Calixte III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Calixte III
Image illustrative de l’article Calixte III
Biographie
Nom de naissance Alonso de Borja i Llançol
Naissance
Canals (Royaume de Valence)
Décès (à 79 ans)
Rome (États pontificaux)
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat (76 ans)
Intronisation
Fin du pontificat
(3 ans, 3 mois et 29 jours)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Eugène IV
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Quatre-Saints-Couronnés
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le card. Pierre de Foix
Évêques de Valence

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Calixte III (Alonso de Borja i Llançol, plus connu sous le nom de Alfonso Borgia), né à Canals dans le royaume de Valence le , mort le à Rome, est le 209e pape de l'Église catholique, élu le . Âgé de 76 ans, cardinal espagnol, évêque de Valence, candidat de compromis, il est couronné le . Il est généralement jugé comme faible, en particulier à cause de son népotisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'ascension[modifier | modifier le code]

Alonso est le fils de Domingo de Borja et de Francina Llançol. Il fait ses études à l'université de Lérida où il étudie le droit canon avant de devenir un professeur reconnu notamment pour son éloquence. Remarqué par Alphonse V d'Aragon pour son tact et son habileté diplomatique, il prend part au concile de Bâle-Ferrare-Florence-Rome durant lequel il obtient l'abdication de l'antipape Clément VIII. En guise de remerciement, Alphonse en fait son secrétaire et conseiller et avec l'accord de Martin V lui permet d'accéder à l'évêché de Valence en 1429. Il accompagne par la suite Alphonse V lors de la conquête de Naples en 1442[1], qui tombera le de la même année. Naples étant de jure sous l'égide de la Papauté, son suzerain l'envoie prêter allégeance devant Eugène IV. Son talent diplomatique le fait élever au rang de cardinal en .

L'élection[modifier | modifier le code]

Le conclave réuni en séance ne parvient pas en trois tours de scrutin à élire un pape en raison de l'opposition des Colonna et des Orsini[2]. Le choix se porte « par accession » — par ralliements successifs — sur un candidat neutre et vieux, et Alfonso Borja, alors âgé de 76 ans, est le candidat idéal. L'élection ne suscite aucun enthousiasme auprès des Italiens qui voient d'un mauvais œil un Espagnol accéder au Saint-Siège.

Le pontificat[modifier | modifier le code]

Le projet principal de son pontificat est la lutte contre les Ottomans qui, après la chute de Constantinople, avancent dans les Balkans. Dans le but de lever une croisade, il fait plusieurs gestes en direction des souverains d'Occident. Il autorise dans la bulle Inter Caetera le Portugal à asservir des infidèles ce qui autorise implicitement l'esclavage des noirs, qu'avait interdit le pape Eugène IV dans la bulle Sicut Dudum de 1435.

En juin 1455, Calixte III donne à une commission ecclésiastique le soin de réviser le procès par lequel Jeanne d'Arc a été condamnée en 1431, comme « relapse et hérétique ». Par le jugement solennel qui intervient le 7 juillet 1456, il est déclaré que « ladite Jeanne, ses parents et les demandeurs eux-mêmes, n’ont été entachés d’aucune souillure d’infamie à l’occasion des prémisses, et qu’ils en doivent être réputés exempts et saufs ; les en disculpant autant que de besoin est »[3]. Calixte ne la béatifie pas pour autant, mais il autorise les expiations religieuses qui ont eu lieu à Rouen sur le lieu de son supplice.

D'après la tradition, la Vierge Marie lui serait apparue au début de l'année 1450 pour lui demander de porter assistance aux habitants de Sienne touchés par la peste. Une peinture de Sano di Pietro, réalisée vers 1456-60, montre cette apparition. Ce fut apparemment l'un des rares papes à prétendre avoir reçu une vision de Marie.

Il finance le Hongrois Jean Hunyadi dans son combat contre les Ottomans en vendant une partie des bijoux pontificaux.

Le , il lance un appel à la croisade, accompagné du commandement de faire sonner toutes les cloches de la chrétienté à midi. Cette volée de cloches est associée à la victoire sur les Ottomans qui assiégeaient Belgrade, dont le siège est levé le 22 juillet. Cette victoire est célébrée lors de la fête de la Transfiguration le 6 août. Une légende posthume[4] rapporte qu'il aurait excommunié la comète de Halley parce qu'on la considérait comme un mauvais présage pour les assiégés[5],[6].

Toutefois, il échoue à mobiliser les princes chrétiens qui sont englués dans des conflits territoriaux. Le roi Alphonse de Naples profite habilement de la mobilisation d'une flotte sous la bannière du Christ, pour l'envoyer combattre les Génois, et détourne à son profit une grande partie des fonds récoltés au titre de la dîme de croisade pour mener la guerre sainte en Orient ce qui constitue un véritable affront envers le pape[7]..

Il meurt après trois ans de pontificat. On lui reproche surtout son népotisme en faveur de sa famille, les Borgia, népotisme qu'il a pratiqué avant tout pour s'entourer de gens de confiance[8]. Il a un enfant naturel, François, cardinal et archevêque de Cosenza et évêque de Teano et de Chieti, mort en 1511. Il a également fait cardinaux deux de ses neveux dont Rodrigo, le futur pape Alexandre VI.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L. Collison-Morley, Histoire des Borgia, Payot, Paris, 1934, p. 9.
  2. L. Collison-Morley, Histoire des Borgia, Payot, Paris, 1934, p. 11.
  3. « Jehanne d'Arc », sur Le droit criminel (consulté le 2 janvier 2015)
  4. Bartolomeo Platina, Vitæ Pontificum , 1476.
  5. (en) John Stein et al., « Platina (Bartolomeo) », dans Charles G. Herbermann, The [Old] Catholic Encyclopedia, vol. 11, New York, Robert Appleton Company, , XV-799 p. (OCLC 174524673), p. 158-159 (lire en ligne [html], consulté le 12 juin 2015).
  6. (en) William F. Rigge, « An historical examination of the connection of Calixtus III with Halley's comet », Popular Astronomy, vol. 18,‎ , p. 214-219 (Bibcode 1910PA.....18..214R, lire en ligne [[GIF]], consulté le 12 juin 2015).
  7. Sophie Cassagnes-Brouquet, Bernard Doumerc, Les Condottières, Capitaines, princes et mécènes en Italie, XIIIe-XVIe siècle, Paris, Ellipses, , 551 p. (ISBN 978-2-7298-6345-6), p. Les tyrans à l'oeuvre (page 283)
  8. Guy Le Thiec, Les Borgia : Enquête historique, Tallandier, , 236 p. (ISBN 978-2-84734-811-8 et 2-84734-811-5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]