Côte-Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Côte Nord.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Côtes-du-Nord.

Côte-Nord
Côte-Nord
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Statut Région administrative
MRC et TE Le Golfe-du-Saint-Laurent
Caniapiscau
Haute-Côte-Nord
Manicouagan
Minganie
Sept-Rivières
Nombre de municipalités 33
Ministre responsable Jonatan Julien
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC−05:00)
Heure de l'Atlantique (UTC−04:00)
Indicatif téléphonique +1 418
Code géographique 09
Démographie
Gentilé Nord-Côtier(e)
Population 95 861 hab. (2012)
Densité 0,4 hab./km2
Variation 2007-2012 −0,3 %
Géographie
Altitude Min. 0 m
Max. 1 104 m
Superficie 236 699 km2
– incluant eau 351 614 km2
Économie
PIB régional 5 643,6 M CAD (2011)
Taux d'activité 61,0 % (2012)
Taux de chômage 7,6 % (2012)
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata
Sources
Institut de la statistique du Québec 2013, p. 55

La Côte-Nord est une région administrative du Nord-Est du Québec au Canada. Elle est située entre la province de Terre-Neuve-et-Labrador à l'est et la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean à l'ouest. Sa population se trouve principalement sur le littoral du Saint-Laurent. L'économie de la Côte-Nord est surtout axée sur la pêche, la foresterie et l'industrie minière. Elle est composée de six municipalités régionales de comté (MRC) et de 33 municipalités locales. En ce qui concerne la superficie, la région figure au deuxième rang parmi les plus grandes régions du Québec après le Nord-du-Québec.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des MRC et TE de la région
Paysage nord-côtier.

Sont repartis sur son territoire, en ordre d'importance : les eaux (49,7 %), les forêts (45,4 %), les milieux humides (4,3 %), les surfaces artificielles (0,4 %) et finalement les terres agricoles (0,1 %)[1].

Situation[modifier | modifier le code]

La Côte-Nord est la deuxième plus grande région du Québec après le Nord-du-Québec. Sa superficie s'étend sur 351 615 km2, dont 236 664 km2 qui sont terrestres[1], soit 21 % du territoire québécois. Son nom fait référence au fait que la région est située sur le côte nord du fleuve et du golfe du Saint-Laurent, entre l'embouchure du Saguenay et la région du Labrador. Elle comprend également l'île d'Anticosti, la plus grande île du Québec.

Elle est bordée à l'ouest par la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, à l'est par Terre-Neuve-et-Labrador, au nord par le Nord-du-Québec et au sud par la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et le Bas-Saint-Laurent.

Relief[modifier | modifier le code]

La région est partagée entre une plaine côtière et un arrière-pays caractérisé par la chaîne des Laurentides. La plaine côtière s'élève jusqu'à 200 mètres d'altitude et possède une profondeur de moins de 10 km en Haute-Côte-Nord, tandis qu'elle peut s'étendre sur une cinquantaine de kilomètres en Basse Côte-Nord. À l'intérieur des terres, les Laurentides dépassent les 500 mètres. Ce territoire est marqué par des vallées de quelques centaines de mètres de profondeur. La constituante nord-côtière des Laurentides la plus importante est le massif des monts Groulx, dont les sommets dépassent les 1 000 mètres. On y retrouve également le massif du lac Magpie et une partie des montagnes Blanches.

L'altitude minimale est de 0 m au fleuve Saint-Laurent, tandis que l'altitude maximale est de 1 104 m au mont Veyrier.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le réseau hydrographique de la Côte-Nord est très important. La région est de ce fait la deuxième plus importante au Québec en termes de production d'hydroélectricité. De nombreuses rivières coulent vers le fleuve Saint-Laurent depuis l'intérieur des terres. Parmi les plus importantes, on compte (d'ouest en est) : la rivière des Escoumins, la rivière Portneuf, la rivière Betsiamites, la rivière aux Outardes, la rivière Manicouagan, la rivière Godbout, la rivière Pentecôte, la rivière Sainte-Marguerite, la rivière Moisie, la rivière Magpie, la rivière Saint-Jean, la rivière Romaine, la rivière Natashquan et finalement la rivière du Petit Mécatina.

La Côte-Nord contient également un très grand nombre de lacs, dont certains sont parmi les plus vastes du Québec. Le réservoir de Caniapiscau, plus grande étendue d'eau douce de la province, se trouve en majeure partie sur son territoire. Cela dit, l'immense cratère inondé du réservoir Manicouagan, surnommé « l’œil du Québec », est sans doute le plan d'eau le plus célèbre de la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

MRC-Côte-Nord.jpg

La Côte Nord a connu une véritable explosion démographique entre 1951 et 1981, multipliant par trois sa population. Cette croissance démographique est consécutive à l'industrialisation de la région fondée sur l'exploitation et la première transformation de ses ressources naturelles (forêt, mines de fer et de titane, hydroélectricité). En 2006, le taux de natalité était de 10,8 , et de mortalité, 6,3 .

Deux pôles urbains et industriels accaparent la quasi-totalité de la croissance de cette période : Baie-Comeau et Sept-Îles. Ceci explique la grande disparité observée dans la croissance démographique des 4 MRC de la côte-Nord. Alors que la MRC des Sept-Rivières connaît une expansion sans égal au Québec entre 1951 et 1981, passant de 5 394 habitants à 47 114 h et que la MRC de Manicouagan voit sa population tripler sur la période, les MRC de la Haute-Côte-Nord et de la Mingagnie-Basse-Côte-Nord voient leur population ne croître que très faiblement, sous le taux de croissance du Québec. À partir de 1981, les difficultés économiques de la grande industrie (fermeture des mines de Gagnon et de Schefferville, notamment) entraînent une importante baisse de la population dans toutes les MRC de la côte-Nord, mais surtout dans la MRC des Sept-Rivières, qui perd 9 000 habitants en 10 ans. Après une légère hausse de population entre 1991 et 2001, la tendance à la baisse amorcée en 1981 s'est confirmée au dernier recensement de 2006 qui révèle une baisse de 1,9 % de la population en 5 ans.

Les difficultés économiques du secteur primaire et manufacturier laissent entrevoir des perspectives démographiques négatives à plus long terme avec une baisse prévue de la population de 18 % entre 2001 et 2026, selon l'Institut de la statistique du Québec.

Municipalité régionale de comté 1951 1961 1971 1981 1991 2001 2006
La Haute-Côte-Nord 10 839 15 162 14 952 14 668 13 303 12 894 12 303
Manicouagan 12 413 20 091 32 001 35 357 34 232 33 620 33 052
Sept-Rivières - Caniapiscau 5 394 19 467 29 140 47 114 38 287 38 931 38 661
Minganie - Basse-Côte-Nord 8 696 10 249 11 491 11 530 10 913 12 321 11 895
Total Côte-Nord 37 342 64 969 87 584 108 669 96 735 97 766 95 911

Galerie[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalités régionales de comté[modifier | modifier le code]

Municipalités innues hors MRC[modifier | modifier le code]

Faisant partie du Conseil tribal Mamuitun ou du Regroupement Mamit Innuat:

Éducation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Berthold, La Côte-Nord, Québec (Québec), Presses de l'Université Laval, coll. « Les régions du Québec », , 180 p. (ISBN 9782763789750).
  • Pierre Frenette (dir.), Daniel Chevrier, Jean-Marie M. Dubois, Jean-Charles Fortin, André Lepage, José Mailhot, François Niellon, Normand Perron et Pierre Dufour, Histoire de la Côte-Nord, Les Presses de l'Université Laval, , 672 p. (ISBN 2-89224-266-5).
  • Robert Parisé, Géants de la Côte-Nord : portraits de bâtisseurs, Québec (Québec), Garneau, , 141 p..
  • Serge Lambert, La Côte-Nord, Sainte-Foy (Québec), GID, coll. « Les Belles régions du Québec », , 271 p. (ISBN 9782980295225).
  • Serge Lambert et Caroline Roy, Une histoire d'appartenance : La Côte-Nord, vol. 3, Sainte-Foy (Québec), Les Éditions GID, , 266 p. (ISBN 2-922668-05-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]