Wemotaci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wemotaci
Wemotaci
Village de Weymontachie en 1913
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Mauricie
Statut municipal Réserve indienne
Chef François Néashit
Constitution [1]
Démographie
Gentilé Uemitashiulnu
Population 1 213 hab. ()
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 25″ nord, 73° 47′ 00″ ouest
Superficie 3 330 ha = 33,3 km2
Divers
Code géographique 2490802
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Wemotaci

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Wemotaci

Géolocalisation sur la carte : Mauricie

Voir la carte administrative de la zone Mauricie
City locator 14.svg
Wemotaci

Géolocalisation sur la carte : Mauricie

Voir la carte topographique de la zone Mauricie
City locator 14.svg
Wemotaci
Liens
Site web www.wemotaci.com

Wemotaci (API : /wemotaʃi/, atikamekw : « la montagne d'où l'on observe ») est une réserve des Attikameks enclavée dans l'agglomération de La Tuque, dans la région administrative de la Mauricie, au Québec[2] et du Nitaskinan.

Elle est gérée par le Conseil des Atikamekw de Wemotaci.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : La Tuque et Québec

Enclavée dans le territoire de La Tuque, la Réserve est bordée à l'ouest et au sud par la rivière Saint-Maurice. Sa frontière orientale s'étend sur 3,8 km de long, et sa limite nord est 7,8 km. Wemotaci est accessible par la route forestière 25 à partir de La Tuque, et se situe à environ 115 km au nord de celle-ci.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Tuque Rose des vents
La Tuque N La Tuque
O    Wemotaci    E
S
La Tuque

Toponymie[modifier | modifier le code]

Wemotaci signifie « la montagne d'où l'on observe » en langue atikamekw[3].

Comme beaucoup d'autres toponymes d'origine amérindienne, le toponyme "Wemotaci" a subi de nombreuses variations orthographiques dans le temps. La plus ancienne référence écrite au toponyme date de 1724. En 1827, le toponyme a été écrit Montachene; en 1829, Weymontachinque ; en 1830, Waimootansking; en 1832, Weymontachingue et en 1837, Warmontashingen et Warmontaching. En 1932, l'orthographe "Weymontachingue" utilisée sur la carte de John Arrowsmith est devenue la forme la plus commune jusqu'en 1986, quand l'orthographe a été remplacée par Weymontachie, comme exigé par le conseil de bande local. L'écriture normalisée en langue Atikamekw définit comme "Wemotaci", terme qui a été officialisé en mars 1997[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La zone supérieure de la rivière Saint-Maurice a longtemps été considérée la patrie et le territoire de chasse de la population autochtone atikamekw. Certaines sources affirment que la Compagnie du Nord-Ouest avait déjà établi un poste de traite à cet endroit entre 1770 et 1780 ; toutefois, cette hypothèse reste à démontrer. Le premier poste connu de traite à Wemotaci a été établi en 1806, quand Jean-Baptiste Perrault a construit les premières structures pour la traite des fourrures. En 1821, le poste a été repris par la Compagnie de la Baie d'Hudson[4].

En 1851, le gouvernement a promulgué l'attribution de 230 000 acres de la terre comme "réserve" à l'usage et au profit des tribus autochtones, résidant dans le Bas-Canada. Deux ans plus tard, ces terres ont été réparties entre les Atikamekw, Algonquins et Abénaquis, par John Rolph, commissaire des terres de la Couronne. Le 9 août 1853, cette répartition a été officialisée par le gouverneur général en conseil[5].

En s'installant sur la réserve, les Atikamekws ont maintenu une vie semie-nomade. La réserve a été cadastrée seulement en 1895. La construction de la Centrale de la Chute-Allard sur la rivière Saint-Maurice et du chemin de fer par la National Transcontinental Railway génèrent le développement du hameau Sanmaur, situé en face de Wemotaci; ce qui attira les Atikamekw à s'établir sur la réserve au début du XXe siècle. En 1939, la Compagnie de la Baie d'Hudson a quitté Weymontachingue. En raison du manque de fonds pour l'entretien du village de Wemotaci, la population a cessé de croître après 1950, car plusieurs habitants ont quitté la Réserve pour s'installer soit à Sanmaur ou dans d'autres villages voisins<ref=name="CTQ-W"/>.

Dans les années 1970, le village a été revitalisé. Un nouveau village a été construit près de sa montagne éponyme. En 1971, le gouvernement du Canada a acheté les terres de la Compagnie de la Baie d'Hudson pour les ajouter ensuite à la Réserve[4],[5].

En mai 2010, de nombreux habitants de Wemotaci ont été évacués à cause d'un incendie de forêt qui menaçait leurs maisons[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
7088561 0421 0731 1941 213

Langue[modifier | modifier le code]

Langue maternelle[7] :

Administration[modifier | modifier le code]

Les réserves Coucoucache et Wemotaci sont administrées par le même conseil de bande. La réserve Wemotaci est surtout habitée par les descendants de la communauté Atikamekw[8]. Deux autres réserves amérindiennes de la même nation se nomment Obedjiwan et Manawan.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale est basée sur l'art et l'artisanat, les commerces et services, la foresterie, le piégeage, la construction, le tourisme, le transport et les pourvoiries.

Éducation[modifier | modifier le code]

Deux écoles sont opérationnelles sur la Réserve Wemotaci[8] :

  • École Seskitin, de la pré-maternelle à secondaire 1
  • École Nikanik, de secondaire 1 à secondaire 5
  • Cours aux adultes de secondaire 1 à secondaire 5

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communauté de Wemotaci, visité le 31 décembre 2006
  2. Gouvernement du Québec, « Wemotaci », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire,
  3. Toponymie : Wemotaci.
  4. a b et c « Wemotaci (Réserve indienne) », Commission de toponymie du Québec (consulté le 12 mars 2010)
  5. a et b [PDF] Ressources naturelles - Canada - Division des levées officielles, Revue historique - Wemotaci.
  6. - feu evacuation.html Québec vigueur des incendies de forêt - 1300 de maisons.
  7. Statistiques-Canada : Recensement du Canada de 2011
  8. a et b Affaires indiennes et du Nord Canada - Profil des communautés autochtones : & lang = eng Première nation de Wemotaci.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]