Le projet « Autochtones du Canada » lié à ce portail

Portail:Autochtones du Canada

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portail Arborescence Projet Discussion

Monument des Anciens Combattants autochtones Portrait de Juunaisi (Nunavut, 1945) First Nations Exhibition (Vancouver, 2008) Aboriginal Chief, Chippewa Manifestation Idle No More Louis Riel

Portail des Autochtones du Canada
1 078 articles sont actuellement liés au portail
voir les dernières modifications (Articles récents)

Les peuples autochtones du Canada sont les Premières Nations, les Inuits et les Métis.

Plusieurs centaines de nations autochtones sont présentes au Canada depuis plusieurs milliers d'années, faisant vivre autant de sociétés, cultures, langues, spiritualités. La culture métis est issue des rencontres au XVIIe siècle entre les Premières Nations et les Inuits avec des colons européens.

Différents traités et lois fixent les statuts des Autochtones et leurs relations avec les gouvernements du Canada. Le droit à l'autonomie gouvernementale permet à des groupes autochtones de disposer de leurs propres gouvernements afin d'exercer certaines compétences et protéger leurs cultures et modes de vie.

Selon le recensement de 2011, il y aurait plus d'un million de Canadiens autochtones, soit 4 % de la population. Parmi eux, 64 % font partie des Premières Nations, 30 % sont métis et 4 % inuits.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Effectuer un nouveau tirage
modifier 
  Lumière sur…
Fort Resolution.

Les pensionnats autochtones ou écoles résidentielles étaient des établissement d'enseignement public en internat destiné aux Premières Nations du Canada. Ces institutions étaient destinées à scolariser, évangéliser et assimiler les enfants autochtones.

Au cours du XXe siècle, le ministère des Affaires indiennes encouragea les internats pour autochtones afin de favoriser leur assimilation. Cette pratique, qui séparait les enfants de leur famille, a été décrite comme un génocide culturel ou le fait de « tuer l'indien dans l'enfant ». Ces pensionnats ont existé des années 1820 jusqu'aux années 1990, le dernier ayant fermé ses portes en 1996.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
 
modifier 
  Une personnalité marquante
Louis Riel

Louis « David » Riel (22 octobre 184416 novembre 1885) était un homme politique canadien, chef du peuple métis dans les Prairies canadiennes et fondateur de la province du Manitoba. Il a dirigé deux mouvements de résistance contre le gouvernement canadien dans le but de protéger les droits et la culture des Métis alors que l'influence canadienne se faisait de plus en plus sentir dans les Territoires du Nord-Ouest.

La première révolte est la rébellion de la rivière Rouge de 1869 à 1870. Le gouvernement provisoire établi par Louis Riel négocie finalement l'entrée de la province du Manitoba dans la Confédération canadienne. Celui-ci doit s'exiler aux États-Unis en raison de l'exécution de Thomas Scott pendant ces événements, malgré cela il est largement considéré comme le « Père du Manitoba ». Durant cette période, il est élu à trois reprises à la Chambre des communes du Canada, bien qu'il n'ait jamais pu occuper son siège. C'est là qu'il commence à souffrir de troubles mentaux par intermittences, notamment d'illusions mystiques lui dictant qu'il était prophète de son peuple et le fondateur d'une nouvelle chrétienté. Cette conviction réapparaît plus tard dans sa vie, et influence très probablement son action.

Louis Riel revient en 1884 dans l'actuelle Saskatchewan pour présenter les doléances du peuple métis au gouvernement du Canada. Cette résistance dégénère en confrontation armée connue sous le nom de rébellion du Nord-Ouest de 1885. Celle-ci est écrasée et se conclut par l'arrestation, le procès puis l'exécution de Riel pour trahison. Jouissant d'un certain capital de sympathie dans les régions francophones du Canada, sa mort a des répercussions durables sur les relations entre la province du Québec et le Canada anglophone.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
  Histoire
Un chasseur inuit dans un kayak dans la baie d'Hudson entre 1908 et 1914.
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
 
modifier 
  Gouvernement et politique
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
  Une image…
Droulers/Tsiionhiakwatha, plus important et le mieux conservé des sites connus associés aux Iroquoiens du Saint-Laurent.
Quelques-un des bâtiments reconstruits du village qui est excavé sur la colline voisine. On estime que la colline recèle 7 millions d'artefacts.
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
 
modifier 
  Une communauté autochtone

Manawan est située dans la région administrative de Lanaudière. La création de Manawan en tant que réserve indienne a été faite le 29 août 1906 suite à la demande du Chef Louis Newashish. Le recensement de 2006 y dénombre 1843 habitants.

« Manawan » en atikamekw signifie : « lieu où l'on ramasse des œufs ». La langue atikamekw fait partie de la famille linguistique algonquine. Elle s'apparente au cri et au montagnais. Jusqu'à maintenant, la transmission naturelle orale de la langue d'une génération à l'autre ne s'est jamais interrompue. C'est pourquoi, l'atikamekw est connu de tous dans la communauté et constitue la langue de communication courante.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
  Carte
Carte du Canada
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
  Portails connexes
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif