Natalie Wood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wood.

Natalie Wood

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Natalie Wood en 1973

Nom de naissance Natalia Nikolaevna Zakharenko
Naissance 20 juillet 1938
San Francisco, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 29 novembre 1981 (à 43 ans)
île Santa Catalina, États-Unis
Profession Actrice
Films notables La Fureur de vivre
La Prisonnière du désert
West Side Story
La Fièvre dans le sang
Propriété interdite

Natalie Wood, née Natalia Nikolaevna Zakharenko (Наталья Николаевна Захаренко), aussi connue sous le nom de Natasha Gurdin, est une actrice américaine, née le 20 juillet 1938 à San Francisco (Californie) et morte le 29 novembre 1981 près de l'île Santa Catalina (Californie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Fille d'une danseuse et d'un directeur de cinéma, tous deux émigrants russes, Natalie Wood commence précocement une intense carrière d'actrice, poussée dans cette voie par une mère très autoritaire voire cruelle. Pour les scènes de larmes, la mère de Natalie allait jusqu'à arracher les ailes d'un papillon pour faire pleurer sa fille et satisfaire les réalisateurs. Un jour, sur un plateau de tournage où Natalie - encore enfant - devait traverser un pont sous une pluie diluvienne, la petite fait une chute et se casse le poignet. Sa mère, effrayée à l'idée que le réalisateur ne renvoie Natalie à cause de cette blessure, n'en informe personne et oblige Natalie à se taire et à continuer le tournage sans la faire soigner. En résultera une malformation osseuse très visible, que Natalie Wood dissimulera toute sa vie sous d'énormes bracelets ou des vêtements.[réf. nécessaire] Natalie Wood jouera de nombreux rôles de petites filles, puis d'adolescentes, vivant et grandissant en permanence sous l'œil des caméras, et de sa mère présente sur tous les tournages.

Carrière[modifier | modifier le code]

Natalie Wood fait ses débuts au cinéma en 1943 et connaît ses premiers succès en tant qu'actrice-enfant en 1947 dans Le Miracle de la 34e rue. Son second rôle dans La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause, 1955) où elle donne la réplique à James Dean, lui permet d'être nommée à l'Oscar et de remporter un Golden Globe en tant que révélation. Elle enchaîne l'année suivante avec La Prisonnière du désert, l'un des plus mémorables films de John Ford où elle incarne le rôle d'une enfant de fermiers enlevée par les Indiens et élevée par eux, jusqu'à ce que son oncle (John Wayne) ne la retrouve.

Les récompenses de début de carrière l'aident à accomplir la transition vers l'incroyable actrice adulte qu'elle sera, avec notamment une deuxième nomination aux Oscars en 1961 pour Splendor In The Grass d'Elia Kazan (La Fièvre dans le sang). La même année, elle tourne dans la comédie musicale West Side Story, et l'année suivante dans Gypsy, vénus de Broadway. Suit une troisième nomination aux Oscars en 1963, pour Une certaine rencontre. Sa carrière se poursuit le long des années 1960 avec notamment Bob et Carole et Ted et Alice (1969).

Natalie Wood en compagnie de Tab Hunter à la cérémonie des Oscars en 1956.

À partir de ce moment-là, elle diminue la fréquence de ses prestations pour fonder une famille.

En fin de carrière, Natalie Wood remporte un Golden Globe pour la série Tant qu'il y aura des hommes (From Here to Eternity, 1979). Elle participe à de nombreux téléfilms.

Décès[modifier | modifier le code]

Circonstances[modifier | modifier le code]

Sa carrière prend fin dramatiquement le 29 novembre 1981, lorsqu'elle est retrouvée noyée près de l'île californienne de Santa Catalina, où elle passait Thanksgiving. Au moment de sa mort, elle tournait le film de science-fiction Brainstorm, qui sortira sur les écrans près de deux ans après, en septembre 1983.

Les circonstances de sa mort demeurent floues. En marge du tournage de Brainstorm, Wood et son mari Robert Wagner, ainsi que l'acteur Christopher Walken (son amant) étaient sur le yacht Splendor[1] avec le capitaine du bateau, mais les témoignages ne concordent pas sur tous les points. Certains témoins l'auraient entendu appeler à l'aide après être tombée dans l'eau[2]. Wagner et Walken affirment le contraire.

L'actrice est retrouvée noyée à deux kilomètres du bateau, en chemise de nuit et chaussettes[3]. Officiellement, sa mort est alors considérée comme une noyade accidentelle, malgré les nombreuses contusions constatées lors de l'autopsie[3].

Le 16 novembre 2011, le bureau du shérif de Los Angeles déclare rouvrir l'enquête[4],[5].

Le capitaine du bateau, Dennis Davern, a livré en novembre 2011 une nouvelle version du contexte de l'accident, qui n'est pas celle de l'époque[6]. Selon lui, il y aurait eu une dispute entre Natalie Wood et Robert Wagner[6]. Ce dernier, après la disparition de son épouse, n'aurait pas tout fait pour la retrouver. Au contraire, il aurait exercé des pressions sur le capitaine pour qu'aucune recherche ne soit lancée dans l'immédiat[6]. Mais l'enquête est close début janvier 2012.

Le 11 juillet 2012, la cause de la mort de Natalie Wood passe du statut « accidentelle » à « non déterminée », ce qui relance une nouvelle fois l'enquête [7].

Le 15 janvier 2013, la cause de la mort de Natalie Wood est requalifiée en « noyade et autres facteurs indéterminés », en raison de la présence d'ecchymoses sur l'avant-bras droit, le poignet gauche et le cou. Ces blessures auraient été faites avant l'entrée du corps dans l'eau. Ces conclusions relancent les spéculations sur la dispute que Natalie Wood aurait eue avec son mari avant de disparaître[8].

Natalie Wood est enterrée au Westwood Village Memorial Park Cemetery à Los Angeles.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Téléfilm Natalie Wood : Le Prix de la gloire (The Mystery of Natalie Wood), de Peter Bogdanovich, réalisé en 2004, avec notamment Justine Waddell dans le rôle de Natalie Wood, Michael Weatherly (qui joue notamment dans la série NCIS) dans le rôle de Robert Wagner, Matthew Settle dans le rôle de Warren Beatty. Dans ce téléfilm, on apprend notamment que Natalie Wood était hydrophobe ; une diseuse de bonne aventure lui aurait prédit que l'eau lui serait fatale. Natalie Wood n'attachait pas plus d'importance que cela à ces superstitions, mais restait tout de même extrêmement méfiante vis-à-vis des grandes étendues d'eau.

Vie privée[modifier | modifier le code]

C'est en 1952 qu'elle rencontre Nicholas Ray dont elle tombera éperdument amoureuse. Grâce à lui elle obtiendra le rôle de Judi, premier rôle féminin, dans La Fureur de vivre et sera nommée pour l'Oscar du meilleur second rôle féminin.

En 1954, craignant pour la suite de sa carrière, sa mère l'incite à ne pas porter plainte lorsqu'elle se retrouve hospitalisée à la suite d'un viol par un acteur producteur. En 1956, elle rencontre l'acteur Robert Wagner, qu'elle épousera un an plus tard, le 28 décembre 1957, à Scottsdale en Arizona. Ils se séparent en 1961 puis divorcent le 27 avril 1962. Elle a alors commencé une relation avec l'acteur Warren Beatty. Ce divorce fait les choux gras de la presse.

Elle épouse le scénariste et producteur anglais Richard Gregson, avec qui elle aura une fille, Natasha Gregson Wagner, en 1970.

Après dix ans de séparation Natalie Wood se remarie avec l'acteur Robert Wagner le 16 juin 1972. Ensemble ils auront une fille, Courtney Wagner, née le 9 mars 1974. Pendant quelque temps elle interrompra sa carrière pour s'occuper de ses deux filles et de la fille que Wagner a eue durant leur divorce. Puis elle reprendra sa carrière.

Filmographie[modifier | modifier le code]

James Dean et Natalie Wood dans La Fureur de vivre (1955).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Doublage en France[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Robert Boussinot, L'Encyclopédie du cinéma, Bordas, Paris, 1989

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom du yacht, Splendor, rappelle celui d'un des films les plus marquants de sa carrière, La Fièvre dans le sang d'Elia Kazan avec Warren Beatty.
  2. D'après « The last hours of Natalie Wood », TIME, no 14 décembre,‎ 1981 (lire en ligne)
  3. a et b Article du Nouvel Observateur.
  4. « Sheriff reopens the case of Natalie Wood's mysterious death »
  5. « Mort de Natalie Wood : enquête réouverte » sur lefigaro.fr.
  6. a, b et c Robert Wagner a-t-il laissé Natalie Wood se noyer ? sur francesoir.fr.
  7. Natalie Wood : l'enquête évolue, Le Figaro, 11 juillet 2012.
  8. Natalie Wood : nouvelles révélations sur sa mort, Le Figaro, 15 janvier 2013.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]