Syrie sous l'Empire ottoman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Irak image illustrant Israël image illustrant le Liban
image illustrant la Syrie image illustrant la Turquie
Cet article est une ébauche concernant l’Irak, Israël, le Liban, la Syrie et la Turquie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

سورية في العصر العثماني
Syrie Ottomane

1516 – 1918

Drapeau
Drapeau de la Syrie Ottomane
Description de cette image, également commentée ci-après

Territoires inclus dans les Provinces de la Syrie Ottomane entours par les autres possessions de l'Empire Ottoman

Informations générales
Statut Provinces de l'Empire ottoman
Langue Arabe, Turc osmanli
Sultan mamelouk
(1e) 1250-1257 Al-Muizz Izz ad-Dîn Aybak
(De) 1516-1517 Al-Achraf Tuman Bay
Sultan ottoman
(1e) 1516-1520 Sélim Ier
(De) 1918-1920 Mehmed VI

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Syrie ottomane fait référence au Levant dans l'Empire ottoman entre 1516 et 1920. La Syrie au cours de l'ère ottomane incluait la Syrie, le Liban, Israël, la Cisjordanie, la Bande de Gaza, la Jordanie et des parties de l'Irak et de la Turquie.

Histoire de la Syrie ottomane[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Le voyageur et essayiste Volney, à la fin du XVIIIe siècle, distingue cinq groupes de populations : les Arabes musulmans, qui forment la grande majorité, les "Grecs", c'est-à-dire les chrétiens orthodoxes ou maronites, les Turkmènes, les Kurdes et les Bédouins. Les Turkmènes de Syrie, selon lui, sont sont environ 30 000 dans les pachaliks d'Alep et de Damas. Ils migrent pendant l'été avec leurs troupeaux sur les plateaux d'Anatolie. Ils passent pour de bons guerriers et maintiennent une certaine indépendant vis-à-vis du pouvoir ottoman mais leurs divisions de clan ne leur permettent pas de jouer un rôle politique important[2]. Selon le même auteur, ces deux provinces comptent 20 000 tentes (familles) de Kurdes de Syrie (en) répandus dans les régions montagneuses à l'est d'Antioche : ceux-ci ont une réputation de pillards[3].

Administration territoriale[modifier | modifier le code]

Palais Azim construit en 1750 par le gouverneur de Syrie Azim Pacha, Hama

La Syrie, après sa conquête par Sélim Ier en 1517, est divisée en deux eyalets (pachaliks) : Damas et Alep, comprenant chacun plusieurs subdivisions, appelées sandjak. À partir de 1865, elle est divisée entre les vilayets de Syrie (Damas), Alep, Beyrouth (créé en 1888), le moutassarifat du Mont-Liban et le moutassarifat (ou sandjak) de Jérusalem.

Organisation des sandjaks à la fin de l'époque ottomane[modifier | modifier le code]

Les costumes populaires de la Turquie en 1873 - Partie 3 - Planche 037 : Un homme et deux femmes arabes des environs de Jérusalem. Album pour le pavillon ottoman à l'exposition universelle de Vienne, 1873

Vilayet de Syrie

Vilayet d'Alep

Vilayet de Beyrouth

Moutassarifat du Mont-Liban

Moutassarifat de Jérusalem (en)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Mantran (dir.), Histoire de l'Empire ottoman, Fayard, 1989, p. 378 à 380
  2. Volney, Voyage en Syrie et en Égypte, pendant les années 1783, 1784 & 1785, Paris 1785 ; Paris, Volland et Dessenne, 1787, 2 vol., 1787, t. 1, p. 337 à 340
  3. Volney, Voyage en Syrie et en Égypte, pendant les années 1783, 1784 & 1785, Paris 1785 ; Paris, Volland et Dessenne, 1787, 2 vol., 1787, t. 1, p. 340 à 344

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) The policy of Divide and Rule in Syria, A history of the Modern Middle East, 3e Édition, Cleveland.
  • (en) Bayyat, Fadil, The Ottoman State in the Arab Scope, 2007)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]