Université Montpellier 1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Université de Montpellier.
Université Montpellier 1
Image illustrative de l'article Université Montpellier 1
Informations
Fondation 1969
Dissolution 2015
Type Université publique (EPSCP)
Budget 164 M€ (2014)
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6222987, 3.861737343° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6222987, 3.8617373  
Ville Montpellier
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Campus Montpellier, Nîmes, Albaret-Sainte-Marie
Direction
Président Philippe Augé
Chiffres clés
Personnel 1 712 (dont 741 IATOS)
Enseignants 971
Étudiants 22 354 (mars 2014)
Divers
Site web http://www.univ-montp1.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université Montpellier 1

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
Université Montpellier 1

L’université Montpellier 1, héritière de l’université de Montpellier fondée en 1289, réunit des disciplines diverses telles que la médecine, la pharmacie, le droit et les sciences politiques, l'éducation physique, les sciences économiques, l'odontologie et les sciences de gestion. C'est aujourd'hui, la plus importante université de l'académie de Montpellier par le nombre de ses étudiants. Elle est l'un des membres fondateurs du PRES Sud de France. Son siège se situe à Montpellier, deux antennes se trouvent à Nîmes et à Albaret-Sainte-Marie.

Elle fusionnne avec l'Université Montpellier 2 le pour former l'université de Montpellier[1].

Histoire de l'université Montpellier 1[modifier | modifier le code]

La bulle « Quia Sapientia » de 1289 du pape Nicolas IV

L'université Montpellier 1 est l'héritière directe de l'université médiévale créée le 26 octobre 1289 par la bulle papale « Quia Sapientia » du pape Nicolas IV, des médecins Andalous y ont enseigné. Elle réunit l'école de Médecine fondée en 1220 par le cardinal Conrad, légat du pape Honorius III, ce qui fait de la Faculté de Médecine de Montpellier la plus ancienne en activité au monde, et l'école de Droit et des Arts dont les premiers statuts furent octroyés en 1242.

Son rayonnement, en particulier à partir de l'enseignement de la médecine et du droit, ne fit que s'amplifier jusqu’à la Révolution française qui fit disparaître les facultés en 1793. Elles se reconstituèrent progressivement au XIXe siècle. L'ensemble de ces facultés est fédéré en application de la loi du 10 juillet 1896.

La partition de l'université de Montpellier par la loi d'orientation du 12 novembre 1968 a donné naissance à l'université Montpellier 1 qui associe autour des UFR traditionnelles de médecine et de droit, la pharmacie, l'économie, la gestion, l'odontologie, les sciences du sport (STAPS), ainsi que des instituts (IPAG, ISEM).

Depuis la loi du 26 janvier 1984 l'université est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel sous l'autorité d'un président élu par l'ensemble des membres des trois conseils, assisté d’un vice-président étudiant, de trois vice-présidents de conseil, d'un secrétaire général, d'un agent comptable et d'un bureau.

Quelques dates récentes[modifier | modifier le code]

