logements en cœur d'ilot. Deux espaces verts ponctuent le quartier : le parc du temps des Cerises, et le square des Acrobates.

On y trouve également l'Académie Fratellini.

Quartier Cornillon[modifier | modifier le code]

Rue des Bretons, rue du Landy, Gare de La Plaine - Stade de France, chemin du Cornillon qui croise le chemin du Hameau du Cornillon, Haute Autorité de la Santé (HAS), avenue du Stade-de-France (situé au nord-est, avant le stade de France).

Au XIVe siècle, l'endroit aurait été planté d'arbres fruitiers, puis de vignes au XVIIIe siècle[15].

Ce quartier abritait un bidonville dans les années 1920, provenant de l'émigration espagnole, puis des travailleurs ou exilés politiques, et des familles dans les années 1930. A cette époque s'y élevait l'usine de gazéification du Cornillon[16]. En 1956, sa population s'élevait à 600 personnes[17].

Quartier de la Montjoie[modifier | modifier le code]

La dénomination de ce lieu-dit proviendrait du nom d'un ancien tumulus sacré, situé à cet endroit[18],[19]. C'est aussi le nom des Montjoies qui marquaient l'Estrée, ancienne route de Paris à Saint-Denis. Il comprend: la Plaine Montjoie, rue de la Procession, rue des Fillettes, Halle Montjoie, rue de l'Encyclopédie, studios de la Montjoie (anciennement Studios AB), Institut national du Patrimoine (INP), rue de la Montjoie, rue Germaine-Tillion, rue de Saint-Gobain, avenue Arts-et-Métiers (La Montjoie - Est)

Quartier de la Plaine[modifier | modifier le code]

Le quartier Front Populaire

Aussi appelé Front Populaire, du nom de la station de métro qui le dessert au sud, il s'agit de la partie centrale de La Plaine, qui est sans doute la plus résidentielle.

Rue de la Métallurgie, impasse Chaudron, rue Proudhon, rue Jamin, rue Saint-Just, rue Eiffel, rue Waldeck-Rochet, studio Eurosites la Plaine Saint-Denis (ancien studio vitres teintées noires AB), rue de l'Encyclopédie, rue Olympe-de-Gouges, rue du Pilier (La Plaine Saint-Denis - Est)

En 2018, y subsistent encore quelques hangars et entrepôts qui témoignent du passé industriel du lieu, néanmoins les immeubles qu'on y trouve sont en grande majorité contemporains.

Quartier Parc EMGP[modifier | modifier le code]

Partie sud de La Plaine, en limite de Paris, Saint-Denis et Aubervilliers. Ce quartier est concerné par une opération d'urbanisme importante appelée "gare des Mines - Fillettes", visant à constituer un nouveau quartier intercommunal sur ces trois villes, et notamment de créer une couture urbaine en couvrant le périphérique sur plus de 200 mètres.

Les Docks de Paris, les Portes de Paris, les studios de télévision du Parc EMGP / ICADE (Entreprises des Magasins généraux de Paris), avenue des Magasins-Généraux, rue des Gardinoux, rue de la Haie-Coq, avenue Victor-Hugo, rue des Cops, EICAR, Studios 107, Studios 210, Studio 102, Studios de France (regroupant les Studios 104, Studio 128, Studios 130, Studio 217 et Studio 224) Téléshopping, TSF,, Euromédia, Air Production, Endémol France, Kookaï.

Coincé entre le périphérique et les EMGP, on y trouve également le cimetière parisien de la Chapelle.

Quartier des passages (quartier de la Petite Espagne)[modifier | modifier le code]

Autour de la rue Cristino Garcia, entre la gare de La Plaine et la rue du Landy.

L’avenir du quartier espagnol, s’est concrétisé à partir de l’histoire dont il fut empreint. En effet, dans les années 1955-1965, le quartier des passages voit l’arrivée de très nombreux Espagnols appartenant à la vague migratoire des Trente Glorieuses. Comme leurs prédécesseurs, ils ont été confrontés à la promiscuité à la suite de l’apparition du bidonville du Cornillon.

