Nouveau Parti démocratique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nouveau Parti démocratique
New Democratic Party
Image illustrative de l'article Nouveau Parti démocratique
Logo officiel
Présentation
Chef Thomas Mulcair
Fondation 1961
Siège Édifice Jack-Layton
300-279, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
Présidente Rebecca Blaikie
Idéologie Social-démocratie
Socialisme démocratique
Progressisme
Affiliation internationale Internationale socialiste
Alliance progressiste
Couleurs Orange
Site web npd.ca
Représentation
Sénat
0 / 105
Chambre des communes
94 / 308

Le Nouveau Parti démocratique (anglais : New Democratic Party) ou NPD est un parti politique canadien.

Fondé en 1961 par le Parti social démocratique et le Congrès du travail du Canada, le NPD est de tendance social-démocrate et est le plus à gauche des grands partis fédéraux du Canada.

Constamment troisième ou quatrième parti à la Chambre des communes de 1961 à 2011, le NPD réussit cette année une percée et forme depuis l'opposition officielle. Son chef actuel est Thomas Mulcair.

Idéologie et politiques[modifier | modifier le code]

Le NPD a succédé en 1961 au Parti social démocratique du Canada (PSD), un parti fondé en 1932 dans l'Ouest canadien par des groupes socialistes, agrariens, mutualistes et syndicaux au sein duquel étaient présents des mouvements de la gauche chrétienne et de l'évangile social. Dans ses statuts actuels, le NPD se réclame des « traditions sociales-démocrates et socialistes démocratiques » et des « mouvements agricole, ouvrier, coopératif, féministe, environnementaliste, des Premières nations, métis et inuits, et de défense des droits de la personne »[1].

Économiquement, le NPD se déclare en faveur d'une « économie réglementée »[1] et défend les politiques de sécurité sociale, notamment l'assurance-maladie, la sécurité de la vieillesse ou l'assurance-emploi et propose un programme fédéral de garderie d'enfants[2],[3]. Dans les années récentes, le NPD s'est également positionné dans des questions de consommations, notamment sur les questions de frais bancaires[3].

Alors que le PSD soutenait un gouvernement fédéral fort, le NPD est plus réceptif à l'autonomie des provinces[3]. Sur la question du statut du Québec, le NPD est fédéraliste mais a reconnu dès 2004 l'existence d'une « nation québecoise ». Dans la déclaration de Sherbrooke de 2005, le NPD se prononce en faveur d'un fédéralisme asymétrique qui permettrait à la province du Québec de disposer de plus de pouvoirs[4].

Le NPD est en faveur de l'abolition du Sénat, qu'il considère comme une « institution antidémocratique »[5], et est en faveur d'une réforme du mode de scrutin de la Chambre des communes[6].

Sur les questions internationales, le NPD est plutôt pacifiste et s'oppose régulièrement à l'engagement de troupes canadiennes à l'étranger. Le NPD critique l'alignement militaire ou politique du Canada avec les États-Unis[3].

Le NPD compte ou a compté en son sein plusieurs courants d'extrême-gauche comme le Waffle (années 1970), le Left Caucus (années 1980 et 1990) ou le Caucus socialiste.

Organisation[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

Le NPD compte deux types de membres : les membres individuels et les membres affiliés.

Les membres individuels sont les personnes qui adhèrent directement au parti. Ils appartiennent dans chaque circonscription fédérale à une association de circonscription[1].

Les membres affiliés sont des organisations (généralement les syndicats) qui adhèrent au NPD[1]. Jusqu'en 2006, les syndicats affiliés disposaient de 25 % des voix lors de l'élection du chef du parti, mais ce vote pondéré a été supprimé au profit du principe « un membre, une voix »[7].

Congrès et chef[modifier | modifier le code]

Le NPD organise un congrès tous les deux ans. Les associations de circonscriptions et les membres affiliés sont représentés au congrès, qui est chargé d'adopter les politiques et d'élire les principaux dirigeants du parti : le président, deux vice-présidents (dont l'un est issu du mouvement syndical) et le trésorier[1].

Le chef du NPD est élu en cas de vacance par l'ensemble des membres du parti. À chaque congrès, un vote de confiance a lieu : si le chef n'a pas la confiance des délégués du congrès, une course à la chefferie est organisée dans l'année qui suit[1].

Partis provinciaux[modifier | modifier le code]

Les chefs des NPD provinciaux et Thomas Mulcair en 2013.

À la différence des autres partis canadiens, les branches provinciales du NPD sont intégrées au parti fédéral : une personne qui adhère au NPD de sa province adhère en même temps au NPD fédéral. Il y a un parti dans chaque province et territoire, à l'exception du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest (qui pratiquent un gouvernement de consensus) et du Québec où le Nouveau Parti démocratique du Québec (NPDQ) et le NPD ont décidé en 1989 de rompre leurs liens après que la branche provinciale a pris des positions souverainistes.

Histoire[modifier | modifier le code]

1961 : fondation[modifier | modifier le code]

En 1956, le Congrès du travail du Canada (CTC) est fondé par la fusion du Congrès des métiers et du travail du Canada et du Congrès canadien du travail. Des discussions s'engagent avec le Parti social démocratique (PSD) afin d'engager une alliance entre le mouvement syndical et la gauche politique canadienne. En 1958 est créé un comité conjoint PSD-CTC est créé, le Comité national pour le Nouveau Parti. Le comité travaille pendant trois ans et de nombreux clubs sont créés à travers le pays pour permettre aux Canadiens intéressés de participer.

Le , le parti est officiellement fondé lors d'un congrès à Ottawa. Les délégués adoptent le nom « Nouveau Parti démocratique » et élisent Tommy Douglas, le Premier ministre de la Saskatchewan, comme premier chef face à Hazen Argue[8].

1961-1971 : Tommy Douglas[modifier | modifier le code]

Tommy Douglas en 1971.

En 1963, lors des premières élections fédérales depuis la fondation du nouveau parti, le NPD obtient 13,6 % des voix et 19 sièges, soit 11 de plus que le PSD en 1958. Dans les années qui suivent, Tommy Douglas est un personnage politique très respecté et le NPD réussit mieux aux élections que le PSD qu'il remplace, sans toutefois réussir la percée espérée à sa fondation.

En 1970, au moment de la Crise d'Octobre, Tommy Douglas et David Lewis conduisent 16 des 20 membres du caucus NPD à refuser le vote des mesures de guerre. Ils sont très critiqués à l'époque mais, quelques années plus tard, d'autres députés tels que Robert Stanfield avouent qu'ils admirent ce geste qu'ils n'ont pas eu le courage de faire[9].

1971-1975 : David Lewis[modifier | modifier le code]

Après la démission de Tommy Douglas, le congrès de 1971 est une affaire difficile. Un groupe de militants appelé The Waffle propose de nombreuses résolutions controversées, notamment pour la nationalisation de toutes les industries de ressources naturelles ou en soutien à la souveraineté du Québec[10]. Les délégués des syndicats s'opposent à ces résolutions et les propositions du Waffle sont défaites, mais il faut quatre tours de scrutin pour que David Lewis soit élu chef face au candidat du Waffle[11]. Dans les années qui suivent, le chef du NPD Ontario Stephen Lewis, le fils de David, démantèle le courant Waffle[12].

Aux élections de 1972, le NPD réussit à faire élire 31 députés dans un parlement minoritaire. Le NPD soutient de l'extérieur le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau en échange de l'application de certaines propositions comme la création de Pétro-Canada comme société de la Couronne.

Toutefois, aux élections de 1974, les libéraux obtiennent une majorité et le NPD est réduit à 16 sièges. David Lewis démissionne.

1975-1989 : Ed Broadbent[modifier | modifier le code]

Ed Broadbent.

En 1975, Ed Broadbent devient chef du NPD.

En 1979, le parti obtient 26 sièges et, en 1980, le NPD joue un rôle critique dans la chute du gouvernement minoritaire de Joe Clark en déposant la motion de défiance. Aux élections qui s'en suivent, le NPD gagne 6 sièges supplémentaires.

En 1984, les libéraux subissent une très lourde défaite alors que les progressistes-conservateurs prennent le pouvoir. Le NPD obtient alors 30 sièges, soit à peine dix de moins que le Parti libéral. Les néo-démocrates sont populaires dans les années qui suivent : Broadbent passe régulièrement devant le libéral John Turner dans les sondages et le le parti remporte trois élections partielles à Terre-Neuve, en Ontario et au Yukon.

Aux élections fédérales de 1988, le NPD fait élire un record de 43 députés. Toutefois, les libéraux capitalisent sur leur opposition au libre échange et le NPD est largement troisième alors que la division des votes à gauche permet au conservateur Brian Mulroney de rester en poste avec une majorité.

En 1989, Ed Broadbent démissionne de la direction du NPD après 14 années à sa tête[13].

1989-2003 : Audrey McLaughlin et Alexa McDonough[modifier | modifier le code]

Lors de la course à la chefferie de 1989, l'ancien Premier ministre de la Colombie-Britannique Dave Barrett et la députée du Yukon Audrey McLaughlin sont les principaux prétendants. Barrett soutient que le NPD doit se concentrer sur l'Ouest canadien mais la branche québécoise du parti s'oppose à sa candidature[14]. C'est finalement McLaughlin qui l'emporte au quatrième tour de scrutin : elle devient ainsi la première femme chef d'un grand parti canadien.

Bénéficiant du soutien des syndicats et des votes ruraux dans les Prairies, Audrey McLaughlin tente de gagner du soutien au Québec, mais sans grand succès. Si le NPD remporte pour la première fois une élection partielle et fait élire Phil Edmonston à Chambly en 1990, il perd son aile québécoise en 1989 qui préfère rompre avec le NPD fédéral et adopter une plate-forme souverainiste.

À la surprise générale, le NPD remporte les élections provinciales de 1990 en Ontario et Bob Rae devient premier ministre de l'Ontario. En 1992, le NPD soutient l'Accord de Charlottetown au référendum.

En 1993, le NPD est décimé : il passe de 43 à seulement 9 sièges. Le parti paye l'impopularité des gouvernements provinciaux de Bob Rae en Ontario et Mike Harcourt en Colombie-Britannique alors que dans l'Ouest, une partie de ses électeurs se retrouve dans le discours populiste du Parti réformiste.

Le , McLaughlin annonce son intention de démissionner[15]

Pour la course à la chefferie de 1995, le NPD organise une série de primaires régionales. Arrivée troisième lors de ces primaires, Alexa McDonough crée la surprise lors du congrès en se positionnant deuxième derrière Svend Robinson. Sachant que la majorité des délégués du candidat éliminé Lorne Nystrom allait soutenir McDonough, Robinson se retire et lui apporte son soutien avant qu'un second tour ait lieu[16].

En 1997, le NPD fait élire 21 députés, notamment grâce à une percée au Canada Atlantique où est élue Alexa McDonough. Toutefois, McDonough est perçue comme voulant réorienter le parti vers le centre, à l'image de la Troisième Voie du Parti travailliste britannique, ce qui lui fait perdre des soutiens, notamment auprès des syndicats de l'automobile. 2000, le NPD fait campagne sur l'assurance-maladie mais perd des soutiens et termine avec seulement 13 sièges.

Depuis 2003 : Jack Layton et Thomas Mulcair[modifier | modifier le code]

Parlements minoritaires[modifier | modifier le code]

Jack Layton lors de la campagne de 2011.

Après la démission d'Alexa McDonough, Jack Layton est élu chef du parti en 2003 dès le premier tour. Conseiller municipal de Toronto, Layton refuse de contester un siège lors d'une élection partielle et nomme Bill Blaikie, son principal adversaire lors de la course à la chefferie, comme chef adjoint et leader parlementaire du NPD.

En 2004, le NPD remporte 15 % des voix (+ 7 points) mais ne gagne que 5 sièges supplémentaires. Toutefois, les libéraux de Paul Martin sont réduits à un gouvernement minoritaire et le NPD utilise sa position pour profondément amender le budget de 2005 et y faire introduire des dépenses en faveur du logement, de l'éducation, de l'environnement et annuler les baisses d'impôts aux grosses entreprises[17].

À la suite du scandale des commandites et du rapport de la commission Gomery, le NPD retire son soutien au gouvernement Martin. Lors des élections de 2006, le NPD gagne 10 sièges supplémentaires avec 29 députés et un gouvernement conservateur minoritaire est élu avec Stephen Harper. Le NPD vote certains textes, comme la loi sur l'imputabilité, mais est le seul parti d'opposition à refuser tous les votes de confiance.

En 2007, Thomas Mulcair gagne une élection partielle à Outremont. Le NPD retient ce siège lors des élections fédérales de 2008 : c'est la première fois que le NPD obtient un siège au Québec lors d'une élection générale. À cette même élection, le NPD obtient 37 députés, soit son meilleur score depuis la percée de 1988.

Six semaines après les élections, le gouvernement minoritaire de Stephen Harper propose une série de mesures controversées comme l'abolition du droit de grève des fonctionnaires et la fin du financement public des partis politiques. Cette annonce provoque une crise politique : le , Stéphane Dion du Parti libéral du Canada et Jack Layton annonce vouloir renverser le gouvernement et former un gouvernement de coalition avec le soutien extérieur du Bloc québécois. Le , Stephen Harper évite un vote de confiance en faisant prorogé le Parlement.

Le , Jack Layton annonce souffrir d'un cancer de la prostate[18].

Opposition officielle[modifier | modifier le code]

Thomas Mulcair en 2012.

En , les partis d'opposition votent une motion de défiance envers le gouvernement Harper et des élections sont déclenchés. Après un début en demi-teinte[19], la performance de Jack Layton dans les débats des chefs permet au NPD d'effectuer une forte hausse dans les sondages, d'abord au Québec puis dans le reste du pays[20]. Au soir du scrutin, le NPD réussit à remporter 103 sièges, soit 67 de plus qu'à la précédente élection et repoussant les libéraux en troisième avec 34 sièges. Le NPD obtient 59 sièges au Québec, écrasant le Bloc québécois qui ne recueille que 4 sièges. Pour la première fois de son histoire, le NPD devient l'opposition officielle à la Chambre des communes.

Après avoir mené son parti dans les premiers mois de la session parlementaire, Jack Layton annonce qu'il quitte temporairement la tête du NPD pour combattre son cancer. Nycole Turmel assure l'intérim. Le , Layton meurt de sa maladie à Toronto. Son décès provoque une forte émotion ; il se voit accorder des funérailles d'État. Dans une lettre, écrite quelques jours avant sa mort, Layton enjoint les membres du NPD à travailler « avec une énergie et une détermination sans précédant » pour les prochaines échéances[21].

En , Thomas Mulcair est élu chef du NPD, face notamment à Brian Topp.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections fédérales[modifier | modifier le code]

Élection Chef Votes  % Sièges +/– Position Résultat
1962 Tommy Douglas 1 044 754 13,6
19 / 265
en augmentation 11 en diminution 4e Opposition
1963 Tommy Douglas 1 044 701 13,2
17 / 265
en diminution 2 en stagnation 4e Opposition
1965 Tommy Douglas 1 381 658 17,9
21 / 265
en augmentation 4 en augmentation 3e Opposition
1968 Tommy Douglas 1 378 263 17,0
22 / 264
en augmentation 1 en stagnation 3e Opposition
1972 David Lewis 1 725 719 17,8
31 / 264
en augmentation 9 en stagnation 3e Opposition
1974 David Lewis 1 467 748 15,4
16 / 264
en diminution 15 en stagnation 3e Opposition
1979 Ed Broadbent 2 048 988 17,9
26 / 282
en augmentation 10 en stagnation 3e Opposition
1980 Ed Broadbent 2 165 087 19,8
32 / 282
en augmentation 6 en stagnation 3e Opposition
1984 Ed Broadbent 2 359 915 18,8
30 / 282
en diminution 2 en stagnation 3e Opposition
1988 Ed Broadbent 2 685 263 20,4
43 / 295
en augmentation 13 en stagnation 3e Opposition
1993 Audrey McLaughlin 939 575 6,9
9 / 295
en diminution 34 en diminution 4e Opposition
1997 Alexa McDonough 1 434 509 11,1
21 / 301
en augmentation 12 en stagnation 4e Opposition
2000 Alexa McDonough 1 093 748 8,5
13 / 301
en diminution 8 en stagnation 4e Opposition
2004 Jack Layton 2 127 403 15,7
19 / 308
en augmentation 6 en stagnation 4e Opposition
2006 Jack Layton 2 589 597 17,5
29 / 308
en augmentation 10 en stagnation 4e Opposition
2008 Jack Layton 2 515 288 18,2
37 / 308
en augmentation 8 en stagnation 4e Opposition
2011 Jack Layton 4 508 474 30,6
103 / 308
en augmentation 66 en augmentation 2e Opposition officielle

Élections provinciales et territoriales[modifier | modifier le code]

Le NPD dans les législatures provinciales :
  •      Gouvernement (2)
  •      Opposition officielle (3)
  •      Représentation dans la législature (3)
  •      Pas de députés NPD (3)
  •      Gouvernement de consensus (2)
Parti Sièges Chef
Alberta
54 / 87
Rachel Notley (Première ministre)
Colombie-Britannique
34 / 85
John Horgan (Opposition officielle)
Île-du-Prince-Édouard
0 / 27
Michael Redmond
Manitoba
35 / 57
Greg Selinger (Premier ministre)
Nouveau-Brunswick
0 / 55
Dominic Cardy
Nouvelle-Écosse
7 / 51
Maureen MacDonald (interim)
Ontario
21 / 107
Andrea Horwath
Saskatchewan
9 / 58
Cam Broten (Opposition officielle)
Terre-Neuve-et-Labrador
3 / 48
Earle McCurdy
Yukon
6 / 19
Elizabeth Hanson (Opposition officielle)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Statuts du Nouveau Parti démocratique du Canada », sur NPD
  2. « Le NPD propose des services de garde à 15 $ », sur Metro
  3. a, b, c et d (en) « New Democratic Party », sur thecanadianencyclopedia.ca
  4. « Le Québec dans l'histoire du NPD », sur Radio-Canada
  5. « Le NPD en croisade pour abolir le Sénat », sur La Presse
  6. « NPD : ouverture à une réforme du mode de scrutin », sur L'Actualité
  7. « NPD: les syndicats ne voteront pas pour le prochain chef », sur La Presse
  8. « Douglas Leads New Party, ‘Democratic’ Tag in Name », sur Google News
  9. Mary Janigan, « Some MPs say they regret voting for War Measures », Toronto Star, Toronto,‎ , p. 3
  10. Globe Editorial, « A self-inflicted wound », The Globe and Mail, Toronto, CTVglobemedia,‎ , p. 3
  11. Murry Goldblatt, « Long road to the top », The Globe and Mail, Toronto, CTVglobemedia,‎ , p. 3
  12. Philip Sykes, « Officially dead, the Waffle girds for its biggest battle », The Toronto Star, Toronto, Torstar,‎ , p. 6
  13. « CBC News Indepth: Ed Broadbent », sur CBC
  14. « David Barrett », sur thecanadianencyclopedia
  15. Susan Delacourt, « NDP plans to redesign the left: McLaughlin to give up helm », The Globe and Mail, Toronto, CTVglobemedia,‎ , A1, A6
  16. (en) Shawn McCarthy, « New Democrats pick McDonough », The Toronto Star, Toronto, Torstar,‎ , A1, A5
  17. « Liberal-NDP budget deal », sur CBC
  18. « Layton won't attend NDP summer caucus retreat », sur CTV
  19. « NDP fortunes falling fast in latest poll », sur The Toronto Star
  20. « NDP fortunes falling fast in latest poll », sur CBC
  21. « Voici une lettre de Jack Layton à l'attention des Canadiens », sur NPD.ca

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]