Alexandre VII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alexandre VII
Image illustrative de l’article Alexandre VII
Portrait peint par Baciccio. 1667. Galerie Nationale d'Art Étranger. Sofia.
Biographie
Nom de naissance Fabio Chigi
Naissance
Sienne, Drapeau du Grand-duché de Toscane Grand-duché de Toscane
Décès (à 68 ans)
Rome, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Pape de l'Église catholique
Élection au pontificat (56 ans)
Intronisation
Fin du pontificat
(12 ans, 1 mois et 15 jours)
Évêque de l'Église catholique
Inquisiteur à Malte

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Fabio Chigi, né à Sienne le , mort à Rome le , fut chef de l'Église catholique et souverain des États pontificaux sous le nom d'Alexandre VII, du à son décès[1]. Il est élu 237e pape à l'unanimité. Vice-légat à Ferrare, puis nonce apostolique à Cologne, il est créé cardinal le par le pape Innocent X.

Il commence sa carrière comme Légat apostolique et occupe divers postes diplomatiques au Saint-Siège. Il est ordonné prêtre en 1634 et devient évêque du diocèse de Nardò-Gallipoli en 1635. Il est transféré en 1652 et devient évêque du diocèse d'Imola. Le pape Innocent X le nomme secrétaire d'État en 1651.

Au début de sa papauté, Alexandre, qui est considéré comme un antinépotiste au moment de son élection, vit simplement ; plus tard, cependant, il procure des emplois à ses proches, qui finalement reprennent son administration.

Cette dernière œuvre pour soutenir les Jésuites. Les relations de son administration avec la France sont tendues en raison de ses frictions avec les diplomates français.

Alexandre s'intéresse à l'architecture et soutient divers projets urbains à Rome. Il compose également de la poésie. Ses écrits théologiques comprennent des discussions sur l'héliocentrisme et l'Immaculée Conception.

De sa naissance à son élection (1599-1655)[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Sienne, il est membre de l'illustre famille bien connue de banquiers toscans des Chigi et petit-neveu du pape Paul V (1605-1621)[2]. Il nait du comte Flavio Chigi Ardenghesca et de Laura Marsigli, septième de onze enfants. Son père est un descendant d'Agostino Chigi et neveu du pape Paul V. Fabio reçoit une excellente éducation d'un tuteur privé, sous la supervision de sa mère. Puis il étudie à l'Université de Sienne, où il obtient trois diplômes (en In utroque jure, en philosophie et en théologie)[3], obtenant une vaste connaissance qui va de la littérature à la philosophie, de l'histoire locale à l'architecture. Dès son plus jeune âge, il montre des dons religieux et littéraires marqués, étant décrit comme austère et zélé dans la foi. Après avoir obtenu son diplôme en 1626, il s'installe à Rome, où il commence sa carrière à la curie romaine ().

À Rome, Fabio Chigi fait la connaissance de certains des meilleurs intellectuels de l'époque, dont Celso Cittadini et Giovanni Battista Borghese (vers 1554/55-1609). Il fréquente l'académie des Lyncéens, celle des Virtueux et l'Accademia degli Umoristi, ainsi que des personnalités telles qu'Agostino Mascardi et Giovanni Ciampoli[3] .

Famille[modifier | modifier le code]

Le frère aîné de Fabio, Mario, épouse Bérénice, la fille de Tiberio della Ciala, engendrant quatre enfants, dont deux survivent : Agnes et Flavio. Flavio Chigi est créé cardinal par son oncle le . Son frère, Augusto Chigi (1595-1651), épouse Olimpia della Ciaia (1614-1640) et perpétue la lignée familiale en tant que parents d'Agostino Chigi, prince Farnèse. La sœur de Fabio, Onorata Mignanelli, épouse Firmano Bichi ; leur fils Antonio est nommé évêque de Montalcino (1652-1656) puis d'Osimo (1656-1659). Il est nommé cardinal in pectore par son oncle le  ; la nomination est rendue publique le [4]. Un autre de ses neveux est Giovanni Bichi, qu'il nomme amiral de la Marine pontificale[5].

Diplomate du pape[modifier | modifier le code]

Anselm van Hulle, Fabio Chigi comme Papal Nuntius aux négociations de paix de Westphalie.

Il commence sa carrière diplomatique en 1629, envoyé par Urbain VIII comme légat apostolique adjoint de Giulio Cesare Sacchetti à Ferrare, puis, sur les recommandations de deux cardinaux, il est nommé inquisiteur de Malte[6],[7] du au .

En , il est ordonné prêtre. Il est nommé Referendarius utriusque signaturae, ce qui fait de lui un prélat et lui donne le droit d'exercer devant les tribunaux romains. Nommé évêque du diocèse de Nardò-Gallipoli, dans le sud de l'Italie, il est consacré le [8] par Miguel Juan Balaguer Camarasa, évêque de Malte[9]. Il reste dans le diocèse jusqu'au , date à laquelle il est nommé Nonce apostolique à Cologne. Il y soutient la condamnation par Urbain VIII du livre hérétique Augustinus de Cornelius Jansen, évêque d'Ypres, dans la bulle papale In eminenti de 1642[10].

Chigi représente le Saint-Siège dans les négociations de paix entre les puissances impliquées dans la guerre de Trente Ans, qui conduit aux traités de Westphalie. Devant les monarques européens, il exprime ouvertement ses propres opinions contraires aux modalités du traité et refuse de le signer, comme contraire aux intérêts de l'Église[11] : l'évêque Chigi (et d'autres délégués catholiques) refuse de délibérer avec des personnes que l'Église catholique considère comme des hérétiques. Des négociations ont donc eu lieu dans deux villes, Osnabrück et Münster en Westphalie, avec des intermédiaires faisant la navette entre les délégués protestants et catholiques. Chigi, bien sûr, proteste au nom de la papauté, lorsque les traités sont finalement achevés[12],[13]. Le pape Innocent lui-même déclare que la paix « est nulle, non avenue, invalide, injuste, maudite, réprouvée, inepte, vide de sens et d'effet pour toujours »[14]. La Paix met fin à la guerre de Trente Ans (1618-1648) et établit l'équilibre du pouvoir européen qui durera jusqu'aux guerres de la Révolution française (1789).

Le , il est transféré à l'évêché d'Imola[8].

Secrétaire d'État et cardinal[modifier | modifier le code]

Le pape Innocent X (1644-1655) rappelle Chigi à Rome. En , il le nomme secrétaire d'État[15],[16]. Il est créé cardinal par Innocent X lors du consistoire du , et le reçoit le titre de Cardinal-Prêtre de l'église Santa Maria del Popolo[17].

Conclave de 1655[modifier | modifier le code]

Fabio Chigi est élu pape au palais du Vatican le à la mort d'Innocent X, le , après quatre-vingts jours de conclave, prenant le nom d'Alexandre VII[18], et est consacré le par le cardinal Giangiacomo Teodoro Trivulzio.

Le conclave s'ouvre le  ; 64 cardinaux prennent part au dernier vote. D'une durée de plus de trois mois, c'est le plus long conclave des cent dernières années. Les cardinaux forment quatre groupes : un dirigé par Francesco Barberini (1597-1679), puis les deux groupes traditionnels, espagnol dirigé par Carlo de' Medici, doyen du Collège des cardinaux, et français, dirigé par Rinaldo d'Este (cardinal), et enfin un groupe de cardinaux indépendants, c'est-à-dire sans lien avec aucun monarque, dirigé par Decio Azzolino (1623-1689).

Dans un premier temps, le parti espagnol l'emporte, car il est plus nombreux et plus actif, composé de cardinaux appartenant à des familles puissantes (comme celles de la maison de Médicis, de la famille Colonna, de la famille Carafa, de la famille Capponi, de la famille Trivulzio). L'Espagne et la France s'affrontent sur la nomination de Giulio Cesare Sacchetti : voulue par les Français, elle est bloquée par les Espagnols, qui opposent leur veto. L'impasse entre les deux puissances dure plusieurs semaines, jusqu'à ce que le groupe de cardinaux indépendants se range du côté de Fabio Chigi, ce qui est décisif pour son élection.

Le nouveau pape prend probablement le nom de règne d'Alexandre à l'instigation du cardinal Barberini (décisive pour son élection), qui a suggéré qu'il s'inspire du pape Alexandre III (1159-1181).

Références chronologiques[modifier | modifier le code]

  • 1626-1627 : référent du Tribunal de la Signature Apostolique ;
  • 1627-1632 : vice-légat à Ferrare ;
  • 1634 : inquisiteur et visiteur apostolique à Malte ;
  • -  : évêque de Nardò (dans le Salento ) ;
  • -  : il est nonce apostolique à Cologne (Allemagne) ;
  • -  : Cardinal Secrétaire d'État ;
  •  : il est créé cardinal-prêtre ;
  •  : prend le titre cardinalice de Santa Maria del Popolo ;
  • -  : il est chef du diocèse d'Imola avec le titre personnel d'archevêque ;
  •  : élection du pontife romain.

Pontificat[modifier | modifier le code]

Domenico Guidi, Alexandre VII.

Relations avec les institutions ecclésiales[modifier | modifier le code]

Décisions ecclésiastiques générales[modifier | modifier le code]

Immédiatement après son élection, le , Alexandre VII annonce une année sainte pour un gouvernement sage (constitution apostolique Unigenitus ). Un second jubilé est proclamé le pour invoquer le secours divin (constitution E suprema) ; un troisième, avec les mêmes intentions, est annoncé le [19].

Le conclave croit qu'il est fortement opposé au népotisme qui a été une caractéristique des papes précédents. Au cours de la première année de son règne, Alexandre VII vit simplement et interdit même à ses proches de se rendre à Rome. L'une des premières décisions du nouveau pontife est d'abolir les privilèges des familles des papes eux-mêmes. Mais au consistoire du , il annonce que son frère et ses neveux viendront l'assister à Rome. Son neveu, le cardinal Flavio Chigi assume la fonction de cardinal-neveu. L'administration est confiée en grande partie à ses proches, et le népotisme devient aussi profondément enraciné qu'il ne l'a jamais été dans la papauté baroque : il attribue aux Chigi de Sienne les charges civiles et ecclésiastiques les mieux payées,[Par exemple ?] ainsi que les palais princiers et les domaines appropriés[réf. nécessaire]. Le cardinal Flavio Chigi commence à travailler sur la Villa Chigi-Versaglia à Formello en 1664[20].

En 1655, il attribue le Magister Sacri Palatii, le grade d'auditeur de la rote romaine, au prélat qui a pour mission de retirer des livres les parties qui ne sont pas conformes à la doctrine catholique.

Avec la constitution Cum inter coeteras (), le pontife institue le Collège des référendums de la Signature. L'office référendaire de la Signature constitue, à partir de cette époque, le premier échelon de la prélature d'où l'on gravit les échelons supérieurs[21].

En 1662, Alexandre VII établit qu'avant d'être nommés, les vicaires devaient subir un examen tenu en présence de trois examinateurs (prélats supérieurs). Il institue également l'obligation d'un diplôme en droit civil et en droit canonique pour accéder à la prélature.

Curie romaine[modifier | modifier le code]

Le , le pontife abolit le collège des sous-diacres et acolytes apostoliques (ou ceroferarii) qui servaient le pape lors des messes solennelles et dont les offices pouvaient être vendus, les remplaçant par des membres de la rote romaine, qui détiennent l'ancien titre d'« Aumôniers du pape »[22].

Le groupe des aumôniers domestiques du pontife est scindé : des aumôniers secrets et des aumôniers communs sont créés[23].

Le , le pontife abolit le Titre cardinalice de Santa Maria Nuova et le transféra à la nouvelle église Santa Maria della Scala (fondée le ). Il supprime également le titre de Santa Maria in Portico Octaviae, dont l'église est en ruines, et le transfère à Santa Maria in Portico (créée le ).

Ordres et instituts religieux[modifier | modifier le code]

Il réforme les constitutions de l'ordre cistercien (bref apostolique In suprema, ), mettant fin aux querelles qui traînaient depuis des décennies et qui ont divisé l'Ordre. Le pontife unifie la discipline, à l'exception de l'attribution d'une certaine autonomie à l'ordre cistercien de la Stricte Observance[24].

