Silvère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Silvère
Image illustrative de l'article Silvère
Biographie
Naissance inconnu
Frosinone
Décès 20 juin ou
Ponza
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 1er ou
Fin du pontificat mars ou
Précédent Agapet Ier Vigile Suivant

Silvère fut pape de 536 à 537. C'est un saint des Églises chrétiennes célébré le 20 juin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Silverius2.jpg

Silvère était le fils légitime du pape Hormisdas, né avant que son père ne fût entré dans les ordres[1], ce qui est un cas unique dans l'histoire de la papauté[2]. Il fut probablement ordonné le 1er ou le .

Il s'opposa à la réhabilitation d'Anthime, patriarche de Constantinople, convaincu d'hérésie monophysite et qui fut déposé par Agapet, et s'attira ainsi la haine de l'impératrice Théodora. Théodora fit alors tout pour faire nommer Vigile pape. Pendant le règne de Silvère, il fut allégué qu'il devait son accession au trône de Saint Pierre à Théodat, roi des Ostrogoths.

Le , le général byzantin Bélisaire entra dans Rome avec l'approbation du pape Silvère. Le successeur de Théodat, Witiges rassembla une armée et assiégea Rome pendant plusieurs mois, soumettant la ville aux privations et à la famine. On accusa le pape Silvère d'avoir écrit à Witiges, offrant de trahir la ville.

Il fut déposé probablement par Bélisaire en mars 537, sur accusation de correspondance félonne avec les Goths, et fut dégradé au rang de simple moine. Il fut ainsi le premier pape contraint d'abdiquer[3]. Il se rendit à Constantinople, et Justinien Ier, lui rendant raison, le renvoya à Rome, mais Vigile, apocrisiaire à Constantinople, fut apparemment capable de bannir son rival dans l'île prison de Pandataria (Ventotene), où l'on n'entendit plus parler de lui. La date de sa mort est incertaine.

Cependant, d'après le Liber Pontificalis, le pape Silvère n'aurait pas été exilé à Ventotene, mais plutôt à Ponza, où il serait mort quelques mois plus tard, le .

Fête de saint Silvère à Ponza (2008).

Le pape Silvère fut béatifié plus tard et ensuite canonisé. Il est à présent le saint patron de l'île de Ponza, en Italie.

D'après une légende des îles Ponza, des pêcheurs furent pris dans une tempête au large de Palmarola, et ils implorèrent l'aide du pape Silvère. Une apparition de celui-ci les attira vers Palmarola, où ils accostèrent sains et saufs. Ce miracle fit de lui un saint.

D'après la Nouvelle Encyclopédie Catholique (1966), les dates du pontificat du pape Silvère sont sujettes à caution : « du 1er ou au  ; décès probablement le , à Palmaria ». De même, il ne fut jamais béatifié ou canonisé, mais simplement proclamé saint par le peuple. La première mention de son nom dans la liste des saints remonte au XIe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques-Paul Migne, Dictionnaire de l'Histoire universelle de l'église, Migne,‎ (lire en ligne), p. 1177.
  2. (en) Salvador Miranda, « ORMISDA », sur The Cardinals of the Holy Roman Church (consulté le 20 octobre 2015).
  3. (en)Can the Pope Retire ?

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en)Louise Ropes Loomis, The Book of Popes (“Liber Pontificalis”), Merchantville (N. J.), Evolution Publishing. (ISBN 1-889758-86-8) (réédition de l'édition de 1916. Traduction anglaise avec notes de bas de page scolaires et illustrations).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]