Chisasibi (municipalité de village cri)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chisasibi.

Chisasibi
ᒋᓵᓰᐲ (cr)
Chisasibi (municipalité de village cri)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Nord-du-Québec
Statut municipal Village cri (terre 1-B)
Chef Davey Bobish
Démographie
Gentilé Chisasibien, ienne
Chisasipiwi Iyiyou
Population 4 872 hab.[1] (2016)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 53° 47′ 00″ nord, 78° 53′ 45″ ouest
Superficie 46 699 ha = 466,99 km2
Divers
Code géographique 99055
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Chisasibi
ᒋᓵᓰᐲ (cr)

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Chisasibi
ᒋᓵᓰᐲ (cr)

Chisasibi (ᒋᓵᓰᐲ en cri) est une municipalité de village cri située dans le territoire d'Eeyou Istchee dans le Nord-du-Québec au Canada. Elle est le siège de la Nation crie de Chisasibi.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village cri de Chisasibi est situé dans le territoire d'Eeyou Istchee dans la région du Nord-du-Québec au Québec[2]. Le village est situé sur la rive sud de la Grande Rivière sur le littoral est de la baie James à environ 100 km de Radisson et de la route de la Baie James.

À 200 km au nord de Chisasibi, dans la région du Nunavik, à l'embouchure de la Grande rivière de la Baleine, se trouvent le village cri de Whapmagoostui et le village nordique de Kuujjuarapik. Le village cri de Wemindji se trouve à environ 100 km au sud de Chisasibi. Les villes importantes les plus près sont Rouyn-Noranda et Val-d'Or[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Étant le siège de la Nation crie de Chisasibi, les habitants du village sont majoritairement des Cris. Quelques Inuits y habitent également. Le village a une population d'environ 6 000 habitants en 2016.

Histoire[modifier | modifier le code]

Intérieur du magasin de Révillon Frères à Fort George vers 1910

Chisasibi a été établie au début des années 1980 lors de la fermeture et le déménagement de l'ancien village, Fort George, qui était situé 10 km à l'ouest du village actuel sur une île à l'embouchure de la Grande Rivière

Langues[modifier | modifier le code]

Panneau « Arrêt » en cri

À Chisasibi, selon l'Institut de la statistique du Québec, les langues parlées les plus souvent à la maison en 2011, sur une population de 4 470 habitants, est le cri à 86,13 %, l'anglais à 7,94 % et le français à 3,13%[4]. Seuls quelques personnes parlent encore l'inuit[5].

Chisasibi dans la littérature[modifier | modifier le code]

Richard Vézina a publié un roman intitulé Chisasibi (éditions Carte blanche, 2011). L'écrivain québécois Vincent Thibault y a également situé son roman Les Bêtes (éditions de la Pleine lune, 2012).

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N Chisasibi (terre réservée cri)
O    Chisasibi    E
S
Eeyou Istchee Baie-James

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. Répertoire des municipalités : Village cri (Terre 1-B) de Chisasibi (Hors MRC (autochtones)) sur le site des Affaires municipales, régions et occupation du territoire.
  3. « Géographie », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le 8 novembre 2016).
  4. Institut de la statistique du Québec. Population selon la langue parlée le plus souvent à la maison, municipalités et TE du Nord-du-Québec et ensemble du Québec, 2011
  5. Nunatsiaq News Special Report on Education, 1998 The forgotten Inuit of Chisasibi

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]