Félix III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Félix III
Image illustrative de l’article Félix III
Gravure du 48e pape Félix III
Biographie
Nom de naissance Felix
Naissance Vers
Rome
Décès
Rome
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat
Fin du pontificat
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Félix III est le 48e pape de l'Église catholique. Aristocrate romain, fils du prêtre Félix, il fut bisaïeul du futur saint Grégoire le Grand. Une fois veuf et père de famille (il a deux enfants), il est alors élu pape à la succession du pape Simplice le .

Il monte sur le trône de S. Pierre avec l'appui évident du roi des Hérules, Odoacre, mais la forte personnalité du pape parvient rapidement à faire oublier ce soutien politique. Félix III est d'ailleurs rapidement confronté, en 488, à l'invasion de l'Italie par Théodoric le Grand et à la chute du roi Odoacre. En Afrique les Vandales, ariens, déclenchent une violente persécution contre les catholiques.

Mais c'est la rupture avec Constantinople qui occupe surtout son pontificat. En effet, l'empereur Zénon, sous l'influence du patriarche de Constantinople Acace, a tenté d'apaiser le conflit monophysite en publiant un texte, l'Henotikon (ou « acte d'union »), supposé trouver un compromis entre monophysisme et orthodoxie catholique. Mais Félix III y décèle très vite une influence cachée du monophysisme ; le pape lance aussitôt l'anathème (484) contre Acace, inspirateur du texte, mais épargne l'empereur. Le patriarche réagit en osant rayer le nom du pape, l'évêque de Rome, des diptyques liturgiques, ce qui revient à rendre invalides tous les actes sacramentels d'Acace, et ce qui entraîne ipso facto son excommunication.

Cette rupture va durer jusqu'au règne de l'empereur Justin Ier en 519, soit 35 ans de schisme. Félix III parvient cependant, avec l'aide de Zénon qui signe une trêve avec les Vandales, à mettre un terme aux persécutions contre les catholiques africains. Il se trouve alors confronté au problème des catholiques devenus ariens sous les persécutions de Genséric et de son fils Hunéric, mais qui souhaitent redevenir catholiques. Ceux qui sont restés fermes dans la foi sous la persécution refusent ce retour de leurs frères, et le pape Félix III doit envoyer une lettre apostolique aux évêques d'Afrique leur exposant et leur précisant sous quelles conditions ils peuvent recevoir de nouveau dans l'Église ces « brebis égarées ».

Le pape Félix III décède à Rome le . Il est déclaré saint par l'Église catholique, qui le fête le 1er mars. Ses reliques sont gardées dans la basilique papale Saint-Paul-hors-les-Murs, à Rome.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :