Flavio Chigi (1631-1693)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Flavio Chigi, seniore
Image illustrative de l’article Flavio Chigi (1631-1693)
Biographie
Naissance
Sienne, Drapeau du Grand-duché de Toscane Grand-duché de Toscane
Décès
Rome, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Maria del Popolo
Cardinal-évêque d' Albano
Cardinal-évêque de Porto e Santa Ruffina
Évêque de l'Église catholique
Consécration épiscopale
Fonctions épiscopales Préfet de la Congrégation de la santé
Préfet du tribunal suprême de la Signature apostolique
Préfet de la Congrégation des frontières des États pontificaux
Camerlingue du Sacré Collège

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Flavio Chigi seniore (né le à Sienne, en Toscane, et mort le à Rome) est un cardinal italien du XVIIe siècle. Il est le neveu du pape Alexandre VII et l'oncle du cardinal Antonfelice Zondadari (1712). D'autres cardinaux de la famille sont Sigismondo Chigi (1667), Flavio Chigi iuniore (1753) et Flavio III Chigi (1873).

Biographie[modifier | modifier le code]

Flavio Chigi exerce des fonctions au sein de la Curie romaine, notamment comme protonotaire apostolique, gouverneur de Ferno, référendaire au tribunal suprême de la Signature apostolique et gouverneur de Tivoli.

Le pape Alexandre VII le crée cardinal lors du consistoire du . Le cardinal Chigi est préfet de la Congrégation de la santé, légat a latere à Avignon en 1657-1668, préfet du tribunal suprême de la Signature apostolique, préfet de la Congrégation des frontières des États pontificaux et légat a latere auprès du roi de France. Il est camerlingue du Sacré Collège en 1673-1674.

Le cardinal Flavio Chigi vient en France en 1664 pour une mission auprès du roi Louis XIV qu'il rencontre le 29 juillet à Paris. Le roi de France a prétexté cette agression du pape Alexandre VII : le 20 août 1662, le duc Charles de Créquy, ambassadeur de France à Rome, a été insulté par la garde corse du pape qui a tiré sur son carrosse et tué l'un de ses pages. Louis XIV demande réparation, qui est accordée en partie au bout de quatre mois. Le roi, ne la trouvant pas suffisante, saisit la ville et le comtat d'Avignon pour les réunir à la couronne (par arrêt du parlement de Provence donné le 26 juillet 1663). Après avoir vainement sollicité les princes catholiques pour qu'ils se liguent en sa faveur, Alexandre prend le parti de contenter le roi de France. L'accommodement se fait à Pise, le 22 février 1664 et justifie le déplacement en France de son propre neveu, cardinal et légat. Il fait une halte à Lyon, du 28 mai au 6 juin 1664, l'entrée solennelle donne lieu à une réception grandiose, comme en témoigne cette publication du Père Ménestrier "L’entrée solennelle dans la ville de Lyon de monsieur l’Eminentissime cardinal Flavio Chigi" [1], citée par Lucie Galactéros [2]. Ensuite entre le 10 et le 19 juin, de Roanne à Orléans, il navigue sur la Loire à bord de cabanes (barques couvertes portant une « maisonnette ») spécialement affrétées pour le prélat et sa suite composée d'une trentaine de dignitaires de l'Église et de gentilshommes. À ce sujet, lire : « Voyage sur la Loire : une ambassade pontificale en 1664 » [3]. À la suite de ce voyage diplomatique, Avignon et ses dépendances sont rendues au souverain pontife.

Chigi participe au conclave de 1667, lors duquel Clément IX est élu pape, au conclave de 1669-1670 (élection de Clément X), au conclave de 1676 (élection d'Innocent XI), au conclave de 1689 (élection d'Alexandre VIII) et au conclave de 1691 (élection d'Innocent XII).

Il commande à Francesco Trevisani, récemment arrivé à Rome, entre autres œuvres, deux retables pour la cathédrale de Sienne, Le Christ entre saint Philippe et saint Jacques, en 1687 et Le Martyre des quatre saints couronnés en 1688[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ménestrier 1664.
  2. Galactéros 1991.
  3. article de Paul Chaussard paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 142 de juin 2005 (pages 16 à 19)
  4. Elena Fumagalli, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 666

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude-François Ménestrier, L’entrée solennelle dans la ville de Lyon de monsieur l’Eminentissime cardinal Flavio Chigi, Lyon, 1664 (lire en ligne)
  • Lucie Galactéros, Thomas Blanchet, Paris, Arthena, , 623 p. (ISBN 2-90-3239-11-8), p. 214 à 229.
  • Josserand de Saint-Priest d’Urgel, L'entrée en Avignon du cardinal-légat Flavien Chigi, p. 44-54, dans Provence historique, tome 6, fascicule 26, 1956 (lire en ligne)
  • Daniela Del Pesco, « La légation de Flavio Chigi à Paris en 1664 : mémoire et documents nouveaux (avec quelques observations sur le Journal de voyage du cavalier Bernin en France de Paul de Chantelou) », Mélanges de l'École française de Rome - Italie et Méditerranée, nos 123-2,‎ , p. 475-512 (lire en ligne)
  • Daniela Del Pesco et Freard Chantelou, « Mémoire du traitement fait par la maison du roy à Monsieur le cardinal Chigi légat à Latere en France », Mélanges de l'École française de Rome - Italie et Méditerranée, nos 123-2,‎ , p. 513-547 (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]