Veepee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Veepee

Vente Privée.com

logo de Veepee
Logo de Veepee

Création (20 ans)
Dates clés 1 janvier 2019

(Vente-Privée devient Veepee)

Fondateurs Jacques-Antoine Granjon
Forme juridique SA à conseil d'administration
Siège social La Plaine Saint-Denis
Drapeau de France France
Direction Jacques-Antoine Granjon
Activité Vente à distance sur catalogue général
Effectif 2579 (moyen 2017)
SIREN 434317293Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web vente-privee.com

Chiffre d'affaires 1 556 788 706 € en 2018
Résultat net -28 175 218 € en 2018 (perte)

Veepee (anciennement Vente-privee.com jusqu'en [1]) est une entreprise française de commerce électronique. Créée en 2001, elle propose des ventes événementielles en ligne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Logo jusqu'en 2014
Logo de 2014 à 2019

La société vente-privee.com, créée en 2001 par Jacques-Antoine Granjon, actuel PDG, et ses sept associés, trouve ses origines dans le monde du déstockage, métier qu’ils exercent depuis 1985. En effet cette année-là, tout juste diplômé de l’EBS (European Business School Paris), Jacques-Antoine Granjon crée sa première entreprise avec Julien Sorbac. Il s’installe à Paris et se lance dans le déstockage de vêtements avec ses associés.

Début 2000, Jacques-Antoine Granjon et ses associés imaginent un concept de service d’écoulement de fins de séries sur Internet, limité dans le temps. Le principe étant d'apporter une réponse au besoin récurrent des marques en écoulant leurs stocks d’une façon rapide. Le site vente-privee.com est lancé l'année suivante. Les trois premières années sont une phase de développement et d’investissement. Le déclic a lieu en 2004 avec le succès de la vente privée d’une célèbre marque de lingerie.[2]

Le , la Société Financière Saint James, est créée par un des associés et est chargée principalement de développer vente-privee.com aux États-Unis. Secondairement elle investit à Paris dans des boutiques de marques internationales[réf. souhaitée].

En , le fonds américain Summit Partners acquiert 20 % du capital de la société vente-privee.com[3]. À ce jour, la société vente-privee.com est présente dans plusieurs pays européens et depuis 2011 aux Pays-Bas. En , le site est lancé aux États-Unis, en coentreprise avec American Express[4].

En , le site a eu l'exclusivité de la sortie de l'album Kabaret de la chanteuse Patricia Kaas, à un prix de 6 euros : il s'agit là d'une première en matière de distribution de musique. Dans les années qui suivent, le site internet commercialise d'autres offres exclusives dans le domaine de la musique, du spectacle ou du sport. Par exemple en 2012, Iggy Pop vend sur vente-privee.com en avant-première Après, son album de reprises[5].

À partir de fin 2012, des marques de prêt-à-porter telles que Spring Court ou Antik Batik[6] créent des collections capsules exclusivement conçues pour le site de ventes. L'année suivante, vente-privee.com se lance dans le secteur alimentaire avec une sélection de produits français de terroirs, du producteur au consommateur. Les ventes ont lieu sur le site[7].

Tcket-Minute est une plateforme et application qui permet aux membres d'acheter des billets pour des événements de toutes sortes[8]

En l'entreprise annonce le rachat majoritaire de la société d'exploitation du Théâtre de Paris[9],

Le , le Qatar, avec le fonds souverain Qatar Investment Authority, fait son entrée au capital de vente-privee.com[10].

En , vente-privee.com achète le théâtre de la Michodière, situé dans le 2e arrondissement de Paris[11], pour diversifier ses activités. Après le rachat du théâtre de Paris en 2013[12], le groupe complète ainsi son offre dans le domaine du divertissement et de la culture. Parallèlement, vente-privee.com a annoncé la création de son festival de musique[13]. La première édition aura lieu en avec en tête d'affiche Keziah Jones et Sinead O'Connor[14].

En , Vente-privée annonce une prise de participation majoritaire auprès du site belge vente-exclusive.com. Il rejoint le capital de Weezevent, société proposant un logiciel de billetterie et d'inscription en ligne.


En , Vente-privée annonce le rachat du site espagnol Privalia[15] pour un montant estimé entre 470 et 500 M €[16]. En même temps, vente-privée.com prend une participation à hauteur de 51 % dans le site suisse Eboutic.ch, basé à Lausanne.[17]

En , Vente-privée annonce qu'il devient actionnaire majoritaire du Petit Ballon. Leader de la vente de vin par abonnement, Le Petit Ballon c'est plus de 60 000 abonnés en 2017 et 8 millions d'euros de chiffre d'affaires[18].

En Vente-privée change de nom et rassemble toutes ses marques internationales sous le nom « Veepee »[19],[20].

Activité, rentabilité, effectif[modifier | modifier le code]

[21]:
2014 2015 2016 2017 2018 2019
Chiffre d'affaires en millions d'euros 1 071 1 164 1 335 1 396 1 557
Résultat net en millions d'euros + 28,4 + 49,2 + 26,2 +10,6 -28,2
Effectif moyen annuel 1 900 2 063 2 196 2 579 2 044

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La société vente-privee.com emploie 2 100 personnes en 2014 et dispose de cinq bâtiments situés à La Plaine Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris : le siège est installé en 2001 dans les locaux des anciennes imprimeries du quotidien Le Monde.

L'entreprise compte huit plateformes en France.

Controverses[modifier | modifier le code]

Le le Tribunal de grande instance de Paris a rendu un jugement prononçant la nullité partielle de la marque verbale « vente-privee.com » car elle est dépourvue de caractère distinctif. Ce jugement fait suite à une plainte déposée par Showroomprive.com à l'encontre de son concurrent. À la suite de son appel, dont le jugement a été rendu le , la décision de première instance a été infirmée et « vente-privee.com » est bien considérée comme une marque[22].

Le est rendu public le fait que vente-privee.com fait l'objet d'une mise en cause après enquête de la part de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF)[23]. Il est reproché au site de falsifier les prix de départ pour faire croire au consommateur qu'il réalise une belle affaire avec des taux de promotion très attractifs. L'enquête a été transmise à la justice et a été réalisée entre 2016 et 2018. Selon la DGCCRF, proposer des prix fictifs biaise le marché et s'apparente à de la concurrence déloyale. La société quant à elle, « conteste toute mise en place de stratégie frauduleuse ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. actu@nextinpact.com, « Vente-privée change de nom pour devenir Veepee », (consulté le 27 janvier 2019)
  2. « Vente privée », sur tpee-commerce.blogspot.de (consulté le 27 février 2017)
  3. (en) Case study vente-privee.com[source insuffisante]
  4. (fr) Vente Privée débarque aux États-Unis avec Amex, lefigaro.fr
  5. (fr) Iggy Pop va publier un disque de reprises en exclusivité sur vente-privée
  6. (fr) Summer Road, la nouvelle collection capsule de Antik Batik pour vente-privee.com
  7. Jean-François Arnaud, Pourquoi Vente-privée se lance dans l'alimentaire 100% made in France, Challenges, 24 octobre 2013
  8. Vente-privée.com, success story française de l'internet haut débit, RTL, 27 septembre 2015
  9. (fr) Vente-privee.com rachète le Théâtre de Paris
  10. Le Qatar devient actionnaire minoritaire de vente-privee.com, Journal du Net, 3 janvier 2014.
  11. Vente-privee.com s'offre le Théâtre de la Michodière, Le Figaro, 30 avril 2014
  12. « Vente-privee.com rachète le Théâtre de Paris », sur Lexpress.fr, L'Express, (consulté le 1er juillet 2020).
  13. http://pressroom.vente-privee.com/fr-FR/PressReleases/2014/Lalala%20Festival.aspx
  14. « Lalala Unplugged Festival débarque au Théâtre de Paris », sur Sortiraparis.com (consulté le 1er juillet 2020).
  15. Les nouvelles ambitions européennes de vente-privee, Challenges, 14 avril 2016
  16. « Vente-privee lorgne le site de commerce en ligne espagnol Privalia », sur La Tribune (consulté le 21 mars 2016)
  17. (en) « Vente-privee.com Strengthens Its Position in Europe by Buying Privalia », Index Ventures,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2017)
  18. Keren Lentschner, « Vente-privee rachète la start up Le Petit Ballon », sur lefigaro.fr, .
  19. « Vente-privée change de nom et devient Veepee », sur LExpansion.com, (consulté le 25 janvier 2019)
  20. La Rédaction de Next INpact, « Vente-privée change de nom pour devenir Veepee », sur Nextinpact.com, (consulté le 1er juillet 2020).
  21. « VENTE PRIVEE.COM - Bilans », sur www.verif.com (consulté le 15 janvier 2020)
  22. « Vente-privee.com » : une marque protégée mais à l'efficacité limitée ?
  23. « Le site Vente-privée mis en cause pour de fausses bonnes affaires », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]