Il déplace le siège du chapitre général des clercs réguliers de Saint-Paul de Milan à Rome.

Il reconstitue la congrégation des écoles pieuses des clercs réguliers de la Mère de Dieu pour les écoles pies (bref apostolique Dudum du ).

Il confirme les privilèges accordés par son prédécesseur Alexandre VI (1492-1503) à l'ordre canonial régulier du Saint-Sépulcre.

Approbations[modifier | modifier le code]

Le , le pontife approuve les votes de la congrégation de la Mission fondée par Vincent de Paul. En 1666, il approuve les vœux solennels des religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, fondées en 1634 Marie de La Ferre. Le , il reconnait les Eudistes (' Congregatio Iesu et Mariae), fondée par le prêtre français Jean Eudes.

Suppressions[modifier | modifier le code]

En 1656, il supprime l'ordre des Pères Crucifères en raison de l'assouplissement de leurs coutumes.

Relations avec les Églises orientales[modifier | modifier le code]

En 1661 , Alexandre VII adresse une lettre au Chah de l'empire perse Abbas II et au patriarche de Babylone des Chaldéens Shimoun XII, assurant l'aide de l'évêque de l'archidiocèse d'Ispahan en faveur des catholiques chaldéens sujets du monarque perse.

Missions[modifier | modifier le code]

Alexandre VII nomme les prêtres français François Pallu et Pierre Lambert de La Motte vicaires apostoliques respectivement du Tonkin () et de la Cochinchine (), leur confiant la tâche d'évangéliser le Viêt Nam d'aujourd'hui. Le , le Saint-Siège approuve la fondation à Paris d'un séminaire pour la formation des missionnaires destinés à l'Extrême-Orient. C'est le noyau naissant des missions étrangères de Paris. Le pontife approuve l'envoi d'une mission de frères de l'ordre du Carmel en Syrie.

Décisions sur les questions doctrinales[modifier | modifier le code]

Giovanni Maria Morandi, Alexandre VII dans la procession du Corpus Domini.

Jésuites et jansénisme[modifier | modifier le code]

Alexandre VII favorise la Compagnie de Jésus. Lorsque les Vénitiens appellent à l'aide en Crète contre l'Empire ottoman, le Pape obtient en retour une promesse que les Jésuites seront autorisés à revenir sur le territoire vénitien, d'où ils ont été expulsés en 1606. Il continue également à prendre le parti des Jésuites dans leur conflit avec les jansénistes, dont il a vigoureusement soutenu la condamnation en tant que conseiller du pape Innocent X. Il réitère la condamnation du jansénisme, dans la continuité de ses prédécesseurs Urbain VIII (Bulle pontificale In eminenti ) et Innocent X (bulle Cum occasione). Les jansénistes français professent que les propositions condamnées en 1653 ne se trouvaient pas en fait dans Augustinus, écrit par Cornelius Jansen. Alexandre VII confirme qu'ils l'étaient par la bulle Ad Sanctam Beati Petri Sedem () déclarant que cinq propositions extraites par un groupe de théologiens de la Sorbonne des travaux de Jansen, concernant principalement la grâce et la nature déchue de l'homme, sont hérétiques, y compris la proposition selon laquelle dire « que le Christ est mort ou a versé son sang pour tous les hommes » serait une erreur semi-pélagienne. Il envoie en France son fameux « Formulaire d'Alexandre VII) », qui doit être signé par tout le clergé comme moyen de détecter et d'extirper le jansénisme qui enflamme l'opinion publique, conduisant à la défense de celui-ci par Blaise Pascal. Il met Les Provinciales de Pascal à l’Index librorum prohibitorum. Par la suite, l'assemblée générale du clergé français, avec l'approbation du pape et du roi Louis XIV, en lutte contre les jansénistes et décidé à casser leurs résistances[25], approuve le formulaire de soumission, mais la décision n'a pas les effets escomptés : neuf ans après la première bulle, le pontife intervient à nouveau, avec les Regiminis Apostolici (), il ordonne au clergé français de reconnaître la sentence. Le , le pontife dénonce cinq évêques qui ne se sont pas conformés à la condamnation papale.

Gallicanisme[modifier | modifier le code]

Il cherche à contenir l'expansion du protestantisme en Italie et en Angleterre. En 1665, avec la Bulle Cum ad aures, le pontife condamne les orientations gallicanes de la Sorbonne et du parlement de Paris[3].

Immaculée conception[modifier | modifier le code]

La constitution apostolique d'Alexandre VII, Sollicitudo omnium ecclesiarum ()[26], renouvelle les décrets de Sixte IV, Paul V et Grégoire XV, déjà favorables à la reconnaissance de l'Immaculée Conception comme dogme de la foi[3], énonçant la doctrine de l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie en des termes presque identiques à ceux utilisés par le pape Pie IX lorsqu'il publie sa définition de l'infaillibilité Ineffabilis Deus. Pie IX cite la bulle d'Alexandre VII dans sa note 11. Les dominicains, de leur côté, font remarquer au pontife que l'immaculée conception était déjà une acquisition de tout le christianisme, une tradition qui durait depuis des siècles sans qu'il soit besoin d'une proclamation officielle comme dogme.

Décisions en matière liturgique[modifier | modifier le code]

Répondant à une demande des missionnaires jésuites travaillant en Chine, Alexandre VII approuve leur œuvre (décret du ). Avec la bulle Super Cathedram Principis Apostolorum (), il dispense pendant sept ans le clergé chinois de lire une partie de la Liturgie des Heures en latin, qui est remplacée par des prières en chinois (texte en ligne).

Répondant à une demande de l'ordre cistercien sur la règle de l'abstinence alimentaire, le pontife confirme la décision de son prédécesseur Sixte IV (1471-1484) selon laquelle l'abstinence de viande n'est pas un élément essentiel de la règle monastique (). Cependant, la controverse continue les années suivantes, jusqu'à ce que le , le pontife convoque l'ordre cistercien à Rome. En 1666, il l'autorise à consommer de la viande trois fois par semaine[27].

En 1660, Alexandre VII interdit la publication du Liber Diurnus Romanorum Pontificum, recueil d'actes pontificaux rédigé à la Chancellerie de la Curie romaine du Ve au XIe siècle. En 1661, le pontife interdit la traduction du missel romain en français.

Décisions en matière morale[modifier | modifier le code]

Au cours du XVIIe siècle, un vaste débat doctrinal se développe au sujet de la Théologie morale catholique[28]. Deux courants s'affrontent : l'un est défini « probabiliste » tandis que l'autre est qualifié de « rigoriste ». La persistance de cet antagonisme rend nécessaire l'intervention du Saint-Siège. Le , le pontife autorise un décret du Saint-Office dans lequel 45 propositions sont déclarées contraires à la morale catholique (sans toutefois en mentionner les auteurs)[29]. Parmi eux, la no 14 est condamnée en vertu qu'un simple acte de contrition ne suffit pas pour gagner l' indulgence plénière. Le pontife confirme que la confession est obligatoire, même si les fidèles ne sont coupables que de péchés véniels.

L'année suivante, une nouvelle liste de 17 propositions contenant des erreurs sur des questions morales est publiée ()[30].

Une autre déclaration, publiée le , clarifie la distinction entre l'acte de contrition parfait (c'est-à-dire le vrai repentance) et l'attraction ou la contrition imparfaite (c'est-à-dire déterminée par la peur du châtiment). L'attrition seule n'est pas suffisante pour l'absolution sacramentelle.

Dispositions contre les Juifs[modifier | modifier le code]

Alexandre VII promulgue quatre actes publics (dont des bulles et des constitutions apostoliques) destinés aux Juifs[31] : Verbi aeterni (1657) qui précise l'application du « droit de gazagà » aux chrétiens néophytes ; Ad ea per quae Christi (1658), expressément consacré au « droit de gazagà », ou aux restrictions imposées aux Juifs vivant dans le ghetto ; Ad apostolicae dignitatis (1662), qui ratifie le concordat entre le collège des néophytes et le Collegium Germanicum et Hungaricum ; Illius, ici éclairant (1663), sur les privilèges accordés aux néophytes de parents juifs.

Projets urbains et architecturaux[modifier | modifier le code]

Église Santa Maria Pace.

Lorsqu'Alexandre Chigi devient Alexandre VII, l'ancien négociateur malheureux de la paix de Westphalie est persuadé qu'il faut effacer ce revers diplomatique par un faste romain accru : Rome doit éclipser toutes les capitales européennes. La nouvelle Rome, égalant ou surpassant celle des Césars, exaltera par sa splendeur le siège de Pierre comme elle immortalisera les Chigi[32].

Un certain nombre de pontifes sont réputés pour leur planification urbaine dans la ville de Rome comme Jules II et Sixte V, mais les nombreuses interventions urbaines d'Alexandre VII démontrent une planification cohérente et une vision architecturale qui visent à la glorification et à l'embellissement de la ville, ancienne et moderne, sacrée et profane, devant être régies par l'ordre et le décorum[33],[34].

Alexandre VII encourage l'architecture et les arts en général, devenant l'un des papes les plus actifs dans la rénovation de la ville de Rome. Il est responsable de nombreuses œuvres de style baroque de la Ville éternelle. Outre Le Bernin, Alexandre VII est le client des œuvres de Pierre de Cortone, Claude Gellée, Carlo Maratta, Giovanni Francesco Grimaldi et Pierre Mignard. Il nomma l'abbé Ferdinando Ughelli patron des arts.

Collegium Romanum, Rome.

Au cœur de l'urbanisme d'Alexandre se trouve l'idée du teatro ou théâtre urbain[35] par lequel ses interventions urbaines deviennent les grands décors ou les pièces maîtresses appropriés à la dignité de Rome et du chef de l'Église catholique. Bien que les échelles soient très différentes, la petite église Sainte-Marie de la Paix et sa place sont autant un théâtre que l'imposante colonnade monumentale que forme la place Saint-Pierre devant la basilique Saint-Pierre. Il fait construire les deux églises au débouché du Trident : comme le fait remarquer Richard Krautheimer, la ville est désormais dotée d'un somptueux frontispice entre le Pincio et Saint-Pierre[36].

Les divers projets urbains et architecturaux réalisés sous le règne d'Alexandre sont représentés dans des gravures de Giovanni Battista Falda dont le premier volume est publié en 1665. Les volumes sont publiés par Giovanni Giacomo de Rossi sous le titre Il Nuovo Teatro delle fabriche et edificij in prospettiva di Roma moderna sotto il felice pontificato di NS Alexandre VII. Une publication rivale documentant ces projets est publiée par le cousin de Rossi, Giovanni Battista de Rossi, qui emploie le jeune dessinateur architectural flamand Lieven Cruyl, dont dix sont publiés en 1666 sous le titre Prospectus Locorum Urbis Romae Insignium.

Son architecte préféré est le sculpteur et architecte Le Bernin[37], mais il donne également des commandes architecturales au peintre et architecte Pierre de Cortone. Des trois principaux architectes du haut baroque romain, seul Francesco Borromini s'en sort moins bien sous son pontificat, peut-être parce qu'Alexandre pense que les formes architecturales de Borromini sont volontaires, mais aussi que Borromini peut être notoirement difficile. Néanmoins, les emblèmes héraldiques de la famille d'Alexandre, des monts ou des montagnes avec des étoiles et des feuilles de chêne, ornent l'église Sant'Ivo alla Sapienza[38] et de nombreuses autres œuvres de son règne.

A l'intérieur de la basilique Saint-Pierre, le pontife fait réaliser : une composition qui enferme et protège la chaire de saint Pierre ; une nouvelle « chaise » pour abriter la Sedia gestatoria, un trône mobile considéré comme le symbole de la succession apostolique. Le Bernin est chargé des travaux. La chaise, en bronze, est placée dans la niche au centre du chœur de Saint-Pierre[39].

Alexandre VII s'intéresse personnellement à ses projets urbains et architecturaux et les note dans ses journaux[40]. Il encourage aussi l'architecture, et l'amélioration générale de Rome, où les maisons sont rasées pour redresser et élargir les rues et où il a l'occasion d'être un grand mécène du Bernin : les décorations de l'Église Santa Maria del Popolo, les églises titulaires de plusieurs cardinaux Chigi, la Scala Regia, la chaire de saint Pierre dans la basilique vaticane, l'église Sant'Andrea al Quirinale. Il parraine notamment la construction par le Bernin de la belle colonnade de la place de la basilique Saint-Pierre[41]. Ses projets à Rome comprennent : l'église et la place Sainte-Marie de la Paix ; la Via del Corso (Rome), la piazza Colonna et les bâtiments associés ; les embellissements intérieurs du palais du Vatican et de la basilique Saint-Pierre ; ; une partie du palais du Quirinal ; l'arsenal de Civitavecchia[42] ; l'obélisque et l'éléphant de la place de la Minerve ; le palais Chigi[43].

Alexandre VII fait démolir l'arc de triomphe romain qui ferme la piazza della Rotonda et qui est délabré[44].

Il est le premier pontife à séjourner régulièrement, une fois au printemps et une fois en automne, au palais des papes de Castel Gandolfo[45].

En 1661, lorsqu'Ariccia passe de la domination des Savelli sous celle des Chigi, Alexandre entreprend une importante restauration du village, faisant appel à la précieuse collaboration du Bernin et de son jeune assistant Carlo Fontana. Le projet de restauration du bâtiment et la création de la collégiale Santa Maria Assunta sont particulièrement intéressants.

Relations avec les monarques européens[modifier | modifier le code]

Saint Empire romain germanique[modifier | modifier le code]

Léopold Ier de Habsbourg devient empereur pendant le pontificat d'Alexandre VII, montant sur le trône en 1658. Léopold Ier mène une guerre contre l'Empire ottoman par laquelle il stoppe l'expansion des Turcs en Europe.

Malte[modifier | modifier le code]

Avant d'être élu pontife, Chigi a été inquisiteur sur l'île de Malte où il résidait au Palais de l'Inquisiteur à Il-Birgu (alias Città Vittoriosa). Malte est alors sous le contrôle des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Suède[modifier | modifier le code]

La conversion de Christine (reine de Suède) (1632-1654) au catholicisme a eu lieu sous son règne. Après son abdication, il accueille avec faste Christine de Suède en qui vient résider à Rome. La reine est confirmée dans son baptême par le Pape, en qui elle trouve un généreux ami et bienfaiteur, le jour de Noël 1655. Le peintre, moine bénédictin, Juan Andres Ricci dans l'entourage du pape depuis 1662, consacre une nouvelle écriture architecturale à la reine de Suède, avant de s'installer au monastère de Montecassino.

Mais Christine est une présence encombrante, qui pèse lourdement, à cause des besoins de sa cour, sur les finances papales, et qui embarrasse l'église par la liberté de sa conduite[25].

France[modifier | modifier le code]

En politique étrangère, les instincts d'Alexandre VII ne sont pas aussi humanistes ni aussi réussis. La France le considère comme un pape « espagnol » et entretient des relations détachées avec le Saint-Siège. Le pontificat d'Alexandre VII est assombri par des frictions continuelles avec le cardinal Jules Mazarin, conseiller de Louis XIV (1643-1715), qui s'est opposé à lui lors des négociations qui ont conduit à la paix de Westphalie et qui a défendu les prérogatives de l'Église gallicane. Pendant le conclave, il s'est montré hostile à l'élection de Chigi, mais a finalement été contraint de l'accepter comme compromis. il convainc Louis XIV de ne pas envoyer l'ambassade d'obéissance habituelle à Alexandre VII, et, de son vivant, il empêche la nomination d'un ambassadeur de France à Rome, laissant les cardinaux protecteurs gérer les affaires diplomatiques, généralement ennemis personnels du pape[46].

Lors du conclave qui le voit élu, Alexandre VII est soutenu par le cardinal Jean-François Paul de Gondi, archevêque de Paris en exil à Rome depuis 1654. Le ministre du roi, Mazarin, qui l'a expulsé de France, meurt en 1661, mais le cardinal de Retz ne peut être réintégré au siège de Paris en raison, cette fois, du refus du roi qui le considère comme un conspirateur. En 1662 Louis XIV ordonne au cardinal de renoncer à sa charge et désigne à sa place un prélat qui lui est fidèle, Pierre de Marca.

Les relations avec la monarchie française restent froides. Le , la France signe un traité de paix avec l'Espagne, le Traité des Pyrénées ; les deux puissances ne prennent pas en considération les demandes du pape.

En 1662, se produit l'accident qui entraîna la dissolution de la Garde corse papale. Le duc Charles III de Créquy (1623-1687), également hostile, est nommé ambassadeur. Par son abus du droit d'asile traditionnel accordé à l'enceinte des ambassadeurs à Rome, il précipite une querelle entre la France et la papauté[46], obligeant Alexandre VII à s'humilier devant Louis XIV, à la suite d'une incartade de ses gens, qu'il a les plus grandes peines à réparer. Le , les soldats de la Garde corse en viennent aux mains avec les soldats français chargés de la protection de l'ambassade de France à Rome. Le duc est insulté par la Garde corse, au point qu'elle tire sur son carrosse et tue un de ses pages. Quelque temps auparavant les soldats de la Garde corse ont arrêté un criminel dans les jardins de la villa de Rinaldo d'Este, abbé commendataire de l'abbaye de Cluny, donc un haut représentant de l'Église française, ne considérant pas du tout qu'il s'agit d'un lieu privé. Très en colère, l'abbé fait appel aux ministres des Affaires étrangères résidant à Rome pour organiser un arbitrage. C'est dans ce but que le roi Louis XIV envoie le duc de Créquy comme ambassadeur extraordinaire à Rome, accompagné de nombreux soldats. Un soir, dans une taverne romaine, des soldats français méprisent les gardes corses, exacerbant la tension entre les deux camps. Bien que le duc ait décidé de punir les auteurs du délit, les Corses décident de se faire justice eux-mêmes, ce qui conduit à l'incident du .

Apprenant l'incident, Louis XIV ordonne le retour de son ambassadeur à Paris et ordonne au nonce apostolique Celio Piccolomini de quitter la capitale française : cela faillit atteindre une rupture diplomatique. Louis XIV demande réparation de cet attentat. Elle est accordée en partie au bout de quatre mois. Le roi, ne la trouvant pas suffisante, se met en devoir d'y suppléer lui-même : la ville d'Avignon et le comtat Venaissin sont saisis et réunis à la couronne par arrêt du Parlement d'Aix, donné le . Le roi menace d'envahir l'état pontifical. Après avoir vainement sollicité les princes catholiques de se liguer en sa faveur, Alexandre VII prend le parti de contenter le roi de France. L'accommodement se fit à Pise, le . Le cardinal Flavio Chigi, neveu du pape, vient en France la même année, doit s'excuser publiquement auprès de Louis XIV (), geste inouï[25] ; le gouverneur de Rome doit se rendre à Paris pour donner des explications sur l'incident ; la garde corse est dissoute. Après tout cela, le roi de France rend Avignon et ses dépendances au souverain pontife.

Louis XIV impose également la libération du duché de Castro, aussi confisqué parmi les biens du Saint-Siège. Le roi Louis XIV fait des nominations épiscopales sans attendre la confirmation du Saint-Siège, une des dernières conséquences de l'incident.

Espagne et Portugal[modifier | modifier le code]

Alexandre VII, proche de la monarchie ibérique, favorise les Espagnols dans leurs revendications contre le Portugal, qui a proclamé unilatéralement son indépendance vis-à-vis de l'Espagne en 1640. Son pontificat est également marqué par de longues controverses avec le Portugal, le nouveau roi du Portugal, Jean IV, s'appropriant les rentes des diocèses vacants et menaçant de constituer une église nationale. Ses rapports avec l'Espagne sont toutefois tellement tendus que le souverain espagnol refuse de recevoir le nonce papal[25].

Pologne[modifier | modifier le code]

Pour avoir procédé à l'expulsion des Aryens considérés comme hérétiques, Alexandre VII confère le titre d'Orthodoxe au roi Jean II Casimir Vasa[47].

Relations avec les autres États italiens[modifier | modifier le code]

La République de Venise autorise le retour des jésuites sur son territoire dont ils ont été expulsés en 1606, durant l'interdit de Paul V[25]. En échange, elle obtient un soutien financier du Saint-Siège pour continuer la guerre contre l'Empire ottoman pour la défense de l'île de Crète.

Mécène des arts et des sciences[modifier | modifier le code]

Alexandre VII n'aime pas les affaires d'État, préférant la littérature et la philosophie. Fabio Chigi est l'auteur d'un recueil de poèmes en latin, Philomathi Musae iuveniles . Ils sont imprimés à Cologne en 1645, puis à Paris en 1656, sous le titre de Philomathi Labores Juveniles.

Le pontife fonde la bibliothèque de l'université de Rome « La Sapienza ». Elle est inaugurée en 1670 sous le nom de Bibliothèque Alessandrina[48].

En 1656, il nomme le célèbre orientaliste Louis Marracci professeur d'arabe à l'Université de Rome.

Héliocentrisme[modifier | modifier le code]

Selon le Rév. William Roberts, Alexander VII a écrit l'un des documents les plus autorisés liés à la question de l'héliocentrisme. Cependant, un tel document ne concerne aucun modèle astronomique et ne fait pas partie du Magisterium Ecclesiae. Le Pape publie son Index Librorum Prohibitorum Alexandri VII Pontificis Maximi jussu editus qui présente à nouveau le contenu de l'Index librorum prohibitorum (Index des livres interdits) qui condamne de nombreux ouvrages liés à des sujets différents : parmi eux se trouvent les ouvrages de Copernic et de Galilée. Il le préface avec la bulle Speculatores Domus Israel (1592), exposant ses raisons : « afin que toute l'histoire de chaque cas puisse être connue. A cet effet, nous avons fait ajouter à cet Index général les Indices tridentin et clémentin, ainsi que tous les décrets pertinents jusqu'à présent, publiés depuis l'Indice de notre prédécesseur Clément, que rien d'utile aux fidèles intéressés par de telles questions ne puisse sembler omis. »[49]. Parmi ceux-ci figurent les décrets précédents plaçant divers ouvrages héliocentriques à l'Index (« … que nous devrions considérer comme s'ils étaient insérés dans ces présents, avec tous, et au singulier, les choses qui y sont contenues… ») et, selon Roberts, usant de son autorité apostolique, il lie les fidèles à son contenu (« … et approuve avec autorité apostolique par la teneur de ces présents, et : commande et enjoint à toutes les personnes de obéissance… » )[50]. Ainsi, pour les géocentristes, Alexandre se tourne définitivement contre la vision héliocentrique du système solaire. Après le pontificat d'Alexandre VII, l'Index subit un certain nombre de révisions[51]. En 1758, l'interdiction générale des œuvres prônant l'héliocentrisme est supprimée de l'Index des livres interdits, bien que l'interdiction spécifique des versions non censurées du Dialogue et du De Revolutionibus de Copernic soit restée. Toute trace d'opposition officielle à l'héliocentrisme par l'église disparait en 1835 lorsque ces ouvrages sont finalement retirés de l'Index[52]. L'Index est entièrement aboli en 1966.

Décès[modifier | modifier le code]

Monument funéraire du pape Alexandre VII,
basilique Saint-Pierre du Vatican.

Alexandre VII décède à l'âge de 66 ans d'une insuffisance rénale. Il gardait son cercueil dans sa chambre et un crâne (sculpté par le célèbre sculpteur Le Bernin) sur sa table à écrire, car il était toujours conscient qu'il mourrait un jour. Une brochure du XVIIe siècle attribuée à Ayres, intitulée Un court récit de la vie et de la mort du pape Alexandre VII, contient de nombreux détails fascinants sur le décès d'Alexandre. Selon ce pamphlet, Alexandre, bien que alité, voulait célébrer la Passion du Christ pour se préparer à sa mort imminente. Ni son chirurgien ni son confesseur n'ont pu le persuader de ménager ses forces. Il bénit la grande foule de gens à Pâques, la dernière fois qu'ils le voient vivant[53].