  • 1956 : rachat du couvent des Visitandines[2] et déménagement de la Faculté de Droit de l'actuel rectorat à la rue de l'université (actuel bâtiment 1 de l'UFR Droit) et construction d'un bâtiment le long de la rue de l'École-Mage
  • 1957 : construction du bâtiment de la Médecine préventive (actuel bâtiment 3 de l'UFR Droit)
  • 1958 : création de l'école dentaire
  • 1960 : construction de la partie « Giraud » de l'Institut de biologie au boulevard Henri-IV
  • 1963 : création de l'IPAG
  • 1964 : déménagement de la Faculté de Pharmacie du centre-ville sur son site actuel, avenue Charles-Flahault dans le quartier de Boutonnet sur un campus de six hectares
  • 1969 : création « officielle » de l'université Montpellier 1 avec cinq UFR (Droit, Médecine, Pharmacie Industrielle, Sciences pharmaceutiques et biologiques, Matières alimentaires et environnement)
  • 1970 : création de l'UER (puis UFR) Odontologie
  • 1971 : création de l'UER (puis UFR) sciences économiques, élection du premier président de l'université : Georges Péquignot
  • 1972 : création de l'ISEM, construction du site de Nîmes de l'UFR Médecine, création du musée de la pharmacie
  • 1973 : rachat de l'ancienne « Faculté de Lettres » à la rue du Cardinal-de-Cabrières pour abriter les UFR sciences économiques et ISEM
  • 1978 : création de l'UER (puis UFR) Administration économique et sociale (AES)
  • 1980 : achat du domaine de Veyrassi, création de l'UREPS
  • 1984 : création de l'UFR STAPS, les UER deviennent des UFR
  • 1987 : création de l'antenne d'Orfeuillette de l'IUP mangement hôtellerie-tourisme en Lozère (ISEM) avec l'achat d'une ancienne dépendance du Château d'Orfeuillette à Albaret-Sainte-Marie, près de Saint-Chély-d'Apcher
  • 1992 : construction de l'UPM et de l'IURC sur le site d'Arnaud de Villeneuve, classement du Jardin des Plantes dans les « monuments historiques »
  • 1993 : construction de la phase 1 du campus de Richter, aménagement des UFR AES, Sciences économiques et l'ISEM
  • 1994 : réaménagement partiel de l'UFR Pharmacie, suppression de la « Faculté de Droit, Sciences économiques et Gestion » en cinq composantes distinctes
  • 1996 : construction de la nouvelle Faculté (UFR) d'Odontologie dans le quartier Euromédecine, réhabilitation du bâtiment historique de l'UFR Médecine
  • 1998 : réaménagement total des bâtiments de l'UFR Droit, construction du bâtiment pédagogique de l'UFR STAPS, réhabilitation du site de l'ISEM Orfeuillette
  • 1999 : élection d'Alain Uziel en qualité de président et mise en place d'un poste de vice-président étudiant, construction de la phase 2 de Richter avec l'inauguration de la bibliothèque universitaire, fusion des trois composantes de Pharmacie en une seule UFR (suppression de l'UFR « Matières alimentaires et environnement » et « Pharmacie Industrielle »), l'université compte désormais sept UFR et deux instituts
  • 2001 : rattachement de l'école de Sage-Femme à l'UFR médecine
  • 2002 : inauguration du palais universitaire des Sports de Veyrassi, création du Centre universitaire de formation et de recherche de Nîmes (les étudiants en droit de Nîmes ne sont plus rattachés à l'université Montpellier 1)
  • 2003 : passage au LMD pour les filières Droit, Économie, Gestion & STAPS
  • 2004 : réaménagement des services centraux, construction du « Pégurier », achat du bâtiment de la DEVE et du SCUIO, élection au premier tour de Dominique Deville de Périère en qualité de présidente
  • 2005 : réaménagement total de l'antenne de Nîmes de l'UFR Médecine, début de l'opération de réhabilitation du Jardin des Plantes, élections étudiantes : participation record
  • 2006 : construction de la phase 3 du campus de Richter, déménagement de l'IPAG et de DIDERIS, inauguration du nouveau bâtiment de l'ISEM et de la Maison des Étudiants (qui prend le nom d'Aimé Schoenig en juillet 2007)
  • 2007 : Réhabilitation du bâtiment 3 de l'UFR Droit
  • 2009 : En application de la loi LRU dite sur "l'autonomie des universités", au 1er janvier, l'université Montpellier 1 accède aux compétences élargies dans les domaines budgétaires et de gestion des ressources humaines, l'université Montpellier 1 gère désormais un budget de 130 millions d'euros et assure la paye de ses 1 642 agents.
  • 2015 : le janvier 2015, l'Université Montpellier 1 fusionne avec l'Université Montpellier 2 pour donner naissance à une nouvelle université unique : l'Université de Montpellier

Présidents de l'université[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Année d'élection Nom Qualité UFR de rattachement
1971 Georges Péquignot Professeur des universités Droit
1972 Fernand Sabon Professeur des universités Pharmacie
1977 Paul Coste-Floret Professeur des universités Sciences économiques
1979 (réélu en 1984) Jacques Mirouze Professeur des universités Médecine
1989 Jacques Demaille Professeur des universités Médecine
1994 Yves Loubatières Professeur des universités AES
1999 Alain Uziel Professeur des universités Médecine
2004 Dominique Deville de Périère Professeur des universités Odontologie
2009-2015 Philippe Augé Professeur des universités IPAG

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'université Montpellier 1 est dotée d’un patrimoine exceptionnel. Depuis la Révolution française, le patrimoine s’est enrichi de très beaux bâtiments allant de la Renaissance pour la Faculté de Médecine jusqu’aux bâtiments d’architecture contemporaine de Richter et de Veyrassi.

L’université Montpellier 1 dispose aussi de trois magnifiques musées : le musée d’anatomie, le musée Atger et le musée de la Pharmacie. L’université possède également le plus ancien jardin botanique de France : le Jardin des Plantes ainsi qu'un « droguier » de pharmacie.

Musée d'anatomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée d'Anatomie de Montpellier.

Musée Atger[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée Atger.

Musée de la Pharmacie Albert Ciurana[modifier | modifier le code]

« Droguier » de Pharmacie[modifier | modifier le code]

Fonds documentaires de la bibliothèque de médecine[modifier | modifier le code]

La salle de lecture historique de la B.U. Médecine
Les collections anciennes de l'UFR Médecine

La bibliothèque universitaire de Médecine conserve des collections patrimoniales qui dépassent largement le cadre médical, pourtant lui aussi bien représenté.

Jardin des plantes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jardin des plantes de Montpellier.

Information générale[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

L’université Montpellier 1 est une université pluridisciplinaire qui regroupe 22 354 étudiants (en mars 2014) répartis dans 7 UFR et 2 instituts.

Elle dispose de[3] 1 708 agents:

  • 741 personnels IATOSS, dont 121 contractuels
    • 490 rattachés aux composantes (UFR & instituts)
    • 251 rattachés aux services centraux et aux services communs et généraux
  • 389 chercheurs rattachés aux grands organismes de recherche (CNRS, INSERM, INRA, CEA et IRD)
  • 52 équipes de recherche labellisées par le ministère
  • 214 960 m² de locaux dont 30 000 m² consacrés à la recherche et 163 000 m² d’espaces verts

Direction de l'université[modifier | modifier le code]

La présidence de l'université Montpellier 1 au 4, boulevard Henri-IV

Équipe de direction[modifier | modifier le code]

L'équipe de direction est, depuis avril 2009, composée de la façon suivante[4] :

  • Philippe Augé : président de l'université
  • Pascal Beauregard : directeur général des services
  • Laurent Perpere : agent comptable
  • Florian Facon : vice-président étudiant de l'université (VPE)
  • Jean Martinez : vice-président du conseil d'administration (CA)
  • Jacques Mercier  : vice-président de la Commission de la Recherche (ex CS)
  • François Mirabel  : vice-président de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (ex CEVU)
  • Christian Lagarde : vice-président délégué aux affaires générales et statutaires
  • Jean-Paul Fernandez : vice-président délégué aux relations internationales
  • Alexandre Vernhet : vice-président délégué au contrôle interne de gestion
  • Anne Marcellini : vice-Présidente délégué à la Diversité et à l'Équité

Bureau[modifier | modifier le code]

Le bureau de l'université est composé de la façon suivante (équipe de direction +) :

  • Sylvie Rapior, Marie-Christine Sordino, Eric de Mari : représentants des enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs
  • Nicolas Perolat : représentant des étudiants
  • Hélène Herrada, Sylvie Narejos : représentants du personnel IATOSS

« Gouvernement »[modifier | modifier le code]

Le « Gouvernement » de l'université se réunit environ une fois tous les deux mois. Il est composé de l'équipe de direction ainsi que de tous les directeurs d'UFR et d'instituts : Marie-Élisabeth André (Droit), Jacques Bringer (Médecine), Didier Delignières (STAPS), Étienne Douat (IPAG), François Mirabel (Sciences Economiques), Alexandre Vernhet (ISEM), Karim Messeghem (AES), Philippe Gibert (Odontologie), Laurence Vian (Pharmacie).

Services administratifs[modifier | modifier le code]

L'entrée des services centraux au 4, boulevard Henri-IV
Le bâtiment E de Richter abritant DIDERIS et le service des Relations Internationales

Composantes de l'université Montpellier 1[modifier | modifier le code]

L’université Montpellier 1 était composée de 7 UFR (facultés)  :

et de 2 instituts :

  • Institut des Sciences de l'Entreprise et du Management (ISEM)
  • Institut de Préparation à l'Administration Générale (IPAG)

Elles sont réparties sur plusieurs site à Montpellier :

  • centre-ville : Médecine et Droit
  • sud (Richter) : AES, Economie, ISEM et IPAG
  • nord : Pharmacie, STAPS, Odontologie et Médecine (UPM)

et possède deux antennes délocalisées :

Quelques photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Offre de formation de l'université Montpellier 1[modifier | modifier le code]

L'université Montpellier 1 offre un panel de formation sur des disciplines diverses telles que la médecine, la pharmacie, le droit, l'éducation physique, les sciences économiques, l'odontologie et les sciences de gestion[5].

Recherche[modifier | modifier le code]

L'Institut Universitaire de Recherche Clinique (IURC) sur le site Arnaud de Villeneuve (UFR Médecine)
L’institut de génomique fonctionnelle, abritant notamment l'institut fédératif de recherche (IFR 3) Communication Cellulaires Normales et Pathologiques cohabilité avec l'UM2, le CNRS, l'INSERM et le CHU qui regroupe 21 équipes de recherche
L'institut de génétique humaine (UPR 1142)

L’université couvre des domaines de recherche très variés où 5 directions scientifiques sont représentées : Chimie et Sciences des matériaux, Biologie, Médecine et Santé, Sciences de l’Homme et des Humanités, Sciences de la Société.

L’excellence de la recherche est soulignée par la participation de l'université Montpellier 1 à la labellisations du RTRA « Agronomie et développement durable » et du RTRS interrégional « Infectiopôle sud », sa participation à 5 Pôles de compétitivité (ORPHEME, Qu@liMed, Gestion des risques, TRIMATEC et DERBI) ainsi que son implication dans les filières industrielles régionales.

Les partenaires de l’UMI sont le CNRS, l’INSERM, l’INRA, l’IRD, le CEA ainsi que les CHU de Montpellier et Nîmes, pour les laboratoires de recherche clinique.

Les chiffres de la recherche[modifier | modifier le code]

  • Budget ministériel de la Recherche : 3,9 M€/an
  • 52 unités de recherche sous contrat avec le ministère
  • 1 laboratoire coopératif et 1 ERT
  • 20 brevets (2003-2005) et 24 projets européens
  • 20 jeunes pousses depuis 1999
  • 6 plates-formes technologiques RIO (Réunion Inter-Organisme)
  • Les écoles doctorales : l'université Montpellier 1 forme des docteurs dans 9 écoles doctorales couvrant un vaste champ disciplinaire en fédérant les unités de recherche de l’établissement et des autres universités du sud de la France. Deux sont domiciliés sur l'université Montpellier 1 :
    • Droit et Sciences Politique (directrice : Solange Becque-Ickowicz)
    • Économie et Gestion de Montpellier (EDEG) (directeur : Daniel Serra)
  • Près de 800 doctorants par an
  • Plus de 150 thèses par an
  • 377 chercheurs travaillant dans les équipes de recherche de l'université Montpellier 1 habilitées, dont :
  • 308 personnels IATOS et 98 personnels ITA
  • 79 Post-docteurs
  • Près de 30 000 m² de surface affectées à la recherche

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Anciens vice-présidents étudiant de l'université Montpellier 1[modifier | modifier le code]

Le poste de vice-président étudiant de l'université a été créé à l'initiative du président Alain Uziel. Le premier vice-président étudiant a été élu à la suite des élections étudiantes de novembre 1999.

Liste des vice-présidents étudiants successifs
Période Nom UFR de rattachement
novembre 1999- février 2001 Frédéric Domenge Sciences économiques
février 2001- février 2003 Stéphane Alliès Droit
février 2003- février 2005 Julien Rafaillac Sciences économiques
février 2005- janvier 2007 Benjamin Le Blévec AES
2007 (janvier à novembre) Guillaume Dedet Médecine
novembre 2007- mars 2010 Nicolas Giraudeau Odontologie
mars 2010- octobre 2011 Laurent Marchand Droit
octobre 2011- mars 2014 Guillaume Guidici Pharmacie
depuis mars 2014 Florian Facon Médecine

Bureau de la vie étudiante[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, le Bureau de la vie étudiante fédère de nombreuses activités de la vie étudiante. Le BVE est dirigé par le vice-président étudiant de l'université et est composé d'élus étudiants des conseils centraux de différentes UFR. Depuis mars 2006, le BVE est doté de statuts, de compétences définies et d'un budget propre. Ses principales missions sont :

  • Le Secrétariat des élus étudiants et du vice-président étudiant
  • Un point d'accueil et d'écoute pour les étudiants en difficulté
  • La coordination de l'action des 25 élus étudiants de l'université
  • La préparation des conseils
  • La diffusion d'informations auprès des associations étudiantes
  • Le soutien logistique et matériel aux associations étudiantes
  • La gestion du parc audiovisuel mutualisé
  • L'instruction des dossiers du FSDIE
  • La réalisation de l'Agenda de l'étudiant
  • La gestion de la Maison des Étudiants Aimé Schoenig
  • Le développement de la citoyenneté étudiante
  • La formation des élus étudiants
  • La gestion des panneaux d'affichage libre pour les étudiants

Le BVE dispose de locaux aux services centraux de l'université (Institut de biologie) ainsi qu'une annexe au sein de la Maison des étudiants Aimé Schoenig sur le campus de Richter.

Maison des étudiants Aimé Schoenig[modifier | modifier le code]

La Maison des Étudiants Aimé Schoenig à Richter

Construite en 2005 sur le site de Richter et inauguré en décembre 2006, la Maison des Étudiants "Aimé Schoenig" est un lieu entièrement consacré à la vie étudiante. Elle offre à l’ensemble des étudiants de l’université un espace de vie convivial doté et équipé d’infrastructures nécessaires à la réalisation de nombreux projets pour les étudiants. Le bâtiment comprend notamment :

  • Un vaste hall doté d'une mezzanine, équipés en Wi-Fi
  • Un théâtre tout équipé de 250 places
  • Un club de musique avec salle équipée
  • Une salle de réunion
  • Des locaux pour l'association des étudiants ERASMUS et l'association culturelle Art&Fac
  • Deux salles de sports équipés (salle de danse et salle de musculation)
  • Une antenne du Service Universitaire de Médecine Préventive (SUMPPS)

La gestion de la Maison des étudiants Aimé Schoenig a été confiée au Bureau de la vie étudiante qui gère à la fois les créneaux d’utilisation des salles mais aussi du matériel mit à disposition pour les étudiants. Le SUMPPS et le SUAPS, quant à eux, gèrent leurs propres locaux.

Vie associative[modifier | modifier le code]

La vie des différents sites de l'université est marquée par la présence de nombreuses associations étudiantes qui disposent, pour la plupart, de locaux au sein de chaque composante ainsi que des associations culturelles au sein de la Maison des Étudiants Aimé Schoenig.

Évolution du nombre d'étudiants inscrits[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre d'étudiants inscrits (inscriptions physiques administratives)

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
19 808[6] 19 853[7] 19 803[8] 19 995[9] 19 979[10] 20 481[11] 20 508[12] 20 525[13]
2008 2009 2010 2011 - - - -
20 578[14] 21 897[15] 22 377[16] 23 503[17] - - - -

Enseignants célèbres[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants notables[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Actes du 61e Congrès de la Fédération historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon (colloque historique tenu à la Faculté de Médecine de Montpellier, les 23 et 24 octobre 1989), L'Université de Montpellier, ses maîtres et ses étudiants depuis sept siècles : 1289-1989,‎ , 376 p. (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. la fusion est en marche
  2. « Ancien couvent de visitandines actuellement faculté de droit », sur http://www.actuacity.com (consulté le 8 février 2014)
  3. service DRH de l'université Montpellier 1
  4. Université Montpellier 1, « L'équipe de direction », sur http://www.univ-montp1.fr (consulté le 8 février 2014)
  5. Catalogue des formations à l'université Montpellier 1
  6. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  7. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  8. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  9. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  16. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  17. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  18. Henri Pujol, célèbre cancérologue de Montpellier, rédacteur en chef d'un jour
  19. Armorial du Souvenir