Inuit Nunangat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Inuit Nunangat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Nom local
ᐃᓄᐃᑦ ᓄᓇᖓᑦ
Géographie
Pays
État souverain
Territoire
Localisation géographique
Arctique canadien
Partie de
Superficie
3 304 740 km2
Transparent map of Inuit Tapiriit Kanatami.png
Carte de l'Inuit Nunangat réalisée par l'Inuit Tapiriit Kanatami.
Démographie
Population
56 585 hab.
Densité
0,02 hab./km2
Identité
Langue officielle
Identifiants
Site web

L'Inuit Nunangat (/i.nu.it.ˈnu.naŋ.at/ ; en syllabaire inuktitut : ᐃᓄᐃᑦ ᓄᓇᖓᑦ ; litt. « terres, eaux et glaces du peuple [inuit] ») est la patrie des Inuits au Canada. Cette patrie arctique se compose de quatre régions du nord du Canada appelées région désignée des Inuvialuit (terre des Inuvialuit et partie septentrionale des Territoires du Nord-Ouest), du territoire canadien du Nunavut (ᓄᓇᕗᑦ), du Nunavik (ᓄᓇᕕᒃ) dans le nord du Québec et du Nunatsiavut (ᓄᓇᑦᓯᐊᕗᑦ) à Terre-Neuve-et-Labrador.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cartes montrant les différentes cultures (Dorset, Thulé, Vikings, Innus et Béothuks) au Groenland, Labrador, Terre-Neuve et les îles arctiques canadiennes dans les années 900, 1100, 1300 et 1500
Cultures arctiques de 900 à 1500 :
  • Dorset
  • Innus
  • Thulé
  • Béothuks
  • Vikings
  • Utilisant à l'origine le terme groenlandais « Nunaat » excluant les eaux et les glaces, les Inuits du Canada sont officiellement passés à l'inuktitut « Nunangat » en 2009 pour refléter la nature intégrale « des terres, des eaux et des glaces » à la culture inuite[1].

    Histoire[modifier | modifier le code]

    Établissement des Inuits[modifier | modifier le code]

    Mis à part les Métis, les Inuits sont les plus récents arrivants autochtones sur le continent américain.

    Les ancêtres inuits connus sous le nom de culture de Thulé ont colonisé l'Arctique en remplacement de la culture dominante précédente de Dorset (Tuniit). Le dernier vestige des Tuniit étaient les Sadlermiuts qui ont disparu au début des années 1900.

    Les Inuits ont remplacé la culture locale du Dorset sur une période d'environ deux-cents ans au cours du premier millénaire de notre ère.

    Le déplacement des Tuniit (ᑐᓃᑦ), ou du peuple Dorset, et l'arrivée des Inuits (dont les ancêtres sont souvent appelés Thulé) ont eu lieu dans les années 1100-1300 de notre ère. Venus de la Sibérie où ils se sont séparés des Aléoutes et d'autres peuples apparentés il y a environ 4 000 ans, les Inuits avaient atteint Inughuit Nunaat dans l'ouest du Groenland vers 1300 EC, apportant avec eux des chiens de transport et diverses nouvelles technologies.

    Les relations commerciales étaient et restent fortes avec les pays et nations limitrophes[2], comme avec les Gwich'in[3] et les Tchipewyans (Dënesųłı̨né)[4] de Denendeh et les Innus du Nitassinan ᓂᑕᔅᓯᓇᓐ[5], bien que des conflits occasionnels surgissent. Le commerce et les relations avec les Européens ont commencé avec des contacts entre Vikings et Inuits clairsemés et le commerce des Basques avec les NunatuKavummuit du sud du NunatuKavut et les Nunatsiavummuit. L'expédition de 1576 de Martin Frobisher pour trouver le passage du Nord-Ouest a atterri sur et autour de l'île de Baffin, dans la région actuelle de Qikiqtaaluk (ᕿᑭᖅᑖᓗᒃ, où trois Inuits, un homme appelé Calichough (Kalicho), une femme, Egnock (Arnaq), et son enfant, Nutioc (Nuttaaq) , ont été enlevés et amenés sur le continent européen, où ils sont tous morts[6],[7],[8],[9].

    Le premier traité signé entre les Inuits et la Couronne britannique remonte à 1765, lorsque le NunatuKavut a tenu des négociations sur les droits d'utilisation des terres au Labrador. À peu près à la même époque, l'Église morave a mis en place des missions soutenues par les Anglais après des altercations entre le NunatuKavut et les gouvernements coloniaux, les raids des NunatuKavummuit sur les avant-postes de chasse à la baleine se terminant par les deux traités et les débuts d'un contrôle sévère de l'Église.

    Colonisation canadienne[modifier | modifier le code]

    La colonisation canadienne s'est étendue à l'Inuit Nunangat via les terres revendiquées comme la Terre de Rupert, le Territoire du Nord-Ouest et le Québec, y compris plus tard Terre-Neuve-et-Labrador. La propagation rapide des maladies, la richesse matérielle, les Églises chrétiennes et les services de police canadiens[10] ont vu un déclin et un effondrement rapides de l'Inuit Nunangat, dont il se remet encore.

    Étant donné que les colonisateurs européens ne souhaitaient guère s'établir dans une grande partie des territoires de l'Inuit Nunangat, la violence subie par les Premières Nations du sud était relativement minime dans le Nord. Cependant, les politiques d'assimilation, y compris l'abattage à grande échelle des chiens de la communauté entre 1950 et 1970[11], la délocalisation du Haut-Arctique[12],[13] ainsi que la participation forcée au sein du système des pensionnats autochtones du Canada[14] ont quitté la société inuite avec perte de langage et traumatisme intergénérationnel[15].

    Ère moderne[modifier | modifier le code]

    Aujourd'hui, l'Inuit Nunangat est supervisé par l'Inuit Tapiriit Kanatami (ᐃᓄᐃᑦ ᑕᐱᕇᑦ ᑲᓇᑕᒥ, ce qui signifie soit « Les Inuits sont unis avec le Canada »[16], soit « Les Inuits sont unis dans le Canada »[17]) qui agit comme une pièce maîtresse culturelle et quasi-gouvernement central pour les affaires inuites au Canada.

    Alors que la confédération du Nunavut au Canada en 1999 via la Loi sur le Nunavut et l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut est la plus visible, chacune des régions de l'Inuit Nunangat ainsi que du NunatuKavut ont des revendications territoriales avec le Canada. Le Nunangit est tombé sous la juridiction de l'Inuvialuit Regional Corporation deux ans après la Convention définitive des Inuvialuit de 1984, et le Nunatsiavut a obtenu un gouvernement autonome en 2005 après la proposition de 2002 de l'Association des Inuits du Labrador pour un gouvernement distinct. Commençant par une revendication territoriale en 1977, des négociations ont débuté en 1988 entre la Labrador Inuit Association, les gouvernements de Terre-Neuve-et-Labrador et celui du Canada. Dans le Nord du Québec, la Société Makivik a été créée à la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois en 1978, prenant le relais de l'ancienne « Association des Inuits du Nord du Québec » des Nunavimmiut (ᑯᐸᐃᒃ ᑕᕐᕋᖓᓂ ᐃᓄᐃᑦ ᑲᑐᔾᔨᖃᑎᒌᖏᑦ, Kupaik Tarrangani Inuit Katujjiqatigiingit).

    Enfin, le NunatuKavut ne fait pas officiellement partie de l'Inuit Nunangat, dont le traité avec les Britanniques remonte à 1765 et demeure en vigueur[18], le NunatuKavut Community Council (NCC) supervisant la gouvernance dans cette région[19].

    Démographie[modifier | modifier le code]

    Au recensement du Canada de 2016, la population de l'Inuit Nunangat était de 56 585 habitants. La population autochtone est de 49 020 habitants[20],[21],[22],[23], soit 86,63 %, et 47 330[24] (83,65 %) sont des Inuits.

    Population de l'Inuit Nunangat
    Région Total Inuits Premières Nations Métis Autres Autochtones Non-Autochtones
    Région désignée des Inuvialuit[20] 5 335 3 110 860 130 25 1 205
    Nunavut[21] 35 580 30 135 190 165 60 5 025
    Nunavik[22] 13 115 11 800 135 30 30 1 130
    Nunatsiavut[23] 2 560 2 290 25 35 0 205
    Totaux 56 595 47 330[24] 1 210 360 115 7 565

    Parmi les Inuits vivant dans l'Inuit Nunangat, 6,57 % vivent dans la région désignée des Inuvialuit, 63,66 % au Nunavut, 24,93 % au Nunavik et 4,84 % au Nunatsiavut[20],[21],[22],[23]. Au total, en 2016, il y a 65 025 Inuits au Canada, dont 47 330 (72,79 %) dans l'Inuit Nunangat et 17 695 (27,21 %) dans d'autres régions du Canada[24].

    Communautés[modifier | modifier le code]

    Dix plus grandes communautés de l'Inuit Nunangat (2016)
    Municipalité Région Population
    Iqaluit Nunavut 7 082
    Inuvik Région désignée des Inuvialuit 3 243
    Kuujjuaq Nunavik 2 754
    Rankin Inlet Nunavut 2 441
    Arviat Nunavut 2 318
    Qamani'tuaq Nunavut 1 872
    Puvirnituq Nunavik 1 779
    Inukjuak Nunavik 1 757
    Cambridge Bay Nunavut 1 619
    Pond Inlet Nunavut 1 549

    Inuvik est le centre régional de la région d'Inuvik dans les Territoires du Nord-Ouest et sert de siège régional pour la région désignée des Inuvialuit. Iqaluit est la capitale du Nunavut et Kuujjuaq pour le Nunavik. Pour le Nunatsiavut, Hopedale (574 habitants[25]) est la capitale législative et Nain (1 125 habitants[26]) est la capitale administrative.

    Il y a six collectivités dans la région désignée des Inuvialuit, une ville, Inuvik et cinq hameaux, Aklavik, Paulatuk, Sachs Harbour, Tuktoyaktuk et Ulukhaktok.

    Il y a vingt-cinq communautés peuplées au Nunavut[27]. Une ville, Iqaluit et vingt-quatre hameaux, Arctic Bay, Arviat, Qamani'tuaq, Cambridge Bay, Cape Dorset, Chesterfield Inlet, Clyde River, Coral Harbour, Gjoa Haven, Grise Fiord, Hall Beach, Igloulik, Kimmirut, Kugaaruk, Kugluktuk, Naujaat, Pangnirtung, Pond Inlet, Qikiqtarjuaq, Rankin Inlet, Resolute, Sanikiluaq, Taloyoak et Whale Cove. De plus, il y a une communauté inhabitée reconnue par le gouvernement du Nunavut, Bathurst Inlet. Statistique Canada reconnaît également les communautés inhabitées de Nanisivik et d'Umingmaktok[28].

    Il y a quatorze villages au Nunavik : Akulivik, Aupaluk, Inukjuak, Ivujivik, Kangiqsualujjuaq, Kangiqsujuaq, Kangirsuk, Kuujjuaq, Kuujjuarapik, Puvirnituq, Quaqtaq, Salluit, Tasiujaq et Umiujaq. Toutes sont des municipalités de villages nordiques et, à l'exception d'Ivujivik et de Puvirnituq, ont toutes des terres réservées associées.

    Il y a cinq villes au Nunatsiavut : Hopedale, Makkovik, Nain, Postville et Rigolet.

    Langues[modifier | modifier le code]

    Répartition des variantes orales des langues inuites dans les territoires inuits.

    La principale langue autochtone de l'Inuit Nunangat est l'inuktitut.

    L'inuktitut (en syllabaire inuktitut : ᐃᓄᒃᑎᑐᑦ, /i.nuk.ti.ˈtut/), aussi appelé inuktitut de l'Est canadien, est une des principales langues inuites du Canada. Elle est parlée dans toutes les zones au nord de la limite des arbres, y compris dans des zones de Terre-Neuve-et-Labrador, du Québec, des Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut[29]. C’est une des langues écrites à l'aide du syllabaire autochtone canadien[29]. Il s’agit d'un des quatre grands ensembles dialectaux des langues inuites, les trois autres ensembles étant l'inupiaq, parlé en Alaska, l'inuvialuktun, parlé dans le Nord-Ouest canadien, et le groenlandais, parlé au Groenland. En 2016, Statistique Canada recense 39 770 locuteurs[30], ce qui fait de l'inuktitut la deuxième langue autochtone la plus parlée du Canada[29].

    L'anglais est largement compris et parlé dans l'ensemble de l'Inuit Nunangat, souvent avec l'inuktitut.

    Le français est parlé par une minorité de la population, notamment au Nunavik faisant partie du Québec.

    Peuple[modifier | modifier le code]

    Les Inuits sont des peuples divers qui partagent des similitudes culturelles et linguistiques. De plus, il s'agit d'un peuple bimodal, parlant à la fois les langues orales (inuktut) et les langues des signes (Atgangmuurniq).

    Peuples de l'Inuit Nunangat[modifier | modifier le code]

    • Nunavummiut
    • Kivallirmiut
    • Nunavimmiut
    • Inuvialuit
    • Nunatsiavummuit

    Inuits à l'extérieur de l'Inuit Nunangat[modifier | modifier le code]

    • NunatuKavummuit
    • Kalaallit / Inughuit / Tunumiit
    • Iñupiaq

    Peuples liés[modifier | modifier le code]

    • Yup'ik
    • Sugpiaq

    Géographie[modifier | modifier le code]

    Couvrant une grande partie de l'Arctique nord-américain, l'Inuit Nunangat se trouve principalement au-delà de la limite des arbres.

    Changement climatique[modifier | modifier le code]

    L'Inuit Tapiriit Kanatami a publié en 2019 sa stratégie nationale inuite sur les changements climatiques pour lutter et répondre à l'effondrement écologique et ses effets sur les Inuits et l'Inuit Nunangat[31].

    Culture[modifier | modifier le code]

    La culture inuite transcende les millénaires et comprend une production artistique variée, des sports et autres attributs culturels.

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. (en) Inuit Tapiriit Kanatami, « Maps Of Inuit Nunangat (Inuit Regions Of Canada) », sur Inuit Tapiriit Kanatami ᐃᓄᐃᑦ ᑕᐱᕇᑦ ᑲᓇᑕᒥ (consulté le ).
    2. (en) Inuit Heritage Trust, « Inuit Trade in the Central Arctic », sur Inuit contact and colonization (consulté le ).
    3. (en) Scott Black, Georgina Montgomery et Alan Fehr, Canada's Western Arctic, Inuvik, Denendeh/Nunangit, Canada, Western Arctic Handbook Committee, , 342 p. (ISBN 0-9687910-0-X, lire en ligne).
    4. (en) Yvon Csonka, « A stereotype further dispelled: Inuit-Dene relations west of Hudson Bay, 1920–1956 », Études/Inuit/Studies, vol. 23, nos 1-2,‎ , p. 117–144.
    5. Heritage Newfoundland and Labrador, « Innu Culture », sur Heritage Newfoundland and Labrador, (consulté le ).
    6. (en) Renée Fossett, In Order to Live Untroubled: Inuit of the Central Arctic, 1550-1940, Université du Manitoba, , 356 p. (ISBN 978-0-88755-328-8, lire en ligne), page 37.
    7. (en) National Humanities Center, « The Death of the Inuit Man in England: Postmortem report and comments of Dr. Edward Dodding (Excerpts) », sur http://nationalhumanitiescenter.org/, (consulté le ).
    8. (en) Karen Ordahl Kupperman, The Jamestown Project, Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-02702-2, lire en ligne), page 94.
    9. (en) Alden T. Vaughan, « American Indians in England (act. c. 1500–1615) », sur Oxford Dictionary of National Biography (consulté le ).
    10. Sarah Bonesteel, Canada's Relationship with Inuit: A History of Policy and Program Development, Ottawa, Indigenous and Northern Affairs Canada, (ISBN 978-1-100-11121-6, lire en ligne).
    11. (en) Qikiqtani Inuit Association, Qimmiliriniq: Inuit Sled Dogs in Qikiqtaaluk, Toronto, Qikiqtani Inuit Association (ISBN 978-1-927095-63-8, lire en ligne).
    12. (en) René Dussault et George Erasmus, The High Arctic Relocation: A Report on the 1953-55 Relocation, Commission royale sur les peuples autochtones, , 190 p. (lire en ligne).
    13. (en) John Douglas Porteous et Sandra Eileen, Domicide: The Global Destruction of Home, Montréal, McGill-Queen's University Press, (ISBN 978-0-7735-2258-9, lire en ligne), pages 102–03.
    14. (en) Margaret Fern Elgar, A Comparative Study of Native Residential Schools and the Residential Schools for the Deaf in Canada, Ottawa, Université Carleton, (lire en ligne).
    15. (en) Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, « Réclamer notre pouvoir et notre place : le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées », sur https://www.mmiwg-ffada.ca/ (consulté le ).
    16. (en) Katherine Barber, « Aboriginal Titles », sur TERMIUM Plus®, (consulté le ).
    17. (en) Inuit Tapiriit Kanatami, « We are the national voice of Canada’s 65,000 Inuit », sur Inuit Tapiriit Kanatami, (consulté le ).
    18. (en) NunatuKavut, « British-Inuit Treaty Of 1765 », sur NunatuKavut Our Ancient Land (consulté le ).
    19. (en) NunatuKavut, « Governing Council », sur NunatuKavut Our Ancient Land (consulté le ).
    20. a b et c Gouvernement du Canada, « Profil de la population autochtone, Recensement de 2016 Région Inuvialuit [Région inuites], Territoires du Nord-Ouest », sur Statistique Canada, (consulté le ).
    21. a b et c Gouvernement du Canada, « Profil de la population autochtone, Recensement de 2016 Nunavut [Région inuites], Nunavut », sur Statistique Canada, (consulté le ).
    22. a b et c Gouvernement du Canada, « Profil de la population autochtone, Recensement de 2016 Nunavik [Région inuites], Québec », sur Statistique Canada, (consulté le ).
    23. a b et c Gouvernement du Canada, « Profil de la population autochtone, Recensement de 2016 Nunatsiavut [Région inuites], Terre-Neuve-et-Labrador », sur Statistique Canada, (consulté le ).
    24. a b et c Gouvernement du Canada, « Population inuite selon la résidence, dans l'Inuit Nunangat et à l'extérieur de l'Inuit Nunangat, 2016 », sur Statistique Canada, (consulté le ).
    25. Gouvernement du Canada, « Profil du recensement, Recensement de 2016 Hopedale, Town [Subdivision de recensement], Terre-Neuve-et-Labrador et Division No. 11, Division de recensement [Division de recensement], Terre-Neuve-et-Labrador », sur Statistique Canada, (consulté le ).
    26. Gouvernement du Canada, « Profil du recensement, Recensement de 2016 Nain, Town [Subdivision de recensement], Terre-Neuve-et-Labrador et Division No. 11, Division de recensement [Division de recensement], Terre-Neuve-et-Labrador », sur Statistique Canada, (consulté le ).
    27. (en) Gouvernement du Nunavut, « Community Information », sur https://www.gov.nu.ca/ (consulté le ).
    28. Gouvernement du Canada, « Chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, et subdivisions de recensement (municipalités), recensements de 2016 et 2011 – Données intégrales », sur Statistique Canada, (consulté le ).
    29. a b et c Richard Compton, « Inuktitut » dans L'Encyclopédie canadienne, Historica Canada, 1985–. Publié le 13 décembre 2016. (consulté le ).
    30. « Les langues autochtones des Premières Nations, des Métis et des Inuits », sur statcan.gc.ca, Statistique Canada (consulté le ).
    31. (en) Inuit Tapiriit Kanatami, « National Inuit Climate Change Strategy Sets Out Coordinated Actions To Shape Climate Policy », sur Inuit Tapiriit Kanatami ᐃᓄᐃᑦ ᑕᐱᕇᑦ ᑲᓇᑕᒥ (consulté le ).

    Annexes[modifier | modifier le code]

    Articles connexes[modifier | modifier le code]

    Liens externes[modifier | modifier le code]

    • Gouvernement du Canada, « Inuit », sur Gouvernement du Canada, (consulté le ).
    • Société géographique royale du Canada, « Inuit Nunangat », sur Atlas des peuples autochtones du Canada (consulté le ).
    • (en) Inuit Tapiriit Kanatami, « Inuit Tapiriit Kanatami », sur Inuit Tapiriit Kanatami (consulté le ).
    • (en) Oceans North, « Inuit Nunangat », sur Oceans North (consulté le ).