Edward Norton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Norton.
Edward Norton
Description de cette image, également commentée ci-après
Edward Norton en 2009.
Nom de naissance Edward Harrison Norton
Naissance (50 ans)
Boston, Massachusetts, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession Acteur, producteur, réalisateur
Films notables Peur primale
American History X
Fight Club
L'Incroyable Hulk
Jason Bourne : L'Héritage
Birdman

Edward Norton est un acteur, producteur et réalisateur américain, né le à Boston (Massachusetts).

Il est révélé à la fin des années 1990 par ses performances dans Peur primale (1997), American History X (1998) et Fight Club (1999). Les deux premiers films lui valent des nominations à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle puis à l'Oscar du meilleur acteur.

Durant les années 2000, il tient les premiers rôles de plusieurs blockbusters : Dragon rouge (2002), Braquage à l'italienne (2003), L'Illusionniste (2006), L'Incroyable Hulk (2008), tout en s'investissant dans plusieurs projets indépendants comme acteur et producteur : Au nom d'Anna (2000, également son premier film comme réalisateur), La 25e Heure (2002), Down in the Valley (2005), Le Voile des illusions (2006) ou encore Escroc(s) en herbe (2010).

Au début de la décennie suivante, il devient l'un des fidèles collaborateurs de Wes Anderson, apparaissant dans Moonrise Kingdom (2012), The Grand Budapest Hotel (2014) et L'Île aux chiens (2018). Mais c'est grace à sa performance dans l'ambitieux Birdman (2014), d'Alejandro González Iñárritu, qu'il décroche sa seconde nomination à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Parallèlement, il tient un second rôle dans un blockbuster, Jason Bourne : L'Héritage (2012).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Edward Harrison Norton passe son enfance à Columbia dans le Maryland. Diplômé en histoire de l'Université Yale, il est féru d'art dramatique depuis son plus jeune âge. Après ses études, il travaille à Osaka, au Japon, comme consultant pour l'entreprise de son grand-père[1]. Il apprend la langue et sait parler japonais[2]. Puis, il part s'installer à New York où il décide de suivre une carrière d'acteur en débutant avec la troupe des Signature Players.

Carrière[modifier | modifier le code]

Révélation critique[modifier | modifier le code]

En 1996, Edward Norton attire l'attention des producteurs du film Peur primale et décroche le rôle d'Aaron Stampler, un jeune schizophrène bègue atteint du trouble de la personnalité multiple plongé au cœur d'un procès et défendu par un avocat, interprété par Richard Gere. Son interprétation marque les esprits et lui vaut une nomination à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. La même année, il intègre la distribution de la comédie musicale Tout le monde dit I love you de Woody Allen.

En 1998, il incarne Derek Vinyard, un néonazi repenti prêt à tout pour aider son jeune frère Danny Vinyard (joué par Edward Furlong), dans le film American History X. Pour ce rôle, il fait de la musculation afin d'acquérir un physique plus imposant. Il est nommé pour cette performance à l'Oscar du meilleur acteur. La même année, il interprète Lester dans le film Les Joueurs de John Dahl.

Désormais reconnu pour sa capacité à porter des rôles à double facette, il se voit confier un rôle complexe pour le thriller psychologique Fight Club, aux côtés de Brad Pitt et Helena Bonham Carter. Le film, controversé mais finalement acclamé par la critique[3], ne rencontre le succès qu'après sa diffusion en DVD[4].

En 1999, il s'aventure sur un terrain inédit en réalisant et en jouant dans la comédie romantique Au nom d'Anna (sortie en 2000). Il fait également ses débuts en tant que producteur pour ce projet audacieux, dans lequel il incarne un prêtre ami avec un rabbin, interprété par Ben Stiller, qui ont un amour commun pour une jeune femme, personnifiée par Jenna Elfman.

Tête d'affiche et production[modifier | modifier le code]

L'acteur en 2010, l'année de sorte de Escroc(s) en herbe, qu'il produit et où il incarne le double rôle principal.

En 2001, il partage l'affiche de The Score aux côtés de deux vétérans du cinéma hollywoodien, Robert De Niro et Marlon Brando.

En 2002, il se lance dans un cinéma plus commercial, en incarnant Will Graham, un profiler du FBI qui arrête Hannibal Lecter (joué par Anthony Hopkins), dans Dragon Rouge, réalisé par Brett Ratner. La même année, il interprète le rôle principal du remarqué La 25e Heure (24 heures avant la nuit), drame à petit budget mis en scène par Spike Lee, aux côtés de Philip Seymour Hoffman et Barry Pepper. Il s'agit également de sa seconde production. Il clôture cette année en prêtant ses traits à Nelson Rockefeller pour le biopic Frida réalisé par Julie Taymor et porté par Salma Hayek, sa compagne du moment.

