Pierre de Cortone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre de Cortone
Ajaccio Da Cortona Autoportrait.JPG

Autoportrait, 1636
Musée Fesch, Ajaccio

Naissance
Décès
Nom de naissance
Pietro Berrettini
Nationalité
Activité
Mouvement
Influencé par
Distinctions
Œuvres réputées
La Gloire des Barberini (palais Barberini)

Pierre de Cortone (en italien : Pietro da Cortona, de son vrai nom Pietro Berrettini) (Cortona, - Rome, ) est un peintre et un architecte italien du baroque commençant.

On connaît surtout son travail dans le domaine des fresques décoratives et de la peinture.

Sous le pontificat d'Urbain VIII (dont il fit un portrait), il fut l'un des principaux architectes opérant à Rome, avec le Bernin et Borromini.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait du pape Urbain VIII, 1627
Musées du Capitole, Rome

Il étudia avec le florentin Andrea Commodi qui l'emmena avec lui à Rome à l'âge de quinze ans. Son maître le confia en 1614 à un de ses élèves[1], le peintre toscan Baccio Ciarpi qui lui fait découvrir les œuvres de Raphaël, de Rubens du Dominiquin et d'Annibal Carrache. Il s'imprègne aussi de la ferveur religieuse de l'époque marquée par la Contre-Réforme[2]

Il noua aussi très tôt des relations avec les milieux romains passionnés d'antiquités, notamment Cassiano dal Pozzo qui le pousse à étudier l'art antique, et l'amateur Marcello Sacchetti pour qui il peignit à plusieurs reprises dans les années 1620 : Le Sacrifice de Polyxène, Le Triomphe de Bacchus, L'Enlèvement des Sabines (Musées du Capitole). Ces œuvres témoignent aussi de son étude de la peinture vénitienne du XVIème siècle[1].

Il poursuit sa carrière au service de la famille Sacchetti qui lui confie en 1623 le chantier de la villa du Pigneto. Au palais Sacchetti, il rencontre le Cavalier Marin et le cardinal Mafeo Barberini, futur Urbain VIII, qui devient son protecteur. Par son intermédiaire, il obtient sa première grande commande de peinture, le cycle de décors à fresque de l'église Sainte-Bibiane à Rome (1624-1626), dont la façade a été réalisé par le Bernin. Le succès qu’il rencontre lui ouvre une carrière active : en 1629, il peint l’Enlèvement des Sabines qui devient le manifeste de la peinture baroque romaine.

En 1633-1639, il exécute pour le pape Urbain VIII sa fresque la plus célèbre : la Gloire des Barberini, qui orne le plafond du grand salon du palais Barberini à Rome. Ce décor peint est aussi appelé le Triomphe de la Divine Providence. Il s’agit d’une allégorie de la Providence et du pouvoir divin des Barberini. Cette grande fresque est mouvementée, abonde de personnages vus dans une contre-plongée extrême (sotto in su), qui caractérise ses effets illusionnistes.

En 1637, durant un voyage en Italie du nord, il s'arrête à Florence et à la demande de Ferdinand II, commence à peindre une petite pièce du piano nobile appelée Sala della Stufa ou Salle du Poêle au Palais Pitti. Sa série de fresques décrivant les quatre âges de l'homme reçut un accueil très favorable. L'Âge de l'or et L'Âge de l'argent furent peints en 1637, puis il retourna à Rome pour achever la voûte Barberini et en 1640 il était à nouveau à Florence pour terminer l'œuvre commencée trois ans avant et peignit L'Âge du bronze et L'Âge du fer. On lui demanda alors les fresques des salles de réception du grand-duc, enfilade de cinq pièces sur le devant du palais. Dans ces cinq salles « des Planètes », la suite hiérarchique des divinités est fondée sur la cosmologie ptolémaïque : Vénus, Apollon, Mars, Jupiter (la salle du trône des Médicis), et Saturne. De 1641 à 1647 il peignit les salles de Vénus, Jupiter et Mars. Ces plafonds rendent essentiellement hommage à la lignée des Médicis et à leur capacité à être des dirigeants vertueux[3]. Il commença celle d'Apollon qui fut terminée par son élève Ciro Ferri en 1660[1]. Le thème des plafonds de ces salles devaient inspirer plus tard la décoration des « Grands Appartements du château de Versailles », conçus par Charles Le Brun.

Rentré définitivement à Rome en 1647, il reçut sans cesse de nouvelles commandes des grandes familles et des ordres religieux, soit comme architecte soit comme décorateur et peintre. Il contribua à modifier le visage de Rome[2], et il y deviendra principe (prince) de l'Accademia di San Luca.

Parmi ses élèves, Giacinto Gimignani (de Pistoie) et Giovanni Francesco Romanelli (de Viterbe) furent également sensibles au courant classique qui circule à Rome à l'époque, simultanément au baroque. D'autres au contraire, tel que Ciro Ferri contribuèrent à divulguer son langage pictural.

Principales réalisations architecturales[modifier | modifier le code]

Il faut citer l'église dei Santi Luca e Martina près du Forum (finie en 1664, la forme en croix grecque de cette église lui est due), l'embellissement notable de l'extérieur de Notre-Dame-de-la-Paix (1656-1667) et la façade (avec une loggia surprenante) de Santa Maria in Via Lata (vers 1660).

C'est lui qui fait les plans de Palais des papes de Castel Gandolfo tel qu'il est aujourd'hui, la Villa Pigneto du marquis Sacchetti (en) et la Villa Sacchetti à Castelfusano (en) près d'Ostie.

Planches d'anatomie[modifier | modifier le code]

Avant de devenir célèbre comme architecte, Pietro dessina des planches anatomiques qui ne sont publiées qu'un siècle après sa mort en 1741. Les planches de Tabulae anatomicae ont été sans doute composées vers 1618. Les poses dramatiques et finement étudiées sont dans le style des autres artistes du genre de la Renaissance et du baroque, mais sont particulièrement expressives.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jacob et Laban, 1630-35
Musée du Louvre
Vénus et Enée, 1631
Musée du Louvre
Retour d'Agar, 1637
Kunsthistorisches museum,Vienne
Les Débuts à Rome
La Renommée des années 1630
Repos pendant la fuite, 1643
Alte Pinakothek, Munich
De 1647 à la fin de sa vie
Dates non renseignées
Le Martyre de saint Laurent

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Cornelis de Bie, Het Gulden Cabinet, 1662, p. 280
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]