Langues iroquoiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne les langues iroquoiennes. Pour les peuples iroquoiens, voir Peuples iroquoiens.
Carte des langues iroquoises[Quand ?].

Les langues iroquoiennes sont une famille de langues parlées en Amérique du Nord. Elles incluent les langues de la confédération iroquoise, ainsi que le cherokee.

Liste des langues iroquoiennes[modifier | modifier le code]

Caractéristiques des langues iroquoiennes[modifier | modifier le code]

Les racines[modifier | modifier le code]

Les langues iroquoiennes sont des langues polysynthétiques. Elles organisent leur vocabulaire en trois catégories grammaticales : les verbes, les noms et les particules.
Le trait le plus remarquable de ces langues est, sans doute, que verbes et noms sont tous réductibles à une racine qui ne peut apparaître qu'avec préfixe et suffixe.

  • En seneca, kakáwihsaʔ - pelle a pour racine nominale /-kahwis-/.
    En tuscarora, la racine nominale de uhwaríːteh - fardeau, enveloppe corporelle est /-hwarit-/.
    En onondaga, /-ihn-/ est la racine nominale de kihnų́hneh - (sur) ma peau (mot à mot : ma peau sur).
  • En oneida, layʌ́thos - il plante, se rapporte à une racine verbale /-yʌthw-/ - planter.

Composition[modifier | modifier le code]

Un locuteur d'une langue iroquoienne peut normalement incorporer deux racines dans son discours. C'est même souvent le moyen le plus normal.

  • En oneida, (c'est un) pain frais se dit onáːtalaseʔ qui est composé de la racine nominale /-naʔtal-/ pain et de la racine verbale /-ase-/ être frais, nouveau. Même si le locuteur analyse une telle forme comme étant une seule unité, il reste conscient que deux éléments sont présents.
  • Certaines formes composées anciennes ne sont plus comprises. En seneca la racine verbale /-atanyo-/ pêcher à la ligne, hatáːnyoaʔ il pêche , ne peut s'analyser que par l'étymologie. Elle se décompose en /-at-/ réflexif /-any-/ hameçon qui n'existe pas en seneca mais en mohawk (/-ahry-/ áːrya) et /-o-/ mettre dans l'eau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Wallace L. Chafe, Seneca Morphology and Dictionary, Smithsonian Contributions to Anthropology no. 4, Washington D.C, Smithsonian Institution, 1967
  • (en) Wallace L. Chafe, Michael K. Foster, Prehistoric Divergences and Recontacts between Cayuga and the Other Northern Iroquoian Languages., International Journal of American Linguistics 47: p.121-142, 1981
  • (en) Frances Froman, Alfred Keye, Lottie Keye, Carrie Dick, English-Cayuga / Cayuga-English Dictionary. Gayogǒho:nǫʔ / Hnyoʔǫhneha:ʔ Wadęwęnaga:da:s Ohyadǫhsrǫ:dǫʔ., Toronto, University of Toronto Press, 2002 (ISBN 0-8020-3618-X)
  • (en) Floyd G. Lounsbury, Oneida Verb Morphology., Publications in Anthropology no.48,. New Haven, Yale University, 1953 (réimpression : Human Relations Area Files Press, 1976).
  • (en) Gunther Michelson, A Thousand Words of Mohawk, Mercury Series paper no. 5, Ottawa, National Museum of Man, National Museums of Canada, 1973
  • (en) Blair A. Rudes, Tuscarora-English / English-Tuscarora Dictionary, Toronto, University of Toronto Press, 1999 (ISBN 0-8020-4336-4)
  • (en) Hanni Woodbury, Onondaga-English / English-Onondaga Dictionary., Toronto, University of Toronto Press, 2003 (ISBN 0-8020-3733-X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]