Coucoucache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coucoucache 24A
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Mauricie
Statut municipal Réserve indienne
Démographie
Gentilé s. o.
Population 0 hab. (2014)
Densité 0 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 00″ nord, 73° 14′ 00″ ouest
Superficie 6 ha = 0,06 km2
Divers
Code géographique 90801
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Coucoucache 24A

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Coucoucache 24A

Coucoucache 24A est une réserve indienne du Canton Cloutier, au Québec (Canada), enclavée dans le territoire de la ville de La Tuque dans la région administrative de la Mauricie[1]. Elle est administrée par la communauté atikamekw de Wemotaci.

« La réserve fut déplacée en 1932 lors de la construction du barrage du Rapide-Blanc et de l'inondation des terres environnantes. Maintenant située sur les bords du réservoir Blanc, elle n'a plus qu'une superficie de 4,9 ha et personne n'y habite en permanence. Coucoucache viendrait du terme kôkôkachi signifiant hibou »[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1806, l'explorateur Jean-Baptiste Perrault rapporte sur "la petite rivière Kôukôukache qui coule par une montagne rocheuse où il y a 11 portages pour se rendre à Grand Kôukôukache". Ce nom vient du mot kôkôkachi, ce qui signifie "hibou". Il était aussi le nom de l'ancien lac Coucoucache, où la Compagnie de la Baie d'Hudson avait maintenu un poste de traite, appelé Coocoocache, lequel a été exploité depuis au moins 1823 (fermé vers 1913). Le lac Coucoucache qui faisait partie d'une chaîne de lacs sur la rivière Saint-Maurice, qui a peut-être été nommé d'après une petite montagne ayant la forme d'un hibou, qui était située à l'extrémité est du lac. Une légende amérindienne rapporte qu'un combat a eu lieu à ce lac entre les Atikamekw et les Iroquois. Au cri de ralliement, imitant le cri de la chouette, les Atikamekw ont surgi soudainement sur les Iroquois et les ont massacrés[4].

En 1851, le gouvernement a promulgué l'attribution de 230 000 acres de terrain pour constituer une réserve à l'usage et au profit des tribus indiennes résidant dans le Bas-Canada. Deux ans plus tard, ces terres ont été réparties entre les Atikamekw, Algonquins, Abénaquis, par John Rolph, commissaire des terres de la Couronne. Le 9 août 1853, les réserves, y compris Coucoucache, ont été approuvés par le gouverneur général en conseil. En 1895, la réserve originale Coucoucache a été arpentée et couvert 380 hectares (1,54 km2)[5].

En 1932, le barrage de Rapide-Blanc a été construit, conduisant à la formation du réservoir Blanc qui ont inondé le lac Coucoucache et la réserve. La nouvelle réserve Coucoucache située sur la rive nord du réservoir a remplacé l'ancien, mais était seulement 12 acres (0,05 km 2) dans la taille. Pour la perte de terres, la Shawinigan Water & Power Company a défrayé au gouvernement du Canada le montant de 380$[4],[5].

Historique foncier[modifier | modifier le code]

  • 1851-08-30 : Loi de 1851, consistant à la mise à part de terres n’excédant pas 93 080 hectares (230 000 acres) pour l’usage des Indiens.
  • 1853-08-09 : Arrêté en conseil, répartition des terres mises à part par la Loi de 1851 sur les terres de La Tuque - Superficie approximative : 5 666 hectares (14 000 acres).
  • 1867-07-01 : Loi de 1867, compétence du gouvernement du Canada sur les Indiens et sur les terres réservées pour les Indiens.
  • 1895-12-05 : Arpentage des terres pour la réserve de Coucoucache, Canton de Cloutier, Partie non divisée - Superficie : 153,78 hectares (380 acres).
  • 1925-12-31 : Loi de 1925, réservation de terres n’excédant pas 133 550 hectares (330 000 acres) au bénéfice des Indiens par le transfert de l’usufruit.
  • 1931-10-27 : Arpentage des terres pour la nouvelle réserve de Coucoucache, Canton de Cloutier, Partie non divisée d'une superficie de 4,85 hectares (12 acres).
  • 1932-01-16 : Arrêté en conseil 93, transfert de régie et d’administration du gouvernement du Québec au gouvernement du Canada. Canton de Cloutier, Partie non divisée. Superficie : 4,85 hectares (12 acres).
  • 1937-12-01 : Arrêté en conseil 2984, acceptation du transfert (1932) par le gouvernement du Canada. Rétrocession au gouvernement du Québec de la réserve de Coucoucache (1851) en vertu de la Loi sur les Indiens (S.R.C. 1927, chap. 98, art. 48).

Situation actuelle:

  • Canton de Cloutier, Partie non divisée, terrain acquis en vertu de la Loi de 1925. Transfert de régie et d’administration du gouvernement du Québec au gouvernement du Canada par l’arrêté en conseil 93 (1932-01-16). Superficie: 4,85 hectares (12 acres)[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
0 0 0 0 0 -

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Coucoucache », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire,
  2. Toponymie : Coucoucache
  3. Canada: Coucoucache
  4. a et b « Coucoucache (Réserve indienne) », Commission de toponymie du Québec (consulté le 15 mars 2010)
  5. a et b Ressources naturelles Canada - Division des levés officiels, Revue historique - data-Donnees/publications/indlanhisque - hisfonterindque/coucoucache_ang.pdf Coucoucache
  6. L'application des lois et règlements français chez les Autochtones de 1627 à 1760. Ratelle, Maurice, ministère de l'Énergie et des Ressources, 1991, 48 p., (Les études autochtones).

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Tuque Rose des vents
La Tuque N La Tuque
O    Coucoucache    E
S
La Tuque