Yves Lion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yves Lion est un architecte urbaniste et professeur français né le à Casablanca[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Après avoir travaillé chez Hamoniau, Gagès, Buffi, Yves Lion obtient son diplôme à UP6 en 1972. Il commence parallèlement à pratiquer la photographie d'architecture en Europe. Dès cette époque, il prend part aux débats visant l’émergence d’une « architecture urbaine », circonstancielle, qui participe d'une volonté : un « retour à la ville ». Il crée son agence à Paris en 1974, qui compte aujourd’hui 7 associés et une cinquantaine d’architectes, urbanistes, paysagistes, ainsi qu'un bureau à Séoul en Corée. Il se définit d’ailleurs comme un « archiurbaniste », appliquant systématiquement une réflexion urbaniste avant de mettre en place le projet architectural. Pour lui, l’objet architectural n’a de sens que lorsqu’il est pensé pour s’intégrer dans un espace urbain[2].

Sur le territoire français, il construit de nombreux logements sociaux et privés, notamment à : Villejuif, Marne-la-Vallée, Saint-Denis, Pantin, Vitry-sur-Seine, Boulogne-Billancourt, Montreuil, Aubervilliers, Noisy-le-Grand, Rennes, Marseille, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Grenoble, Blagnac, Champs-sur-Marne… mais aussi à Paris. À ce jour, environ 10 000 logements sont construits ou en cours de réalisation. Dans le cadre de ces aménagements, Yves Lion prend plusieurs fois position contre l’étalement urbain, qui se fait selon lui au détriment de la « densification » des zones urbaines déjà existantes[3].

Yves Lion réalise des études territoriales et des projets d’aménagement d’envergure en France et à l’étranger : La Plaine Saint-Denis, avec le groupe Hippodamos 93 ; le projet de cohésion urbaine des quartiers sud de Grenoble ; le quartier du Neuhof de Strasbourg (prix de l'aménagement urbain 2009) ; la « création » de Masséna-Bruneseau à Paris Rive Gauche ; la cité de la Méditerranée (Euroméditerranée 1) à Marseille ; le développement du « Cœur du Cluster Descartes » sur les communes de Champs-sur-Marne et Noisy-le-Grand (1 500 ha)… Connaisseur des villes arabes[4], il travaille sur des projets en Afrique du Nord, à Fès, Rabat, Casablanca, Tunis ; en Arabie Saoudite, il gagne le concours des lieux saints de la Mecque, pour la construction de plusieurs quartiers sur plus de 4 millions de mètres carrés[5]. Il a participé également à de nombreuses consultations internationales : Anvers, Bâle, Strasbourg/Kehl, Berlin, Beyrouth, Casablanca, Tétouan, Tokyo, Tripoli (Libye), Séoul, Daejeon (Corée du Sud), etc.

Yves Lion, avec le groupe Descartes, participe à la consultation internationale du «Grand Paris»[6]. Le groupe Descartes recommande notamment de répondre à « l'urgence écologique », en construisant par exemple de vastes espaces verts pour permettre au Grand Paris de doubler la surface des forêts, ou en installant des agroparcs pour favoriser l'agriculture urbaine[7].

Il réalise des équipements publics : le Palais de Justice de Lyon ; le musée franco-américain de Blérancourt ; la cité des congrès de Nantes ; la rénovation du musée des beaux-arts de Dijon ; l'ambassade de France à Beyrouth ; le lycée français Charles-de-Gaulle à Damas ; puis dernièrement à Paris, l'institut des cultures d'Islam, la cité de l'économie et de la monnaie ; l'Institut de physique du globe de Paris ; le Pôle des langues et civilisations.

Par ailleurs, de 2007 à 2009, il exerce la fonction de vice-président du groupe Climat et Énergie du Grenelle 1 de l’Environnement. De 2010 à 2011, il est coprésident du groupe de travail sur la mise en œuvre opérationnelle pour un urbanisme de projets. Il a été nommé commissaire du Pavillon français à la Biennale d'architecture de Venise en 2012, sur le thème des grands ensembles.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Yves Lion est enseignant depuis 1976 : à UPA 6, à l’École nationale des ponts et chaussées, à l'École d’architecture de Lyon, puis à celle de Paris-Tolbiac, dont il sera le président du conseil d'administration de 1989 à 1990. De 1994 à 1996, il est professeur invité à l’École polytechnique fédérale de Lausanne ainsi qu’à Montréal, Karlsruhe, Vienne, Ljubljana, Mendrisio ; multipliant également les conférences dans de nombreuses écoles d’architecture (à Londres, Hanovre, Bergame, Los Angeles, Santiago du Chili, etc.).

En 1997, il fonde, avec un groupe d’enseignants, l’École nationale supérieure d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée. Il dirige celle-ci jusqu’en 2001, étant également l’initiateur en 2005 du DSA « architecte urbaniste », qui prépare les futurs maîtres d’œuvre des projets urbains. Il en redevient le directeur en 2006, et fait partie du conseil d'administration de 2013 à 2015.


Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1983 - Équerre d'argent, mention spéciale[8]
  • 2004 - Pyramide d'or et pyramide de vermeil du logement durable avec Apollonia (Asnières-sur-Seine), décernées par la fédération nationale des promoteurs constructeurs[9]
  • 2015 - Mipim Awards : Boulevard euroméditerranéen à Marseille[10]

Décorations[modifier | modifier le code]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Principaux projets urbains et architecturaux en cours[modifier | modifier le code]

  • Centre-ville et plage du Havre
  • Cité de la Méditerranée à Marseille pour Euroméditerranée
  • Quartier du Neuhof à Strasbourg
  • Quartier Masséna Bruneseau à Paris Rive Gauche[15]
  • Quartier Est et projet urbain d’aménagement sur le site PSA Peugeot Citroën à Asnières-sur-Seine avec Nexity
  • Réhabilitation du quartier du Parc aux Lièvres à Evry, avec Nexity
  • Construction de l’Ecole Régionale de Santé de Toulouse. Restructuration de l’ancien magasin « du Printemps » en commerces, logements, sur la place du Maréchal Philippe Leclerc[16]
  • Rénovation du musée des beaux-arts de Dijon
  • Ecocité insulaire et tropicale, île de la Réunion[17]
  • Musée-cité de l’économie et de la monnaie Paris XVIIe
  • Deuxième extension du Musée de la coopération Franco-Américaine Blérancourt
  • Pôle d’Échange Multimodal, La Rochelle

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du ministère de la Culture français
  2. « Yves Lion, Grand Prix de l'Urbanisme 2007 », sur rfi.fr,
  3. « Yves Lion, Grand prix de l’urbanisme 2007 « L’avenir de l’humanité, c’est la ville » », sur lemoniteur.fr,
  4. « Relier les architectes au monde qui les entoure », sur lemonde.fr,
  5. « Relier les architectes au monde qui les entoure », sur lemonde.fr,
  6. « Architecture : les dix projets du Grand Paris dévoilés », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 28 août 2017)
  7. « Le Grand Paris en 2030: pour Yves Lion, un Central Park à Vincennes », sur lexpress.fr,
  8. « Équerre d'argent 2003 : l'ambassade pleine de tact d'Yves Lion et Claire Piguet - Cyberarchi », sur www.cyberarchi.com (consulté le 30 août 2017)
  9. FNPC sur data.bnf.fr.
  10. « Prix de l’aménagement urbain au MIPIM 2015 | Ateliers Lion Associés », sur www.atelierslion.com (consulté le 30 août 2017)
  11. Décret du 25 mars 2005 portant promotion et nomination
  12. Décret du 14 mai 2010 portant promotion et nomination
  13. Arrêté du 9 juillet 2013 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  14. « Un quartier sur les bords de la Moskova | Ateliers Lion Associés », sur www.atelierslion.com (consulté le 23 juin 2017)
  15. « Masséna-Bruneseau | Ateliers Lion Associés », sur www.atelierslion.com (consulté le 23 juin 2017)
  16. « Transformation du Printemps à Poitiers | Ateliers Lion Associés », sur www.atelierslion.com (consulté le 23 juin 2017)
  17. « Ecocité insulaire et tropicale | Ateliers Lion Associés », sur www.atelierslion.com (consulté le 23 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]