En 2003, il revient au cinéma commercial avec Braquage à l'italienne de F. Gary Gray, où il donne la réplique à Charlize Theron et Mark Wahlberg.

En 2004, il se contente d'un caméo dans la comédie d'action Coup d'éclat, réalisé par Brett Ratner.

En 2005, il endosse le costume du roi-lépreux Baudouin IV de Jérusalem dans le film historique Kingdom of Heaven. Il insiste alors auprès du cinéaste Ridley Scott pour obtenir ce rôle[5]. Il refuse que son nom apparaisse dans le générique, afin que les spectateurs puissent découvrir par eux mêmes le personnage. Si le film est une déception commerciale[6], sa prestation lui vaut néanmoins une nomination aux Satellite Awards[7]. La même année, il joue dans le thriller psychologique Down in the Valley de David Jacobson, qu'il produit également.

En 2006, il joue dans deux films passant relativement inaperçus : il incarne Eisenheim, un magicien surprenant au côté de Jessica Biel dans L'Illusionniste de Neil Burger, puis partage l'affiche du mélodrame historique Le Voile des illusions avec Naomi Watts, réalisé par John Curran. Il s'agit aussi de sa quatrième production.

En 2008, il obtient et incarne le rôle de Bruce Banner / Hulk dans L'incroyable Hulk de Louis Leterrier. Il a comme partenaire Liv Tyler. Pour ce film, l'acteur participe aussi à l'écriture du scénario, mais la collaboration avec Marvel s'avère houleuse[8].

Dans la comédie dramatique indépendante Escroc(s) en herbe (Leaves of Grass) (sortie le aux États-Unis), Edward Norton s'adonne de nouveau à une double performance : il joue à la fois le héros et son frère jumeau. Le premier est professeur de philosophie et le deuxième est un hédoniste notoire qui cultive de la marijuana. Le réalisateur Tim Blake Nelson affirme avoir écrit le scénario en pensant à Edward Norton pour les deux rôles. Il ajoute même : « si Edward Norton avait refusé, il n'y aurait pas eu de second choix »[9]. Il a aussi produit le film.

Seconds rôles et regain critique[modifier | modifier le code]

L'acteur en 2012, l'année de sortie de Moonrise Kingdom et The Bourne Legacy.

En 2011, il retrouve Robert De Niro et le réalisateur John Curran dans le thriller Stone[10]. Le film reçoit cependant des mauvaises critiques[11] et essuie un flop commercial[12]. Il s'agit de la dernière fois que l'acteur est tête d'affiche d'un long-métrage. Il interprètera par la suite que des seconds rôles.

En 2012, il renoue avec la critique en faisant partie de la distribution de la comédie dramatique Moonrise Kingdom, de Wes Anderson. Le film est multirécompensé[13]. La même année, il tient l'un des rôles principaux du blockbuster Jason Bourne : L'Héritage, écrit et réalisé par Tony Gilroy, premier opus de la franchise sans Matt Damon, remplacé par Jeremy Renner.

En 2014, il collabore de nouveau avec Wes Anderson pour The Grand Budapest Hotel, un nouveau succès critique et commercial. Mais c'est dans Birdman d'Alejandro González Iñárritu, qu'il fait un retour vraiment remarqué avec un rôle de premier plan, donnant la réplique à Michael Keaton. Sa prestation lui vaut sa seconde nomination à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. La même année, sa société de production, Class 5 Films, s'associe à celle de Brett Ratner, RatPac Entertainment, pour acheter les droits d'un article de John Mooallem intitulé « L'Hippopotame d'Amérique[14],[15]. »

En 2016, il partage l'affiche dans le mélodrame Beauté cachée de David Frankel, aux côtés de Will Smith, Kate Winslet, Keira Knightley et Helen Mirren.

En 2018, il collabore une troisième fois avec Wes Anderson pour le film d'animation L'Île aux chiens, dont il double l'un des héros.

La même année, il prépare sa seconde réalisation, Brooklyn Affairs (Motherless Brooklyn, sorti en 2019). Il y tient le rôle principal aux côtés de Willem Dafoe, Bruce Willis, Leslie Mann, Gugu Mbatha-Raw, Bobby Cannavale ou encore Alec Baldwin[16]. Il est présenté au festival international du film de Toronto 2019.[réf. nécessaire]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Edward Norton a été en couple avec plusieurs actrices comme : Courtney Love (1996-1998) ; Drew Barrymore (1999) ; Salma Hayek (1999-2003).

