Kuujjuaq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour Kuujjuaq (terre réservée inuit), voir Kuujjuaq (terre réservée inuit).
Kuujjuaq
ᑰᔾᔪᐊᖅ
En périphérie du village
En périphérie du village
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Nord-du-Québec
Subdivision régionale Administration régionale Kativik (Chef-lieu)
Statut municipal Village nordique
Chef Tunu Napartuk
2012 -
Constitution
Démographie
Gentilé Kuujjuamiuq, miuq
Population 2 754 hab. (2016)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 58° 06′ 00″ nord, 68° 24′ 00″ ouest
Superficie 28 445 ha = 284,45 km2
Divers
Fuseau horaire UTC-5
Indicatif +1 819, +1 873
Code géographique 99095
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Kuujjuaq
ᑰᔾᔪᐊᖅ

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Kuujjuaq
ᑰᔾᔪᐊᖅ

Kuujjuaq (inuktitut : ᑰᔾᔪᐊᖅ) est un village nordique du Nunavik situé sur le bord de la rivière Koksoak dans la région administrative du Nord-du-Québec, au Québec[1]. Anciennement baptisé Fort Chimo, il est la capitale de l'Administration régionale Kativik. Selon Statistique Canada, sa population s'élève à près de 3 000 personnes, dont une forte majorité s'identifie comme autochtones et dont la quasi-totalité sont Inuits[2].

Ses habitants s'appellent les Kuujjuamiut.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le premier nom donné au village fut Fort Chimo, mauvaise prononciation répandue d'une expression inuktitut « saimuk » signifiant en français : « Serrons-nous la main ! ». Les Inuits prononçaient cette phrase pour souhaiter la bienvenue aux commerçants de fourrure. Ces derniers adoptèrent ensuite l'expression pour définir ce poste de traite.

En 1979, le premier toponyme est remplacé par le terme inuktitut « Kuujjuaq », ce qui signifie « grande rivière »[3]. L'expression fait référence à la rivière Koksoak (forme ancienne du mot « Kuujjuaq ») qui borde le village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Campement à Fort-Chimo, 1909

Le premier contact entre les Européens et les Inuits locaux a eu lieu le lorsque des missionnaires moraves arrivèrent, après un voyage périlleux, à un campement inuit qui se trouvait sur la rive est de la rivière Koksoak[3]. Ils y établirent une mission dont le but était de convertir les Inuits au christianisme. Vint par la suite un poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson en 1830 qui contribua au commerce local. Le poste ferma temporairement ses portes de 1842 à 1866.

En 1942, les Forces armées américaines y établissent la base Crystal 1 à l'emplacement actuel du village de Kuujjuaq. L'occupation du site par les Américains a permis d'accélérer le développement du village. Après la Seconde Guerre mondiale, ces derniers cédèrent la base au gouvernement canadien. Une mission catholique s’établit en 1948 dans le village en pleine croissance. Ont ensuite suivi un poste de soins infirmiers, une école et une station météorologique.

Aujourd'hui, le village est un centre important du Nunavik. On y retrouve un aéroport, quelques hôtels, des restaurants et des magasins ainsi qu'une banque. L'école Pitakallak dessert les élèves de la maternelle à la troisième année et l'école Jaanimmarik dessert les élèves de la 4e année à la 5e secondaire. De plus, il est le siège de l'Administration régionale Kativik, de la commission scolaire Kativik, de la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik et du Corps de police régional Kativik (CPRK).

Géographie[modifier | modifier le code]

Kuujjuaq se situe 48 kilomètres en amont de la baie d'Ungava, sur les rives de la rivière Koksoak. Le village se trouve tout près de la limite des arbres, aux limites de la toundra. Ainsi, la taïga est présente dans ce secteur. Néanmoins, les épinettes noires et les mélèzes qui s'y trouvent sont souvent de petites tailles et en nombre peu élevé.

Le territoire se trouve également témoin des migrations annuelles de la harde de caribous de la rivière George. Ces animaux passent dans la région durant les mois d'août et de septembre.

Climat[modifier | modifier le code]

Plage à Kuujjuaq en juillet

« Le climat de Kuujjuaq, et plus globalement celui du Nunavik, est caractérisé par des changements importants de météorologie. Il peut arriver dans le même été que le soleil soit très chaud et que surviennent des averses de neige. La végétation étant de type toundra, l'absence d'arbres fait que les vents se font plus sentir. »

Relevé météorologique de Kuujjuaq
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −28,8 −28,4 −23,6 −14,1 −3,8 2 5,8 5,6 1,9 −3,6 −11,9 −23,5
Température moyenne (°C) −24,3 −23,6 −18,3 −9,1 0,3 7,2 11,5 10,6 5,6 −0,7 −8,4 −19,3
Température maximale moyenne (°C) −19,7 −18,7 −12,9 −4,1 4,3 12,4 17,1 15,6 9,4 2,2 −4,9 −15
Record de froid (°C) −49,8 −43,9 −43,9 −34,1 −24,7 −8,3 −1,6 −1,7 −7,8 −20 −31,1 −43,9
Record de chaleur (°C) 5,6 7,8 12,1 14,7 31,1 33,1 32,2 30,3 28,3 18,3 10,2 8,3
Précipitations (mm) 33,2 28,4 30,7 27,3 29,6 51,5 59,2 70,4 62,1 51,9 46,6 36
Source : Environnement Canada[4]


Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Kuujjuaq
Période Identité Étiquette Qualité
1997 2005 Michael Gordon    
2005 2009 Larry Watt    
2009 2012 Paul Parsons    
2012 en cours Tunu Napartuk    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 066 1 405 1 726 1 932 2 132 2 375 2 754

Langues[modifier | modifier le code]

À Kuujjuaq, selon l'Institut de la statistique du Québec, la langue la plus parlée le plus souvent à la maison en 2011[5] sur une population de 2 350 habitants, est l'inuktitut à 63,19 %, le français à 15,74 % et l'anglais à 20 %.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire des municipalités : Village nordique de Kuujjuaq (Administration régionale Kativik) sur le site des Affaires municipales, régions et occupation du territoire.
  2. Recensement 2006 : Kuujjuaq
  3. a et b Kuujjuaq, Commission de toponymie du Québec, page consultée le 16 septembre 2013
  4. « Kuujjuaq - Station météorologique », Environnement Canada, (consulté le 2 août 200)
  5. Institut de la statistique du Québec. Population selon la langue parlée le plus souvent à la maison, municipalités et TE du Nord-du-Québec et ensemble du Québec, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Kuujjuaq (terre réservée inuit) Rose des vents
N
O    Kuujjuaq    E
S
Rivière-Koksoak