Grâce à l’investissement des associations, notamment la Faceef (Fédération d’associations et centres d’émigrés espagnols en France), aux côtés de la communauté espagnole immigrée en France, une sauvegarde du quartier de «  la Petite Espagne », de la Plaine Saint-Denis a pu être envisagée. Cette dernière a pour but de préserver et de valoriser l’apport de ces Espagnols, mais aussi de convertir ce lieu en un espace d’expression culturelle et de lien social[réf. nécessaire][20].

Développement contemporain[modifier | modifier le code]

Rue Cristino Garcia à Saint-Denis : contraste entre logements neufs et habitat ancien, souvent dégradé, desservis par des voies étroites, qui donne un charme particulier à ce quartier en pleine mutation
Le nouveau quartier d'habitation autour du Stade de France
Transformation d'un ancien bâtiment d'activité aveugle en logements en accession à la propriété, avec éclairement par un large puits de lumière créé en cœur du bâtiment, qui ne dispose pas de vues sur l'extérieur

Les élus des villes et de Plaine Commune ont voulu donner au nouveau quartier de La Plaine Saint-Denis une mixité de fonctions qu'elle n'avait pas du temps de l'industrie. Les projets urbains de La Plaine Saint-Denis prévoient donc la réalisation d'un nombre important de logements, ainsi que le développement de la zone tertiaire et le maintien d'activités secondaires.

La Plaine comprend également un certain nombre d'immeubles d'habitations anciens, généralement vétustes et dégradés, qui constituent souvent des logements indignes parfois maîtrisés par des marchands de sommeil contre lesquels luttent les villes et Plaine Commune. D'autres ensembles d'habitation de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle, voire plus récents (la Petite Espagne, marquée par l'autoconstruction d'ouvriers émigrés originaires d'Espagne, avec son centre culturel espagnol El Hogar[21]) méritent intérêt. On peut ainsi noter la présence de La Ruche, premier ensemble français d'habitat social, construit par l'architecte Georges Guyon ou la cité Meissonnier, petit coron datant de 1920, dont la préservation est souhaitée par les habitants, mais dont la réhabilitation est bloquée par les exigences financières de l'État, qui en est le propriétaire[22].

Progressivement, la collectivité ou les propriétaires privés engagent la réhabilitation des immeubles dont la qualité le justifient. De même, certains anciens bâtiments d'activité obsolètes sont réaménagés en logements attractifs.

Si le chantier de La Plaine Saint-Denis ne sera pas achevé avant de nombreuses années, on peut relever de nombreuses réalisations, puisque plusieurs centaines de logements ont été construits depuis le mondial de 1998, et des zones tertiaires créées de toutes pièces, telle l'avenue François Mitterrand ou le secteur situé au sud du Stade de France (rue André Campra, rue des Bretons) .

Le projet urbain prévoit la conservation de l'ancien réseau de petites rues de La Plaine Saint-Denis, notamment dans le quartier de la Petite Espagne[23] ou Cristino Garcia, dont l'habitat insalubre est soit réhabilité, soit remplacé par des constructions modernes, tel le programme HQD (Haute qualité durable) rue Maria Leonor Rubiano, conçues par l'architecte Georges Roux.

Plaine Commune y a réalisé son premier équipement, l'Académie nationale des Arts du cirque - Annie Fratellini[24].

Le pôle santé[modifier | modifier le code]

La Plaine abrite un important pôle de santé publique constitué notamment par de nombreuses agences dépendant du Ministère de la Santé. On note notamment l'agence française de sécurité sanitaire des produits de sante (qui s'appelait auparavant Agence du médicament) au pied de la Tour Pleyel, ainsi que la Haute Autorité de santé, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé, l'Agence de la biomédecine et l'Établissement français du sang

Le pôle image et son[modifier | modifier le code]

La Plaine Saint-Denis comporte de nombreux plateaux de télévision, installés dans les anciens entrepôts industriels créés en 1866 par un entrepreneur parisien, Georges Tom Hainguerlot, dans le cadre de l'urbanisation et l'industrialisation de la capitale, et repris par la suite la compagnie des « Entrepôts et Magasins Généraux de Paris » (EMGP). Pour l'essentiel, ceux-ci sont dédiés au stockage des denrées alimentaires non périssables (céréales, sucres, alcools, huiles), ainsi que le bois et charbon. À la suite de la désindustrialisation de la fin XXe siècle, les entrepôts restent longtemps désaffectés avant d'être reconvertis en studios de télévision[25]. La numérotation sur trois chiffres de ces anciens entrepôts a naturellement été conservée pour désigner ces studios[26].