Depuis 2011 et après six années de relation, il est fiancé avec la productrice canadienne Shauna Robertson, avec laquelle il a eu un enfant[17].

Il est devenu très ami avec l'acteur Brad Pitt, depuis leur rencontre sur le tournage du film Fight Club[18]. Il est aussi ami avec Flea (Michael Balzary), le bassiste des Red Hot Chili Peppers[19].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

  • 2000 et 2013 : Les Simpson : Devon Bradley (voix originale - saison 12, épisode 7 : Les Escrocs) et le révérend Elijah Hooper (voix originale - saison 24, épisode 18 : Pulpit Friction)
  • 2018 : Ask the StoryBots : Gary (voix originale - saison 2, épisode 6)

Documentaires[modifier | modifier le code]

Publicité
  • Verizon Droid Commerical: 48 Hours : lui-même
Jeu vidéo

Comme producteur / producteur exécutif[modifier | modifier le code]

Interprétation musicale[modifier | modifier le code]

Année Film Chanson(s) interprétées
1996 Tout le monde dit I love you Just You Just Me
My Baby Just Cares for Me
I'm Thru With Love
2000 Au nom d'Anna Ready to Take a Chance Again
2002 Crève, Smoochy, crève ! My Stepdad's Not Mean (He's Just Adjusting) (aussi compositeur)
Smoochy's Methadone Song
Smoochy's Magic Jungle Theme
The Friends Song (aussi auteur)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

En 2010, il est nommé « Messager de la paix » des Nations unies.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Damien Boisseau est la voix française régulière d'Edward Norton, depuis le film Larry Flynt[25] en 1996.

Au Québec, Antoine Durand est la voix française régulière de l'acteur, depuis le film Larry Flynt[26] en 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Biographie d'Edward Norton », (consulté le 28 janvier 2012).
  2. (en) « Edward Norton répond à une interview » sur Japantimes.co.jp article du 11 novembre 2000, mis en ligne le 28 janvier 2012.
  3. http://www.rottentomatoes.com/m/fight_club/
  4. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=fightclub.htm
  5. (en) Le témoignage d'Edward Norton.
  6. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=kingdomofheaven.htm
  7. (en) Article du Boston Herald, 6 mai 2005.
  8. Mise au point du Los Angeles Times sur Unificationfrance.com
  9. « Filmographie d'Edward Norton » sur IMDb.com.
  10. http://observer.com/2010/10/who-convinced-de-niro-and-norton-to-do-stone/
  11. https://www.rottentomatoes.com/m/stone
  12. https://www.boxofficemojo.com/movies/?id=stone.htm
  13. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-187864/palmares/
  14. (en) John Mooallem, « American Hippopotamus », sur Periodic.atavist.com, (consulté le 26 mars 2015).
  15. Aurélien Allin, « News en vrac du 7 juin 2014 », sur Cinemateaser.com, (consulté le 26 mars 2015).
  16. https://www.daily-movies.ch/motherless-brooklyn-de-edward-norton
  17. « Edward Norton bientôt papa » sur Fr.news.yahoo.com, consulté le 13 mars 2013.
  18. « Biographie » consulté le 1er août 2011.
  19. « Interview de Michael Balzary » sur Runners-world.fr, consulté le 24 février 2012.
  20. « Edward Norton : producteur » sur IMDb.com.
  21. a b c d et e (en) « Filmographie à venir d'Edward Norton », sur IMDb.com, (consulté le 8 septembre 2019) [dernière m-à-j].
  22. Pour ce film, il a essentiellement retravaillé les dialogues et développé la profondeur des personnages. Il a également signé sous son autre nom, Edward Harrison.
  23. (en) « L'Incroyable Hulk: Le débat sur ses droits d'auteur » sur Variety.com, en juin 2008.
  24. « Edward Norton s'opposera à Michael Keaton dans Birdman » sur ActuCine.com, consulté le 9 mars 2013, 1er avril 2014.
  25. a b c et d « Comédiens ayant doublé Edward Norton en France » sur RS Doublage, consulté le 27 mai 2011, m-à-j le 29 avril 2017.
  26. a et b « Comédiens ayant doublé Edward Norton au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 31 août 2011.
  27. « Fiche du doublage français du film Peur primale » sur Voxofilm, consulté le 27 mai 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :