Leif Erikson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ericson et Erickson.
Cet article concerne l'explorateur islandais. Pour l'acteur américain (1911-1986), voir Leif Erickson.
Leif Erikson
Statue de Leif Erikson devant le Capitole de l'État du Minnesota à Saint Paul.
Statue de Leif Erikson devant le Capitole de l'État du Minnesota à Saint Paul.

Naissance vers 970-980
probablement Eiríksstaðir en Islande
Décès vers 1020
probablement au Groenland
Famille

Découvertes principales Helluland, Markland et Vinland (côte est du Canada, probablement respectivement l'île de Baffin, le Labrador et Terre-Neuve)
Première expédition vers 1000

Leif Erikson (en norrois Leifr Eiríksson et en islandais Leifur Eiríksson), né vers 970 à Eiríksstaðir en Islande et mort vers 1020 probablement au Groenland, est un explorateur islandais. Il est l'une des personnalités connues de l'expansion viking.

Il serait le premier européen à avoir découvert l'Amérique du Nord continentale, avant Christophe Colomb. Leif est le fils d'Erik le Rouge, le fondateur de la première colonie viking nord-américaine au Groenland. Les sagas des Islandais, et plus précisément les sagas du Vinland, relatent sa découverte de terres situées au-delà du Groenland, couramment identifiées aux côtes du nord-est de l'Amérique du Nord, aux alentours du Labrador et de Terre-Neuve. Il établit une colonie nordique à Vinland, identifiée par des découvertes archéologiques comme probablement L'Anse aux Meadows, et probablement exploré les zones autour du golfe du Saint-Laurent.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et famille[modifier | modifier le code]

Leif Erikson est le fils d'Erik le Rouge et de Thjóðhild. Il est aussi le petit-fils de Thorvald Ásvaldsson[1],[2]. Il aurait aussi une parenté avec Naddoddr, un viking norvégien qui est l'un des premiers colons des Îles Féroé et l'un des premiers à avoir découvert l'Islande.

L'année de naissance de Leif Erikson est le plus souvent acceptée vers 970 ou 980. Bien que le lieu de naissance de Leif ne soit pas mentionné dans les sagas, il est probable qu'il soit né en Islande où ses parents se sont rencontré, probablement quelque part sur la côte du Breiðafjörður, et peut-être à la ferme Haukadal où la famille de Thjóðhild réside. Néanmoins, il est accepté qu'Eiríksstaðir où réside Erik le Rouge est plus probablement le lieu de naissance de Leif Erikson. Leif a deux frères, Thorsteinn et Thorvald, et une sœur, Freydis.

Thorvald Ásvaldsson est mis hors-la-loi en Norvège pour meurtre et se réfugie avec son jeune fils Erik le Rouge en Islande. Quand Erik est lui-même banni d'Islande, il voyage plus à l'ouest dans une région qu'il nomme le Groenland et il y établi le premier établissement permanent en 986. Tyrkir, l'un des thralls d'Erik, se voit spécialement confier la charge des enfants d'Erik, ce qui fait que Leif l'a plus tard appelé son « père adoptif ».

Découverte du Vinland[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vinland.

Le premier voyage de Leif l'emmène aux Hébrides puis en Norvège, à la cour du roi Olaf Tryggvason qui le convainc de se convertir au christianisme[3] et d'emmener un prêtre au Groenland, ce qui déplaît profondément à son père, païen et qui avait réussi à asseoir sa domination sur les colonies[4].

Recréation moderne de l'habitat viking à L'Anse aux Meadows.

En s'appuyant sur le récit de l'Islandais Bjarni Herjólfsson qui a aperçu le Nouveau Monde vers 986, Leif le visite autour de l'an mille et nomme trois pays : le Helluland, le Markland et le Vinland[5]. Le Helluland est une terre rocheuse et désolée, probablement l'île de Baffin ou le nord du Labrador. Le Markland est une côte basse et boisée, presque certainement le sud de l'actuel Labrador. Le Vinland pourrait être le site actuel de Bay St Lawrence au nord du Cap Breton en Nouvelle-Écosse, seules des fouilles archéologiques sérieuses de ce site (qui n'ont jamais encore été entreprises) pourraient le confirmer ou l'infirmer. Le site de L'Anse aux Meadows à Terre-Neuve (où des vestiges ont bien été mis au jour) correspondrait mieux au Straumfjörðr où se serait installé Thorfinn Karlsefni. Le doute subsiste sur le nom de Vinland ou « pays du vin » donné par Leif à cet endroit qu'il aurait très provisoirement colonisé en raison de la découverte de grappes de raisin par son père adoptif Tyrkir.

Par la suite, Leif encourage d'autres expéditions de ses proches vers l'ouest mais, son père étant décédé, il reprend ses fonctions de chef et n'a guère l'occasion de reprendre la mer. Il doit encore s'occuper du cas de sa demi-sœur Freydis Eiriksdottir, coupable de crimes de sang avec son équipage lors d'un dernier voyage au Vinland[6]. Son fils Thorkell Leifsson reprend le contrôle des colonies groenlandaises à sa mort, vers 1025.

Dans les années 1960, des recherches archéologiques à L'Anse aux Meadows, puis celles de Pointe Rosée en 2016[7], confirment l'existence d'une colonisation viking des Amériques.

Profil, piété et descendance[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Importance historique[modifier | modifier le code]

Leif Erikson découvre l'Amérique par Christian Krohg (1893).

L'expédition réussie de Leif Erikson au Vinland encourage d'autres vikings à faire le voyage. Le premier contact apparent entre les vikings et les peuples indigènes, qu'ils nomment plus tard skrælingar, est réalisé par son frère Thorvald et déclenche des hostilités et des tueries. En fin de compte, aucune colonie viking permanente ne reste au Vinland, bien que des voyages sporadiques au moins au Markland pour du commerce, du minerai ou du bois aient pu durer des siècles.

Le manque d'informations et le ton léger des références à ces domaines dans les sagas peuvent suggérer que la découverte n'a pas été considérée comme particulièrement significative par les vikings à l'époque, ou qu'elle n'a pas été considéré être une connaissance publique, voire les deux.

La connaissance des voyages au Vinland aurait pu s'étendre autour de l'Europe médiévale, puisque des écrivains comme Adam de Brême font mention de terres éloignées à l'ouest. Il a même été suggéré que la connaissance de l'existence du Vinland aurait pu être conservée dans les ports européens jusqu'au XVe siècle et que Christophe Colomb, qui a affirmé dans une lettre pour avoir visité l'Islande en 1477, aurait pu entendre cette histoire.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

En 1964, le Congrès des États-Unis institue un jour férié, le Leif Erikson Day, afin d'honorer le découvreur viking de l'Amérique[8]. La date retenue, le 9 octobre, correspond au jour de l'entrée du navire Restauration dans le port de New York, en 1825. À son bord se trouvait le premier groupe d'immigrants norvégiens en Amérique[9].

Plusieurs statues de Leif Erikson ont été érigée en sa mémoire : à Boston (par Anne Whitney (en)), à Eiríksstaðir, à Seattle, à Milwaukee, devant le Capitole de l'État du Minnesota à Saint Paul, ou encore devant l'Hallgrímskirkja à Reykjavik (par Alexander Stirling Calder).

Une réplique du drakkar construit pour commémorer le voyage de Leif Erikson a été réalisée 1926 en Norvège.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Leif Ericsson
  2. « [...] Leif Eriksson, le fils du fameux Erik le Rouge qui avait fondé la colonie du Groenland, introduisit le christianisme au Groenland »
    - Jared Diamond, Effondrement, Éditions Gallimard, 2006, p. 223. (ISBN 9782070776726)
  3. D'après la saga d'Eirik, chap. 4, in Eirik the Red..., éd. Oxford (ISBN 2-07-011117-2)
  4. « Les événements décisifs qui marquèrent l'implantation du christianisme en Scandinavie furent la conversion officielle du Danemark sous le roi Harald à la Dent-Bleue vers l'an 960, celle de la Norvège qui débuta vers l'an 995 et celle de la Suède qui eut lieu au cours du siècle suivant ». - Jared Diamond, Effondrement, Éditions Gallimard, 2006, p. 223. (ISBN 978-2-07-077672-6)
  5. Selon la Saga d'Eirik (chap. 5, op. cit.), c'est Thorfinn Karlsefni qui donna leur nom à ces terres.
  6. (en) Histoire de Leif Eriksson.
  7. (en) « Discovery Could Rewrite History of Vikings in New World », National Geographic,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Leif Erikson Day - October 9th
  9. (no)(en) STIFTELSEN EMIGRANTSKIPET RESTAURATION

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Parias l.-H., Histoire universelle des explorations, en 4 volumes, éditions Nouvelle Librairie de France, Paris, 1959, tome 2, p. 298.
  • anon. (trad. Gwyn Jones), Eirik the Red and other Icelandic sagas, Oxford, Oxford University Press, coll. « The World's Classics », (réimpr. 1980, 1982, 1988), 318 p. (ISBN 0-19-281528-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]