Victor Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Victor.

Victor Ier
Image illustrative de l’article Victor Ier
Saint Victor
Biographie
Naissance Date inconnue
Afrique
Décès
Rome
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat vers 189
Fin du pontificat vers 198/199

Victor Ier (°? - +199), l'un des saint Victor. Il fut, selon la tradition catholique, le 14e évêque de Rome[1], c'est-à-dire le 13e successeur de saint Pierre au souverain pontificat. Il était d'origine berbère.

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Selon le Liber Pontificalis, Victor était originaire d'Afrique (Tunisie actuelle[2],[3]) (Victor, natione Afer[4]), plus particulièrement d'origine berbère[5],[6].

C'est avec lui que commence à s'affirmer la volonté des évêques de Rome d'imposer un magistère moral sur les autres Églises, bien que déjà saint Clément Ier, troisième successeur de Pierre, fût déjà intervenu avec vigueur, dès le Ier siècle, pour calmer des troubles au sein de l'Église de Corinthe. Il succède à Éleuthère vers 189 et gouverne l'Église de Rome jusque vers 198/199. C'est à cette époque que le latin supplante le grec dans la liturgie. [réf. nécessaire]

Victor est connu pour son implication dans la querelle quartodécimaine, où il s'illustre en s'opposant aux évêques asiatiques.[7] Il rédige vers 192 des décrets d'excommunications envers ces évêques, mais : « cela ne plut pas à tous les évêques, ils l'exhortèrent au contraire à avoir souci de la paix, de l'union avec le prochain et de la charité : on a encore leurs paroles; ils s'adressaient à Victor d'une façon fort tranchante. Parmi eux encore se trouve Irénée, il écrivit au nom des frères qu'il gouvernait en Gaule. »[7] Irénée de Lyon occupa dans cette querelle une place d'arbitre et de juge, puisqu'il reprit Victor et ramena la paix dans l'Eglise. Par son intervention, les excommunications de Victor furent sans effet. [8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre de Pape apparaît au cours du IIIe siècle, et n'est pas attesté pour l'évêque de Rome avant le début du IVe siècle. Philippe Levillain, Dictionnaire historique de la papauté, Fayard, 2003, s. v. « Pape ».
  2. « Le pape Saint Jelassi le tunisien », Forum Marhba Tunisie : Voyage au cœur de la Tunisie, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2018)
  3. « Afribone.com :: Vatican : trois papes africains.... blancs », sur afribone.com (consulté le 29 novembre 2018)
  4. (la) Liber Pontificalis : XV. Victor, sur le site The Latin Library (en).
  5. Vincent Serralda et André Huard, Le Berbère-- lumière de l'Occident, Nouvelles Editions Latines, , 50 p. (ISBN 9782723302395, lire en ligne)
  6. Eugène Guernier, La Berbérie, l'Islam et la France: le destin de l'Afrique du Nord, Éditions de l'Union française, , 125 p. (lire en ligne)
  7. a et b (el) Eusèbe de Césarée, Histoire Ecclésiastique, 323-324 (lire en ligne), p. Livre V - Chapitre XXIV
  8. (el) Eusèbe de Césarée, Histoire Ecclésiastique, 323-324 (lire en ligne), « Il établit d'abord qu'il faut célébrer seulement le jour du dimanche le mystère de la Résurrection du Seigneur; puis, il exhorte Victor respectueusement à ne pas retrancher des églises de Dieu tout entières qui gardent la tradition d'une coutume antique et donne beaucoup d'autres avis [...] Irénée portait vraiment son nom et par sa conduite il était pacificateur ; c'est ainsi qu'il conseillait et prêchait pour la paix des églises. Il écrivit, et non seulement à Victor, mais à beaucoup d'autres chefs d'églises, des choses analogues, pour les entretenir de la question agitée. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Serralda et André Huard, Le Berbère...Lumière de l'Occident, Nouvelles Éditions Latines, Paris, 1990 (ISBN 978-2-7233-0239-5), p. 50-52.
  • András Handl, Viktor I. (189?-199?) von Rom und die Etablierung des “monarchischen” Episkopats in Rom. In: Sacris Erudiri: a Journal on the Inheritance of Early and Medieval Christianity, 55 (2016), p. 7-56.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :