Université Montpellier 1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Montpellier 1
Image illustrative de l'article Université Montpellier 1
Informations
Fondation 1969
Type Université publique (EPSCP)
Budget 163 M€ (2013)
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6222987, 3.8617373 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6222987, 3.8617373 ()  
Ville Montpellier
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Campus Montpellier, Nîmes, Albaret-Sainte-Marie
Direction
Président Philippe Augé
Chiffres clés
Personnel 1 646 (dont 694 IATOS)
Enseignants 952
Étudiants 22 354 (mars 2014)
Divers
Site web www.univ-montp1.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université Montpellier 1

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
Université Montpellier 1

L’université Montpellier 1, héritière de l’université de Montpellier fondée en 1289, réunit des disciplines diverses telles que la médecine, la pharmacie, le droit et les sciences politiques, l'éducation physique, les sciences économiques, l'odontologie et les sciences de gestion. C'est aujourd'hui, la plus importante université de l'académie de Montpellier par le nombre de ses étudiants. Elle est l'un des membres fondateurs du PRES Sud de France. Une fusion avec l'Université Montpellier 2 est en cours[1].

Son siège se situe à Montpellier, deux antennes se trouvent à Nîmes et à Albaret-Sainte-Marie.

Sommaire

Histoire de l'université Montpellier 1[modifier | modifier le code]

La bulle « Quia Sapientia » de 1289 du pape Nicolas IV

L'université Montpellier 1 est l'héritière directe de l'université médiévale créée le 26 octobre 1289 par la bulle papale « Quia Sapientia » du pape Nicolas IV, des médecins Andalous y ont enseigné. Elle réunit l'école de Médecine fondée en 1220 par le cardinal Conrad, légat du pape Honorius III, ce qui fait de la Faculté de Médecine de Montpellier la plus ancienne en activité au monde, et l'école de Droit et des Arts dont les premiers statuts furent octroyés en 1242.

Son rayonnement, en particulier à partir de l'enseignement de la médecine et du droit, ne fit que s'amplifier jusqu’à la Révolution française qui fit disparaître les facultés en 1793. Elles se reconstituèrent progressivement au XIXe siècle. L'ensemble de ces facultés est fédéré en application de la loi du 10 juillet 1896.

La partition de l'université de Montpellier par la loi d'orientation du 12 novembre 1968 a donné naissance à l'université Montpellier 1 qui associe autour des UFR traditionnelles de médecine et de droit, la pharmacie, l'économie, la gestion, l'odontologie, les sciences du sport (STAPS), ainsi que des instituts (IPAG, ISEM).

Depuis la loi du 26 janvier 1984 l'université est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel sous l'autorité d'un président élu par l'ensemble des membres des trois conseils, assisté d’un vice-président étudiant, de trois vice-présidents de conseil, d'un secrétaire général, d'un agent comptable et d'un bureau.

Quelques dates récentes[modifier | modifier le code]

  • 1956 : rachat du couvent des Visitandines[2] et déménagement de la Faculté de Droit de l'actuel rectorat à la rue de l'université (actuel bâtiment 1 de l'UFR Droit) et construction d'un bâtiment le long de la rue de l'École-Mage
  • 1957 : construction du bâtiment de la Médecine préventive (actuel bâtiment 3 de l'UFR Droit)
  • 1958 : création de l'école dentaire
  • 1960 : construction de la partie « Giraud » de l'Institut de biologie au boulevard Henri-IV
  • 1963 : création de l'IPAG
  • 1964 : déménagement de la Faculté de Pharmacie du centre-ville sur son site actuel, avenue Charles-Flahault dans le quartier de Boutonnet sur un campus de six hectares
  • 1969 : création « officielle » de l'université Montpellier 1 avec cinq UFR (Droit, Médecine, Pharmacie Industrielle, Sciences pharmaceutiques et biologiques, Matières alimentaires et environnement)
  • 1970 : création de l'UER (puis UFR) Odontologie
  • 1971 : création de l'UER (puis UFR) sciences économiques, élection du premier président de l'université : Georges Péquignot
  • 1972 : création de l'ISEM, construction du site de Nîmes de l'UFR Médecine, création du musée de la pharmacie
  • 1973 : rachat de l'ancienne « Faculté de Lettres » à la rue du Cardinal-de-Cabrières pour abriter les UFR sciences économiques et ISEM
  • 1978 : création de l'UER (puis UFR) Administration économique et sociale (AES)
  • 1980 : achat du domaine de Veyrassi, création de l'UREPS
  • 1984 : création de l'UFR STAPS, les UER deviennent des UFR
  • 1987 : création de l'antenne d'Orfeuillette de l'IUP mangement hôtellerie-tourisme en Lozère (ISEM) avec l'achat d'une ancienne dépendance du Château d'Orfeuillette à Albaret-Sainte-Marie, près de Saint-Chély-d'Apcher
  • 1992 : construction de l'UPM et de l'IURC sur le site d'Arnaud de Villeneuve, classement du Jardin des Plantes dans les « monuments historiques »
  • 1993 : construction de la phase 1 du campus de Richter, aménagement des UFR AES, Sciences économiques et l'ISEM
  • 1994 : réaménagement partiel de l'UFR Pharmacie, suppression de la « Faculté de Droit, Sciences économiques et Gestion » en cinq composantes distinctes
  • 1996 : construction de la nouvelle Faculté (UFR) d'Odontologie dans le quartier Euromédecine, réhabilitation du bâtiment historique de l'UFR Médecine
  • 1998 : réaménagement total des bâtiments de l'UFR Droit, construction du bâtiment pédagogique de l'UFR STAPS, réhabilitation du site de l'ISEM Orfeuillette
  • 1999 : élection d'Alain Uziel en qualité de président et mise en place d'un poste de vice-président étudiant, construction de la phase 2 de Richter avec l'inauguration de la bibliothèque universitaire, fusion des trois composantes de Pharmacie en une seule UFR (suppression de l'UFR « Matières alimentaires et environnement » et « Pharmacie Industrielle »), l'université compte désormais sept UFR et deux instituts
  • 2001 : rattachement de l'école de Sage-Femme à l'UFR médecine
  • 2002 : inauguration du palais universitaire des Sports de Veyrassi, création du Centre universitaire de formation et de recherche de Nîmes (les étudiants en droit de Nîmes ne sont plus rattachés à l'université Montpellier 1)
  • 2003 : passage au LMD pour les filières Droit, Économie, Gestion & STAPS
  • 2004 : réaménagement des services centraux, construction du « Pégurier », achat du bâtiment de la DEVE et du SCUIO, élection au premier tour de Dominique Deville de Périère en qualité de présidente
  • 2005 : réaménagement total de l'antenne de Nîmes de l'UFR Médecine, début de l'opération de réhabilitation du Jardin des Plantes, élections étudiantes : participation record
  • 2006 : construction de la phase 3 du campus de Richter, déménagement de l'IPAG et de DIDERIS, inauguration du nouveau bâtiment de l'ISEM et de la Maison des Étudiants (qui prend le nom d'Aimé Schoenig en juillet 2007)
  • 2007 : Réhabilitation du bâtiment 3 de l'UFR Droit
  • 2009 : En application de la loi LRU dite sur "l'autonomie des universités", au 1er janvier, l'université Montpellier 1 accède aux compétences élargies dans les domaines budgétaires et de gestion des ressources humaines, l'université Montpellier 1 gère désormais un budget de 130 millions d'euros et assure la paye de ses 1 642 agents.

Présidents de l'université[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Année d'élection Nom Qualité UFR de rattachement
1971 Georges Péquignot Professeur des universités Droit
1972 Fernand Sabon Professeur des universités Pharmacie
1977 Paul Coste-Floret Professeur des universités Sciences économiques
1979 (réélu en 1984) Jacques Mirouze Professeur des universités Médecine
1989 Jacques Demaille Professeur des universités Médecine
1994 Yves Loubatières Professeur des universités AES
1999 Alain Uziel Professeur des universités Médecine
2004 Dominique Deville de Périère Professeur des universités Odontologie
depuis avril 2009 Philippe Augé Professeur des universités IPAG

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'université Montpellier 1 est dotée d’un patrimoine exceptionnel. Depuis la Révolution française, le patrimoine s’est enrichi de très beaux bâtiments allant de la Renaissance pour la Faculté de Médecine jusqu’aux bâtiments d’architecture contemporaine de Richter et de Veyrassi.

L’université Montpellier 1 dispose aussi de trois magnifiques musées : le musée d’anatomie, le musée Atger et le musée de la Pharmacie. L’université possède également le plus ancien jardin botanique de France : le Jardin des Plantes ainsi qu'un « droguier » de pharmacie.

Musée d'anatomie[modifier | modifier le code]

Le Musée d’anatomie est situé dans le bâtiment historique de l’UFR de Médecine. Le conservatoire d’anatomie a été créé à partir de 1794 et transféré dans l’aile construite le long du boulevard Henri-IV en 1851. Outil pédagogique, devenu musée, il regroupe un grand nombre de cires, de modèles en plâtre, de préparations de dissection (anatomie normale et pathologique) ainsi que de nombreux instruments médicaux et chirurgicaux. Il contient également des organes anatomiques disséqués, des spécimens rares. La curiosité principale tient dans la collection de tératologie : fœtus anormaux et autres monstres conservés dans des bocaux. Bénéficiant d'un cadre exceptionnel, le musée s'est enrichi de collections données par divers savants au cours du XIXe siècle. Le plafond et les murs reçurent les peintures de Baroffi et Monseret représentant certaines personnalités de la médecine et des sciences, tant de Montpellier que d'ailleurs ainsi que des trompe-l'œil. Le Musée se trouve divisé en quatre parties par une série de colonnes. Parmi les pièces très remarquables, on s'intéressera en particulier :

Actuellement, le musée est placé sous la direction du service du laboratoire d'anatomie. L'UFR Médecine en assure les visites, la conservation et les apports nouveaux des collections.

Le musée est malheureusement actuellement fermé au public pour des raisons de sécurité. Une première tranche de travaux a eu lieu en 2004, une étude en conservation préventive a été menée en 2006. Les visites sont dirigées par l'office du tourisme de Montpellier. Aujourd'hui, la majeure partie de ses collections est classée au titre des monuments historiques.

Musée Atger[modifier | modifier le code]

Le Musée Atger
Le musée Atger (2e salle)

Abritée dans les anciens salons d'apparat de l'évêché, au premier étage de la Faculté de Médecine, la collection Atger constitue un ensemble de haut intérêt artistique : on a pu dire, eu égard à leur valeur, que les dessins du Musée formaient la deuxième collection française après celle du Louvre, avec plus de 1000 dessins et quelque 5 000 estampes. Le musée Atger est le plus ancien musée de Montpellier.

Le musée est composé d'une très riche collection de dessins des écoles flamande, italienne, hollandaise, allemande et française de la Renaissance au XIXe siècle, patiemment rassemblée par l'amateur d'art averti Xavier Atger (1758-1833) qui l'a léguée au siècle dernier à la bibliothèque de la Faculté de Médecine, par livraisons successives entre 1813 et 1832 des œuvres d’art qu'il avait collectionnées avec passion sa vie durant.

Depuis 1990, le musée Atger présente au public, dans deux salles réservées à cet effet, près de 500 dessins exposés en permanence. Tous les genres y sont représentés : motifs décoratifs, scènes historiques ou mythologiques, paysages (flamands et italiens en particulier) mais encore portraits, caricatures, physionomies humaines et animales… Les signatures les plus illustres y sont présentes, de Charles Natoire à Rubens ou Giambattista Tiepolo, Bourdon, Jean-François de Troy, Jean-Honoré Fragonard, Hyacinthe Rigaud, Joseph-Marie Vien, Vigée-Lebrun, Paul Véronèse, Tintoret, Titien, Le Dominiquin, Le Guerchin, Valerio Castello, ou encore Jacob Jordaens et Antoine van Dyck … La collection offre également un large panorama des techniques du dessin : pierre noire, lavis, sanguine ou aquarelle.

La mise en valeur des collections, dans des locaux prestigieux mais exigus, prend diverses formes. Outre l’exposition permanente de 500 dessins, les prêts à des expositions nationales ou internationales, la publication d’ouvrages sur les dessins, l’édition de cartes postales sont autant de moyens de faire connaître le Musée. Plusieurs autres projets sont à l’étude et devraient permettre au public d’admirer dans des conditions encore améliorées cette magnifique collection.

Le musée Atger est situé dans le bâtiment historique de l’UFR Médecine à côté de la Bibliothèque universitaire. Il est ouvert le lundi, mercredi et vendredi de 13h30 à 17h45, fermé pendant les vacances de Noël et du 25 juillet au 25 août. L’entrée est gratuite. Le musée Atger est géré par le Service inter-universitaire des bibliothèques (la BIU).

Musée de la Pharmacie Albert Ciurana[modifier | modifier le code]

Le musée de la Pharmacie

Le Musée existe depuis 1972 dans les locaux de l’UFR de Pharmacie. Il fut créé par un pharmacien de Montpellier dont il porte le nom : Albert Ciurana. Il occupe la salle « Étienne Canals » du nom d'un doyen de cet établissement. C'est le seul musée de pharmacie en France de cette importance situé sur un site universitaire, assurant la sauvegarde du patrimoine pharmaceutique et la mémoire de sa profession.

Riche de quelques milliers d’objets, le musée de la pharmacie invite à découvrir diverses facettes de la profession de pharmacien. Tous les objets, livres, meubles, bustes, peintures à l’huile, machines qui intéressent l’art pharmaceutique, proviennent de dons. Ce Musée est plus particulièrement dédié au pharmacien d’officine avec notamment la reconstitution d'une officine de 1925 ainsi qu'une dizaine d’objets sélectionnés dans ce décor de style Art nouveau révélant les pratiques pharmaceutiques du début du siècle. Il permet aussi aux étudiants en pharmacie de se familiariser avec le patrimoine de leur future profession.

Le musée se visite les mardis et vendredis de 10 h à 12 h. L’entrée est gratuite.

« Droguier » de Pharmacie[modifier | modifier le code]

Un aspect du « Droguier de Pharmacie »

L’idée est prise en 1633 par l’université de constituer un échantillonnage regroupant les différentes drogues utilisées pour la conception de ses préparations. Celui-ci va s’enrichir au fil des ans de nombreux échantillons provenant du monde entier. Essentiellement constitué de drogues végétales, il doit ses attributs aux professeurs de « Matière médicale et Pharmacognosie » qui se sont succédé à cette chaire.

Aujourd’hui deuxième droguier de France, cette collection unique regroupe environ 15 000 drogues sur une surface de 250 m². Les échantillons sont exposés dans des pots en verre de taille et de forme adaptées. Ces pots sont visibles sur toutes leurs faces grâce à des vitrines panoramiques. Véritable patrimoine universitaire et scientifique, le droguier de Montpellier fait l’objet d’un engouement et d’un intérêt certains de la part des étudiants en pharmacie qui ont récemment entrepris de le valoriser et de l’actualiser, sous le couvert de leurs maîtres.

Le droguier est situé sur le site de l'UFR Pharmacie. Il peut se visiter gratuitement sur demande auprès du laboratoire de pharmacognosie.

Le droguier de pharmacie a été inscrit au titre des Monuments Historiques depuis novembre 2009.

Fonds documentaires de la bibliothèque de médecine[modifier | modifier le code]

La salle de lecture historique de la B.U. Médecine
Les collections anciennes de l'UFR Médecine

La bibliothèque universitaire de Médecine conserve des collections patrimoniales qui dépassent largement le cadre médical, pourtant lui aussi bien représenté.

Cette situation trouve son origine dans la période post-révolutionnaire, quand Victor-Gabriel Prunelle, médecin et bibliothécaire mandaté par Jean-Antoine Chaptal en 1803, s'en alla faire le tour des « dépôts littéraires », pour l’essentiel à partir des confiscations révolutionnaires, pour constituer, pratiquement de toutes pièces, une bibliothèque digne de la prestigieuse École de Médecine montpelliéraine dotée de nouveaux locaux depuis 1795. Avec une érudition et un dévouement remarquables, il mit sur pied un fonds encyclopédique dont la richesse et la cohérence forcent l'admiration.

Les 900 volumes de manuscrits, dont les deux tiers médiévaux (et 59 de la période carolingienne dont le psautier de Montpellier), parfois richement enluminés, et les 100 000 volumes imprimés avant le XIXe siècle -sans compter 300 incunables- furent en effet pour l'essentiel rassemblés par ses soins, même si la collection fut ensuite complétée par d'autres dons comme ceux de Paul-Joseph Barthez (plus de 5 000 ouvrages, surtout dans le domaine scientifique). Le fonds de manuscrits constitue le trésor et la grande originalité de la bibliothèque : il est absolument exceptionnel de trouver un tel ensemble de textes de tous les domaines au sein d'un site universitaire. Il s'agit, certainement, d'une des plus riches bibliothèques universitaires de France.

Aujourd'hui, la bibliothèque universitaire conserve, également, sur 9 kilomètres linéaires de rayonnage toutes les collections médicales (ouvrages, thèses et périodiques) jusque dans les années 1990. Depuis l'ouverture en 1993 de la bibliothèque de l'Unité pédagogique médicale à proximité des hôpitaux, les acquisitions courantes se sont recentrées sur les étudiants de premier cycle, qui sont accueillis dans la salle de lecture historique aux boiseries chaleureuses. Une autre salle est réservée aux chercheurs pour la consultation des fonds patrimoniaux.

La Bibliothèque de Médecine est gérée par le service commun inter-universitaire de Montpellier : la BIU[3]. Un important travail de mise de documents anciens sur microfilms et CD-ROM est en cours de réalisation.

Jardin des plantes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jardin des plantes de Montpellier.
L'entrée du Jardin des Plantes au boulevard Henri-IV

Le Jardin des plantes de Montpellier est le plus ancien jardin botanique de France. Lors de sa fondation en 1593 par Pierre Richer de Belleval, le jardin des plantes de Montpellier était destiné à la culture des « simples », mais le projet de Richer dépassa rapidement les seules plantes médicinales qui servaient à l’enseignement des futurs médecins et apothicaires pour devenir un véritable outil d’étude botanique, inédit à l’époque.

Au début du XVIIe siècle, le Jardin des plantes de Montpellier fut non seulement un jardin scientifique, avec son importante collection de végétaux, mais un jardin précurseur dans sa manière d’appréhender le monde végétal dans sa diversité, en reproduisant différents milieux (ombragé, ensoleillé, humide, sablonneux, pierreux…) et en consacrant un emplacement aux plantes exotiques.

