Catch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catch (homonymie).
Deux hommes en train de lutter à Sikeston, Missouri, États-Unis (mai 1938).
Christopher Daniels sautant du haut de la troisième corde (janvier 2007).

Le catch, également appelé lutte professionnelle ou lutte au Canada, est une forme de divertissement combinant performances sportives et théâtrales. Dans sa forme moderne, le catch se présente comme une série de matchs en public qui s'enchaînent lors de galas organisés par des compagnies itinérantes ou lors d'enregistrements d'émissions régulières télévisées. Chaque match oppose catcheurs ou catcheuses sur un ring, reproduisant les codes des sports de combat tout en y intégrant des règles et conventions propres à la discipline et à ses spécificités régionales. Dans sa forme première, le catch s'apparentait principalement à la lutte, puis il s'est étoffé au fil du temps d'un arsenal technique varié (coups, clefs, prises, projections, retournements, manœuvres acrobatiques). Ces composantes techniques sont tantôt innovées par les pratiquants, tantôt empruntées à d'autres arts martiaux ou inspirées par d'autres éléments de la culture populaire (cinéma, danse, sport...).

Le catch n'est compétitif qu'en apparence : les résultats des combats sont prédéterminés et les pratiquants coopèrent afin d’assurer le spectacle et de pouvoir « raconter une histoire ». De plus, l’impact des manœuvres est moindre qu’il n’y paraît afin de prévenir les risques de blessure. Le public a longtemps été volontairement tenu dans l'ignorance de cette connivence, mais désormais tout ceci est publiquement avoué, y compris par la plupart des gens de ce milieu. Cependant, tout ceci est tu pendant la présentation des combats en eux-mêmes (un principe qu'on appelle dans le catch « kayfabe ») pour permettre la suspension consentie de l'incrédulité du spectateur.

Puisant ses origines dans les spectacles de foire itinérants d'Europe au XIXe siècle, le catch s'est répandu dans le monde entier, devenant un spectacle à part entière. En France, le catch connaît son apogée médiatique pendant l'Après-guerre, notamment dans les salles parisiennes et lors de ses retransmissions sur les chaînes de l'ORTF[1]. En Amérique du Nord, c'est une industrie qui vaut plusieurs millions de dollars et qui a connu plusieurs périodes de prééminence dans la culture populaire. Discipline hybride, le catch est un sport, un spectacle, et il est également parfois considéré comme une forme d'art : le sémiologue Roland Barthes l'a décrit comme « une pantomime immédiate », « le principe même de l’art classique triomphant »[2].

Description[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme « catch » (« attraper » en français) peut être considéré comme un faux anglicisme car il est dérivé de l'ancienne expression anglaise catch-as-catch-can (en français « attrape-le comme tu peux », voir Catch wrestling). En Amérique du Nord francophone, il est question de « lutte » ou « lutte professionnelle »[3] et dans le langage familier, « catcher » signifie attraper ou comprendre. Il est nommé Puroresu プロレス en japonais (contraction japonisée de "professionnal wrestling") et Professional Wrestling en anglais.

Origines[modifier | modifier le code]

Baraque de lutte au début du XXe siècle

La lutte, l'un des sports les plus anciens au monde, a traversé les âges sous diverses formes[4]. Au XIXe siècle, le succès des tournois de lutte en Europe prend de l'ampleur et permet à sa forme la plus sportive de se développer considérablement, comme en témoigne la place obtenue par la discipline lors des Jeux olympiques de 1896. Parallèlement, une forme plus populaire de lutte apparaît dans les représentations de baraques de lutte installées sur les champs de foire, où des combats mettent en scène un assemblage de techniques piochées dans diverses écoles de lutte traditionnelle. C'est de cette lutte foraine que le catch (ou "lutte professionnelle") tire son origine[5],[6],[7].

Les premières troupes de lutteurs professionnels indépendants des foires se forment en Europe entre 1840 et 1860 de Bordeaux à Saint-Pétersbourg, en passant par Lyon, Vienne, Berlin et Varsovie. Ces troupes sont sous la coupe d'un manager. La plus fameuse organisation de lutte professionnelle est celle de Saint-Pétersbourg, créée en 1885, qui compte plusieurs dizaines de filiales à travers l'Europe. En Grande-Bretagne, en revanche, la priorité est laissée à la boxe, et la lutte professionnelle n'y connaît longtemps aucun écho.[réf. nécessaire]

À la fin du XIXe siècle, les baraques proposent des combats qui opposent leurs champions à des amateurs, promettant à ces derniers une somme d'argent en cas de victoire, ce qui se produit parfois ; à d'autres occasions, la vedette d'une troupe rivale surgit de l'assistance pour défier le champion de la maison. Pour alimenter ces scénarios et ravir le public, on truque parfois les rencontres. Certains propriétaires de baraque de lutte se sédentarisent (par exemple en France en s'installant dans les salles de spectacles parisiennes) et capitalisent sur ce côté spectaculaire, en demandant aux athlètes de pratiquer la « lutte au chiqué »[8]. C'est ainsi que naît la forme moderne du catch à grand spectacle.

La Première Guerre mondiale ferme l'âge d'or de la lutte professionnelle en Europe. Les fédérations nationales et internationales de lutte sportive entravent clairement le développement de cette activité sur le Vieux Continent entre les deux guerres. En Suisse, toute publication sur le sujet est même interdite[7]. Quelques organisations parviennent toutefois à opérer, mais leur impact reste très limité. Les États-Unis ravivent la flamme au début des années 1960.[réf. nécessaire]

Sport ou spectacle ?[modifier | modifier le code]

Un ring de catch classique à quatre côtés, ici celui de la WWE.

La nature hybride[9] et protéiforme du catch rend difficile toute tentative de le définir catégoriquement. Les dictionnaires se contentent souvent de le décrire comme « une forme de lutte libre » sans entrer dans le détail. On le résume parfois par les expressions « sport-spectacle » ou « divertissement sportif » mais bien souvent les observateurs préfèrent simplement traiter le sujet sous forme de question : « sport ou spectacle ? »[10],[11].

Ces difficultés de définition s'expliquent également par les réticences des pratiquants la discipline à accepter de devenir sujets d'analyse, comme en témoigne le sociologue Christophe Lamoureux, qui en vient à surnommer ce milieu « la petite industrie du simulacre »[12]. Historiquement né de parents bonimenteurs et saltimbanques, le catch a en effet longtemps entretenu le secret sur sa vraie nature pour tromper le grand public. Pour toutes ces raisons, le catch a aussi de tout temps attiré ses détracteurs, qui tantôt le disqualifient en tant que sport pour son côté « chiqué »[13], ou tantôt le désavouent en tant que forme d'expression artistique, car trop impur, trop violent, ou trop populaire[14].

Le catch peut être considéré comme un simple spectacle dans la mesure où la notion de compétition sportive stricto sensu en est absente. Le catcheur victorieux n'est pas nécessairement plus talentueux ou en meilleure condition, il n'a pas systématiquement cherché à dépasser son adversaire par sa performance. Un catcheur est en représentation[15] au sens artistique du terme, plutôt qu'en quête d'un record. En réalité, un catcheur acquiert plutôt du galon au regard de sa capacité à faire réagir la foule (et donc indirectement à contribuer aux ventes de billets d'entrée et de produits dérivés). Le catch se distingue donc des autres sports de combat par la mise en scène dont il est l'objet. Pour Roland Barthes, « le catch n'est pas un sport » mais « un spectacle » proche du théâtre, qui n'a pas à rougir de sa qualité artistique[14].

Les catcheurs et les catcheuses n'en sont pas moins des athlètes professionnels qui s'adonnent à une activité physique intense, comme l'indique Lamoureux : « Car entendons-nous bien, à quelque période historique qu'on le situe, le catch est autant un sport qu'un spectacle, « un sport spectacle » dirons nous : un sport parce que ceux qui le pratiquent sont des athlètes ; un spectacle parce que ces mêmes athlètes s'apparentent à des acteurs qui miment sur le ring la vraisemblance scénique d'un combat de lutte. »[12]. Les catcheurs doivent s’entraîner afin d'effectuer les manœuvres techniques qu'ils emploient et afin de supporter la violence des chutes et des projections qu'ils subissent au cours des matchs. Aussi, afin d'assurer la sécurité de leurs fans, les catcheurs eux-mêmes leur recommandent de ne jamais essayer de reproduire les mouvements exécutés sur le ring.

Les mots « chiqué » ou « truqué » sont donc relatifs : le catch est truqué dans le sens où l'issue du combat est déterminée à l'avance ; il est chiqué dans le sens où beaucoup de coups sont plus spectaculaires que réellement efficaces. Mais l'impact de certains coups inflige une douleur certaine et le catcheur doit l'encaisser ; l'adage dit « dans le catch, on se fait mal, mais on ne se blesse pas. »[11]. Les accidents ne sont pas rares, à la suite d'un coup mal calibré ou d'une cascade trop dangereuse ratée[16]. Les catcheurs doivent alors continuer le combat ou s'arranger pour y mettre un terme prématurément, sans que le public ne s'en rende compte, pour ne pas en exposer l'aspect fictionnel.

Différentes formes[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Les premiers spectacles de catch sont apparus comme en Europe lors des carnavals et cirque peu après la fin de la Guerre de Sécession, la plupart des lutteurs ont appris la lutte à l'université et affrontaient des spectateurs, ce qui donnait lieu à des paris ce qui permettait au cirque ou au carnaval d'augmenter leur recette[18],[19].

Au début du XXe le sport aux États-Unis devient populaire et le public américain se passionne aussi pour le catch notamment grâce aux « exploits » de Frank Gotch qui après être devenu le champion des États-Unis en 1904 a vaincu le russe George Hackenschmidt (qui lui est invaincu en Europe) à Chicago en 1908 dans un match qui a duré un peu plus de deux heures puis en 1911 devenant le premier champion incontesté de catch[20],[21]. Mais à la suite de la retraite de Gotch en 1913 le public comprenant que ce n'est pas un sport commence à se désintéresser du catch[19].

Peu après la fin de la Première Guerre mondiale Ed Strangler Lewis avec l'aide de son manager Billy Sandow et de Joseph Toots Mondts comme promoteur et connu tous les trois sous le nom de Gold Dust Trio ont une vision différente du catch. Ils préfèrent mettre l'accent sur le spectacle[19]. Ensemble ils popularisent le catch par équipe et organisent leur compagnie avec des lutteurs travaillant régulièrement pour eux[22].

Mexique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lucha libre.

On pratique la lucha libre depuis 1863 au Mexique[23]. Il s'agit alors d'une variante de la lutte gréco-romaine développé par Enrique Ugartechea[23].

En 1933, Salvador Lutteroth González fonde la Empresa Mexicana de Lucha Libre (EMLL) qui va devenir la principale fédération de catch du pays[23]. González souhaite proposer un style rapide et athlétique semblable à ce qui se fait alors au Texas[24]. C'est aussi cette même année que le catcheur El Ciclón McKey est le premier à porter un masque durant ses combats[23]. Le fait d'avoir des masques permet au public de mieux comprendre qui est le tecnico, le protagoniste, ou le rudo qui est l'antagoniste[23]. En plus du côté coloré des masques le style de catch pratiqué se distingue de celui des américains avec des prises fait du côté gauche[25].

En 1935, Rudolpho Guzmán commence sa carrière puis au fil des années porte un masque argenté et se fait appeler El Santo à partir des années 1940[24]. Il devient le catcheur vedette au Mexique, gardant son masque y compris lors d'apparitions publiques et est l'acteur principal de nombreux films[24].

Dans les années 1960, les films mettant en scène El Santo ou son rival Blue Demon sont très populaires au Mexique[26]. C'est à cette époque que le producteur Luis Enrique Vergara fait de Mil Máscaras l'acteur principal d'un de ses films[26]. Il le choisit car il est en froid avec El Santo et Blue Demon est alors blessé[26].

Japon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Puroresu.
Rikidōzan est surnommé le père du puroresu.

À la fin du XIXe siècle, Sorakichi Matsuda (en) semble être avec Shokichi Hamada les premiers japonais à faire du catch[27]. Matsuda y connaît un certain succès avec deux combats face à Edwin Bibby (en), un ancien champion du monde de catch-as-catch-can avec une victoire et une défaite[27]. Hamada lui tente de faire connaitre ce divertissement au Japon en faisant venir des catcheurs occidentaux mais son entreprise ne connait pas le succès[27]. Durant l'Entre-deux-guerres, le judoka Taro Miyake (en) tente à nouveau d'organiser des spectacles de catch au Japon sans grand succès[27].

C'est après la Seconde Guerre mondiale que le catch devient populaire au Japon grâce à Rikidōzan[28]. Ce lutteur de sumo qui ne peut pas devenir un yokozuna en raison de ses origines coréennes décide de devenir catcheur et promoteur de sa propre fédération, la Japan Pro Wrestling Alliance (en)(JWA)[28]. Il parvient à populariser ce divertissement que les japonais perçoivent comme un sport en remportant des combats face aux meilleurs catcheurs américains de son époque comme Lou Thesz par exemple[28]. Il s'y fait aussi connaitre pour affronter de véritables combattants comme le judoka Masahiko Kimura en 1954[29]. Le catch féminin, appelé joshiresu se développe aussi à la même période avec la création de l'All Japan Women's Pro-Wrestling (en) en 1955[30]. Le 8 décembre 1963, un yakuza poignarde Rikidōzan qui meurt d'une péritonite une semaine plus tard[31].

Après la mort de Rikidōzan, les dirigeants de la JWA décident que Shōhei « Giant » Baba va devenir la principale vedette de la fédération[32]. Cela déplait à Antonio Inoki qui en a assez d'être dans l'ombre de Baba et fonde avec Hisashi Shinma la Tokyo Pro Wrestling en 1966[33]. Cette fédération ne marche pas et Inoki retourne à la JWA[33].

En 1972, Inoki puis Baba quittent la JWA et forment chacun de leur côté leur propre fédération de catch[34]. Baba créé l'All Japan Pro Wrestling qui propose un style de catch proche de celui des fédérations américaines de l'époque[34]. De l'autre côté la New Japan Pro Wrestling d'Inoki offre au public une expérience mêlant catch et arts martiaux[35].

France[modifier | modifier le code]

Le catch connaît son apogée en France avant la Première Guerre mondiale, âge d'or européen de la lutte professionnelle, ou plutôt de « Catch as Catch can », comme elle est alors généralement nommée[36]. Malgré les interdits fédéraux, le catch survit entre les deux guerres.

Dans les années 1950-1970, les spectacles sont fréquents, notamment au Cirque d'hiver de Paris, dans des foires ou à l'occasion de galas spéciaux comme en l'honneur du 14 juillet. Les Français ont à partir de 1952 la possibilité de suivre des matchs à la télévision[37]. Roger Couderc et Thierry Roland assurent généralement les commentaires des matchs télévisés. Les grands noms français du catch sont l'Ange Blanc (Charles Eltes), André le Géant (André Roussimof), le tigre de la lutte, Le Bourreau de Béthune (Jacques Ducrez), Le Petit Prince (Daniel Dubail), Jean Corne, Zarak, Claude Roca, André Drapp (le lion de Lorraine), Abdesslam El Alami, Robert Duranton, Cheri-Bibi (Roger Trigeaud) ou encore Roger Delaporte[38],[37].

Image d'André the Giant, icône française du catch.

Souffrant d'une mauvaise réputation et d'un problème de renouvellement de génération, le catch connaît une crise entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980. Le catch connaît un soubresaut dans les années 1980 grâce à la télévision et la chaîne Canal+ qui en 1985 achète les droits de la WWF et plus tard quatre de ses plus importants spectacles visibles aux États-Unis en paiement à la séance. Mais si cette période relance l'intérêt public du catch en France, elle impose aussi le style américain comme la référence plaçant alors l'école française dans l'ombre.

Canal+, diffusa l'émission WWF Superstars, puis WCW Nitro de 1997 à 2000, et à nouveau WWF Superstars de 2000 à 2002.

Règles[modifier | modifier le code]

Les règles d'un match de catch sont utilisées pour accentuer l'impression de combat. Si elles permettent de désigner un vainqueur, elles sont surtout là pour enrichir le déroulement d'un match, l'arbitre faisant alors office de troisième participant. Par exemple si un catcheur subit une prise de soumission, il peut donner l'illusion au public qu'il va d'abord abandonner puis attraper l'une des cordes pour provoquer la règle du rope break et obliger l'arbitre à forcer son adversaire à casser la prise (celui-ci a alors 5 secondes pour le faire sous peine de disqualification).

Compte de trois[modifier | modifier le code]

C'est la technique de base pour obtenir la victoire. Aussi appelée le tombé (pinfall en anglais), il consiste à river les épaules de son adversaire au ring pendant trois secondes, ce décompte est effectué par l'arbitre qui frappe le compte de la main sur le ring. Le compte de l'arbitre peut être interrompu lorsque le catcheur soumis décolle une épaule du sol avant le compte de 3 ou quand il arrive à attraper une corde du ring. C'est ce qui est nommé rope break.

Abandon[modifier | modifier le code]

John Cena exécutant le STF sur Batista.

Un lutteur pris dans une prise de soumission peut être forcé d'abandonner. Pour marquer son abandon, il tapote (tap out en anglais) sur le ring, son adversaire ou fait signe à l'arbitre. Pour se dégager d'une prise de soumission, un catcheur peut attraper une corde du ring qui force l'attaquant à briser sa prise, selon la règle du rope break. Il peut également tenter de se dégager en frappant, projetant, ou renversant son adversaire, lui faisant ainsi rater sa prise.

Un knockout est aussi considéré comme un abandon, l'arbitre communique avec le catcheur, si celui-ci ne répond pas à l'arbitre, il perd ; l'arbitre lève la main du catcheur puis la lâche, au bout de la troisième chute consécutive de la main sans que le catcheur ne soit parvenu à la maintenir tendue, l'arbitre le déclare K.O.

Décompte extérieur[modifier | modifier le code]

Il est possible de gagner sur un décompte extérieur (ou count-out en anglais) où l'adversaire resté trop longtemps en dehors du ring, en général le temps que l'arbitre compte jusqu'à 10 (20 secondes dans le catch japonais). Si l'autre catcheur (qui est resté sur le ring) descend du ring, l'arbitre est obligé de refaire le décompte. Généralement, un match se finissant de la sorte ne peut voir une ceinture de championnat changer de mains même si le challenger a remporté le match, c'est une règle qui n'est pas constante mais qui revient très souvent.

Un exemple classique d'usage du ring out est lorsqu'un catcheur incarnant un méchant (personnage heel) détenant un titre de champion perd volontairement son match en quittant le ring. Il conserve ainsi son titre tout en s'attirant les foudres du public. Si deux catcheurs sont tous deux hors du ring à la fin du décompte, l'arbitre déclare la fin du match par double décompte à l'extérieur (double count-out), c'est donc un match nul. Cette issue du match n'est que rarement utilisée.

Disqualification[modifier | modifier le code]

Enfin, il est possible de gagner sur une disqualification de l'adversaire dans un match classique.

Le catcheur est disqualifié s'il :

  • emploie une attaque interdite (illégale)
  • utilise un objet comme arme pour tricher (sauf pour les match hardcore et un match sans disqualification où les catcheurs ont le droit d'utiliser des armes)
  • agresse l'arbitre
  • refuse d'exécuter un ordre de l'arbitre (habituellement, l'arbitre compte jusqu'à 5 et si le catcheur continue toujours, il est disqualifié), par exemple :
    • donner plusieurs coups (de poing ou de pied) sur un adversaire reposant contre le turnbuckle ou alors allongé par terre
    • refuser de lâcher une prise quand son adversaire a fait un rope break
    • tirer les cheveux
    • mordre l'adversaire
    • met ses doigts dans les yeux de son adversaire plus d'une fois
    • donne un coup bas à son adversaire (hors matchs féminins)
  • Interférence : si une personne non impliquée dans le combat intervient en faveur d'un des catcheurs, celui-ci est disqualifié.

Il existait auparavant une règle qui interdisait la projection de son adversaire par-dessus la troisième corde (supérieure). Cette règle n'est cependant plus appliquée.

Cependant, il existe des matchs ayant les règles du catch hardcore où tous les coups sont permis.

« Non déclaré »[modifier | modifier le code]

Un match peut être « non déclaré » (« No contest » en anglais), lorsqu'un évènement ou une interférence n'impliquant pas les deux catcheurs empêche le match de se terminer. Dans ce cas-là, il n'y a pas de gagnant.

Les cas les plus habituels sont :

  • une personne se blesse elle-même (non pas par une autre personne)
  • une personne (ou plusieurs) décide d'attaquer les deux combattants

Égalité[modifier | modifier le code]

Il se peut qu'un match se termine par un match nul, il n'y a donc aucun gagnant et perdant. Les causes peuvent être :

  • un double décompte extérieur (double count-out).
  • Lorsque deux catcheurs ou plus sont à terre, l'arbitre commence un décompte : il faut au moins impérativement qu'un des deux catcheurs se relève avant que l'arbitre compte jusqu'à 10, sinon, le match devient un match nul.
  • Un double abandon, un double décompte de trois, ou encore lorsqu'un catcheur abandonne en même temps que l'arbitre ait fini le décompte de trois (ces faits sont extrêmement rares).
  • Un double tombé si lors du compte de 3 de l'arbitre les deux catcheurs ont les épaules au sol. Par exemple l'un des catcheurs maintient les épaules de l'autre au sol, tout en ayant ses propres épaules au sol (même sans être couvert).

Règles pour les matchs spéciaux[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Type de match au catch et Tag team.

Il est possible que certains matchs soient soumis à diverses stipulations (matchs spéciaux).

Style de combat[modifier | modifier le code]

Différents styles de combat peuvent définir des groupes de catcheurs ou catcheuses. Les voici :

  • Brawling (ou « bagarre ») : Catcheur utilisant principalement des coups (coups de poing, coups de pied, de genou, etc).
  • Powerhouse : Comme son nom l'indique, qualifie les catcheurs puissants utilisant principalement des prises telles que des violentes projections au sol, etc.
  • Technique : Catcheurs maitrisant un large éventail de prises de lutte. Un très grand nombre d'entre eux sont également spécialisés dans les soumissions.
  • Voltige : Concerne principalement des catcheurs poids-moyen utilisant beaucoup d'acrobaties ou de prises nécessitant un certain élan dans les airs.
  • Hardcore (Spécialiste des matches hardcore) : S'accorde souvent avec le style de Brawling. Catcheur spécialiste des armes, des matchs hardcore et donc de tout ce qui est interdit dans un match régulier.

Mouvements[modifier | modifier le code]

Produit dérivé[modifier | modifier le code]

Le catch a inspiré de nombreux produits dérivés en dehors du merchandising classique comme les DVD, vêtements, livres, bandes dessinées, magazines et objets en tous genres. Il y a un marché des jeux vidéo, des cartes de collection, de jeux de société et des figurines.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des termes de catch.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Catch : l’histoire d’un sport spectacle marié avec la télé », sur France Inter (consulté le 31 mai 2016).
  2. Roland Barthes, Mythologies (1re éd. 1957), « Le monde où l'on catche ».
  3. « Définition de la lutte professionnelle », sur Encyclopédie canadienne (consulté le 23 avril 2014)
  4. « Lutte libre équipement et histoire », sur Comité International Olympique (consulté le 25 octobre 2017)
  5. Christian-Louis Eclimont, Catch, l'âge d'or, 1920-1975 : L'épopée du catch français et les "Michel-Ange" du ring, Huginn & Muninn, (ISBN 978-2364805071), p. 11-12.
  6. Christophe Lamoureux, La grande parade du catch, Presses Universitaires du Mirail, , 368 p. (ISBN 2-85816-207-7), p. 111-116.
  7. a et b Wojciech Liponski (trad. du polonais par Arletta Rozanska), L'encyclopédie des sports : Plus de 3000 sports et jeux du monde entier, Paris, Gründ, , 563 p. (ISBN 2700012275), p. 317.
  8. Frédéric Loyer et Jean François Loudcher, « La difficile sportivisation de la lutte : l’histoire d’une force à maîtriser (1852-1913) », (consulté le 31 juillet 2017).
  9. Sébastien Bazou, « Catch et faux-semblants : Réflexions autour d'un divertissement sportif populaire », sur artefake.com, (consulté le 6 août 2017).
  10. C. INFO, « Le catch est-il un sport ou un spectacle ? : Parlons un peu de lutte. », sur beinsports.fr, (consulté le 6 août 2017).
  11. a et b La rédaction, « Le catch, sport ou spectacle ? », sur Allodocteurs.fr, (consulté le 6 août 2017).
  12. a et b Christophe Lamoureux, La grande parade du catch, Presses Universitaires du Mirail, , 368 p. (ISBN 2-85816-207-7).
  13. Bob Harvest, Le catch, cet inconnu : Reportage, édition sous la désignation "44 rue des Pyrénées", , 272 p. (ASIN B0014VG6XO) : « « Le catch, c'est du chiqué ! », « Truqué comme un combat de catch ! », « Le résultat des combats de catch doit être communiqué à l'avance, à la Préfecture de Police », « Si le catch n'était pas du chiqué, il n'y aurait pas de combats sans membres cassés ou luxés ! », etc. Nous avons entendu souvent ces réflexions et nous les avons même lues dans la presse. ».
  14. a et b Roland Barthes qui, comme cité en introduction, apparente le catch à l'art théâtral, défend le catch en écrivant dans Mythologies : « ll y a des gens qui croient que le catch est un sport ignoble. Le catch n'est pas un sport, c'est un spectacle, et il n'est pas plus ignoble d'assister à une représentation catchée de la Douleur qu'aux souffrances d'Arnolphe ou d’Andromaque. ».
  15. Lamoureux 1993, « Après tout, le catch a d'abord le projet de divertir par une simple représentation du sport et il s'y emploie bien. ».
  16. Frédéric Loyer, Histoire de la lutte et du catch en France, Presses universitaires de Caen, , 256 p. (ISBN 978-2-84133-350-9), citant (p.186) Le catch, cet inconnu par Bob Harvest : « Ben Chemoul livre la liste de ses accidents professionnels: « 400 entorses, élongations et déchirures de ligaments, 13 fractures graves, 3 fractures du nez, 40 ouvertures du menton et beaucoup de dents sont brisées ». ».
  17. « Soir de combat à Kinshasa », sur www.jeuneafrique.com, (consulté en 20novembre 2010)
  18. (ne) Matthew Hester, « The History of Pro Wrestling In The U.S (Part 1) », sur Bleacher Report, (consulté le 18 juillet 2014)
  19. a, b et c (en) Patrick Jones, The Main Event : The Moves and Muscle of Pro Wrestling, Milbrook Press, , 64 p. (ISBN 978-0-7613-8635-3), p. 8-15
  20. (en) Mark Palmer, « Before Dake-Taylor, the Match of the Century 105 yrs ago was Gotch-Hackenschmidt », sur Examiner.com, (consulté le 18 juillet 2014)
  21. (en) Tony Trowbridge, « When Gotch beat the 'Russian Lion' — again », sur Chicago Tribune, (consulté le 18 juillet 2014)
  22. (en) Arizona Republic, « The Sports Spy Glass By Hutch », sur Classic Wrestling Articles, (consulté le 19 juillet 2014)
  23. a, b, c, d et e (es) Lauren Cocking, « The Lucha Libre: A Brief History Of Mexican Wrestling », sur The Culture Trip, (consulté le 24 juillet 2017)
  24. a, b et c (en) John F. Molinaro, « The legend of El Santo Who was that masked man? », sur Slam! Wrestling, (consulté le 25 juillet 2017)
  25. (en) Elena Ferrarin, « Mexican wrestling makes a move », sur Daily Herald, (consulté le 31 juillet 2017)
  26. a, b et c (en) Jesse Collings, « The 50 Greatest Wrestlers Of The Last 50 Years: Who Is #25? », sur Wrestling Inc., (consulté le 31 juillet 2017)
  27. a, b, c et d (en) Tommy Béland, « Puroresu : Des Débuts Difficiles », sur Lutte.Québec, (consulté le 13 novembre 2016).
  28. a, b et c (en) Rahul Aijaz, « A Korean Orphan Who Inspired Hope in post-WWII Japan », sur theasian.asia, (consulté le 9 juillet 2017)
  29. (en) T.P. Grant, « Gods of War: Masahiko Kimura », sur Bloody Elbow, (consulté le 9 juillet 2017)
  30. (en) Myles Hubbard, « Professional Wrestling In Japan: A Brief History of Puroresu », sur Bleacher Report, (consulté le 24 juillet 2017)
  31. (en) Kenji Nakano, « Looking back at the death of Rikidozan », sur Tokyo Reporter, (consulté le 24 juillet 2017)
  32. (en) Jesse Collings, « The 50 Greatest Wrestlers Of The Last 50 Years: Who Is #6? », sur Wrestling Inc., (consulté le 24 juillet 2017)
  33. a et b (en) Jesse Collings, « The 50 Greatest Wrestlers Of The Last 50 Years: Who Is #4? », sur Wrestling Inc., (consulté le 24 juillet 2017)
  34. a et b (en) J.K. McMillen, « The Rise And Fall Of All Japan Pro Wrestling », sur Cageside Seats, (consulté le 27 juillet 2017)
  35. (en) Robert Heard, « TRS: History of New Japan Pro Wrestling (NJPW) - Part One », sur Wrestling101, (consulté le 27 juillet 2017)
  36. Le championnat des champions, La Culture physique, no 212 du 1er novembre 1913, p. 6, sur gallica.bnf.fr.
  37. a et b « L'Ange Blanc vs Le Bourreau de Béthune », sur Boomer Café (consulté le 14 décembre 2009)
  38. « Nostalgie Catch: le meilleur du catch français »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :