Georges Saulterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Saulterre
Georges Saulterre à l'atelier 01.jpg
Le sculpteur Georges Saulterre en train de travailler dans son atelier
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Site web
Œuvres principales

Georges Saulterre est un artiste et sculpteur français né en 1943. Son œuvre comporte aussi bien des sculptures de terre cuite, bronze, ciment, céramique et autres matériaux que des œuvres monumentales en acier ou inox poli.

Biographie[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Georges Saulterre est né en Italie en 1943 à Conegliano, à quelques encablures de Venise, dans une famille pauvre issue de la noblesse.

Paris[modifier | modifier le code]

À Paris, après des études classiques, il suit les cours de l'École des arts appliqués, où il apprend toutes les bases de la sculpture et des matériaux, de l'architecture aussi, auprès de vieux maîtres.

Saulterre présente ses œuvres de jeunesse lors de premières expositions de peintures et de sculptures dans des lieux prestigieux de Paris. Il rencontre un succès immédiat, vend toutes ses œuvres en quelques jours et s'achète un château en ruine du XIIe siècle à Valence.[réf. nécessaire]

Autoroutes de France[modifier | modifier le code]

À la suite de sa réflexion sur la perception visuelle que l'on a en parcourant les grands axes autoroutiers, il a l'idée de profiter de ce grand angle pour y installer des sculptures monumentales et offrir ainsi aux voyageurs une approche nouvelle de la culture en espace public. La première sera Le héron cendré d'une hauteur de 8,50 mètres sur l'autoroute Chartres/Orléans en 1978.[réf. nécessaire]

Impressionné par la cathédrale de Chartres,[réf. nécessaire] il propose en 1989 une nouvelle sculpture de 21 mètres de haut : Les Flèches des cathédrales, qui figurera dans le Guinness des records. Suivront notamment Sur la trace des Vikings, le Signal des Alpes, À l'aube des temps.

Chine[modifier | modifier le code]

Attiré par l'art asiatique, il est repéré par différentes galeries chinoises et ouvre son propre Espace Saulterre à Shanghai. Il réalisera quelques sculptures monumentales pour la ville, telles une Déesse dans le quartier français, puis Ange et tortue glorieuse[1] installée au Jingan Park.

Pour l'inauguration de Art Chanel[Quoi ?], il crée une sculpture de 5 mètres de haut sur le thème de la Création du monde. Récemment,[Quand ?] Éruption solaire, sculpture monumentale en coulée d'inox pour le Parc de sculptures de Quingdao[2].

Reconnaissance et expositions[modifier | modifier le code]

Expositions à Paris depuis 1970, à New York (1988 - 1989), à Melbourne (Australie) en 1989, à l'abbaye de Moissac (1991), à Cavaillon (1994).

Expositions à La tour des cardinaux (1998), au Palais Bénédictine de Fécamp (1999).[réf. nécessaire]

Concours pour le mémorial du World Trade Center New York Fille de la Liberté (2001).[réf. nécessaire]

Premier prix de la sculpture européenne du conseil général du Loiret (2006).[réf. nécessaire]

Médaille d'or de l'Académie des arts, sciences et lettres (mai 2011)[3].

Exposition Musée d’art contemporain de Cuzco (Pérou) sur le Réchauffement climatique (2016).[réf. nécessaire]

Musées[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Sculpture en verre pressé Musée d’art Moderne New York (USA) ;
  • 1976 : Vase contemporain numéroté 1a Cour Royale de Belgique (Bruxelles) ;
  • 1991 : Sculpture en bronze au musée d’art contemporain d’Auvillar (Tarn-et-Garonne) ;
  • 2000 : Sculpture pâte de verre et assiette en céramique, au musée national de la porcelaine Adrien-Dubouché à Limoges ;
  • Musée d’art contemporain de Qingdao (Chine) ;
  • Sculpture Argos en pâte de verre pour Daum - 2015
    Musée du cristal Nancy pour Daum, Argos pâte de verre.

Œuvres et lieux[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Sculpture de Georges Saulterre.

Les œuvres de Georges Saulterre sont créées pour être visibles par le plus grand nombre :

  • études d'esthétique industrielle ; mise au point de couverts, plats, objets en céramique, étains contemporains ;
  • sculpture Oiseau aigrette à Clamart (1975) ;
  • sculptures monumentales à la Grande-Motte (1977), à Versailles (1977) Héron cendré (1978) ;
  • Les Flèches des cathédrales (1989) sur l'autoroute A10 de Chartres-Orléans ;
  • Sur la trace des Vikings (1991) sur l'autoroute A13 ;
  • œuvres destinées aux centrales électriques de Cruas-Meysse, de Chooz (1987), de Golfech (1988) ;
  • murs en terre cuite et miroirs à La Défense (1984) et à Deuil-la-Barre (1984) ;
  • Signal des Alpes (1984) ;
  • sculpture monumentale pour Elf Nigéria (1992) et pour le district d'Isbergues (1995), trophées de l'innovation Elf et de golf Eurotunnel ;
  • fresque en grès pour une HLM à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), édition de masques pour les Ciments français ;
  • arbre en coulée d'inox pour Ugine, sculpture monumentale en inox pour un centre de formation, masque géant au bénéfice du Téléthon (1995) ;
  • À l'aube des temps, sculpture monumentale sur l'autoroute de l'Estérel : Lauréat du concours (1998).
  • création et réalisation du Mémorial de la Paix pour la commune d'Alizay (Eure) : composé de 15 personnages semblant venir d'un songe qu'elles veulent nous faire partager. En granit de plus ou moins 2 m, ces sculptures pacifiées rappellent qu'il ne faut pas perdre l'idée que la paix est un équilibre fragile (octobre 2010)[4]
  • interprétation de l'Aérotrain de Jean Bertin à Gometz-la-Ville (2002)[5],[6].
  • Argos et Paroptès en pâte de verre pour Daum (2015-2016)[7]
  • Éruption solaire, sculpture monumentale de 8m de hauteur en coulée d’inox pour le Committee of Qingdao National High-tech Industrial Development Zone (2015)

Publications[modifier | modifier le code]

  • Georges Saulterre, Saulterre entre les fils tissés par le soleil (2011) en français, anglais et chinois.
  • A la recherche de l’âme française, Pr Mah (2008) en chinois.[source insuffisante]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Quotidien du Peuple en ligne-« Ange et tortue glorieuse » de Georges Saulterre devient la sculpture officielle de la Foire Art Shanghai 2007 », sur french.peopledaily.com.cn (consulté le 18 octobre 2015)
  2. G. Saulterre, Entre les fils tissés par le soleil, , extrait de la biographie écrite par Maryline Dognin
  3. « info », sur arts-sciences-lettres
  4. « Patrimoine d'Alizay », sur www.alizay.fr (consulté le 17 octobre 2015)
  5. « photo 423 », sur aerotrain.fr
  6. « Saulterre », sur aernav.free.fr
  7. (en) « georges-saulterre », sur us.daum.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]