Sa valeur pédagogique étant reconnue, il est fréquenté par nombre de botanistes, médecins et pharmaciens, écoliers et étudiants mais aussi, par des amateurs de la flore, des touristes et de nombreux amoureux de la nature et des plantes. Le Jardin des plantes, qui s'étend sur 4,6 hectares, est propriété de l’État, affecté à l’université et géré par l’UFR médecine. Il est un des plus beaux éléments du patrimoine paysager de Montpellier et a été classé au titre des sites en 1982 et classé Monument Historique en 1992. Sa restauration, cadrée par une étude préalable de l'architecte en chef des Monuments historiques, va prochainement démarrer avec la réhabilitation de la serre Martins et l'aménagement de ses abords. Le jardin des plantes se visite, l’entrée est gratuite.

Ce jardin a aujourd'hui une triple vocation : botanique, historique et universitaire.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Information générale[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

L’université Montpellier 1 est une université pluridisciplinaire qui regroupe 22 354 étudiants (en mars 2014) répartis dans 7 UFR et 2 instituts.

Elle dispose de[4] 1 642 agents:

  • 694 personnels IATOSS, dont 109 contractuels
    • 456 rattachés aux composantes (UFR & instituts)
    • 238 rattachés aux services centraux et aux services communs et généraux
  • 379 chercheurs rattachés aux grands organismes de recherche (CNRS, INSERM, INRA, CEA et IRD)
  • 52 équipes de recherche labellisées par le ministère
  • 214 960 m² de locaux dont 30 000 m² consacrés à la recherche et 163 000 m² d’espaces verts

Direction de l'université[modifier | modifier le code]

La présidence de l'université Montpellier 1 au 4, boulevard Henri-IV

Équipe de direction[modifier | modifier le code]

L'équipe de direction est, depuis avril 2009, composée de la façon suivante[5] :

  • Philippe Augé : président de l'université
  • Pascal Beauregard : directeur général des services
  • Laurent Perpere : agent comptable
  • Guillaume Guidici : vice-président étudiant de l'université (VPE)
  • Jean Martinez : vice-président du conseil d'administration (CA)
  • Jacques Mercier  : vice-président du conseil scientifique (CS)
  • François Mirabel  : vice-président du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU)
  • Christian Lagarde : vice-président délégué aux affaires générales et statutaires
  • Jean-Paul Fernandez : vice-président délégué aux relations internationales
  • Eric de Mari : vice-président délégué à la communication

Bureau[modifier | modifier le code]

Le bureau de l'université est composé de la façon suivante (équipe de direction +) :

  • Sylvie Rapior, Anne Marcellini, Alexandre Vernhet : représentants des enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs
  • Laurent Biasetti : représentant des étudiants
  • Hélène Herrada, Sylvie Narejos : représentants du personnel IATOSS

« Gouvernement »[modifier | modifier le code]

Le « Gouvernement » de l'université se réunit environ une fois tous les deux mois. Il est composé de l'équipe de direction ainsi que de tous les directeurs d'UFR et d'instituts : Marie-Élisabeth André (Droit), Jacques Bringer (Médecine), Didier Delignières (STAPS), Étienne Douat (IPAG), François Mirabel (Sciences Economiques), Alexandre Vernhet (ISEM), Patrice Ndiaye (AES), Philippe Gibert (Odontologie), Laurence Vian (Pharmacie).

Services administratifs[modifier | modifier le code]

L'entrée des services centraux au 4, boulevard Henri-IV
Le bâtiment E de Richter abritant DIDERIS et le service des Relations Internationales

Du point de vue administratif, elle est dotée de :

  • services centraux :
    • Secrétariat de Direction, cabinet de la présidence (sur le site de la présidence) Directrice : Nathalie Giraud, personnels rattachés : 5
    • Direction des Affaires Générales (sur le site de la présidence) Directeur : Pascale Sauret-Joly, personnels rattachés : 14
    • Direction des Affaires Financières (sur le site de la présidence) Directeur : Roselyne Delehaye, personnels rattachés : 20
    • Agence Comptable (sur le site de la Présidence) Directeur : Laurent Perpere (Agent Comptable), personnels rattachés : 10
    • Direction de la Prospective du pilotage Opérationnel et de la Communication DPPOC Directeur : Sébastien Pons, personnels rattachés : 13
    • Direction des Ressources Humaines DRH (sur le site de la Présidence) Directeur : Philippe Lashermes, personnels rattachés : 32
    • Service des Relations Internationales (sur le campus de Richter) Responsable administrative : Françoise Aubujeault, personnels rattachés : 7
    • Direction de la Recherche, des Études Doctorales et de la Valorisation DREDEV (sur le site de la Présidence) Directrice : Marie-France Hyacinthe, personnels rattachés : 4
    • Direction des Études et de la Vie Étudiante DEVE (sur le site de la Présidence) Directeur : Christine Bories, personnels rattachés : 14
    • Direction de la Maintenance et du Patrimoine DMP (Institut de Biologie, en face du site de la Présidence) Directrice : Monique Lambert-Sebastiani, personnels rattachés : 16
  • services communs et généraux :
    • Service de la formation continue, centre de formation et apprentissage DIDERIS (Sur le campus de Richter) Directrice : Laurence Weil, personnels rattachés : 15
    • Service commun de la documentation SCD (Bâtiment Historique de l'UFR Médecine) Directrice : Hélène Lorblanchet, personnels rattachés : 3

L'université Montpellier 1 compte 7 bibliothèques universitaires (BU) dans ses locaux et gérées par la BIU : la prestigieuse BU de Médecine (en centre ville), la BU de Médecine à l'UPM, la BU de Médecine à Nîmes, la BU Droit-Économie-Gestion à Richter, la BU de Pharmacie, la BU de STAPS et la BU d'Odontologie ainsi que 4 bibliothèques associées (Histoire du droit, droit public et salle de lecture à l'UFR Droit et la bibliothèque 3e cycle en AES).

    • Service commun hygiène sécurité environnement SCHySE (sur le site de la présidence) Directeur : Sarah Pénas, personnels rattachés : 4
    • Service commun universitaire d'information, d'orientation et insertion professionnelle SCUIO-IP (sur le site de la Présidence) Directeur : François Mirabel, personnels rattachés : 11
    • Direction des systèmes d'information DSI (Sur le site de Richter) Directrice : Claude Bagnol, personnels rattachés : 31
    • Service universitaire des activités physiques et sportives SUAPS (Sur le site de l'UFR Pharmacie) Directeur : Jean-Yves Cassan, personnels rattachés : 10
    • Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé SUMPPS (Institut de Biologie, en face du site de la Présidence) Directeur : Pierre Dujols, personnels rattachés : 25
    • Service général d'action sociale et d'activité de loisir SGASAL (sur le site de la Présidence) Directrice : Jacqueline Casadebaig, personnels rattachés : 3

Composantes de l'université Montpellier 1[modifier | modifier le code]

L’université Montpellier 1 est composée de 7 UFR (facultés) et de 2 instituts.

Elles sont réparties sur plusieurs site à Montpellier :

  • centre-ville : Médecine et Droit
  • sud (Richter) : AES, Economie, ISEM et IPAG
  • nord : Pharmacie, STAPS, Odontologie et Médecine (UPM)

et possède deux antennes délocalisées :

Faculté de Médecine[modifier | modifier le code]

Faculté de Médecine de Montpellier

Montpellier Faculte medecine.jpg

Logomédecinemontpellier.jpg
Devise Olim Cous nunc Monspeliensis Hippocrates
Nom original Universitas medicorum
Informations
Fondation XIIIe siècle
Type Unité de Formation et de Recherche
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier et Nîmes
Pays France
Direction
Directeur Professeur Jacques Bringer
Chiffres clés
Enseignants 410
Étudiants 4 977
Particularités Plus ancienne faculté de médecine en activité du monde
L'antenne de l'UFR Médecine à Nîmes

L’UFR Médecine est située en centre-ville de Montpellier pour les bâtiments historiques (« Bâtiment Historique » : rue École de Médecine, Institut de Biologie : Boulevard Henri-IV), à proximité des hôpitaux au nord de Montpellier (Unité Pédagogique Médicale et Institut universitaire de recherche clinique : Avenue du Doyen-Giraud) et possède une antenne sur Nîmes (Chemin du Carreau de Lanes), à proximité du CHU Carémeau.

  • Directeur de l'UFR : Jacques Bringer
  • Responsable administratif : Hélène Herrada
    • Responsable du site nimois : Barbara Mengual
  • Nombre d'étudiants : 4 977 dont 1 108 sur Nîmes
  • Nombre d'enseignants rattachés : 410 dont :
    • Professeurs des universités – Praticiens-Hospitaliers : 159 (126 rattachés au CHU de Montpellier et 33 au CHU de Nîmes)
    • Professeur des universités : 1
    • Maîtres de Conférences - Praticiens-Hospitaliers : 57 (44 rattachés au CHU de Montpellier et 13 au CHU de Nîmes)
    • Maîtres de Conférences : 22
    • Chefs de clinique des universités - assistants des hôpitaux : 161
    • Autres enseignants (3 PRAG, 2 PRCE, 5 ATER…) : 10
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 176

Petit historique de la faculté de Médecine de Montpellier[modifier | modifier le code]

La Faculté de Médecine de Montpellier est la plus ancienne en activité du monde (celle de Salerne ayant disparu au début du XIXe siècle).

Sa devise fait référence à la tradition hippocratique dont elle se réclame : Olim Cous nunc Monspeliensis Hippocrates ("Jadis, Hippocrate était de Cos, maintenant il est de Montpellier").

La Cour d'honneur (ancien cloître du monastère Saint-Benoît) et le Theatrum Anatomicum construit en 1804 et financé en partie par Chaptal
La salle des actes de l'UFR Médecine (ancienne chapelle des évêques), lieu des soutenances de thèses de médecine depuis 200 ans
L'Institut de Biologie au boulevard Henri-IV
L'Unité Pédagogique Médicale (UPM) sur le site Arnaud de Villeneuve
Origines[modifier | modifier le code]

L'enseignement médical à Montpellier est né de la pratique, en dehors de tout cadre institutionnel, au début du XIIe siècle. Le seigneur de Montpellier Guilhem VIII accorde en 1181[6] le droit d'exercer et d'enseigner la médecine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dès 1220 apparaît très vite la nécessité d'organiser et de garantir l'enseignement de la médecine à Montpellier, ainsi le Cardinal Conrad d'Urach légat apostolique du pape Honorius III, concède à l'« Universitas medicorum » ses premiers statuts. Un cadre institutionnel s'est développé autour de l'enseignement médical, en moins d'un siècle. Le 26 octobre 1289, le pape Nicolas IV adresse, depuis Rome, la constitution apostolique « Quia Sapientia », à tous les docteurs et étudiants de la ville de Montpellier, créant ainsi officiellement l'université de Montpellier regroupant le Droit, la Médecine, les Lettres et la Théologie.

Jusqu'au début du XIVe siècle, l'université de médecine n'occupe aucun bâtiment propre. Les cours sont dispensés au domicile des Régents, seuls les actes sont réalisés dans l'église Saint-Firmin. En 1340, l'université crée un cours d'anatomie qui fera bientôt sa renommée. L'École de médecine jouit d’un grand prestige, ayant la réputation d’avoir hérité du savoir des Arabes et des Juifs, et accueille des étudiants de toute l’Europe. Le rayonnement de l'École va bénéficier de la proximité d'Avignon et de l'enseignement de maîtres illustres, dont Arnaud de Villeneuve et Gui de Chauliac. La place de l'enseignement clinique est importante.

Renaissance[modifier | modifier le code]

La Renaissance se caractérise par une rénovation de l'enseignement. Montpellier est alors un centre intellectuel de haut niveau. De la Renaissance à la fin de l'Ancien Régime, l'enseignement est marqué par la perte progressive de la tutelle cléricale au profit de l'État avec une faculté qui acquiert ses propres locaux vers 1450 : le « Collège royal de Médecine », et de nouvelles règles édictées par le décret royal de Louis XII le 29 août 1498. Cet édifice était situé près de l'actuelle église Saint-Mathieu et, après la Révolution française, le bâtiment devint l'École de Pharmacie (actuelle "Panacée-cité des artistes).

En 1556, la faculté est la première de France à se doter d'un amphithéâtre consacré à l'examen des cadavres. Le règne d'Henri IV laisse à Montpellier le sentiment d'une renaissance universitaire. L'École de médecine est dotée d'un « Jardin des plantes » dès 1593. Volonté d'un roi, il est l'œuvre du professeur Pierre Richer de Belleval. Premier Jardin Royal de France, antérieur à celui de Paris, il constitue aujourd'hui encore, l'une des plus belles richesses de Montpellier.

La renommée de la médecine à Montpellier est alors considérable. Parmi les enseignants, d'illustres savants occupent les chaires. Gui de Chauliac et Arnaud de Villeneuve furent des précurseurs, Michel de Notre Dame dit Nostradamus, François Rabelais (qui obtient son titre de docteur à Montpellier en 1537) et Guillaume Rondelet, des élèves notables. Tous se préoccupent de botanique.

Les guerres de religion vont mettre un terme à cette floraison. Montpellier, en rivalité avec Paris, fournit néanmoins la plupart des médecins du roi (dont François de Lapeyronie).

Période révolutionnaire et Empire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, d'illustres professeurs de médecine enseignent à Montpellier, entre autres Pierre Marie Auguste Broussonet, Grimaud, Paul-Joseph Barthez et Jean-Antoine Chaptal. L'érudit et philologue grec Koraïs y obtient son doctorat en 1786. Mais, par décret du 15 septembre 1793, la Convention met un terme à six siècles d'enseignement, dissout les universités et ferme les écoles. Malgré leur lustre international, université de médecine, et académie de chirurgie (créée en 1741), sont balayées.

Mais, un an seulement après ce funeste décret, le 4 décembre 1794 (14 frimaire an III), la Convention décrète la fondation de trois Écoles de Santé (Montpellier, Paris et Strasbourg) dispensant un enseignement médical et chirurgical.

En 1795, la faculté quitte ses locaux anciens et vétustes pour ses locaux actuels, le monastère Saint-Benoît, ancien évêché jouxtant la cathédrale Saint-Pierre. Jean-Antoine Chaptal y fait construire un théâtre d'anatomie. Médecine et Chirurgie sont réunies. La période 1794-1803 correspond à une phase féconde de re-formation et à l'enseignement des idées scientifiques nouvelles. Le décret du 11 mars 1803 (19 ventôse an XI) soumet l'exercice de la médecine à l'obtention d'un doctorat. La Faculté de Médecine de l'ère moderne trouve alors un cadre institutionnel fixe et peut se développer sans crise majeure. La contribution réciproque entre enseignement et pratique hospitalière ne fera désormais que se poursuivre. À partir de 1804, la faculté de Médecine se dote, grâce à son bibliothécaire Victor-Gabriel Prunelle, d'une bibliothèque prestigieuse.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle verra la construction d'une aile supplémentaire le long du boulevard Henri-IV (1851), abritant le conservatoire d'anatomie (devenu musée d'Anatomie) ainsi que du pavillon d'anatomie (aujourd'hui démoli). En 1890, est établie la construction d'une annexe nommée « Institut de Biologie », qui sera agrandie par la suite.

La faculté de médecine de Montpellier est fédérée en application de la loi du 10 juillet 1896, à l'université de Montpellier.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

C'est au XXe siècle que sera agrandi l'Institut de Biologie (1937 et 1960). En 1957, est également construit le bâtiment abritant les laboratoires d'anatomie, accolé au bâtiment historique le long du boulevard Henri-IV. Ce bâtiment abrite encore aujourd'hui les corps humains destinés aux cours d'anatomie et le service des dons du corps du CHU.

En 1969, la faculté de Médecine disparaît, elle est intégrée à l'université Montpellier 1, conformément à la loi du 12 novembre 1968 et devient l'UER Médecine, puis UFR (en 1984).

En 1972, une antenne de l'UFR est créée à Nîmes (sur le site du CHU Carémeau). Elle permet depuis 1995, une formation médicale complète (de la PCEM1 à l'internat). L'enseignement est identique au site montpelliérain.

En 1992, sont construits deux bâtiments : l'UPM (Unité Pédagogique Médicale) destiné à abriter l'enseignement pour le second cycle (de la DCEM1 à la DCEM4) et l'IURC (Institut Universitaire de Recherche Clinique) sur le site « Arnaud de Villeneuve » à proximité du CHU de Montpellier. C'est sur ce site que doit être construit le futur campus médical qui pourra regrouper sur un même site la totalité de la formation médicale délivrée par l'UFR Médecine. Cette construction entrainera la fermeture définitive de l'Institut de Biologie en centre-ville.

Parmi les célèbres savants diplômés de médecine à Montpellier, on peut citer : Nostradamus, François Rabelais, Paul-Joseph Barthez, François Lapeyronie, Pierre-Joseph Amoreux, Pierre Borel, Pierre Magnol, Gui de Chauliac, Guillaume Rondelet, Jean Astruc, Théophraste Renaudot

Parmi les enseignants célèbres, on peut citer : Antoine Louis Dugès, Jacques Philippe Raymond Draparnaud, Augustin Pyrame de Candolle, Jacques Mathieu Delpech, François Chicoyneau

Liste des directeurs de l'UFR Médecine depuis 1972
Période Nom Qualité
1972-1979 Jacques Mirouze PU-PH
1979-1981 Pierre Rabischong PU-PH
1981-2000 Claude Solassol PU-PH
2000-2008 Jacques Touchon PU-PH
depuis mai 2008 Jacques Bringer PU-PH
Quelques photographies du bâtiment historique de la Faculté de médecine de Montpellier[modifier | modifier le code]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le bâtiment est classé monument historique depuis le 23 février 2004[7].

Faculté de Droit et Science politique[modifier | modifier le code]

Faculté de Droit et Science Politique de Montpellier

Droit Montpellier cloitre.jpg

Logo fac de droit montpellier.jpg
Devise Aula Placentina
Nom original École de Droit et des Arts
Informations
Fondation XIIIe siècle
Type Unité de Formation et de Recherche
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier
Pays France
Direction
Directeur Professeur
Marie-Élisabeth André
Chiffres clés
Enseignants 125
Étudiants 5 788
L'actuel bâtiment 2 construit en 1939, ancienne Faculté de Lettres, puis IUT et enfin acquis par l'université Montpellier 1 en 1973
Le bâtiment 3 (rue de l'Arc des Mourgues), abritant le département de Science Politique et la salle de lecture

L’UFR Droit et Science politique est situé en centre-ville de Montpellier sur 3 bâtiments (Bâtiment 1 : Rue de l'Université, Bâtiment 2 : Rue du Cardinal de Cabrières, Bâtiment 3 : Rue de l'Arc des Mourgues)

  • Directeur de l'UFR : Marie-Élisabeth André
  • Responsable administratif : Gabriel Cauvel de Beauvillé
  • Nombre d'étudiants : 5 788
  • Nombre d'enseignants rattachés : 125 dont :
    • Professeur des universités : 50
    • Maîtres de conférences : 48
    • Autres enseignants (9 PRAG, 5 PRCE, 13 ATER) : 27
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 71

Petit historique de la faculté de Droit de Montpellier[modifier | modifier le code]

Les origines de la faculté de droit de Montpellier remontent au XIIe siècle, époque où l'italien Placentin, juriste venu de Bologne, enseignait le droit à Montpellier. Aujourd'hui encore le hall du bâtiment 1 de la Faculté de droit rappelle son nom dans une devise : "Aula Placentina".

En 1242, l’évêque de Maguelone, chancelier des écoles, confère à l’école des arts libéraux ses premiers statuts. L'école de droit est créée officiellement en 1249, par une bulle pontificale créant « l'École de Droit et des Arts », puis elle est intégrée à l'université de Montpellier par la bulle papale « Quia Sapientia » de 1289 qui octroie les premiers statuts de l'université de Montpellier regroupant le Droit, la Médecine, les Lettres et la Théologie. L’école de théologie resta indépendante jusqu’à une décision pontificale de 1421 qui la rattacha à l’école de droit.

L'école de droit de Montpellier se trouvait primitivement sur le "puech de Sainte-Aularie", à côté du couvent de la Merci, une rue baptisée "rue de l'École de Droit" indique approximativement son emplacement d'origine. La "rue de la Tour-Sainte-Eulalie" rappelle également le bâtiment dans lequel était enseigné le droit. L'arrivée des protestants à la tête de la ville en 1562 s'accompagne de la destruction complète de la tour Sainte-Eulalie. L'École de droit fut rétablie peu après et logée à la "Chapelle-Neuve" dans le "Collège Duvergier" (actuelle rue des Écoles Laïques) où elle resta jusqu'à la Révolution qui décida sa suppression.

La Faculté de Droit ne fut rétablie qu'en 1878 et installée dans les locaux de l'Hôpital Saint-Éloi (actuel bâtiment du Rectorat rue de l'Université) après la construction du nouvel hôpital suburbain, toujours dénommé Saint-Éloi. Elle a été regroupée avec les facultés des lettres et des sciences qui occupaient les mêmes locaux, siège de l'université de Montpellier.

Elle déménage définitivement en 1956 avec l'acquisition de l'ancien couvent de la Visitation Sainte-Marie (actuel bâtiment 1, rue de l'Université) dont l'aile ouest a été englobée dans les nouveaux bâtiments construits le long de la rue de l'École-Mage. Le cloître témoigne des bâtiments conventuels initiaux, construits dès 1632. Les bâtiments ont été réhabilités en 1997-1998.

Le bâtiment 2, proche de la cathédrale Saint-Pierre, bâti en 1939 sur l'emplacement de l'ancien évêché, (ancienne faculté de Lettres puis IUT) est acquis par l'université en 1973, de l’ancienne faculté de Lettres, il y subsiste un buste d'Auguste Comte visible dans la cour principale. Le bâtiment hébergea de nombreuses années des départements de la Faculté de Droit mais aussi les UFR d'AES, de Sciences Économiques et l'ISEM avant leur déménagement définitif sur le site de Richter en 1993-1994.

En 1969, la faculté de Droit disparaît, elle est intégrée à l'université Montpellier 1, conformément à la loi du 12 novembre 1968 et devient l'UER Droit, puis UFR (en 1984). En 2009, la composante prend le nom officiel d'UFR Droit et Science politique.

Parmi les célèbres diplômés en droit de Montpellier ou anciens professeurs, on peut citer : Guillaume de Nogaret (juriste du Moyen Âge, chancelier de Philippe le Bel), Pedro de Luna, Pétrarque (poète et humaniste italien), Jean-Jacques-Régis de Cambacérès (rédacteur de projets de code qui inspireront le Code civil ), l'écrivain Paul Valéry, Charles Gide, le sculpteur René Iché (diplômé en 1920) et le préfet résistant Jean Moulin (diplômé en 1921).

Liste des directeurs de l'UFR Droit depuis 1977
Période Nom Qualité
1977-1982 Jean Ousset PU
1982-1990 Michel Lacave PU
1990-1993 Michel Vivant PU
1993-1995 Paul Alliès PU
1995-1999 Olivier Dugrip PU
1999-2004 Bernard Durand PU
2004-2009 Paul-Henri Antonmattei PU
depuis février 2009 Marie-Élisabeth André PU

Faculté de Pharmacie[modifier | modifier le code]

Faculté de Pharmacie de Montpellier

Faculté de pharmacie de Montpellier.JPG

Logoufrpharmaciemontpellier.png
Nom original École de Pharmacie
Informations
Fondation XIXe siècle
Type Unité de Formation et de Recherche
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier
Pays France
Direction
Directeur Professeur Laurence Vian
Chiffres clés
Enseignants 153
Étudiants 2 794
Le bâtiment de la B.U. de pharmacie

L’UFR Pharmacie (ou des sciences pharmaceutiques et biologiques) est située sur un campus dans le quartier de Boutonnet (avenue Charles-Flahault)

  • Directeur de l'UFR : Laurence Vian
  • Responsable administratif : Karim Mekhneche
  • Nombre d'étudiants : 2 794
  • Nombre d'enseignants rattachés : 153 dont :
    • Professeur des universités : 52
    • Maîtres de conférences : 87
    • Autres enseignants (4 PRAG, 3 PRCE, 7 ATER) : 14
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 112

Petit historique de la Faculté de Pharmacie de Montpellier[modifier | modifier le code]

Après la Révolution française, à la suite d'abus patents, Napoléon promulgua la loi du 11 avril 1803 (21 germinal an XI) qui créa une École spéciale de pharmacie à Montpellier en même temps qu'à Paris et à Strasbourg. L'établissement choisi fut l'ancien collège royal de médecine (actuel «Panacée, Cité des Artistes», rue de l'École de Pharmacie), de nombreux travaux de réfection furent entrepris depuis 1807 : démolition de l'ancien amphithéâtre et création de deux nouveaux, changement d'affectation des salles et des laboratoires. De 1831 à 1883, le lieu ne cesse de s'agrandir et voit différentes modifications s'opérer, notamment avec la suppression du jardin et d'une serre pour construire de nouveaux bâtiments. Les premiers professeurs étaient les maîtres apothicaires de la ville et des savants comme Antoine-Jérôme Balard et Jules Émile Planchon vont illustrer cette école par la suite.

À partir de 1963, commence la construction de la nouvelle école de pharmacie inaugurée le 4 septembre 1967. La Faculté déménage dans ses locaux actuels de l'avenue Charles-Flahault entre 1963 et 1967, abandonnant cet ilôt complet en centre ville de Montpellier. Le campus actuel, d'une superficie de 5,7 hectares, regroupe aussi de nombreux terrains de sports gérés par le service des sports de l'université (SUAPS) ainsi qu'un petit jardin botanique.

En 1969, la Faculté de Pharmacie disparaît, trois UER sont créées (Sciences Pharmaceutiques et biologiques, Matières alimentaires et environnement, et Pharmacie Industrielle) Elles sont intégrées à l'université Montpellier 1 conformément à la loi du 12 novembre 1968 et deviennent UFR en 1984. En 1999, les trois UFR fusionnent en une seule UFR des « Sciences Pharmaceutiques et Biologiques ».

Le musée de la pharmacie est créé en 1972, il prend le nom d'Albert Ciurana.

Liste des directeurs de l'UFR Pharmacie depuis 1989
Période Nom Qualité
1989-1999 Jean-Louis Chanal PU
1999-2009 Alain Terol PU
depuis juin 2009 Laurence Vian PU

UFR STAPS[modifier | modifier le code]

UFR STAPS de Montpellier

UFR STAPS Montpellier1.JPG

Logoufrstapsmontpellier.png
Informations
Fondation 1984
Type Unité de Formation et de Recherche
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier
Pays France
Direction
Directeur Professeur Didier Delignières
Chiffres clés
Enseignants 72
Étudiants 2 114

L’UFR STAPS est située sur 3 bâtiments (bâtiment A, Bâtiment P1, Palais universitaire des Sports) et terrains de sports au domaine de Veyrassi au nord de Montpellier dans le quartier « Plan des 4 Seigneurs » (Avenue du Pic Saint Loup), ainsi qu'au stade d'athlétisme "Philippidès".

  • Directeur de l'UFR : Didier Delignières
  • Responsable administratif : Charles Pinero
  • Nombre d'étudiants : 2 114
  • Nombre d'enseignants rattachés : 72 dont :
    • Professeur des universités : 10
    • Maîtres de Conférences : 21
    • Autres enseignants (10 PRAG, 7 PRCE, 16 Professeurs d'EPS, 8 ATER) : 41
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 38


D'abord créé sous forme d'UEREPS (Unité d'Enseignement et de Recherche d'Éducation Physique et Sportive) en 1978, il acquiert ses propres locaux sur le site de Veyrassi en 1980. Il devient UFR STAPS en 1984. Une vaste halle aux sports de 10 000 m2 dénommée "Palais universitaire des sports" est construite en 2002. Cette structure abrite aussi les activités de recherche, dont la plate forme régionale d’analyse du mouvement (PRAM).


Le stade d'athlétisme Philippidès, propriété de l'université Montpellier 1 depuis sa construction en 1985, est également utilisé pour les enseignements de l'UFR STAPS. La gestion du stade a été attribuée, par convention, à la fois à l'université pour une utilisation pédagogique en journée et à la ville de Montpellier qui en assure l'entretien, le gardiennage et l'ouverture aux clubs d'athlétisme et au public en soirée et le week-end.

Liste des directeurs de l'UFR STAPS depuis 1984
Période Nom Qualité
1984-1989 Alain Hébrard PU
1989-1994 Jean-Michel Delaplace PRAG
1994-2004 Lucien Belen PRAG
2004-2009 Marielle Cadopi PU
depuis décembre 2009 Didier Delignières PU

ISEM[modifier | modifier le code]

Institut des Sciences de l'Entreprise et du Management

Richterbatb.jpg

Logo-ISEM.OK.jpg
Informations
Fondation 1971
Type Institut interne à l'université
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier et
Albaret-Sainte-Marie
Pays France
Direction
Directeur Alexandre Vernhet
Chiffres clés
Enseignants 43
Étudiants 2 369

L’Institut des Sciences de l'Entreprise et du Management (ISEM) est situé au Sud de Montpellier sur le campus de Richter (Bâtiment B), et possède également une antenne à Albaret-Sainte-Marie (Lozère) sur le site d'"Orfeuillette" (à proximité du château du même nom).

  • Directeur de l'ISEM : Alexandre Vernhet
  • Responsable administratif : Jacqueline Macker
  • Nombre d'étudiants : 2 369 dont 65 sur le site d'Orfeuillette
  • Nombre d'enseignants rattachés : 43 dont :
    • Professeur des universités : 8
    • Maîtres de Conférences : 19
    • Autres enseignants (6 PRAG, 4 PRCE, 6 ATER …) : 16
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 24

Depuis sa création en 1971, l’Institut des sciences de l'entreprise et du management (d'abord intitulé "Institut supérieur de l'entreprise de Montpellier"), propose des formations de haut niveau en sciences de gestion, reconnues par les universités et le monde professionnel des affaires. Les formations se déclinent en trois grands pôles de compétences : comptabilité financière et audit, commerce et vente, management et organisation-stratégie.

L’ISEM abrite également dans ses locaux l'équipe de recherche sur la firme et l’industrie : ERFI

Liste des directeurs de l'ISEM depuis 1995
Période Nom Qualité
1995-2000 Denis Gatumel MCU
2000-2003 Claude Bernad MCU
2003-2013 Monique Lacroix PU
depuis février 2013 Alexandre Vernhet PRAG

Faculté d'Économie[modifier | modifier le code]

Faculté d'Économie de Montpellier

Facscienceseco.JPG

Logo sc eco.JPG
Informations
Fondation 1971
Type Unité de Formation et de Recherche
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier
Pays France
Direction
Directeur François Mirabel
Chiffres clés
Enseignants 48
Étudiants 2 199

L’UFR d'Économie est située au sud de Montpellier dans le campus de Richter (Bâtiment C : Avenue Raymond Dugrand)

  • Directeur de l'UFR : François Mirabel
  • Responsable administratif : Pascal Mandelbaum
  • Nombre d'étudiants : 2 199
  • Nombre d'enseignants rattachés : 48 dont :
    • Professeur des universités : 15
    • Maîtres de Conférences : 26
    • Autres enseignants (2 PRAG, 1 PRCE, 4 ATER) : 7
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 24
Liste des directeurs de l'UFR d'Économie depuis 1984
Période Nom Qualité
1984-1994 André Dumas PU
1994-2004 Jacques Percebois PU
2004-2014 Christian Lagarde MCU
depuis juin 2014 François Mirabel MCU

Faculté d'Administration économique et sociale[modifier | modifier le code]

Faculté d'Administration Économique et Sociale de Montpellier

Ufraesmontpellier.JPG

Logo AES montpellier.JPG
Informations
Fondation 1978
Type Unité de Formation et de Recherche
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier
Pays France
Direction
Directeur Patrice Ndiaye
Chiffres clés
Enseignants 33
Étudiants 1 445

L’UFR AES (Administration Economique et Sociale) est située au sud de Montpellier dans le campus de Richter (bâtiment D : Avenue Raymond Dugrand)

  • Directeur de l'UFR : Patrice Ndiaye
  • Responsable administratif : Martine Garnisson
  • Nombre d'étudiants : 1 445
  • Nombre d'enseignants rattachés : 33 dont :
    • Professeur des universités : 7
    • Maîtres de Conférences : 15
    • Autres enseignants (3 PRAG, 4 PRCE, 4 ATER) : 11
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 14
Liste des directeurs de l'UFR AES depuis 1978
Période Nom Qualité
1978-1986 Jacques Guin PU
1986-1988 Michel Lacave PU
1988-1990 Jean-Yves Faberon MCU
1990-1995 Michel Miaille PU
1995-2000 Yves Chirouze PU
2000-2009 Henri Mahé de Boislandelle PU
depuis septembre 2009 Patrice Ndiaye MCU

Faculté d'Odontologie[modifier | modifier le code]

Faculté d'Odontologie de Montpellier

Facodonto.JPG

Logoodonto.jpg
Nom original Ecole Dentaire
Informations
Fondation 1958
Type Unité de Formation et de Recherche
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier
Pays France
Direction
Directeur Professeur Philippe Gibert
Chiffres clés
Enseignants 61
Étudiants 481

L’UFR Odontologie est située au nord de Montpellier au parc Euromédecine (Avenue du Professeur Jean-Louis Viala)

  • Directeur de l'UFR : Philippe Gibert
  • Responsable administratif : Philippe Hernandez
  • Nombre d'étudiants : 481
  • Nombre d'enseignants rattachés : 61 dont :
    • Professeurs des universités – Praticiens-Hospitaliers : 9
    • Maîtres de Conférences - Praticiens-Hospitaliers : 24
    • Chefs de clinique des universités - assistants des hôpitaux : 25
    • Autres enseignants (3 PRAG) : 3
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 18
Liste des directeurs de l'UFR Odontologie depuis 1970
Période Nom Qualité
1970-1980 Louis-Georges Gourgas PU-PH
1980-1999 Paul Parguel PU-PH
1999-2004 Dominique Deville de Périère PU-PH
2004-2013 Jean Valcarcel MCU-PH puis PU-PH
depuis septembre 2013 Philippe Gibert PU-PH

IPAG[modifier | modifier le code]

Institut de Préparation à l'Administration Générale de Montpellier

Batiemntbderichter.jpg

Logoipag.PNG
Informations
Fondation 1963
Type Institut interne à l'université
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 20″ N 3° 51′ 42″ E / 43.6223, 3.86174 ()43° 37′ 20″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.6223, 3.86174 ()  
Ville Montpellier
Pays France
Direction
Directeur Professeur Etienne Douat
Chiffres clés
Enseignants 7
Étudiants 187

L’Institut de Préparation à l'administration Générale (IPAG) est situé sur le campus de Richter (Bâtiment B : Avenue Raymond Dugrand). Il prépare aux concours de la fonction publique (Institut national des études territoriales (INET), Institut régional d'administration (IRA), EHESP, inspecteur des impôts, concours des douanes, etc.)

  • Directeur de l'IPAG : Étienne Douat
  • Responsable administratif : Éric Le Gourrierec
  • Nombre d'étudiants : 187
  • Nombre d'enseignants rattachés : 7 dont :
    • Professeur des universités : 1
    • Maîtres de Conférences : 6
  • Nombre de personnels IATOSS rattachés : 4
Liste des directeurs de l'IPAG depuis 2000
Période Nom Qualité
2000-2010 Éric de Mari PU
depuis janvier 2010 Étienne Douat PU

Quelques photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Offre de formation de l'université Montpellier 1[modifier | modifier le code]

L'université Montpellier 1 offre un panel de formation sur des disciplines diverses telles que la médecine, la pharmacie, le droit, l'éducation physique, les sciences économiques, l'odontologie et les sciences de gestion[8].

Les formations dans le cadre du LMD[modifier | modifier le code]

1. Licences

  • Domaine Droit - science politique :
    • Mention droit
    • Mention science politique (L1 et L2 communes à la mention droit)
    • Mention administration publique (les deux premières années sont effectuées en commun avec la mention droit)
  • Domaine économie – gestion – administration :
    • Mention sciences économiques
    • Mention sciences de gestion (ISEM)
    • Mention administration économique et sociale (AES)
  • Mention Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) :
    • Mention STAPS
  • Sciences et technologies de la santé :
    • Mention biologie santé

2. Masters

Les Masters dans le domaine « Droit- science politique »
Mention Professionnel / recherche Spécialité
Droit de l'entreprise et des affaires Professionnel Consommation et concurrence
DJCE juriste d'affaire
Droit bancaire et financier
Droit de la protection sociale
Droit des entreprises de santé
Droit du commerce international
Droit et pratiques des relations de travail
Recherche Créations immatérielles
Droit des contrats d'affaires
Droit du marché
Informatique et droit
Droit européen Recherche Droit européen des droits de l'homme
Droit privé, sciences criminelles et justice Professionnel Droit de l'immobilier, de la construction et de l'urbanisme
Droit des contentieux
Droit notarial
Pratiques pénales
Recherche Droit civil fondamental
Droit pénal fondamental
Droit public Professionnel Administration territoriale
Contrats publics et partenariats
Droit public financier
Recherche Droit administratif et science administrative
Droit constitutionnel et théorie du droit
Environnement-risque Professionnel Droit de la sécurité civile
Droit et gestion de l'environnement
Gestion des littoraux et des mers
Sciences du risque
Histoire du droit Recherche Histoire du droit
Science politique Professionnel Métiers du journalisme
Communication et gestion de projet
Opérateur en coopération et solidarité internationales
Recherche Régimes et politiques en Europe du Sud
Les Masters dans le domaine « Économie-Gestion »
Mention Professionnel / Recherche Spécialité Parcours
Analyse et politique économique Recherche Économie industrielle
Économie publique et environnement
Politique économique
Audit, contrôle, finance Professionnel Comptabilité contrôle audit Audit juridique, comptable et financier
Gestion patrimoniale et financière
Contrôle de gestion et nouveaux systèmes technologiques
Ingénierie et contrôle hôtellerie tourisme
Finance Management financier européen
Transmission d'entreprise
Économie rurale et agroalimentaire Professionnel Stratégies rurales et agroalimentaires
Recherche Économie et gestion du développement agroalimentaire
Études économiques Professionnel Économie et droit de l'énergie
Économie quantitative et management des transports
Information et ingénierie économique et financière des projets Information et ingénierie économique et financière des projets
Ingénierie de projets et gouvernance des établissements de soins privés
Marketing-Commerce Professionnel Commerce des vins
Ingénierie de la relation client
Ingénierie du commerce et de la distribution
Marketing général et sectoriel Marché de l'art et management (marketing sectoriel)
Marketing (marketing général)
Management des médias (marketing sectoriel)
Organisation et stratégie Professionnel Gestion stratégique des ressources humaines
Management international des PME et territoires
Management stratégique de la production
Sciences de gestion Recherche Sciences de gestion
Les Masters dans le domaine « Sciences et technologies de la santé »
Mention Professionnel / Recherche Spécialité Parcours
Biologie-Santé Professionnel Alimentation-nutrition en santé publique Nutrition
Nutrition dans les pays en voie de développement
Sécurité sanitaire des aliments
Biotechnologie Bio Ingénierie
Biologie structurale
Bio informatique
Cytologie moléculaire appliquée
Ingénierie et métiers de la santé Audiologie
Biostatistique - Épidémiologie
Gérontologie clinique
Ingénierie de la santé
Méthodologie des essais cliniques
Neuropsychologie
Psychologie clinique, psychopathologie et santé mentale
Interface chimie biologie Génie chimique cap-bio
Génie de la formulation et de la production des formes galéniques solides
Innovation galénique développement et technologie des systèmes particulaires
Stratégie de découvertes des biomolécules
Qualimétrie en contrôle analytique
Substances naturelles d'origine végétale
Synthèse appliquée, séparation et analyse
Recherche Biodiversité et interactions microbiennes et parasitaires Écologie parasitaire
Systèmes microbiens : du gène aux écosystèmes (SMGE)
Biologie Santé Contrôle du déterminisme cellulaire
Interactions hôte-agents infectieux et mécanismes de défense
Médicament
Neurobiologie et Endocrinologie
Sciences du mouvement humain Professionnel Ingénierie et ergonomie des APS Ingénierie de la performance
Réhabilitation par les APA
Prévention et Éducation pour la Santé par l’Activité Physique
Management du sport, du tourisme et du loisir Management de la haute performance sportive
Management des organisations sportives privées publiques
Management des services du tourisme sportif
Management sport et santé
Recherche Sciences du mouvement humain Anthropologie sociologie et psychologie sociale et clinique
Biomécanique du mouvement
Contrôle perceptivo-moteur et apprentissage
Physiologie de l'exercice

3. Doctorats

  • Doctorat en droit et science politique
  • Doctorat en économie et science de gestion
  • Doctorat en biologie-santé
  • Doctorat en science du mouvement humain

Formations non comprises dans le LMD[modifier | modifier le code]

  1. Formations santé :
    • Diplôme de docteur en médecine
    • Diplôme de docteur en pharmacie
    • Diplôme de docteur en chirurgie dentaire
    • Diplôme d'État de sage-femme (concours commun au PCEM1) (M)
  2. Formations paramédicales :
    • Certificat de capacité d’orthophoniste (M)
    • Certificat de capacité d’orthoptiste (M)
    • Diplôme d’audioprothésiste (Ph)
  3. Diplômes d’études universitaires scientifiques et techniques (DEUST) :
    • DEUST Assistant juridique (D)
    • DEUST Finance Administration Comptable (I)
    • DEUST Animation et commercialisation des services sportifs (S)
    • DEUST Délégué médico-pharmaceutique (Ph)
    • DEUST Technicien en analyse chimique et physico-chimique (Ph)
  4. Licences professionnelles :
    • Assistant juridique (D)
    • Commerce et distribution - Management de rayon (I)
    • Commercialisation et signes de qualité des vins (I)
    • Administration et gestion du sport (S)
  5. Instituts universitaires professionnalisés (IUP) :
    • IUP Ingénierie et droit de la sécurité (D)
    • IUP Management et gestion des entreprises sportives (S)
  6. Diplôme de recherche technologique (DRT) :
    • DRT : Ingénierie de la santé (Ph)
  7. Autres diplômes :
    • Diplôme national d’œnologie (Ph)
    • Capacité en droit (D)
    • Capacité en médecine (M)
    • DU (plus de 150 DU), DIU et Préparations examens et concours

(D) : rattaché à l’UFR Droit (M) : rattaché à l’UFR Médecine (Ph) : rattaché à l’UFR Pharmacie (I) : rattaché à l’ISEM (S) : rattaché à l’UFR STAPS

Recherche[modifier | modifier le code]

L'Institut Universitaire de Recherche Clinique (IURC) sur le site Arnaud de Villeneuve (UFR Médecine)
L’institut de génomique fonctionnelle, abritant notamment l'institut fédératif de recherche (IFR 3) Communication Cellulaires Normales et Pathologiques cohabilité avec l'UM2, le CNRS, l'INSERM et le CHU qui regroupe 21 équipes de recherche
L'institut de génétique humaine (UPR 1142)

L’université couvre des domaines de recherche très variés où 5 directions scientifiques sont représentées : Chimie et Sciences des matériaux, Biologie, Médecine et Santé, Sciences de l’Homme et des Humanités, Sciences de la Société.

L’excellence de la recherche est soulignée par la participation de l'université Montpellier 1 à la labellisations du RTRA « Agronomie et développement durable » et du RTRS interrégional « Infectiopôle sud », sa participation à 5 Pôles de compétitivité (ORPHEME, Qu@liMed, Gestion des risques, TRIMATEC et DERBI) ainsi que son implication dans les filières industrielles régionales.

Les partenaires de l’UMI sont le CNRS, l’INSERM, l’INRA, l’IRD, le CEA ainsi que les CHU de Montpellier et Nîmes, pour les laboratoires de recherche clinique.

Les chiffres de la recherche[modifier | modifier le code]

  • Budget ministériel de la Recherche : 3,9 M€/an
  • 52 unités de recherche sous contrat avec le ministère
  • 1 laboratoire coopératif et 1 ERT
  • 20 brevets (2003-2005) et 24 projets européens
  • 20 jeunes pousses depuis 1999
  • 6 plates-formes technologiques RIO (Réunion Inter-Organisme)
  • Les écoles doctorales : l'université Montpellier 1 forme des docteurs dans 9 écoles doctorales couvrant un vaste champ disciplinaire en fédérant les unités de recherche de l’établissement et des autres universités du sud de la France. Deux sont domiciliés sur l'université Montpellier 1 :
    • Droit et Sciences Politique (directrice : Solange Becque-Ickowicz)
    • Économie et Gestion de Montpellier (EDEG) (directeur : Daniel Serra)
  • Près de 800 doctorants par an
  • Plus de 150 thèses par an
  • 377 chercheurs travaillant dans les équipes de recherche de l'université Montpellier 1 habilitées, dont :
  • 308 personnels IATOS et 98 personnels ITA
  • 79 Post-docteurs
  • Près de 30 000 m² de surface affectées à la recherche

Unités de recherche de l'université sous contrat[modifier | modifier le code]

52 unités[9] en contrat (2007-2011) avec le ministère dont :

