Natashquan (municipalité)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Natashquan.

Natashquan
Natashquan (municipalité)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Côte-Nord
Subdivision régionale Minganie
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
André Barette
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Natashquanais, aise[1] ou Macacain, aine [2],[3]
Population 263 hab. (2016)
Densité 1,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ nord, 61° 49′ ouest
Superficie 17 831 ha = 178,31 km2
Divers
Fuseau horaire UTC−05:00
Indicatif +1 418, +1 581
Code géographique 98025
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Natashquan

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Natashquan

Natashquan est une municipalité du Québec située dans la municipalité régionale de comté de la Minganie et la région administrative de la Côte-Nord[1]. Natashquan est le village natal de Gilles Vigneault, poète, auteur, compositeur, interprète, conteur, un artiste de renommée internationale qui a donné ses lettres de noblesse à ce village.

Natashquan provient du mot innu-aimun Nutashkuan qui a pour signification exacte « là où l’on chasse l’ours »[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Minganie

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de Natashquan est à l'origine fréquenté par les Innus. Vers 1710, un poste de traite est établi par les Français à l'embouchure de la rivière Noutascouan (ainsi appelée par les Amérindiens). Vers 1830, c'est la compagnie de la Baie d'Hudson qui exploite ce poste de traite[5]. Il se fait régulièrement de la pêche à la morue au large des côtes. En 1855, « une goélette nommée La Mouche, ayant à son bord une vingtaine de réfugiés de Havre-Aubert, accoste dans la baie de Natashquan[6]. Ce sont des pêcheurs acadiens, assommés de taxes, qui proviennent des Îles-de-la-Madeleine. Ils s'installent de façon définitive dans cette baie, rêvant d'une vie meilleure[7],[6]. Parmi ces gens, on trouve des Vigneault, des Cormier, des Chiasson, des Lapierre. Ils fondent ainsi la mission de Notre-Dame-de-Natashquan[5]. L'année suivante, les Landry rejoignent le groupe déjà installé à Natashquan.

Ces gens vivent de la pêche à la morue, de chasse au loup-marin, de la trappe, de la fourrure. Un système de troc existe pour aider les gens à survivre.

Vers 1857-1858, trois compagnies de pêche s'installent à Natashquan, mais une seule s'implantera véritablement à l'ouest de la Petite Natashquan: celle des frères De La Perelle, des Jersiais (de l'Île anglo-normande Jersey). En effet, Edward et Elia De La Perelle quittent la compagnie Robin pour former leur propre société: ils fondent la De La Perelle Brothers et ils seront présents à Natashquan pendant huit ans (jusqu'en 1876.) Ils font surtout de la pêche à la morue et de la chasse au loup-marin. Cette compagnie sera en opération pendant plus de quatre-vingts ans.

Les habitants vivent les premières années, de 1855 à 1860, sans paroisse ni église. « Les premiers prêtres oblats, Charles Arnaud, Louis Babel ou encore l’abbé Jean-Baptiste Ferland, visitent régulièrement Natashquan dans leurs tournées missionnaires. »[8]. En 1859, c'est le début de la construction d'un lieu de culte. L'église est construite par Hilaire Carbonneau, un bâtisseur qui construira plus tard le presbytère (1904) et l'école (1913). Les pionniers profitent du fait qu'une barque, le Flora, vient s'échouer sur les bancs de Natashquan pour récupérer le bois de l'épave, qui leur sert à construire des maisons, mais surtout l'église[9]. L'année suivante, en 1860, un autre naufrage, celui du Bohemian, un voilier américain chargé de bois, profite encore aux habitants. La compagnie De la Perelle rachète la cargaison de bois de cette épave et celle-ci aide les pionniers à poursuivre la construction de leur église[8]. Le 29 juin 1861, l'abbé François-Magloire Fournier, premier prêtre résidant à Natashquan bénit la chapelle qui porte le nom de Immaculée-Conception[7]. C'est un lieu de prière et de rassemblement. Le prêtre Fournier écrit dans son rapport sur la mission de Natashquan en avril 1863: « Le dimanche, lorsque je suis présent à la mission, c’est toujours pour eux une grande joie d’assister à la messe qui est chantée par six chantres, enfants d’une dizaine d’années, que j’ai exercés durant les longs mois de l’hiver. Ils chantent déjà avec aplomb la messe royale, la messe double majeure… »[8]

En 1869, le canton de Natashquan est proclamé. En 1872, « la population de Natashquan est de deux cent quarante-trois habitants »[5]

En 1876, la compagnie de La Parelle change de mains: « Ainsi la compagnie De la Parelle fut achetée par les Robin en 1876... »[7] Natashquan est alors un grand centre de pêche, le plus animé de la Côte-Nord. Le premier magasin général du village est ouvert en 1882 par Alfred Vigneault et sert bien souvent de comptoir d'échange pour la nourriture et autres nécessités contre des fourrures et du poisson. En 1886, après des années difficiles où la pêche à la morue et la chasse au loup-marin sont presque nulles, une famine oblige des habitants (32 familles) à quitter Natashquan pour aller s'établir sur des terres comme agriculteurs à Saint-Théophile en Beauce, sous l'égide de l’abbé François-de-Borgia Boutin[8]. Toutefois, plusieurs reviendront au village et la pêche reprendra. En 1887, la Charles Robin and Company est achetée par les Collas et devient la Charles Robin, Collas and Company[5].

Les moyens de communication sont très restreints: ils se font par la voie de la mer. Puis, peu à peu, ils s'organisent. En effet, en 1890, le premier bureau de poste prend vie sous l'égide de Alfred Vigneault. En 1898 (une autre source dit 1896[6]), la prolongation de la ligne télégraphique jusqu'à Natashquan permet au télégraphe d'entrer en fonction. Du côté de l'éducation, en 1899, des religieuses de Notre-Dame-du-Bon-Conseil de Chicoutimi arrivent au village pour aider à l'éducation des enfants. (Ce sera vers 1913 que « L’instruction s’organise, tout d’abord dans la maison de Jean Vigneault, ensuite à la Vieille école, construite en 1913, et au couvent[6].)» En 1903, arrivent à Natashquan les pères Eudistes, des Français. « C’est sous leur direction que les premiers conseils, municipal, scolaire et de fabrique, sont établis, que le service médical est assuré par la bienveillance du Ministère de la Santé de Québec, que d’autres améliorations de moindre importance mais indispensables sont faites dans la paroisse.»[8]. En 1907, c'est la constitution de la municipalité du canton de Natashquan et le premier conseil municipal prend vie[5].

Le poste de traite opéré par la Hudson's Bay company est abandonné en 1914. Du côté des communications, le travail se poursuit: le téléphone fait son apparition (le téléphone à cornet) en 1918[6]. En 1923, selon le site de la municipalité de Natashquan, le premier avion atterrit au village. En 1953, le gouvernement fédéral crée la réserve amérindienne des Innus[5]. C'est à la fin des années cinquante que l'électricité arrive progressivement dans les maisons. La télévision fera son apparition dans les années soixante-dix.

Au cours des années 1980, le village connaît le déclin de la pêche. Le 17 avril 1987, le phare de Natashquan est abandonné définitivement par le gouvernement fédéral.

Avant 1996, les moyens pour se rendre à Natashquan étaient par bateau ou par avion. Mais, en 1996, c'est l'inauguration officielle de la route 138, reliant Natashquan à Havre-Saint-Pierre et, ce faisant, au reste du Québec. La route 138 remplace de plus en plus le port de Natashquan pour le ravitaillement du village en produits de toutes sortes, dont les produits pétroliers. Cette route favorise la vocation touristique de Natashquan et de sa région. Mais, par le fait même, elle favorise aussi l'exode de se habitants.

Le village de Natashquan est, d'après son maire actuel, un « lieu de rencontre entre Acadiens et Innus, [...] un village unique au riche passé et à l'avenir prometteur. » [10]

Aujourd'hui, le village mise sur la culture, l'industrie touristique et la pêche.

Symbole du village de Natashquan, les magasins du Galet sont d'anciennes cabanes de pêches, vieilles pour certaines de plus de 150 ans.

Le , la municipalité du canton de Natashquan change son statut pour celui de municipalité[11].

Description[modifier | modifier le code]

Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (juin 2015). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

Petit village au grand nom rendu célèbre par son barde, qui l'a chanté et rechanté à travers ses personnages légendaires, Natashquan a gardé tout le charme et sa poésie « d'avant la route ». On y arrive préférablement avec le CD d'accompagnement routier, un guide audio disponible à 150 kilomètres et plus avant d'arriver au village. Reliée depuis 1996 au réseau routier provincial, la communauté s'ouvre de plus en plus au tourisme culturel.

Natashquan était habituée depuis une quarantaine d'années à voir débarquer Québécois et Européens qui, par vagues, venaient jadis s'y promener « entre 2 bateaux » pour savourer la parole des « gens du pays » (Madelinots d'origine) ou encore pour goûter la quiétude et la beauté des lieux. « Natashquan, le pays raconté » par le poète chansonnier Gilles Vigneault, a d'abord été celui des Innus, qui forment avec les Acadiens du village un coin de pays différent que l'on a surnommé l'Innucadie.

Vieux bateau du canton de Natashquan avec des cabanes de pêcheurs (magasins du Galet) à l'arrière-plan.

Les deux communautés sont réunies par un long croissant sablonneux, la baie de Natashquan, où il fait bon marcher et où l'eau du golfe est propice à la baignade – phénomène surprenant à cette latitude! – pendant les beaux jours de l'été. Destination privilégiée pour la musique et la palabre, pour la marche, le vélo, le canot, le kayak, le repos et la tranquillité, Natashquan se laisse apprivoiser lentement.

Port d'embarquement pour découvrir les agglomérations isolées de la Basse-Côte-Nord à bord d'une desserte maritime hebdomadaire, le village, qui autrefois vivait de la pêche, a de belles histoires à raconter. Profiter de son séjour à Natashquan, c'est emprunter la promenade de bois « Le Parcours des Anciens », devant le bureau d'accueil touristique, ou encore « Le Pas du Portageur », un agréable sentier pédestre longeant la Petite rivière Natashquan.

On pourra aussi fouler du pied cette autre plage de 40 kilomètres qui marque l'entrée du littoral de la Basse-Côte-Nord, de l'autre côté de la «grande» rivière Natashquan, qu'un batelier vous fera traverser. Un passeport est offert pour la visite du village. Le circuit touristique « La marche de monsieur Petitpas » couvre l'ensemble des attraits et expositions et accorde des rabais sur certains produits et services majeurs parmi lesquels le Café de l'Échourie, situé directement sur la plage.

Évènements[modifier | modifier le code]

Natashquan est un des rares endroits au Québec où se fête encore la Mi-Carême. La Mi-Carême, comme son nom l'indique, coupe en deux la période d'austérité menant à Pâques.

Chaque été, depuis 2006, Natashquan est l'hôte du Festival du conte et de la légende de l'Innucadie.+ Ce festival se veut du mouvement du renouveau du conte. C'est le rendez-vous de la musique, du conte, de la parole et de la culture. On y retrouve aussi de la danse. « Ce festival unique en son genre compte sur une programmation qui met en valeur la cohabitation plus que centenaire entre les Innus et les descendants des Acadiens dans ce coin de pays. »[12]. M. Bernard Landry en a été le président d'honneur en 2014.

Communications[modifier | modifier le code]

  • Radio CKNA inc. (FM 104,1),
  • Radio montagnaise de Natashquan
  • Société canadienne des Postes
  • Journal Communautaire Le Portageur,
  • Centre d’Interprétation Le Bord du Cap,
  • Aéroport de Natashquan
  • Relais Nordik inc. (transport maritime)

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[13].

Natashquan
Maires depuis 2002
Élection Maire Qualité Résultat
2002 Jacques Landry Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 André Barrette Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
380356366264246263

Langues[modifier | modifier le code]

En 2011, sur une population de 245 habitants, Natashquan (CT) comptait 95,9 % de francophones, 2 % d'anglophones et 2 % d'allophones (innu-aimun) [15].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Gilles Vigneault est né à Natashquan
  • Gilbert Bécaud a interprété une chanson intitulée Natashquan
  • Gabriel Landry, artiste peintre né à Natashquan
  • Gilles Gignac, chansonnier et pêcheur
  • Tobie Landry, artisan illustre né à Natashquan
  • Walt dans sa chanson "Natashquan"

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lac-Jérôme Petit-Mécatina Rose des vents
Aguanish N Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent
O    Natashquan (canton)    E
S
Golfe du Saint-Laurent Natashquan (réserve indienne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Natashquan », sur Répertoire des municipalités du Québec
  2. Kristina Landry, « La ville de la semaine: Natashquan », sur URBANIA (consulté le 4 mars 2016)
  3. Service des bibliotheques de l'UQAM - technologie de l'information, « Les relations interculturelles entre les Autochtones et les Allochtones du Québec : étude de cas des communautés de Nutashkuan et de Natashquan », sur uqam.ca (consulté le 4 mars 2016)
  4. « Le Québec se dévoile », sur Grandquebec.com
  5. a b c d e et f « Natashquan (municipalité de canton) », sur Mémoire du Québec
  6. a b c d et e « Historique de Natashquan », sur le site de la municipalité de Natashquan
  7. a b et c « Il était une fois... », sur le site de la Corporation de développement patrimonial, culturel et touristique de Natashquan
  8. a b c d et e Les 150 ans de l’église de Natashquan, par Bernard Landry, en collaboration avec Guillaume Hubermont, Société Historique du Golfe
  9. Journal l’Aquilon, 4 février 1956.
  10. « Mot du maire », sur le site de la municipalité de Natashquan
  11. Modifications aux municipalités, « Modifications aux municipalités », Modifications aux municipalités du Québec,‎ (lire en ligne).
  12. « 9e Festival du conte et de la légende de l'Innucadie: Bernard Landry, un porte-parole sur mesure », sur Ma Presse
  13. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  14. « Natashquan tourne une page d’histoire avec le départ de son maire », sur Radio-Canada, .
  15. Population selon la langue parlée le plus souvent à la maison. Recensement de 2011 dans les municipalités et la MRC de la Côte-Nord.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]