Le Franc-Moisin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le quartier du Franc-Moisin et le canal Saint-Denis

Le Franc-Moisin (au singulier) est un quartier de Saint-Denis en Seine-Saint-Denis contenant la cité des Francs-Moisins (au pluriel)[1],[2]. D'abord un bidonville, la cité fut inaugurée en 1974. Depuis 2001, le quartier subit une profonde restructuration.

Le quartier compte 10 189 habitants (2006). La cité des Francs-Moisins compte 1 879 logements sociaux dont 979 gérés par l'OPHLM de Saint-Denis et 900 par Logirep. Intégré dans le Grand Projet Urbain réunissant Saint-Denis, Aubervilliers et La Courneuve, le Franc-Moisin et ses voisins (Bel-Air, Allende, Floréal et la Saussaie) sont classés en Zone urbaine sensible.

Situation[modifier | modifier le code]

Situé au sud-est de la commune de Saint-Denis, le quartier est délimité par le Canal Saint-Denis, la rue Francis-de-Pressensé (Route départementale 30), la rue du Maréchal-Liautey, le Fort de l'Est et l'autoroute A1.

Le nord nommé Bel-Air, est essentiellement constitué d’habitat ancien, tandis que le sud correspond à la cité des Francs-Moisins.

Le Lycée Suger se situe dans le quartier.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le Franc-Moisin est le nom d'un champ qui était situé à cet endroit, et un lieu-dit[3], dont le nom est attesté depuis le XVe siècle[4]. Il existe toujours un chemin du Franc-Moisin.

Transports[modifier | modifier le code]

Le quartier est desservi par les lignes de bus RATP 170 253 302. Il sera aussi desservi par le tramway (T)(8) par son prolongement au sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, avant la Première Guerre mondiale, environ 300 Espagnols qui vivaient précédemment dans le quartier de la «Petite Espagne» les étrangers s'installent dans ce quartier, déjà dans un état dégradé, et qui se transforme en bidonville. Au Franc-Moisin, les habitants eux-mêmes nomment leur rassemblement le « quartier chinois »[5] (Peut-être en référence au barrio chino, quartier de Barcelone où régnaient trafics et prostitution[6]).

Le 2 août 1944, un bombardement qui vise l'usine Rateau, touche ce quartier ainsi que Pleyel, causant sept décès et une vingtaine de blessés parmi la colonie espagnole. 24 familles connurent la destruction partielle ou totale de leur habitation[7].

Après la Seconde Guerre mondiale, le bidonville est perçu comme une extension transitoire de la crise aiguë du logement qui sévit alors. La reprise économique d'après guerre, provoque l'arrivée massive de travailleurs algériens. Le quartier accueille les nouveaux arrivants, notamment sur le chemin de halage du canal Saint-Denis.

Dans les années 1960, l'immigration portugaise s'effectue principalement sur le site du Franc-Moisin après la suppression du bidonville de Champigny-sur-Marne[8]. En 1968, le bidonville du Franc-Moisin regroupe plus de 5 000 personnes et se classe au début des années 1970 parmi les plus importants de France.

Deux grands incendies au printemps 1967 et en juin 1970 ravagent le bidonville et font plus de 600 sinistrés. L'action publique se focalise alors sur le cas du Franc-Moisin. Il est décidé la construction d'un ensemble de logements HLM sur les terrains maraîchers et militaires disponibles. En 1972, le gouvernement décide de supprimer tous les bidonvilles, les constructions s'accélèrent. Plus de 500 logements provisoires sont érigés à Saint-Denis, à Villetaneuse, Pierrefitte-sur-Seine, La Courneuve et Villemomble pour recevoir les habitants du bidonville du Franc-Moisin.

En janvier 1974, la cité des Francs-Moisins est inaugurée. En 1986 dans le cadre de la démarche « projet de quartier », une équipe est chargée d'élaborer et de mettre en œuvre un projet global de développement.

De 1990 à 1994, le quartier est classé Convention de Développement Social du Quartier ; de 1995 à 2001, Grand Projet Urbain. Le quartier va bénéficier durant les années 1990, d'un investissement public important (150 millions de Francs) et d'une intervention continue dans le dossier présenté par la Ville à l’Agence de Rénovation Urbaine.

En 2001, la convention Grand Projet de Ville est signé. En 2007, la convention de rénovation urbaine permet la rénovation du quartier.

Rénovation urbaine[modifier | modifier le code]

Au début du XXIe siècle, la rénovation urbaine concerne :

  • la lutte contre l'habitat dégradé en passe d'insalubrité
  • l'amélioration de la qualité de vie
  • la réalisation d’équipements essentiels (groupe scolaire, gymnase, médiathèque)
  • la réorganisation des espaces extérieurs dont :
    • la création d'un parc au sein de la cité
    • la réhabilitation de la passerelle pour désenclaver le quartier et permettant aux piétons et aux cycles de franchir le Canal Saint-Denis à proximité du stade de France)

Cinéma[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Le quartier sert aussi de cadre à l'intrigue de Kaïken de Jean-Christophe Grangé.

Sources[modifier | modifier le code]