Les tournages sont réguliers et la zone télévisuelle porte le nom de « Parc E.M.G.P ». On y trouve entre autres les studios 102, 104, 107, 128, 130, 204 (anciens Studios Carrère), 210, 217 et le 224. Les studios sont étalés entre Saint-Denis et Aubervilliers, à l'intérieur du Parc E.M.G.P..

Plusieurs sociétés de productions ou prestataire de services audiovisuels ont leurs bureaux à La Plaine Saint-Denis Endemol, Euromedia, AMP Visual, Studios de France, TSF, JLA Productions, Air Productions, LMA, DMLS TV...

Liste des studios de télévision situés à la Plaine Saint Denis :

  • Studio 103 (servant aujourd'hui à l'usage de bureaux et d'un studio de photographie) : Loft Story (2001-2002)

Banques et assurances[modifier | modifier le code]

Le courtier en assurances Verspieren a installé ses bureaux franciliens en mars 2009 (précédemment à Neuilly-sur-Seine) avenue du Stade de France, dans un bâtiment neuf qui répond aux normes de Haute Qualité Environnementale (HQE).

La compagnie Generali dispose également de bureaux dans le quartier Landy France, avenue François Mitterrand, face à la gare Stade de France - Saint-Denis (RER D).

Nouveaux chantiers[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les projets dont les chantiers ont débuté depuis 2007, on peut citer[27] :

  • la ZAC Canal Porte d'Aubervilliers[28] s'étend sur 6 ha. Ses aménagements ont été conçus par l'architecte Antoine Grumbach.
    Elle comprend :
  • le centre commercial Le Millénaire, réalisé par ICADE associé à la Ségécé et inauguré en avril 2011[29], de 56 000 m2, dont 4 100 m2 pour l'hypermarché alimentaire, et comprend dix-sept moyennes surfaces pour 21 910 m2, 130 boutiques, qui doivent permettre la création de 1 300 emplois.
  • TV-Cité, espace de 4 000 m2 comprenant un musée de la télévision, des salles de projection et de réunion, un studio, une chaine locale de télévision. L'équipement devait développer des partenariats avec l'INA qui y aurait trouvé un espace permettant de rendre accessible son fonds d'images et de sons créé sur plus de soixante années de radio ou de télédiffusion, accompagné d'une école de formation aux métiers de l'audiovisuel. Cet équipement demeure vide depuis l'ouverture du centre commercial.
    Certaines des moyennes surfaces du centre commercial sont liées à TV-Cité, telles qu'un magasin DVD/CD/librairie, loueurs de matériels ou de supports de diffusion.
    • 160 000 m2 de bureaux
    • 380 logements nouveaux (ainsi que la conservation de certains logements existants sur le site) et un hôtel 4 étoiles
    • un pôle d'une dizaine de lieux de restauration
avec une mise en valeur paysagère de la darse des magasins généraux du Canal Saint-Denis, soit 12 000 m2 d'espaces verts, promenades et bassins au bord du canal, auxquels s'ajoutent les installations du pépiniériste Delbard, et notamment son espace d'exposition dénommé l'« Art des jardins et du paysage ». Des aménagements sont prévus ainsi qu’une passerelle pour lier la ZAC Canal Porte d'Aubervilliers avec le Parc du Millénaire, à Paris, qui fait partie de la zone d'aménagement dite « Paris Nord-Est ».

Toutefois, le manque de transports en commun nuit beaucoup à la fréquentation du centre commercial. TV-Cité n'a jamais ouvert, MK2 a renoncé à installer son cinéma multiplexe et la FNAC a décidé fin août 2012 de fermer son magasin[30], 17 mois seulement après son ouverture.

  • La ZAC Landy-France, entre l'autoroute A 86 et la Gare du Stade de France - Saint-Denis du RER D, qui accueille déjà l'Académie Frattellini, Generali, Arcelor ou la direction de l'ingénierie de la SNCF, achève son aménagement avec l'installation du siège social du Groupe SFR, dans un bâtiment de 130 000 m2, conçu par Jean-Paul Viguier, qui accueille 8 500 salariés à partir de 2015, pour un investissement de l'ordre de 500 millions d'euros[31]. Toutefois l'entreprise devenue Altice décide de se relocaliser à Paris dès 2017[32].
  • Un nombre important de logements, en accession ou HLM, afin de satisfaire aux besoins des mal-logés des villes et des nouveaux salariés de La Plaine. C'est ainsi que, sur la seule partie de La Plaine dépendant de Saint-Denis, il est prévu la création plus de 1 500 logements[33].

Cultes[modifier | modifier le code]

Principaux équipements[modifier | modifier le code]

La médiathèque Don-Quichotte, 120 avenue du Président-Wilson, construite en 2007 par Plaine Commune.

La Plaine Saint-Denis dispose de nombreux équipements majeurs, tels que le Stade de France ou le Conservatoire national des arts et métiers et l'annexe du Musée des arts et métiers, la future Maison des Sciences de l'Homme Paris Nord et l'IUT de l'Université Paris XIII, l'école d'ingénieur CESTI Supméca, l'École européenne des métiers de l'Internet ou la Médiathèque Don Quichotte[36], ouverte par Plaine Commune en 2007. Les équipements publics anciens (église de La Plaine, école du Pont de Soissons) se trouve dans le quartier de la Plaine, qui était le seul habité à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle.

Plusieurs espaces verts y ont été aménagés : Square de la Cristallerie, square de la Montjoie, square des Acrobates, square Diderot, jardin des Droits de l'Enfant, square Roser.

En matière culturelle et artistique, il faut noter l'Académie Fratellini, le Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, la salle d’art et d’essai du Studio, à Aubervilliers, ou le multiplexe Gaumont près du Stade de France... L'atelier de moulage et de chalcographie du Musée du Louvre s'est également implanté à La Plaine, mais n'est pas accessible au public[37]

D'autres sont en projets, tels que le stade nautique olympique et le village olympique en cas de succès de la candidature parisienne pour 2024.

Données statistiques[modifier | modifier le code]

Sur la partie de La Plaine Saint-Denis, la communauté d'agglomération Plaine Commune, soit environ 800 hectares, et compte environ 18 000 habitants, s'occupe du quartier « Plaine Saint-Denis ». 27 000 salariés du secteur privé occupent 1,1 million de mètres carrés, principalement situés dans les quartiers Pleyel, LandyFrance, Cornillon, et Stade de France, ou aux Parc E.M.G.P[39].

Personnalités liées à La Plaine Saint-Denis[modifier | modifier le code]

