Pakuashipi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les Autochtones du Canada image illustrant la Côte-Nord
Cet article est une ébauche concernant les Autochtones du Canada et la Côte-Nord.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) ; pour plus d’indications, visitez le projet correspondant.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Pakuashipi
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Côte-Nord
Subdivision régionale Le Golfe-du-Saint-Laurent
Démographie
Population 289 hab. (2006)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 13′ 24″ nord, 58° 40′ 52″ ouest
Superficie 389 ha = 3,89 km2
Divers
Fuseau horaire Heure de l'Est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Pakuashipi

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Pakuashipi

Pakuashipi, également appelé Pakua Shipi, Pakua Shipu et Saint-Augustin, est un établissement indien innu de la Côte-Nord au Québec au Canada. Il est situé en face de la municipalité de Saint-Augustin à l'ouest de la rivière Saint-Augustin. Il est habité par les Montagnais de Pakua Shipi.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pakuashipi est un établissement indien situé à l'ouest de la rivière Saint-Augustin en face de la municipalité de Saint-Augustin au nord-est de Natashquan en Basse-Côte-Nord[1],[2]. La ville la plus importante située la plus près est Sept-Îles à 550 km au sud-est[3]. On a accès à Pakuashipi par avion (Air Labrador) ou par bateau: le Relais Nordik - le Bella Desgagné .

Les infrastructures sont : aéroport, centre de santé, centre communautaire, église, école, radio communautaire et hôtellerie[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement de 2011 y dénombre 312 habitants, 8 % de plus qu'en 2006[5],[6]. La langue maternelle et langue d'usage à la maison est l'innu-aimun (montagnais) dans une proportion de près de 95 %[7], tandis que le français est connu par environ 38 % des gens[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Relocalisés au début des années 1960 avec les Innus de La Romaine par le gouvernement fédéral, les habitants s'enfuirent durant la nuit à la faveur d'une tempête et retournèrent sur leurs terres ancestrales[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]