Kahnawake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kahnawàːke
Kahnawake 14
Kahnawake
Kahnawake, au bord du fleuve Saint-Laurent, vue de Lachine.
Drapeau de Kahnawàːke
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Statut municipal Réserve indienne
Grande cheffe
Mandat
Kahsennenhawe Sky-Deer[1]
2021-2025
Code postal J0L 1B0
Constitution s. o.
Démographie
Gentilé Kahnawà:keronon
Population 10 178 hab. (2019)
Densité 215 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 00″ nord, 73° 41′ 00″ ouest
Superficie 4 740 ha = 47,4 km2
Divers
Langue(s) Anglais, mohawk, français
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif (+1) 450 et 579
Code géographique 67802
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte topographique de Montérégie
City locator 14.svg
Kahnawàːke
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Kahnawàːke
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Kahnawàːke
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Kahnawàːke
Liens
Site web (en) Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Kahnawake 14[2], dont le nom en mohawk est Kahnawà:ke[3], et anciennement connue sous le nom de Caughnawaga, est une réserve indienne où résident des autochtones de la Première Nation des Mohawks de Kahnawà:ke. Elle est située en Montérégie, au sud-ouest du Québec.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Roussillon.

La réserve indienne Kahnawake 14 est située dans la région administrative de la Montérégie au Québec[4]. Elle est reliée à l'arrondissement montréalais de LaSalle par le pont Honoré-Mercier.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Mission du Sault Saint-Louis, vers 1670.

Établie en 1667, la première mission iroquoise en Nouvelle-France était nommée Kentaké. Celle-ci fut déplacée en 1676 et rebaptisée Kahnawake ou « aux rapides ». En 1690, le village fut encore déplacé et renommé Kahnawakon, ou « dans les rapides ». En 1696, la mission revint « aux rapides » (à un endroit différent), un établissement ultérieurement nommé Kanatakwente, ou « le village tel que laissé ». Le village de Kahnawake atteint son endroit actuel en 1716[5] avec la construction du fort du Sault Saint-Louis. C'est le village d'origine du trappeur Ignace Francis La Mousse qui a aidé les jésuites belges à explorer les montagnes Rocheuses au XIXe siècle.

Le terme « Caughnawaga », issu d'une ancienne traduction anglaise et hollandaise, fut employé pour désigner le village jusque dans les années 1970, alors que le Centre culturel Kanien'kehaka Raotitiokwa commença à persuader les gens à revenir à l'épellation ancestrale du nom. En 1981, le Centre culturel adresse une requête au gouvernement du Québec afin que le nom original soit de nouveau utilisé. En 1985, les cartes et panneaux de signalisation furent modifiés.

Dans les années 1830, Kahnawake est le plus grand village autochtone du Bas-Canada, peuplé de près de 1000 agriculteurs, fermiers, chasseurs, guerriers et artisans. Presque toutes les familles possèdent un cheval, des cochons et des bovins. La plupart cultivent du maïs et des patates et d'autres cultivent aussi de l'orge, des pois et des fèves. Le blé cultivé est rare ; en fait la plupart des familles vivent de maïs, de chasse et d'artisanat (Recensement de 1831).

Alors que les autorités appellent les résidents de ce village « Native American of Caughnawaga » ou « Iroquois tribe of Caughnawaga », et que leurs voisins de Châteauguay les surnomment « Amérindiens du Sault », « Gens du Sault » ou « Sauvages du Sault », les habitants de Kahnawake préfèrent s'appeler « Iroquois du Sault-Saint-Louis ». Cette appellation renvoie à une identité collective qui s'exprime sur au moins quatre niveaux, et qui ne cesse d'évoluer au cours des décennies.

Au XIXe siècle, certains habitants de Kahnawake sont unilingues iroquois alors que la plupart parlent aussi le français et portent des noms iroquois agencés à des noms de famille français tels que de Lorimier, Giasson, Beauvais, Monique et Delisle. Aujourd'hui, la langue anglaise leur est plus que familière.

Groupe de Mohawks accompagnés du maire de Montréal, William Workman, Kahnawake, 1869.
Kahnawake en 1910.

En utilisant le terme « iroquois », les gens de Kahnawake du XIXe siècle s'identifient à la confédération iroquoise, dont les villages se trouvent encore dans l'État de New York et qui est formée de six nations distinctes : Mohawk, Cayuga, Onondaga, Oneida, Seneca et Tuscarora. Aujourd'hui, ce sentiment d'identité s'est précisée puisque les gens de Kahnawake s'identifient en tant que « Mohawks », l'une des six nations iroquoises.

Le terme « Sault-Saint-Louis » distingue Kahnawake des autres villages amérindiens du Bas-Canada, dont Saint-Régis (Akwesasne), Deux-Montagnes (Kanesatake-Oka), le village abénaki de Saint-François, et le village wendat-huron de Lorette. À l'époque, les sept principaux villages amérindiens du Bas-Canada sont regroupés dans ce qu'ils appellent la Fédération des Sept-Feux ou des Sept Nations. Kahnawake est le « chef-lieu » de ce pacte fédératif et sert à titre d'organisation politique centrale tout en respectant l'autonomie des communautés alliées. Le conseil de Kahnawake est d'ailleurs composé de sept chefs élus à vie par leurs clans respectifs. Le terme « Sault-Saint-Louis » demeure peu usité aujourd'hui, sauf dans le contexte de revendications territoriales.

