Tonkin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tonkin, Tongkin ou Tong-king

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte d'Indochine. Le Tonkin est en rose, à l'extrême nord de la péninsule.


Informations générales
Capitale Hanoï
Monnaie Đồng
Histoire et événements
1945-1954 Guerre d'Indochine

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Tonkin, écrit parfois Tongkin ou Tong-king, est la partie septentrionale du Viêt Nam actuel à l'ouest du Golfe du Tonkin. À partir de 1884, le nom devient celui d'un protectorat français, l'une des cinq composantes de l'Indochine française. Cette ancienne grande division territoriale du royaume de Cochinchine ou d'Annam, fondée sur sa vieille capitale, est située à l'est du Laos et au sud des provinces actuelles du Yunnan et de Guangxi, constitutives de la Chine.

Localement, le Tonkin est connu sous la dénomination de Bắc Bộ (北圻), signifiant « frontière nord ». Les géographes chinois l'appelaient Drang-ngaï, soit le « royaume du dehors » par opposition à la Cochinchine, Drang-trong ou « royaume intérieur ».

Le Tonkin était appelé parfois Tunquin au XVIIIe siècle, comme par Voltaire dans Le Philosophe ignorant.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé entre la Chine au nord, le Laos à l'ouest, l'ancien Annam ou Cochinchine méridionale (Trung Bô actuel) au sud et le golfe du Tonkin à l'est, le Tonkin forme un quadrilatère écorné d'environ 700 km sur 700 km. Sa superficie s'élève à 115 700 km2. L'hiver est froid et brumeux. La saison des grandes pluies, véritable mousson après une courte période chaude et sèche, se place surtout de mai à août. L'été est très chaud. Le littoral est souvent ravagé par des ouragans et typhons après juin ou juillet.

Dans le delta fertile du fleuve Rouge où les eaux du Sông-kôï et Sông-bo (actuelle rivière Noire ou Sang Da) se mêlent, fleuves caractérisés autrefois par leurs puissantes inondations, la production de riz est importante. Le sol est montagneux au nord et à l'ouest. Les populations du Haut-Tonkin, contrée faiblement peuplée, sont principalement d'origine thaï et yunnanaise. Les populeuses vallées alluvionnaires du Bas-Tonkin accueillent les principales agglomérations urbaines et industrielles : Hanoï, Haiphong, Nam Dinh, Bắc Ninh, Sôn Tây, Hon Gay

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire antérieure au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le Tonkin est une dépendance de l'Empire chinois médiéval. La ville de Hanoï en est la capitale dès le VIIe siècle, elle portait alors le nom chinois de 東京 (sinogrammes qui se prononceraient en mandarin d'aujourd'hui dongjing, signifiant « capitale de l'Est »). Les mêmes caractères chinois caractérisant la capitale du Tonkin chinois sont utilisés pour écrire le nom de la ville de Tōkyō, que ce soit en mandarin ou en japonais.

Le Đại Việt s'émancipe de la tutelle chinoise à partir de 968. Quatre dynasties autonomes assument à tour de rôle un pouvoir régalien jusqu'en 1414, date à laquelle un éphémère joug impérial chinois s'impose jusqu'en 1428. La dynastie émergente des s'impose jusqu'en 1788. À compter du XVIe siècle, cependant, les Lê sont réduits à un rôle purement symbolique et le pays est dominé par deux familles rivales de seigneurs, la famille Trinh, qui contrôle le Nord, tandis que la famille Nguyễn contrôle le Sud. Le terme Tonkin est dès lors repris par les Occidentaux pour désigner le territoire des Trịnh, tandis que celui des Nguyễn reçoit celui de Cochinchine. À partir de 1802, le Tonkin est tout entier dominé par l'empire de Gia Long de la dynastie des Nguyễn qui règne à Hué. Le mot Tonkin demeure cependant en usage pour désigner le Nord du Viêt Nam, tandis que celui de Cochinchine désigne le Sud.

Sous les Français[modifier | modifier le code]

Drapeau de l’Indochine française
Carte allemande du Tonkin

Les prémices[modifier | modifier le code]

En 1867, la marine française présente dans le delta du Mékong dans sa colonie de Cochinchine s'intéresse aux terres plus au nord du royaume d'Annam et du Tonkin qui sont évangélisées par les Missions étrangères de Paris depuis la fin du XVIIe siècle. Le Français Mgr Pallu est ainsi le premier évêque à la fin du XVIIe siècle à être nommé vicaire apostolique du Tonkin occidental. Les militaires y relèvent plusieurs langues, parmi lesquelles l'importance d'un dialecte supposé chinois. La religion est bouddhiste, mais s'impose au fil des années une importante communauté chrétienne qui atteint plus de 130 000 âmes vers 1870.

La capitale Kécho et les principaux ports du Tonkin sont fermés aux Européens. Aussi la situation de commerce actif entre le Tonkin et la Chine aiguise les appétits coloniaux. Un inventaire du Tonkin avant 1880 mentionne de multiples richesses :

Écoutant les conseils de la marine qui met sur pied une flottille de Tonkin et des chambres de commerce, Jules Ferry arguant devant le parlement de bonnes raisons de pacification et de mission de civilisation[1], couvre les opérations militaires sur la partie de l'Empire d'Annam restée indépendante. Les revers de fortune et sa solidarité avec les acteurs de cette conquête violente lui coûtent son ministère après l'incident de Lạng Sơn en mars 1885. Elles lui valent aussi un second sobriquet des chambres momentanément hostiles, Ferry-Tonkin.

Protectorat[modifier | modifier le code]

Vue de la rue Paul Bert et du théâtre municipal d'Hanoï vers 1915

La France assume la souveraineté sur le Tonkin et l'Annam après la difficile guerre franco-chinoise de 1881 à 1885. La capitale du Tonkin sous protectorat est installée à Hanoï en utilisant le nom de la capitale en vietnamien pour la totalité de la région. La longue bande territoriale de l'Annam – également sous protectorat – garde la capitale impériale à Hué où se trouve la Cité interdite. Le Tonkin pacifié est intégré dans l'Union indochinoise en 1887. Un an auparavant la cathédrale Saint-Joseph de Hanoï est consacrée par Mgr Puginier.

Hanoï devient la capitale de l'Union indochinoise (avec ses cinq composantes : Tonkin, Annam, Cochinchine, Cambodge et futur Laos) en 1901, succédant à Saïgon, sous le gouvernorat de Paul Doumer. Ce dernier fait construire la nouvelle résidence du gouverneur à Hanoï.

La population totale du Tonkin atteint 8 millions d'habitants en 1940.

L'histoire du Tonkin se confond avec celle de l'Indochine française, puis du Nord Viêt Nam et enfin du Viêt Nam actuel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Samuel Gance. Anton ou la trajectoire d'un père. L'Harmattan, 2013, p.83.

Références connexes[modifier | modifier le code]

Lettrés et interprètes à la résidence de Hanoï vers 1885, photographiés par le docteur Hocquard
Élection d'un chef de rue à Hanoï vers 1910