Harriet Martineau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martineau.

Harriet Martineau

alt=Description de l'image Harriet Martineau by Richard Evans.jpg.
Naissance 1802
Norwich, Angleterre
Décès 1876 (à 74 ans)
Ambleside, Angleterre
Pays de résidence Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Autres activités
journaliste et écrivaine

Harriet Martineau, née le 12 juin 1802 à Norwich et décédée le 27 juin 1876 à Ambleside, est une journaliste, écrivaine, militante et sociologue britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Harriet Martineau en 1861. Photographie de Camille Silvy.

Harriet Martineau naît en Grande-Bretagne dans une famille de huguenots français. Elle souffre toute sa vie d'un handicap (surdité et perte de sens croissants). Elle est plus connue pour son engagement social en tant que journaliste que comme un des fondateurs de la sociologie. D'autre part, elle traduit la Philosophie positive d'Auguste Comte en anglais pour la première fois. Parmi ses nouvelles, elle écrit The billow and the rock, sur l'emprisonnement de Lady Grange dans l'archipel de Saint-Kilda. Ce fut une grande amie de Charlotte Brontë.

Les États-Unis[modifier | modifier le code]

Les ouvrages qui font suite à sa visite de deux ans aux États-Unis entre 1834 et 1835 sont parmi les premiers ouvrages de sociologie. Ces ouvrages sont : Theory and Practice of Society in America (1837) et Retrospect of Western Travel (1838). Durant son voyage aux États-Unis, elle fait preuve d'inventivité et décide d'utiliser les conversations, les rencontres avec des membres de toutes les classes sociales et toutes les couches de la population. Elle visite des prisons, des asiles d'aliénés, des sociétés savantes, des usines ainsi que des bordels. Elle se consacre à l'étude systématique de l'économie, la politique, le système éducatif, la famille, les classes sociales et le statut de la femme.

Comparaison avec de Tocqueville[modifier | modifier le code]

Son travail n'est pas sans rappeler celui d'Alexis de Tocqueville. Cependant, Martineau s'est consacrée tout particulièrement à rendre son travail systématique et à l'asseoir à partir de méthodologies différentes et réfléchies. Contrairement à Tocqueville, Martineau avait déjà publié plusieurs ouvrages en sociologie avant son voyage aux États-Unis. L'étendue plus large de son travail est aidée par la durée de son séjour, deux ans, alors que Tocqueville n'y resta que neuf mois.

Engagement social[modifier | modifier le code]

Martineau était très engagée socialement et malgré son handicap dégénératif, elle consacrera une partie importante de son œuvre à ses engagements politiques en faveur entre autres des femmes, des pauvres et des Noirs.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Harriet Martineau avait peur d'être enterrée vivante. Dans son testament, elle légua tous ses biens à son médecin, en échange que celui-ci lui coupe la tête.

Son travail d'écrivain et de traducteur lui a permis d'en vivre. « Miss Martineau a écrit 103 volumes, 1642 articles dans le Dayly-News, et une infinité d'autres disséminés dans la presse anglaises »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Gauloises. Ancien Bas-bleu. Moniteur mensuel des travaux artistiques et littéraires des femmes. 1876 [1]

Sur les autres projets Wikimedia :