  • Jules Védrines : pionnier de l'aviation et as du pilotage français, né le 21 décembre 1881 au 71 avenue du Président-Wilson à La Plaine Saint-Denis et mort le 21 avril 1919.
  • Robert Dhéry (Robert Fourrey - né le 27 avril 1921 à la Plaine-Saint-Denis, mort le 3 décembre 2004 dans le 19e arrondissement de Paris) : acteur metteur en scène, dramaturge et réalisateur français, homme de théâtre et fondateur de la troupe de comédiens Les Branquignols avec son épouse Colette Brosset dans les années 1945.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Vieillard-Baron, Article mentionné en bibliographie, p. 165.
  2. « La voie royale ! La Plaine lieu de passage pour les pélerins, les rois, les cavaliers, les voitures. », sur http://antin-paris-insecurite-laplaine-st-denis.over-blog.com, (consulté le 8 août 2018)
  3. « Pourtrait véritable de la bataille donnée entre Paris et Saint-Denis, le 10 novembre 1567, réduit d'après l'estampe originale... Lyon / Jean le Maistre, 1570 », Gallica
  4. a b et c Hervé Vieillard-Baron, Article mentionné en bibliographie, p. 166.
  5. Cécile Raynal, « La Gazette : Revue d'histoire de la pharmacie », persee.fr (consulté le 30 août 2016)
  6. « Le Catalogue 1905 de la Pharmacie centrale de France », shp-asso.org (consulté le 30 août 2016)
  7. Photographie de propagande : deux secouristes portant un blessé sur un brancard après le bombardement de Paris par les alliés en avril 1944
  8. 20/21 avril 1944 - Paris/Porte de la Chapelle - Bombardement de la gare de triage - 617 SQ
  9. Thibault Renard, « La Plaine Saint-Denis, un nouveau centre économique majeur pour l’espace francilien ? », Penser l'espace - Are you Space ?, (consulté le 14 avril 2015)
  10. « Un marché tout neuf et écolo à Saint-Denis », leparisien.fr, (consulté le 9 octobre 2017)
  11. Claude Sauvage, « Les chemins de fer industriels en région parisienne », in Chemins de fer régionaux et urbains de la FACS-UNECTO no 265 (1998)
  12. Raymond Le Moing, « La contribution du Chemin de fer industriel au développement de la Plaine Saint-Denis », Mémoire vivante de la Plaine, (consulté le 7 août 2009)
  13. « La Ruche, petite cité de logements à bon marché du 19e siècle - Archives municipales de Saint-Denis », ville-saint-denis.fr
  14. « Aux abords du futur Centre aquatique olympique/ Le quartier Plaine Saulnier est à construire », sur http://www.lejsd.com, (consulté le 17 octobre 2018)
  15. ZAC du Cornillon nord
  16. Usine du Cornillon
  17. Bidonville du Cornillon à Saint-Denis
  18. Saint-Denis, historique
  19. 6e projet LMA. 18 mars 2009. «Montjoie Saint-Denis !»
  20. « La "Petite Espagne" de la Plaine Saint-Denis - Memorias », sur memorias.faceef.fr (consulté le 8 avril 2015)
  21. « Les survivants de la "Petite Espagne" » (consulté le 10 octobre 2008)
  22. Maïram Guissé, « Depuis cinquante ans, une famille se bat pour sauver son coron », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎
  23. Natacha Lillo, La Petite Espagne de la Plaine Saint-Denis, 1900-1980, Autrement, coll. « Français d'ailleurs, peuple d'ici », (ISBN 978-2-746705-08-1, présentation en ligne)
  24. Académie Annie Fratellini : Patrick Bouchain et Rémi Julienne, architectes.
  25. « Les Entrepôts et magasins généraux de Paris », sur plainecommune.fr (consulté le 8 juillet 2016)
  26. « Studios de France », sur AMP Visual TV
  27. Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis, 7 février 2007
  28. La ZAC a été créée par délibération du Conseil communautaire de Plaine Commune du 30 mars 2004, après annulation par le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise d'un précédent projet, plus ambitieux, dénommé ZAC Porte d’Aubervilliers
  29. La taille du centre commercial a été réduite de 52 295 m2 à 42 000 m2 de surface de vente (SV), par rapport à celui envisagé dans le cadre du projet annulé de la ZAC de la Porte d'Aubervilliers. En particulier, l'hypermarché a vu sa surface réduite de 12 000 m2 SV à 4 100 m2 SV
  30. « Le départ de la Fnac inquiète le Millénaire », Le Parisien,
  31. Un siège social de 130.000 m² près du Stade de France pour SFR - Hervé Guénot, Le Moniteur, 18 mars 2011
  32. Marylène Lenfant, « Débrayage à la Plaine / L’inquiétude monte à SFR », lejsd.com, (consulté le 9 octobre 2017)
  33. Journal de Saint-Denis, n° 694, 28 février 2007.
  34. Plan Campus : le « nouveau paysage » universitaire se dessine - Les Échos, 15 juillet 2008
  35. https://www.campus-condorcet.fr/
  36. Terreneuve Architectes, Olivier Fraisse et Nelly Breton. Surface Shon: 1 275 m2 - Coût : 2,03 millions d’euros HT (Source : Repères no 114, revue du CAUE de Seine-Saint-Denis)
  37. « Le Louvre ouvre ses ateliers à Saint-Denis », Le Parisien, édition seine-Saint-Denis,‎ , p. I
  38. Du bois et du beau pour l’école intercommunale - Éric Bureau, Le Parisien, 18 août 2011
  39. Supplément économie du quotidien Le Parisien, 12 mars 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]