Établissement de l'Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Établissement de l'Est
Eystribyggð
Kujataa
Établissement de l'Est
Carte de l'établissement de l'Est.
Localisation
Pays Drapeau du Danemark Danemark
Pays constitutif Groenland
Municipalité Kujalleq
Coordonnées 60° 58′ nord, 45° 24′ ouest

Géolocalisation sur la carte : océan Arctique

(Voir situation sur carte : océan Arctique)
Établissement de l'Est
Établissement de l'Est

Géolocalisation sur la carte : Groenland

(Voir situation sur carte : Groenland)
Établissement de l'Est
Établissement de l'Est

Géolocalisation sur la carte : Amérique du Nord

(Voir situation sur carte : Amérique du Nord)
Établissement de l'Est
Établissement de l'Est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Établissement de l'Est
Établissement de l'Est
Histoire
Époque Moyen Âge

Kujataa *
Fjord de Tunulliarfik, village de Qassiarsuk, dans le sud-ouest du Groenland.
Fjord de Tunulliarfik, village de Qassiarsuk, dans le sud-ouest du Groenland.
Coordonnées 60° 53′ 37″ nord, 45° 28′ 06″ ouest
Pays Drapeau du Danemark Danemark
Subdivision Drapeau du Groenland Groenland
Municipalité de Kujalleq
Type Culturel
Critères (v)
Superficie 34 892 ha
Zone tampon 57,227 ha
Numéro
d’identification
1536
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2017 (41e session)

Géolocalisation sur la carte : Amérique du Nord

(Voir situation sur carte : Amérique du Nord)
Kujataa

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Kujataa

Géolocalisation sur la carte : Groenland

(Voir situation sur carte : Groenland)
Kujataa

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Kujataa
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

L'Établissement de l'Est (en vieux norrois, Eystribyggð[1] ; en groenlandais, Kujataa[2]) était la première et la plus importante des trois colonies fondées par les Vikings Islandais vers 985. À son apogée elle abritait environ 4 000 habitants. La dernière trace écrite de cette colonie concerne un mariage célébré en 1408, ce qui le situe environ 50 à 100 ans après la fin de la colonie plus septentrionale de l'établissement de l'Ouest.

Malgré ce que laisse penser son nom, l'établissement de l'Est était plus au sud qu'à l'est de son compagnon et, comme lui, était situé sur la côte sud-ouest du Groenland, au fond de longs fjords tels que : Tunulliarfik ou Eiriksfjord (Eiríksfjörðr en vieux norrois), Igaliku ou Einarsfjord (Einarsfjörðr), Nordre Sermilik (en) (Ísarfjörðr)[3],[4]. Environ 500 groupes de ruines de fermes nordiques se trouvent dans le secteur[5], incluant 16 ruines d'églises telles que celles de Brattahlíð, Dyrnæs, Garðar, et Hvalsey.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fjord de Nordre Sermilik[Note 1], l'une des zones comprises dans l'établissement de l'Est.

L'établissement des Vikings au Groenland débute dans les années 980. Les Vikings, menés par Erik le Rouge, fondent alors le site dénommé établissement de l'Est — en vieux norrois, Eystribyggð —, la première des trois grandes colonies au Groenland, lesquelles s'étendaient sur l'actuelle municipalité de Kujaleq — c'est-à-dire à l'entrée des fjords tels que Tunulliarfik (ou Eiriksfjord), Igaliku (ou Einarsfjord) et le fjord de Sermilik. Selon d'anciens registres médiévaux, cet établissement comptait, à l'apogée de son développement, environ 4 000 habitants. Les derniers documents écrits concernant la population d'Eystribyggð se présentent sous la forme de registres de mariages effectués dans l'église de Hvalsey à partir de 1408, tandis que d'autres colonies nordiques, notamment celle de l'Ouest, avaient déjà été abandonnées environ 50 à 100 ans plus tôt[8],[9],[10].

Vestige d'une ferme nordique mis en évidence à Tingimuit dans la baie de Tasussiak, fjord de Sermilik[Note 2].

L'économie des colonies nordiques médiévales était basée sur l'agriculture pastorale, principalement moutons et bovins, avec un supplément significatif issu de la chasse des phoques. Un changement climatique au XIVe siècle pourrait avoir augmenté la demande de fourrage en hiver et dans le même temps diminué la productivité des prairies à foin. L'analyse isotopique d'os extraits lors de fouilles archéologiques dans la colonie a montré que la pêche a joué un rôle de plus en plus important à l'approche de la fin de la période d'habitation de l'établissement de l'Est. Alors que le régime alimentaire des premiers colons était composé de 80 % de produits agricoles et 20 % de produits de la mer, au XIVe siècle les vikings du Groenland tiraient 50 à 80 % de leur nourriture de la mer[12].

Patrimoine mondial de l'Unesco[modifier | modifier le code]

Inscription au patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

L'ancien site nordique de l'Est, dont le nom est actuellement désigné sous la forme groenlandaise de Kujataa[2],[Note 3], est le neuvième bien patrimonial du Royaume du Danemark, et le second de l'île nord-américaine et pays constitutif du Groenland à être inscrit depuis 2017 au titre de patrimoine mondial par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. L'ensemble du bien patrimonial est inscrit sous l'intitulé « Kujataa au Groenland : agriculture nordique et inuite en bordure de la calotte glaciaire »[14].

Pour le Comité du patrimoine mondial, cette région agricole et ensemble géographique témoigne de l'histoire et de la culture des chasseurs et agriculteurs nordiques d'Islande qui ont commencé à s'établir au Groenland au cours du Xe siècle et celles des peuples autochtones Inuits dont l'économie, basée à l'époque sur l'agriculture et la pêche, se sont développées vers la fin du XVIIIe siècle. La rencontre et le mélange de ces deux ensembles culturels a permis de créer un « paysage culturel » caractérisé par des terres cultivées, des pâturages et la chasse des mammifères marins. Kujataa est le témoignage de la première introduction de l'agriculture au sein de la région arctique et de la première implantation de peuples nordiques hors de l'Europe[9],[10].

Les cinq composants du bien patrimonial[modifier | modifier le code]

Les cinq composants du bien patrimonial[15],[16]
Illustration Légende Nom(s) groenlandais Nom norrois Surface du bien patrimonial Surface de zone tampon Coordonnées
Église Brattahlid site archéo.jpg Reconstitution de l'ancienne chapelle de Sainte-Thjodhild Qassiarsuk Brattahlíð 11 342 ha 7,703 ha 61° 09′ 52″ N, 45° 35′ 53″ O
Igaliku Ruinen.JPG Vestiges d'un bâtiment Igaliku
Igaliko
Garðar 8,287 ha 49,524 ha 61° 00′ 06″ N, 45° 22′ 29″ O
FarmeninGroenland.jpg Panorama de Sissarlutoq Sissarlutoq
Kusuak[17]
339 ha - 60° 53′ 48″ N, 45° 29′ 42″ O
Vatnahverfi.jpg Parcelles agricoles et fjord à Tassikuluulik Tasikuluulik Vatnahverfi 7,542 ha - 60° 50′ 52″ N, 45° 23′ 24″ O
Hvalsey Church.jpg Vestiges de l'église de Hvalsey Qaqortukulooq Hvalsey 7,382 ha - 60° 47′ 33″ N, 45° 50′ 04″ O

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nordre Sermilik est l'une des branches du fjord Ikersuak (en)[6],[7].
  2. Les coordonnées géographiques de Tingimuit sont les suivantes : 61° 08′ 42″ N, 45° 37′ 00″ O[11].
  3. Ce terme signifie littéralement « Groenland du Sud »[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vésteinsson, Jochimsen et Ledger 2016, p. 25.
  2. a et b Vésteinsson, Jochimsen et Ledger 2016, p. 26.
  3. (en) Orri Vésteinsson (dir.), Anja Jochimsen, Paul Ledger et al., Kujataa – a subarctic farming landscape in Greenland : A nomination to UNESCO´s World Heritage List, Municipalité de Kujalleq - Gouvernement du Groenland, (lire en ligne [PDF]).
  4. (en) P. Sture Ureland et Iain Clarkson, « 2 - North place-names : 2.2 - The Eastern Settlement », dans P. Sture Ureland et Iain Clarkson, Language Contact across the North Atlantic : Proceedings of the Working Groups held at the University College, Galway (Ireland), 1992 and the University of Göteborg (Sweden), 1993, Walter de Gruyter, , 566 p. (lire en ligne), pages 129 à 131.
  5. (en) Lisbeth M. Imer, « The tradition of writing in Norse Greenland – writing in an agrarian community », dans Hans Christian Gulløv (dir.), Northern Worlds – landscapes, interactions and dynamics : Research at the National Museum of Denmark - Proceedings of the Northern Worlds Conference Copenhagen 28-30 November 2012, vol. 22, Copenhague, PNM (Publications from the National Museum), coll. « Studies in Archaeology & History », (lire en ligne), pages 340 et 341.
  6. (en) Anker Weidick, « Table 12-14 : Table 12 : Geographic place-names of the cited natural features and towns in Greenland », dans Anker Weidick, Richard S. Williams Jr et Jane G. Ferrigno, Greenland, Institut d'études géologiques des États-Unis - Département de l'Intérieur des États-Unis, coll. « Satellite Image Atlas of Glaciers of the World », (lire en ligne).
  7. (en) Collectif - National Geospatial-Intelligence Agency, Sailing Directions Greenland and Iceland, Springfield, Virginia National, National Geospatial-Intelligence Agency - Gouvernement fédéral des États-Unis, (lire en ligne [PDF]), chap. 13, page 95 à fin chapitre.
  8. (en) Dale Mackenzie Brown, « The Fate of Greenland's Vikings », Archeaology,‎ (lire en ligne).
  9. a et b « Kujataa au Groenland : agriculture nordique et inuite en bordure de la calotte glaciaire (Danemark) », sur le site du Comité du patrimoine mondial, Unesco (consulté le 22 décembre 2017).
  10. a et b Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), « Kujataa au Groenland : agriculture nordique et inuite en bordure de la calotte glaciaire (Danemark) no 1536 » [PDF], sur le site du Comité du patrimoine mondial, Unesco (consulté le 22 décembre 2017).
  11. (en) « Tingimiut (Ø 2) spindle-whorl - Detail Map », sur le base de données Runes, Académie des sciences de Göttingen (consulté le 4 juin 2018).
  12. (en) Jette Arneborg, Jan Heinemeier, Niels Lynnerup, Henrik L. Nielsen, Niels Rud et Árný E Sveinbjörnsdóttir, « Change of diet of the Greenland vikings determined from stable carbon isotope analysis and 14C dating of their bones », Radiocarbon, vol. 41, no 2,‎ , p. 157–168 (lire en ligne [PDF])
  13. (en) Einar Lund Jensen, Hans Christian Gulløv et Kristine Raahauge, « Terms for the Population in the Cap Farewell Area », dans Cultural Encounters at Cape Farewell : The East Greenlandic Immigrants and the German Moravian Mission in the 19th Century, vol. 38, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelser om Gronland », , 339 p. (lire en ligne).
  14. « Danemark », sur le site officiel de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), (consulté le 23 décembre 2017).
  15. « Kujataa au Groenland : agriculture nordique et inuite en bordure de la calotte glaciaire : Cartes - Situations géographiques multiples (5) », sur le site du Comité du patrimoine mondial, UNESCO, (consulté le 31 décembre 2017).
  16. (en) « Kujataa, a subartic landscape farming in Greenland : Executive summary » [PDF], sur le du Comité du patrimoine mondial, Unesco (consulté le 22 décembre 2017), p. 26.
  17. (en) Christian Glahder et Marie-Louise Lemgart, « Baggrundsundersogelser ved Narsaq, 1989 », Arctic Report, vol. 54, no 2,‎ , page 16 (lire en ligne [PDF])

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Daniel Bruun (is) (préf. Finnur Jónsson), The Icelandic Colonization of Greenland and the Finding of Vineland, vol. LVII, Copenhague, Kommissionen for ledelsen af de geologiske og geografiske undersøgelser i Grønland, coll. « Meddelelser om Grønland », , 228 p. (lire en ligne).
  • (en) Eva Panagiotakopulu et Paul C. Buckland, « Irrigation at Garar, SW Greenland, and its North European context », Water History, vol. 4, no 2,‎ , p. 197-211 (lire en ligne).
  • (en) James Edward Schofield, Kevin J. Edwards, Egill Erlendsson et Egill Erlendsson, « Palynology supports ‘Old Norse’ introductions to the flora of Greenland », Journal of Biogeography,‎ 2013  (DOI 10.1111/jbi.12067, lire en ligne).
  • (en) P. Sture Ureland et Iain Clarkson, « 2 - North place-names : 2.2 - The Eastern Settlement », dans P. Sture Ureland et Iain Clarkson, Language Contact across the North Atlantic : Proceedings of the Working Groups held at the University College, Galway (Ireland), 1992 and the University of Göteborg (Sweden), 1993, Walter de Gruyter, , 566 p. (lire en ligne), pages 129 à 131. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Orri Vésteinsson (dir.), Anja Jochimsen, Paul Ledger et al., Kujataa – a subarctic farming landscape in Greenland : A nomination to UNESCO´s World Heritage List, Municipalité de Kujalleq - Gouvernement du Groenland, (lire en ligne [PDF]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Einar Lund Jensen, Hans Christian Gulløv et Kristine Raahauge, Cultural Encounters at Cape Farewell : The East Greenlandic Immigrants and the German Moravian Mission in the 19th Century, Museum Tusculanum Press, , 339 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (da) Pauline Knudsen et Mikkel Sørensen, « I Qajuuttaqs fodspor 2. Qajuuttaqs historie og arkæologi i Narsaq-området », Tidsskriftet Grønland, vol. 313, no 4,‎ (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]