Un récit précis et détaillé des derniers jours du pape est donné dans le Journal du principal maître de cérémonie, Mgr Fulvio Servantio, témoin oculaire officiel de toutes les procédures[54].

Alexandre VII meurt en 1667 et est commémoré dans un tombeau du Bernin. Il est célèbre pour le squelette tenant un sablier doré, juste au-dessus des portes. Le pape Clément IX (1667-1669) lui succède.

Postérité[modifier | modifier le code]

Deux portraits du pontife sont connus : un buste de Domenico Guidi et un tableau du Baciccio.

Le poète John Flowre a écrit un poème sur la tombe du pape Alexandre en 1667[55].

Nouveaux diocèses et vicariats apostoliques érigés par Alexandre VII[modifier | modifier le code]

En Europe
En Amérique du Nord
En orient
  •  : vicariat apostolique du Tonkin, partie nord du Viêt Nam ; le territoire est obtenu du diocèse de Macao ;
  •  : vicariat apostolique de Cochinchine, sud du Viêt Nam ; le territoire a été obtenu du diocèse de Macao ; vicariat apostolique de Nankin en Chine ; le territoire est obtenu du diocèse de Macao ;
  • 1662 : vicariat Apostolique du Siam (aujourd'hui Thaïlande).
Au Levant (Proche-Orient)
En Inde
  •  : vicariat apostolique de Malabar, le territoire est obtenu du diocèse de Cochin (Inde).

Création de nouveaux cardinaux et népotisme[modifier | modifier le code]

Lors de son pontificat, le pape Alexandre VII crée 38 cardinaux au cours de six consistoires distincts.

Il nomme également son frère Mario commandant des gardes papales à Rome. Le fils de Mario, Flavio Chigi, est nommé cardinal par Alexandre VII en 1657. Au cours de son pontificat, l'administration est largement placée entre les mains de ses proches et le népotisme se drape de luxe, comme jamais auparavant à l'époque de la papauté baroque : il leur donne les charges civiles et ecclésiastiques les plus lucratives ainsi que les palais et propriétés princières.

Béatifications et canonisations du pontificat[modifier | modifier le code]

Alexandre VII célèbre quatre canonisations ; outre François de Sales qu'il béatifie en 1661 et canonise en 1665, et dont il est très proche de la piété[25], il proclame trois bienheureux.

De plus, le pontife fait inclure le bienheureux Raymond Nonnat (proclamé saint en 1669) comme martyrologe romain.

Il entame une pratique confirmée plus tard par ses successeurs, à savoir celle de célébrer les béatifications des Serviteurs de Dieu dans la basilique vaticane[56].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. George L. Williams, Papal Genealogy: The Families and Descendants of the Popes, McFarland & Company, , 114 p.
  2. George L. Williams, 114.
  3. a b c et d « Papa Alessandro VII »
  4. Lorenzo Grottanelli, "La regina Cristina di Svezia in Roma", La Rassegna nazionale 50 (Firenze 1889), 225-253, at p. 250.
  5. A. Mifsud, Knights Hospitallers of the Ven. Tongue of England in Malta, (ISBN 9780404170097, lire en ligne)
  6. V. Borg, Fabio Chigi, Apostolic Delegate in Malta, 1634-1639. An edition of his official correspondence (Città del Vaticano: Biblioteca Apostolica Vaticana, 1967).
  7. Johanna Maria Winter, Sources Concerning the Hospitallers of St. John in the Netherlands, 14th-18th Centuries, Brill, , p. 133
  8. a et b Patritius Gauchat, Hierarchia catholica medii et recentioris aevi Tomus IV, editio altera (Monasterii 1935), p. 257, note 5.
  9. "Pope Alexander VII - Fabio Chigi" Catholic-Hierarchy.org. David M. Cheney. Consulté le
  10. Joseph Bergin, Church, Society and Religious Change in France, 1580–1730 (New Haven: Yale University Press, 2009), pp. 396-404.
  11. « Papa Alessandro VII »
  12. Salo Wittmayer Baron, A Social and Religious History of the Jews: Late Middle Ages and the Era of European Expansion, vol. 10, Columbia University Press, , p. 290
  13. Derek Croxton and Anuschka Tischer, The Peace of Westphalia : a historical dictionary (Westport, Conn.: Greenwood Press, 2002).
  14. Kalevi Jaakko Holsti, Peace and War: Armed Conflicts and International Order, 1648–1989 (Cambridge: Cambridge University Press 1991), p. 25.
  15. Salvador Miranda, Biographical notes on Fabio Chigi. Consulté le .
  16. Jorg M. Merz et Anthony F. Blunt, Pietro da Cortona and Roman Baroque Architecture, Yale University Press, , p. 165
  17. Gauchat, p. 30.
  18. J. P. Adams, Sede Vacante 1655. Consulté le .
  19. Gaetano Moroni, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica da S. Pietro sino ai nostri giorni, Tipografia Emiliana, 1845, p. 127.
  20. Oliva Muratore, "Formello, Villa Versaglia," Methodical Approach to the Restoration of Historic Architecture (ed. Calogero Bellanca) (Firenze: Alinea Editrice, 2011), pp. 123-135.
  21. Luigi Londei, L'ordinamento della Segreteria di Stato tra Antico regime e Età della Restaurazione in «Mélanges de l'Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée», 1998, Volume 110, n. 2, pp. 461-473.
  22. Gaetano Moroni, Le cappelle pontificie cardinalizie e prelatizie.
  23. Gaetano Moroni, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica da San Pietro sino ai nostri giorni, 1841, p. 101.
  24. « Le Congregazioni e l'inizio della stretta Osservanza » [archive du 12 marzo 2016]
  25. a b c d e et f Administration Pontificale de la Basilique Patriarcale Saint-Paul, Les Papes, vingt siècles d'histoire, p. 129
  26. Bullarum Diplomatum et Privilegiorum Sanctorum Romanorum Pontificium Taurensis Editio Tomus XVI (Turin 1869), no. CCCLXVI, pp. 739-742.
  27. Leonardo Calabretta, Certosini e cistercensi. La certosa di Serra e i cistercensi 1192-1514, Pellegrini Editore, 2007, p. 47.
  28. ALESSANDRO VII in “Enciclopedia dei Papi” – Treccani
  29. Giovanni Andrés, Dell'origine, progressi e stato attuale di ogni letteratura, Borel E. Bompard, 1838, pp. 275-276 (nota 1).
  30. Massimo Petrocchi, Il problema del lassismo nel secolo XVII, Ed. di Storia e Letteratura, 1953, p. 61.
  31. (en) « List of Papal Bulls on Jewish Question »
  32. Yves-Marie Hilaire (sous la direction de), Histoire de la papauté, 2 000 ans de missions et de tribulations, p. 333
  33. Richard Krautheimer, The Rome of Alexander VII 1655–1667, Princeton University Press, (ISBN 978-0691040325)
  34. Dorothy Metzger Habel, The Urban Development of Rome in the Age of Alexander VII, Cambridge University Press, (ISBN 978-0521772648)
  35. Krautheimer 1985, 3-7
  36. Yves-Marie Hilaire (sous la direction de), Histoire de la papauté, 2 000 ans de missions et de tribulations, p. 337
  37. Charles Avery, Bernini: Genius of the Baroque (London: Thames & Hudson, 1997). Franco Mormando, Bernini: His Life and His Rome (Chicago: University of Chicago Press, 2011).
  38. Anthony Blunt, Borromini (Cambridge, Mass.: Belknap Press of Harvard University Press 1979), esp. pp. 111 ff.
  39. Anna Maria Partini, Alchimia, architettura, spiritualità in Alessandro VII, Edizioni Mediterranee, Roma, 2007, p. 26.
  40. See R. Krautheimer et R. B. S. Jones, Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte, vol. 15, (ISBN 978-3803045034), « The Diary of Alexander VII, notes on Art, Artists and Buildings »
  41. Dorothy Metzger Habel, "When All of Rome was Under Construction": The Building Process in Baroque Rome (University Park, Pa.: Pennsylvania State University Press, 2013), pp. 85-132.
  42. « Alexander VII ( Chigi ) »
  43. Rossella Vodret Adamo, Palazzo Chigi (Milan: Electa, 2001).
  44. « Piazza della Rotonda »
  45. « Castel Gandolfo »
  46. a et b Paul Sonnino, Louis XIV's View of the Papacy (1661–1667) (Berkeley-Los Angeles: University of California Press, 1966), p. 53.
  47. Bernard Zaydler, Storia della Polonia: fino agli ultimi tempi, volume 2, V. Batelli e Figli, 1831, p. 122.
  48. « Sapienza. Università di Roma/Le origini »
  49. The Pontifical Decrees Against the Doctrine of the Earth's Movement, and the Ultramontane Defence of Them, Rev. William Roberts, 1885, London, p. 93.
  50. Roberts, p. 94. Cf. Maurice A. Finocchiaro, Retrying Galileo, 1633–1992 (Berkeley-Los Angeles: University of California Press 2005), pp. 258-259.
  51. Joseph Hebers
  52. Galileo#Church reassessments of Galileo in later centuries
  53. The Deaths of the Popes. Alexander VII, Wendy J. Reardon, (ISBN 9781476602318, lire en ligne)
  54. Joannes Baptista Gattico, Acta Selecta Caeremonialia Sanctae Romanae Ecclesiae ex variis mss. codicibus et diariis saeculi xv. xvi. xvii. {{in lang|la|| {{nobr rom|Tomus I}} (Romae: Bsrbierini 1753), {{pp.|468-471}}.
  55. The Deaths of the Popes. Alexander VII, Wendy J. Reardon, (ISBN 9781476602318, lire en ligne), p. 211
  56. Padre Virgilio Cepari, Vita di San Luigi Gonzaga, 1827, p. 27.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francesco Maria Pietro Sforza Pallavicino, Della vita di Alessandro VII, Prato, Nella Tipografia dei F.F. Giaccheti, 1839-1840, vol. 1-2.
  • Carlo Frati, Alessandro VII, in Dizionario Bio-bibliografico dei bibliotecari e bibliofili italiani. Dal sec. XIV al XIX, Firenze, Leo S. Olschki, 1933, p. 14.
  • Carlo Frati, Chigi Fabio, in Dizionario Bio-bibliografico dei bibliotecari e bibliofili italiani. Dal sec. XIV al XIX, Firenze, Leo S. Olschki, 1933, p. 158.
  • Giovanni Incisa Della Rocchetta, Alessandro VII, in Enciclopedia cattolica, Città del Vaticano, Ente per l'Enciclopedia cattolica e per il libro cattolico, 1948, vol. 1, col. 801-803.
  • Mario Rosa, Alessandro VII, in Dizionario biografico degli italiani, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, 1960, vol. 2, p. 205–215.
  • Francesco Danieli, Fabio Chigi. Chiaroscuri “barocchi” di un uomo e di un papa, in « Spicilegia Sallentina », 2007, no 1, p. 45-53.
  • Anna Maria Partini, Alchimia, architettura, spiritualità in Alessandro VII, Roma, Edizioni Mediterranee, 2007.
  • Tomaso Montanari - Mario Rosa, Alessandro VII, in Enciclopedia dei Papi, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, 2008, vol. 3, p. 335-348.
  • Rosa Parlavecchia, Il Fondo 'Chigi', Cargeghe, Editoriale Documenta, 2019.
  • Administration Pontificale de la Basilique Patriarcale Saint-Paul, Les Papes, vingt siècles d'histoire, Librairie Editrice Vaticane, , 160 p. (ISBN 88-209-7320-0), Alexandre VII (pp. 128-129).
  • Yves-Marie Hilaire (sous la direction de), Histoire de la papauté, 2 000 ans de missions et de tribulations, Tallandier, , 572 p. (ISBN 978-2-02-059006-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :