Nitaskinan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Québec image illustrant les Nord-Amérindiens
Cet article est une ébauche concernant le Québec et les Nord-Amérindiens.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Nitaskinan
Nitaskinan Map.png
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Statut politique Territoire ancestral et revendiqué
Grand chef et président Constant Awashish
Démographie
Gentilé Atikamekw Nehirowisiw
Langue(s) Atikamekw
Géographie
Coordonnées 52° 49′ 10″ nord, 67° 11′ 53″ ouest
Superficie 80 000 km2

Nitaskinan, dont le nom signifie « Notre terre » en langue atikamekw, est le territoire du peuple attikamek. Il englobe pratiquement toute la Mauricie au Québec et déborde sur les régions adjacentes. Le , le Conseil de la Nation Atikamekw a déclaré unilatéralement la souveraineté la nation atikamekw sur le Nitaskinan. La démarche vise principalement à obtenir un droit de regard sur les projets d'exploitation des ressources naturelles ainsi qu'à mettre en valeur l'identité atikamekw.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nitaskinan signifie « notre terre », aski voulant dire terre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire ancestral des Attikameks, situé dans la vallée de la rivière Saint-Maurice chevauche les régions de l'Abitibi, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Mauricie, de Lanaudière et des Laurentides. Ce territoire couvre quelque 80 000 km² et est bordé par les territoires traditionnels des Wendat, des Algonquins et des Cris[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Le territoire n'est pas officiellement reconnu puisqu'il a légalement disparu avec la colonisation européenne à partir du XVIIe siècle. La Loi sur les Indiens leur a attribué des réserves, un territoire que la Première Nation administre elle-même. Nitaskinan engloble toutefois beaucoup plus large que ces réserves.

Réserves[modifier | modifier le code]

Déclaration de souveraineté[modifier | modifier le code]

Le 8 septembre 2014, le Conseil de la Nation Atikamekw a déclaré unilatéralement sa souveraineté sur le Nitaskinan. Le principal but des Attikameks est d'avoir un droit de regard sur les projets d'exploitation des ressources naturelles et de mettre en valeur leur identité culturelle. La déclaration de souveraineté des Attikameks s'inscrit dans la foulée d'une décision de la Cour suprême du Canada qui a reconnu un titre aborigène au peuple chilcotin en Colombie-Britannique dans l'affaire Tsilhqot'in Nation v British Columbia (en), causant un important changement dans le droit autochtone au Canada[2],[3],[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ledevoir.com
  2. « Les Atikamekw déclarent leur souveraineté », sur Radio-Canada (consulté le 27 octobre 2016).
  3. Jean-François Caron, « La déclaration de souveraineté de la nation atikamekw : les méandres de l’octroi d’un titre aborigène », Canadian Ethnics Studies/Études éthniques au Canada, vol. 48, no 1,‎ , p. 141-160 (ISSN 0008-3496, lire en ligne).
  4. « Couillard minimise la portée de la déclaration de souveraineté atikamekw », sur Radio-Canada (consulté le 27 octobre 2016).
  5. Louis Gagné, « Les Atikamekws déclarent leur souveraineté », sur TVA Nouvelles,‎ (consulté le 27 octobre 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Claudette Fontaine, Louise Goupil et Michelle Provost, Nitaskinan notre territoire, les Attikameks du Québec, Canada, Édition Liane Montplaisir, Graficor, 50 p.
  • Michelle Provost, Nitaskinan : notre territoire, les attikameks du Québec, Boucherville (Québec), Ministère de l'éducation : Musée de la civilisation, coll. « Les Premières Nations », , 40 p. (ISBN 2-89242-470-4)

Articles scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Claude Gélinas, « La création des réserves atikamekw en Haute-Mauricie (1895-1950), ou quand l'Indien était vraiment un Indien », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 32, no 2,‎ , p. 36-48.

Jean-François Caron, « La déclaration de souveraineté de la nation atikamekw : les méandres de l'octroi d'un titre aborigène », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 48, no 1,‎ , p. 141-160 (ISSN 0008-3496, lire en ligne) (inscription nécessaire)

  • Stephen Wyatt et Yvon Chilton, « L'occupation contemporaine du Nitaskinan par les Nehirowisiwok de Wemotica », Recherches amérindiennes du Québec, vol. 44, no 1,‎ , p. 61-72 (ISSN 1923-5151, DOI 10.7202/1027880ar, lire en ligne) (inscription nécessaire)

Articles connexes[modifier | modifier le code]