Jean Bertin (ingénieur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes homonymes, voir Jean Bertin.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertin.
Jean Bertin
AérotrainI80HV.jpg
Aérotrain de Jean Bertin
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean Henri BertinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École polytechnique
École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction
Plaque sur la maison natale de de Jean Bertin à Druyes-les-Belles-Fontaines.jpg
plaque commémorative
L'aérotrain 02, exposé en Allemagne à Spire de 2001 à 2005.
Destruction en avril 2007 d'une partie de la voie aérienne de l'aérotrain de Jean Bertin.

Jean Bertin, né le à Druyes-les-Belles-Fontaines (Yonne) et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un ingénieur, inventeur et entrepreneur français du secteur de l'aéronautique et des transports. Son nom est attaché à l'invention de l'aérotrain, mais il est également un inventeur prolifique dans le domaine de la mécanique et de l'aéronautique (163 brevets) et un acteur majeur de la recherche de pointe de l'après-guerre en France[Tr 1].

La société Bertin et Cie fondée par Jean Bertin s'est prolongée sous le nom de l'actuelle PME Bertin Technologies.

Parcours personnel[modifier | modifier le code]

Jean Bertin est polytechnicien[1],[2] de la promotion 1938. Ingénieur de l'École supérieure de l'aéronautique[3], il entre en 1944 à la Snecma où il est nommé directeur technique adjoint chargé des études spéciales sur les moteurs. Il y réalise le premier inverseur de poussée pour réacteur, expérimenté sur un réacteur de Vampire en 1952[Tr 1].

En 1955, il quitte la Snecma avec quelques ingénieurs et fonde la société Bertin et Cie. En effet, il est frappé que les constructeurs automobiles français achètent des brevets étrangers alors que les procédés industriels français existent dans les domaines de l'aviation et des moteurs à piston : Bertin et Cie sera la courroie de transmission entre les deux industries[Tr 1].

En 1957, un de ses ingénieurs, Louis Duthion, redécouvre en testant des silencieux pour réacteur le phénomène d'« effet de sol »[4]. Les applications crédibles n'apparaissent pas immédiatement. Mais l'invention de l'hovercraft et des "jupes souples" en Angleterre en 1958 relance le sujet[Tr 2].

En 1958, Jean Bertin répond à un appel d'offre d'Aéroport de Paris pour un système de lutte contre le brouillard. Le système Turboclair[5] inventé par l'ingénieur consiste à utiliser des réacteurs réformés pour réchauffer l'air. Les premiers tests se font à Brétigny avec des moteurs SNECMA ATAR. En 1961 les tests se poursuivent avec 16 appareils De Haviland SE 532 'Mistral' de l'Armée de l'Air à Melun-Villaroche. En 1963 le dispositif est testé à Orly en parallèle d'un autre à base de gaz propane. En la FAA approuve le Turboclair et 8 fosses sont implantées à Orly en 1970[6], puis 12, puis 14 en 1974 (y compris Roissy). Les pilotes qui sont amenés à se poser demandent un "atterrissage Turboclair" à la Tour de Contrôle qui déclenche alors les réacteurs. Cette procédure était décrite dans les manuels de procédure et consommait 1 500 litres de carburant par atterrissage. Ce sont 127 atterrissages (soit 100001 500 passagers) durant l'hiver 1975-1976 qui ont été réalisés grâce à Turboclair, 128 pour l'hiver 1976-1977, 343 en 1978. La mise en place progressive des ILS/ATT sur les avions, remplace Turboclair dans les années 1980.

"Le brevet du coussin d'air est déposé le . Les recherches de Jean Bertin s'orientent vers les applications du coussin d'air dans les transports : aéroglisseurs, aérotrain. La Direction des Études et Fabrications d'Armement se montre intéressée par ces concepts et en janvier 1961, Bertin en Cie décide l'étude d'un aéroglisseur terrestre à des fins militaires[7],[Tr 2]. Le , Jean Bertin convie les médias à une conférence de presse sur la base de Satory[8] pour leur présenter le TARRAPLANE BC4[9].

De 1963 à 1974, il se consacre à la conception et aux essais de l'aérotrain, projet d'abord soutenu par les pouvoirs publics mais qui est finalement abandonné par l'État le [10], bien que le principe d’une mise en place d'une ligne d'aérotrain Cergy-La Défense ait été validé par la signature d’un accord moins d’un mois auparavant.

Jean Bertin est nommé membre de l'Académie du Morvan en 1968.

En 1973, l'Association des Journalistes Professionnels de l’Aéronautique et de l’Espace (AJPAE) lui décerne le prix Icare.

Un an après l’arrêt de l’aérotrain, Jean Bertin meurt d'un cancer du cerveau[11]. Il est inhumé à Monblanc, petit village du Gers[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De la promotion X1938, cf. le site de l'association des anciens élèves de l'École polytechnique (l'AX) qui mentionne qu'il était ingénieur de l'armement, spécialisé dans l'aéronautique.
  2. Site de la bibliothèque de l'École polytechnique, onglet « Catalogues de la BCX –> Famille polytechnicienne », recherche « Jean Bertin », résultat : « Bertin, Jean Henri (X 1938) ».
  3. Présentation de l’espace technologique Jean-Bertin.
  4. Le transport par lévitation magnétique ou le grand rêve de Jean Bertin….
  5. « Systeme anti-brouillard », sur www.airkalo.com (consulté le 5 septembre 2018)
  6. « Procédures d’approche par Faible Visibilité LVP - FlightSim Corner », FlightSim Corner,‎ (lire en ligne)
  7. L'aérotrain et les naviplanes, article les Terraplanes.
  8. Qu'est-ce qu'un aérotrain ? Quelle est son histoire ?.
  9. Le Terraplane BC4.
  10. L’élan brisé de l’aérotrain.
  11. a et b « Biographie de Jean Bertin », sur www.jean-bertin.fr (consulté le 23 janvier 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christelle Didier, Annie Gireaux-Geneau, Betrand Hériard Dubreuil, « L'aérotrain ou la tragédie de Jean Bertin », Ethique Industrielle. Textes pour un débat, De Boeck Université,‎ , p. 323-337 (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata:
  1. a b et c p. 3
  2. a et b p. 4

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]