Canot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canot (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Canoë.
Canot
Image illustrative de l'article Canot
Pram norvégien
Généralités
Type embarcation
Lieux Monde entier
Caractéristiques courantes
Taille petite taille
Propulsion aviron, voile ou moteur

Un canot est une embarcation, de petite taille, propulsée à la rame, la godille, la pagaie, la voile ou au moteur. Son usage n'est pas défini : le canot peut être au service d'un navire (annexe) ou utilisé pour la pêche, pour la promenade...

Au Canada, le canot désigne le canoë d'origine nord-amérindienne.

Étymologie et sens anciens[modifier | modifier le code]

Le mot canot provient de l'espagnol canoa, qui le tien de l'arawak kanoa terme qui signifie « flotter sur l'eau »[1] et désigne une grande pirogue en bois monoxyle.

Canot est présent dans les récits de Marc Lescarbot et est entré dans l'usage en Nouvelle-France dès le milieu du XVIIe siècle comme en font foi les relations des jésuites. Dès 1677, canot prend le nouveau sens de « petit bateau utilisé pour le service d'un plus grand »[2], c'est-à-dire d'annexe. La forme « canot » est consignée dans le Dictionnaire françois de César-Pierre Richelet en 1680. Dix ans plus tard « canot » est consigné dans le Dictionnaire universel d'Antoine Furetière.

Exemples de canots[modifier | modifier le code]

Chez les marins-pêcheurs[modifier | modifier le code]

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les marins des sardiniers bretons distinguent la chaloupe (10 à 12 mètres, environ 5 hommes à bord[3]) du canot, plus court, moins robuste et moins coûteux. Le gréement est le même, l'arrière diffère : la chaloupe a un arrière structuré sensiblement comme l'avant, tandis que le canot, pour des raisons d'économie (sur une petite embarcation, il devient épineux de structurer l'arrière comme l'avant), est construit à cul carré[4]. Les canots sont moins nombreux que les chaloupes (trois fois moins à Douarnenez, dans les années 1880), de tonnage modeste, de prix plus abordable (1 800 francs pour une chaloupe, 800 francs pour un canot). Au début du XXe siècle, on construit certes des canots beaucoup plus robustes, rivalisant parfois avec les chaloupes moyennes. Mais, en règle générale, le mot canot évoque une petite unité, au rayon d'action limité, dont l'équipage est âgé[5]. Un petit canot mesure 5 mètres, un gros canot 9 mètres.

De nos jours, pour les pêcheurs bretons, le mot canot (prononcé canott) est une expression fourre-tout désignant une embarcation qui ne pratique pas le chalutage. On trouve donc sous ce nom des unités de 4 à 16 mètres pêchant au filet, au casier, à la senne, à la drague à coquillages, à la ligne ou à la palangre. La plupart mesurent moins de 9 mètres et, là encore, l'idée générale est celle d'une embarcation de taille modeste, menée par un équipage âgé pratiquant la petite pêche (marées de moins de 24 heures)[6]

Chez les sauveteurs en mer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Canot de sauvetage.

Sur les navires de guerre[modifier | modifier le code]

Le "dictionnaire de marine à voile" de Pâris et Bonnefoux [7], en 1847, distingue cinq types de canots sur les vaisseaux : Le grand canot pour les transports les plus lourds tout en étant moins fort que la chaloupe, le petit canot, le canot du commandant affecté au commandant, le canot major réservé à l’état-major et le canot de la provision pour les provisions de bord. S’y ajoute le canot-yole ou yole, construction légère.

Divers[modifier | modifier le code]

Un canot pneumatique
  • Canot pneumatique : canot gonflable construit en matière caoutchoutée ou plastique.
  • Canoë : embarcation légère mue à la pagaie simple, dédiée à la navigation sur les rivières et les lacs. Construit à l'origine par les peuples Nord-Amérindiens, le canoë moderne est aujourd'hui utilisé dans diverses pratiques récréatives et sportives.
  • Annexe : C'est le type de bateau utilisé comme bac entre un gros navire et une autre destination quand ce dernier ne peut s'approcher.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Lucrèce, Civilisations précolombiennes de la Caraïbe : actes du colloque du Marin, août 1989, L'Harmattan,‎ , p. 97 : « Le mot français canot, est emprunté à l'espagnol canoa ; lui-même dérivé direct du taino-arawak kanoa, donne en carib kanawa, et en caraïbe kanaoa, désignant la grande pirogue de bois monoxyle. Le terme kanow étant toujours employé par les Akawaio (carib des Guyanes) pour désigner une pirogue ».
  2. D'après Littré, F. Dassié, L'Architecture navale, p. 70, ibid., p. 151
  3. Jacques Pichon, Les Zones de pêche des chalutiers bigoudens, sur archimer.ifremer.fr, 2 mars 1992, p. 16.
  4. Bernard Cadoret, Dominique Duviard, Jacques Guillet, Henry Kérisit, Ar Vag : voiles au travail en Bretagne atlantique, Douarnenez, L'Estran, 1983, p. viii.
  5. Bernard Cadoret, Dominique Duviard, Jacques Guillet, Henry Kérisit, op. cit., p. x.
  6. Jacques Pichon, op. cit., p. 7 et 8.
  7. Capitaine de vaisseau Pâris et capitaine de vaisseau de Bonnefoux, "Dictionnaire de marine à voile" (1847), réédité aux Éditions du Layeur, ISBN 2-911468-25-2