Portail:Saguenay–Lac-Saint-Jean

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le portail   Index thématique   L'arborescence   Le projet   Discussion

Bleuets
541 articles sont actuellement liés
au portail Saguenay–Lac-Saint-Jean
voir les dernières modifications
.

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean, parfois appelé « Sagamie » ou anciennement « Royaume du Saguenay », est la troisième région administrative du Québec en termes de superficie avec 95 893 km² et la dixième en termes de population avec 273 434 habitants (chiffres de 2007). Elle est composée de quatre municipalités régionales de comté (MRC) et de 49 municipalités locales. Son chef-lieu et métropole est Saguenay.

Bien que la région constitue un immense territoire au nord du fleuve Saint-Laurent, les Saguenéens et les Jeannois sont concentrés principalement dans une immense vallée du bouclier canadien, le long de la rivière Saguenay et autour du Lac Saint-Jean. La forêt et surtout l’eau sont les principales ressources naturelles de la région. L'immense potentiel hydro-électrique des rivières du Saguenay-Lac-Saint-Jean est principalement exploité par des alumineries. En tout, 8 % de la production mondiale d'aluminium provient de la région [1].


Un article au hasard :

Stéphan Tremblay

Effectuer un nouveau tirage
modifier 
 Icône Lumière
Vue de la route 169 près de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix

La route 169 est une route nationale québécoise d'orientation nord/sud. Elle dessert les régions de la Capitale-Nationale et du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La route 169 débute en plein cœur de la réserve faunique des Laurentides où elle se sépare de la route 175 au km 166. À partir d'Hébertville, elle fait une boucle sur elle-même autour du Lac Saint-Jean. Les trajets (l'un vers Alma et l'autre vers Roberval), sont en direction nord jusqu'au 10e Rang de Girardville.

Elle est aussi classée comme route collectrice du Canada entre les kilomètres 86,0 et 94,9 (Jonction 170 est vers Saguenay au boulevard Auger à Alma et les kilomètres 272,4 et 292,6 (jonction de la 155 vers La Tuque à la jonction 170 à Métabetchouan–Lac-à-la-Croix).

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Municipalité
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption d'Hébertville

Hébertville est située dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est.

Elle est nommée en l'honneur de l'abbé Nicolas-Tolentin Hébert (1810-1890), âme dirigeante de l'Association des comtés de L'Islet et de Kamouraska pour coloniser le Saguenay. Première à être colonisée au Lac-Saint-Jean, en 1849, cette municipalité offrait l'assise du développement futur par sa chute des Aulnaies, située en plein cœur du village.

C'est à cet endroit que se sont établis les moulins à scie et à farine, nécessaires à la survie des premiers colons.

Le recensement de 2006 y dénombre 2 421 habitants.

On trouve au sud-est du village le Mont Lac-Vert, station d'une dénivellation de 242 m aménagée pour le ski alpin, la planche à neige et la glissade en tube. On peut aussi y faire de la randonnée pédestre et de la descente à vélo.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Image
Inondations à Chicoutimi lors du Déluge du Saguenay
du 19 au 21 juillet 1996. Tous les bâtiments à droite de l'église ont été emportés par l'eau sauf la petite maison blanche.
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Évènements
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Le saviez-vous ?
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Articles promus
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
  Panorama
Ferme de J. P. Gagnon, Saint-Jérôme, Lac-Saint-Jean, vers 1903
Ferme de J. P. Gagnon, Saint-Jérôme, Lac-Saint-Jean, vers 1903
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
  Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg Dans les brûlés, au flanc des coteaux pierreux, partout où les arbres plus rares laissaient passer le soleil, le sol avait été jusque là presque uniformément rose, du rose vif des fleurs qui couvraient les touffes de bois de charme ; les premiers bleuets, roses aussi, s'étaient confondus avec ces fleurs ; mais sous la chaleur persistante ils prirent lentement une teinte bleu pâle, puis bleu de roi, enfin bleu violet, et quand juillet ramena la fête de sainte Anne, leurs plants chargés de grappes formaient de larges taches bleues au milieu du rose des fleurs de bois de charme qui commençaient à mourir. Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Louis Hémon, Maria Chapdelaine
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
  Portails connexes


Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif

Autres portails.

Avertissement