Enfin, le terme « Sault-Saint-Louis » renvoie au nom de la seigneurie dans laquelle le village de Kahnawake se trouve depuis ses origines. En 1680, un terrain de 40 000 acres fut octroyé aux Jésuites afin d'y faire habiter des Iroquois convertis. Il était convenu que les Jésuites n'étaient pas les seigneurs du Sault et ne devaient pas concéder des terres à des Blancs. Toutefois, sous l'influence illicite des prêtres, les limites sud (seigneurie de La Salle) et est (seigneurie de la Prairie-de-la-Madeleine) du Sault-Saint-Louis devinrent rapidement outrepassées par des agriculteurs blancs.

Aujourd'hui, seulement 11 000 acres des 40 000 acres originaux demeurent dans les mains des Mohawks.

Les revendications territoriales[modifier | modifier le code]

Depuis 1760, les Iroquois de Kahnawake réclament une portion du territoire, la seigneurie du Sault-Saint-Louis, qui a été annexée à la seigneurie voisine de La Prairie-de-la-Madeleine. Au cours du XIXe siècle, la limite mal définie entre Sault St-Louis et La Prairie est devenue l'objet de nombreuses requêtes, pétitions et délégations de la part des chefs de Kahnawake. En 1829, le curé séculier de Kahnawake, Joseph Marcoux, rédigea un « résumé » de 15 « preuves en faveur des Sauvages du Sault St-Louis » dans l'espoir que la portion de terre réclamée leur soit remise. Toutefois, tout comme les autres demandes, ce texte tomba sur des oreilles de sourds.

Les revendications territoriales actuelles touchent les municipalités de Saint-Constant, Sainte-Catherine, Saint-Mathieu, Delson, Candiac et Saint-Philippe, tous s'étant graduellement établies sur la seigneurie du Sault-Saint-Louis. En 2018, malgré des contestations judiciaires de la part des municipalités concernées, des terres avoisinant l'autoroute 30 et au nord-ouest du territoire sont transférées des municipalités à la réserve de Kahnawake[6].

Expulsions des non-Mohawks de la réserve de Kahnawake en 2015[modifier | modifier le code]

En février 2010, le conseil de bande de la réserve de Kahnawake décide d'expulser toute personne qui n'est pas Mohawk de celle-ci, y compris ceux qui ont un conjoint de cette tribu et interdit aux étrangers de s'y installer[7]. Or, ce phénomène n'est pas nouveau, comme en témoignent les archives[8]. En effet, dès la création de la communauté au XVIIe siècle, l'identité collective des habitants de Kahnawake est régulièrement une source de débats[9]. À ce sujet, voir « Kahnawake has long history of conflict with Whites », Montreal Gazette, February 18, 2010[10]. Un texte de 1850 relate d'ailleurs les règles suivantes : « il n'est pas permit a un blanc qui se marie à une sauvagesse de jouir des droits des Sauvages, qu'en se mariant a un blanc elle perd ainsi que ses enfants, tous droits comme membres de Tribu a la quelle elle appartenoit [...]; un Sauvage qui se marie à une blanche peut emmener sa femme dans sa cabane et elle et ses enfants jouissent de tous les droits des membres de la Tribu a laquelle appartient, le Sauvage avec qui elle se marie [...]; il n'est pas permis a un blanc de s'établir parmi nous et de jouir de nos droits. [Ces] droits nous ont été transmis par nos pères, ils ont toujours été respectés. »[11]

Démographie[modifier | modifier le code]

Kahnawake refuse systématiquement de participer aux recensements du Canada depuis plusieurs années. Il n'existe donc aucune donnée démographique officielle sur la communauté. Cependant, en 2006, la population était de 8 550 habitants.[réf. souhaitée]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maud Cucchi, « Kahsennenhawe Sky-Deer, première femme grande cheffe de Kahnawake », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le ).
  2. « Détails de la réserve/établissement village », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  3. « Kahnawake », Banque de noms de lieux du Québec, sur Commission de toponymie (consulté le ).
  4. Gouvernement du Québec, « Kahnawake », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  5. Toponymie : Kahnawake
  6. Valérie Lessard, « Des terres désormais propriétés de Kahnawake », sur Le Soleil de Châteauguay, (consulté le )
  7. (fr) Si vous n'êtes pas mohawk... dehors, tous !, Cyberpresse, 4 février 2010
  8. erudit.org
  9. Matthieu Sossoyan: The Kahnawake Iroquois and the Lower-Canadian Rebellions, 1837-1838, McGill University, Master's Thesis in Anthropology, 1999: p. 82-85 http://de.scientificcommons.org/7829560
  10. [1]
  11. Martin Tekanasontie et al. à Lord Elgin, 18 septembre 1850, Archives Nationales du Canada RG10, vol. 607: p. 51857
  12. « Rencontre autour du film Hochelaga, Terre des Âmes », sur Films du Québec (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred, Gerald R., 1995a: Heeding the Voices of our Ancestors: Kahnawake Mohawk Politics and the Rise of Native Nationalism. Toronto: Oxford University Press.
  • Alfred, Gerald R., 1995b: To Right Certain Wrongs: A Report on Research into Lands Known as the Seigniory of Sault St. Louis. Kahnawake: Kahnawake Seigneury Office.
  • Devine, Edward James, 1922: Historic Caughnawaga. Montreal: Messenger Press
  • Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center, 1979: Tewaterihwarenia'tha: the Journal of Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center 2 (1).
  • Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center, 1980: Tewaterihwarenia'tha: the Journal of Kanien'kehaka Raotitiokwa, Cultural Center 3 (5).
  • Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center, 1991: Old Kahnawake; an Oral History of Kahnawake. Kahnawake: Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center
  • Sossoyan, Matthieu, 1999 : The Kahnawake Iroquois and the Lower-Canadian Rebellions, 1837-1838. Université McGill, Département d’Anthropologie, Mémoire de maîtrise. [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]