Étienne V (pape)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce pape est parfois appelé Étienne VI. Il existe un problème de numérotation des papes Étienne, expliqué à l'article Étienne (pape éphémère)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étienne V.
Étienne V
Image illustrative de l'article Étienne V (pape)
Biographie
Naissance Date inconnue
Rome
Décès
Rome
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat
Intronisation
Fin du pontificat

Étienne V (en latin : Stephanus V - en italien : Stefano V ou Stefano VI[1]), est vraisemblablement né à Rome à une date inconnue. Il succède à Adrien III en tant que 110e pape de l'Église catholique de jusqu'à sa mort, en à Rome. Son successeur sera Formose. Il est enterré dans l'antique basilique vaticane[2]. Sa tombe est toujours présente dans l'actuelle basilique Saint-Pierre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Adrien, qui appartient à l'aristocratie romaine, confie son éducation à son parent, l'évêque Zachary, bibliothécaire du Saint-Siège. Étienne est nommé cardinal-prêtre de la basilique des Quatre-Saints-Couronnés par le pape Marin Ier.

Son élection a lieu le . La résistance d'Étienne est telle qu'il ordonne de fermer les portes de sa maison : celles-ci sont abattues violemment pour s'emparer de lui et le conduire à l'église. Étienne est couronné, sans la confirmation impériale ni l'assistance des ambassadeurs impériaux, à la fin du mois de . Quand Charles III le Gros constate l'unanimité de l'élection, il décide d'en rester là.

Étienne est appelé à faire face à une famine causée par la sécheresse et les criquets. Le trésor pontifical étant vide, il doit se rabattre sur la richesse de son père pour soulager les pauvres, sauver des prisonniers et pour réparer les églises.

En raison de l'influence du clergé allemand, Étienne interdit l'usage de la liturgie slave forçant ainsi les Slaves à rejoindre l'Église orthodoxe.

Avec l'aide de l'empereur Léon VI, dit le Philosophe, Étienne éteint le schisme de Photius. Cet hérésiarque est alors confiné dans un monastère et y meurt méprisé de tous les fidèles, ce qui met fin au schisme de l'Église orientale, initialisé par Photius.

En 891, Étienne couronne l'empereur Guy III de Spolète, son fils adoptif, qui confirme les dons faits à l'Église romaine par Pépin le Bref et par les empereurs Charlemagne et Louis le Pieux.

II meurt fin et est enterré dans l'antique basilique vaticane.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir le problème de numérotation concernant les papes Étienne, dans l'article Étienne (pape éphémère)
  2. voir Nécropole papale de la basilique Saint-Pierre

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :