Wemotaci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wemotaci
Wemotaci
Village de Weymontachie en 1913
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Mauricie
Statut municipal Réserve indienne
Grand chef François Néashit
Code postal G0X 3R0
Constitution [1]
Démographie
Gentilé Uemitashiulnu
Population 1 213 hab. ()
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 25″ nord, 73° 47′ 00″ ouest
Superficie 3 330 ha = 33,3 km2
Divers
Code géographique 2490802
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Wemotaci
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Wemotaci
Géolocalisation sur la carte : Mauricie
Voir sur la carte administrative de Mauricie
City locator 14.svg
Wemotaci
Géolocalisation sur la carte : Mauricie
Voir sur la carte topographique de Mauricie
City locator 14.svg
Wemotaci
Liens
Site web www.wemotaci.com

Wemotaci (API : /wemotaʃi/, qui signifie en atikamekw : « montagne d'où on observe ») est une réserve des Attikameks enclavée dans l'agglomération de La Tuque, dans la région administrative de la Mauricie, au Québec[2] et du Nitaskinan.

Elle est gérée par le Conseil des Atikamekw de Wemotaci.

Géographie[modifier | modifier le code]

Enclavée dans le territoire de La Tuque, la Réserve est bordée à l'ouest et au sud par la rivière Saint-Maurice. Sa frontière orientale s'étend sur 3,8 km de long, et sa limite nord est 7,8 km. Wemotaci est accessible par la route forestière 25 à partir de La Tuque, et se situe à environ 115 km au nord de celle-ci.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Tuque Rose des vents
La Tuque N La Tuque
O    Wemotaci    E
S
La Tuque

Toponymie[modifier | modifier le code]

Wemotaci signifie « la montagne d'où l'on observe » en langue atikamekw[3].

Comme beaucoup d'autres toponymes d'origine amérindienne, le toponyme « Wemotaci » a subi de nombreuses variations orthographiques dans le temps. La plus ancienne référence écrite au toponyme date de 1724. En 1827, le toponyme a été écrit Montachene ; en 1829 Weymontachinque ; en 1830 Waimootansking ; en 1832 Weymontachingue et en 1837 Warmontashingen et Warmontaching. En 1932, l'orthographe « Weymontachingue » utilisée sur la carte de John Arrowsmith est devenue la forme la plus commune jusqu'en 1986, quand l'orthographe a été remplacée par Weymontachie, comme exigé par le conseil de bande local. L'écriture normalisée en langue Atikamekw définit comme « Wemotaci », terme qui a été officialisé en [4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La zone supérieure de la rivière Saint-Maurice a longtemps été considérée la patrie et le territoire de chasse de la population autochtone atikamekw. Certaines sources affirment que la Compagnie du Nord-Ouest avait déjà établi un poste de traite à cet endroit entre 1770 et 1780 ; toutefois, cette hypothèse reste à démontrer. Le premier poste connu de traite à Wemotaci a été établi en 1806, quand Jean-Baptiste Perrault a construit les premières structures pour la traite des fourrures. En 1821, le poste a été repris par la Compagnie de la Baie d'Hudson[4].

En 1851, le gouvernement a promulgué l'attribution de 230 000 acres de la terre comme "réserve" à l'usage et au profit des communautés autochtones, résidant dans le Bas-Canada. Deux ans plus tard, ces terres ont été réparties entre les Atikamekw, Algonquins et Abénaquis, par John Rolph, commissaire des terres de la Couronne. Le , cette répartition a été officialisée par le gouverneur général en conseil[5].

En s'installant sur la réserve, les Atikamekws ont maintenu une vie semie-nomade. La réserve a été cadastrée seulement en 1895. La construction de la Centrale de la Chute-Allard sur la rivière Saint-Maurice et du chemin de fer par la National Transcontinental Railway génèrent le développement du hameau Sanmaur, situé en face de Wemotaci; ce qui attira les Atikamekw à s'établir sur la réserve au début du XXe siècle. En 1939, la Compagnie de la Baie d'Hudson a quitté Weymontachingue. En raison du manque de fonds pour l'entretien du village de Wemotaci, la population a cessé de croître après 1950, car plusieurs habitants ont quitté la Réserve pour s'installer soit à Sanmaur ou dans d'autres villages voisins[4].

Dans les années 1970, le village a été revitalisé. Un nouveau village a été construit près de sa montagne éponyme. En 1971, le gouvernement du Canada a acheté les terres de la Compagnie de la Baie d'Hudson pour les ajouter ensuite à la Réserve[4],[5].

En , de nombreux habitants de Wemotaci ont été évacués à cause d'un incendie de forêt qui menaçait leurs maisons[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
7088561 0421 0731 1941 213

Langue[modifier | modifier le code]

Langue maternelle[9] :

Administration[modifier | modifier le code]

Les réserves Coucoucache et Wemotaci sont administrées par le même conseil de bande. La réserve Wemotaci est surtout habitée par les descendants de la communauté Atikamekw[10]. Deux autres réserves amérindiennes de la même nation se nomment Obedjiwan et Manawan.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale est basée sur l'art et l'artisanat, les commerces et services, la foresterie, le piégeage, la construction, le tourisme, le transport et les pourvoiries.

Éducation[modifier | modifier le code]

Deux écoles sont opérationnelles sur la Réserve Wemotaci[10] :

  • École Seskitin, de la pré-maternelle à secondaire 1
  • École Nikanik, de secondaire 1 à secondaire 5
  • Cours aux adultes de secondaire 1 à secondaire 5

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communauté de Wemotaci, visité le 31 décembre 2006
  2. Gouvernement du Québec, « Wemotaci », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, .
  3. Toponymie : Wemotaci.
  4. a b c et d « Wemotaci (Réserve indienne) », Commission de toponymie du Québec (consulté le )
  5. a et b [PDF] Ressources naturelles - Canada - Division des levées officielles, Revue historique - Wemotaci.
  6. - feu evacuation.html Québec vigueur des incendies de forêt - 1300 de maisons.
  7. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Wemotaci, IRI » (consulté le )
  8. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Wemotaci, IRI » (consulté le )
  9. Statistiques-Canada : Recensement du Canada de 2011
  10. a et b Affaires indiennes et du Nord Canada - Profil des communautés autochtones : & lang = eng Première nation de Wemotaci.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]