  • 22 équipes d'accueil (EA)
  • 26 UMR
  • 1 Institut Fédératif de Recherche (IFR)
  • 1 Équipe de Recherche Technologique (ERT)
  • 1 Jeune Équipe (JE)
  • 1 Unité propre de recherche (UPR)
Les unités de recherche dans le domaine des Activités physiques et sportives
Libellé Type Spécialité de recherche Lieu du laboratoire Directeur
Conduites Addictives, de Performance et Santé (EA 4556) Équipe d'Accueil Activités physiques et sportives UFR STAPS & UFR médecine (Institut de Biologie) Grégory Ninot
Efficience et Déficience Motrices (EA 2991) Équipe d'Accueil Activités physiques et sportives UFR STAPS Benoît Bardy
Santé et Éducation, Situation de Handicap (JE 2516) Jeune Équipe Activités physiques et sportives UFR STAPS Anne Marcellini
Les unités de recherche dans le domaine Économie et Gestion
Libellé Type Spécialité de recherche Lieu du laboratoire Directeur
Laboratoire Montpelliérain d'Économie Théorique et Appliquée (LAMETA) (UMR 5474 et UMR INRA 1135) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, Sup Agro, CNRS et INRA) Sciences Ecomoniques UFR Sciences Ecomoniques Jean-Michel Salles
Équipe de Recherche sur la Firme et l'Industrie (ERFI) (EA 714) Équipe d'Accueil Sciences de Gestion ISEM Frédéric Le Roy
Laboratoire de Science Economique de Richter (LASER) (EA 2039) Équipe d'Accueil Sciences Economiques UFR Sciences Economiques Jacques Percebois
Centre de Recherche sur le Management et les Marchés (CR2M) (EA 4189) Équipe d'Accueil Sciences de Gestion UFR AES Patrick Sentis
Les unités de recherche dans le domaine Droit et Science Politique
Libellé Type Spécialité de recherche Lieu du laboratoire Directeur
Centre d'Études Politiques de l'Europe Latine (CEPEL) (UMR 5112) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1 et CNRS) Science Politique UFR Droit (bâtiment 3) Hubert Peres
Dynamique du Droit (UMR 5815) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1 et CNRS) Histoire du droit et des institutions UFR Droit (bâtiment 1) Vincente Fortier
Centre d'Études et de Recherches Constitutionnelles Comparatives et Politiques (CERCOP) (EA 2037) Équipe d'Accueil Droit public, Science Politique UFR Droit (bâtiment 2) Alexandre Viala
Centre de Recherches et d'Études Administratives de Montpellier (CREAM) (EA 2038) Équipe d'Accueil Droit public, droit administratif UFR Droit (bâtiment 2) Guylain Clamour
Centre du Droit de l'Entreprise (EA 712) Équipe d'Accueil Droit privé, droit des affaires UFR Droit (bâtiment 1) Jacques Raynard
Équipe de Recherche sur la Politique Criminelle (ERPC) (EA708) Équipe d'Accueil Droit pénal UFR Droit (bâtiment 2) Didier Thomas
Institut de Droit Européen des droits de l'Homme (EA 3976) Équipe d'Accueil Droit international UFR Droit (bâtiment 2) Frédéric Sudre
Laboratoire de Droit Privé (EA 707) Équipe d'Accueil Droit privé UFR Droit (bâtiment 2) Christophe Albiges et Christine Hugon
Laboratoire du Droit Social (EA 2996) Équipe d'Accueil Droit Social, droit du travail UFR Droit (bâtiment 2) Paul-Henri Antonmattei
Centre Euroméditerranéen d’études et de recherche Droit & Santé Équipe d'Accueil Droit de la santé UFR Droit (bâtiment 2) François Viala
Les unités de recherche dans le domaine de la Pharmacie
Libellé Type Spécialité de recherche Lieu du laboratoire Directeur
Centre d'Écologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE) (UMR 5175) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, CNRS, Université Montpellier 2, université Paul-Valéry Montpellier 3, Montpellier SupAgro et CIRAD) Biologie, santé, chimie, sciences de la Terre UFR Pharmacie, Montpellier SupAgro, université Montpellier II et université Montpellier III Paul Valéry Jean-Dominique Lebreton
Centre d'étude d'agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé (UMR 5236) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier 2 et CNRS) Biologie cellulaire et moleculaire UFR Pharmacie et Médecine (Institut de Biologie) Christian Devaux
Centre de Biochimie Structurale (UMR 5048) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier 2, CNRS et INSERM) Biochimie UFR Pharmacie Catherine Royer
Centre de Pharmacologie & Innovation dans le Diabète (CPID) (UMR 5232) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1,CNRS et CHU) Pharmacologie UFR Pharmacie Pierre Petit
HydroSciences Montpellier (UMR 5569) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II, CNRS et IRD) Hydroscience université Montpellier II Eric Servat
Institut des Biomolécules Max Mousseron (IBMM) (UMR 5247) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II et CNRS) Biologie moléculaire UFR Pharmacie Jean Martinez
Laboratoire de Génie des Procédés (UMR_C 16) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II et CIRAD) Biologie, science de la terre UFR Pharmacie et CIRAD Alain Grasmick
Sciences pour l'Œnologie (UMR_A 1083) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, Sup Agro et INRA) Œnologie, science de la terre UFR Pharmacie et INRA Guy Albagnac
Différenciation Cellulaire et Croissance (UMR_A 866) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II et INRA) Biologie moléculaire et cellulaire Montpellier SupAgro Arnaud Chatonnet
Diversité génomique et biologique des bactéries opportunistes (DIBOP) (EA 3755) Équipe d'Accueil Génomique, Bactériologie UFR Pharmacie Estelle Jumas-Bilak
Vaccination Antiparasitaire (ERT 1038) Équipe de Recherche Technologique Biologie cellulaire, parasitologie UFR Pharmacie André Gorenflot
Les unités de recherche dans le domaine de la Médecine et Odontologie
Libellé Type Spécialité de recherche Lieu du laboratoire Directeur
Biotherapie des cellules souches normales et cancereuses (UMR_S 847) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1 et INSERM) Immunologie, Cancérologie CHU (Institut de Recherche en Biothérapie, Hôpital Saint-Eloi) Bernard Klein
Cellules Souches Mésenchymateuses, Environnement Articulaire et Immunothérapies de la Polyarthrite Rhumatoïde (UMR_S 844) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1 et INSERM) Biologie cellulaire, immunologie CHU (Hôpital Lapeyronie) Christian Jorgensen
Centre de Recherche en Cancérologie de Montpellier (UMR_S 860, UMR_S 868, UMR_S 824, UMR_S 826, UMR_S 834) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1 et INSERM) Cancerologie CHU (Hôpital Val d'Aurelle) André Pelegrin
Centre de Recherches de Biochimie Macromoléculaire (CRBM) (UMR 5237) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II et CNRS) Biochimie, biologie moléculaire CNRS de Montpellier Paul Mangeat
Différenciation, Pathologie et Cellules Souches dans le Foie (UMR_S 632) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, INSERM) Biologie cellulaire, thérapie cellulaire UFR Médecine (IURC) Patrick Maurel
Dynamique des Interactions Membranaires Normales et Pathologiques (UMR 5235) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II et CNRS) Biologie cellulaire CNRS de Montpellier et université Montpellier II Catherine Braun-Breton
Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier (UMR 5535) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II et CNRS) Génétique, biologie moléculaire CNRS de Montpellier Jean-Marie Blanchard
Institut de Génomique Fonctionnelle (UMR 5203 et UMR_S 661) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II, CNRS et INSERM) Neurobiologie, Physiologie, Endocrinologie, Oncologie CHU (Site Arnaud de Villeneuve) Joël Bockaert
Laboratoire de Génétique de Maladies Rares : Recherche, Diagnostic, Banques de Données (UMR 827) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, INSERM et CHU) Génomique, Génétique UFR Médecine (IURC) Mireille Claustres
Pathologies du Système Nerveux : Recherche Epidémiologique et Clinique (UMR_S 888) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1 et INSERM) Biologie cellulaire, neurologie CHU (Hôpital La Colombière) Karen Ritchie
Physiopathologie Cardiovasculaire (UMR_S 637) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1 et INSERM Cardiologie CHU (Hôpital Arnaud de Villeneuve) Sylvain Richard
Physiopathologie et Thérapie des Déficits Sensoriels et Moteurs - Institut des Neurosciences de Montpellier (UMR_S 583) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II et INSERM) Neuroscience CHU (Hôpital Saint-Eloi) Christian Hamel
VIH/SIDA et Maladies Associées (UMR_D 36) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1 et IRD Virologie, Epidemiologie IRD de Montpellier Eric Delaporte
Bio-santé et Nanoscience (EA 4203) Équipe d'Accueil Nanoscience, odontologie UFR Odontologie Frédéric Cuisinier
Dynamique des Incohérences Cardio-Vasculaires (EA 2992) Équipe d'Accueil Cardiologie UFR Médecine (site de Nîmes) Michel Dauzat
Épidémiologie, Biostatistique et Santé Publique (EA 2415) Équipe d'Accueil Épidémiologie, santé publique UFR Médecine (IURC) Jean-Pierre Daurès
Groupe Rein et Hypertension (EA 3127) Équipe d'Accueil Pathologie micro vasculaire UFR Médecine (IURC) Bernard Jover
Muscle et Pathologies (EA 4202) Équipe d'Accueil Physiologie CHU (Hôpital Arnaud de Villeneuve) Jacques Mercier
Nutrition Humaine, Biodisponibilité et Athérogénèse (EA 4188) Équipe d'Accueil Nutrition UFR Médecine (IURC) Jean-Paul Cristol
Systèmes de Sécrétion de Type IV et Virulence Bactérienne (EA 4204) Équipe d'Accueil Bacteriologie CHU de Nîmes David O'Callaghan
Transmission, Pathogenèse et Prévention de l'Infection à VIH et de ses Comorbidités (EA 4205) Équipe d'Accueil Virologie CHU (Hôpital Arnaud de Villeneuve) Philippe Van de Perre
Laboratoire de parasitologie-mycologie (UMR 2724) Unité Mixte de Recherche (université Montpellier 1, CNRS et IRD) Biologie moléculaire, parasitologie, mycologie CHU (Hôpital La Colombière) Patrick Bastien
Communication Cellulaires Normales et Pathologiques (IFR 3) Institut Fédératif de Recherche (université Montpellier 1, université Montpellier II, CNRS, INSERM et CHU) Neurobiologie, pharmacologie, physiologie, endocrinologie, oncologie Institut de Génomique Fonctionnelle (Site Arnaud de Villeneuve) Joël Nargeot
Institut de Génétique Humaine (IGH) - (UPR 1142) Unité Propre de Recherche Génétique IGH (Site Arnaud de Villeneuve) Giacomo Cavalli

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Anciens vice-présidents étudiant de l'université Montpellier 1[modifier | modifier le code]

Le poste de vice-président étudiant de l'université a été créé à l'initiative du président Alain Uziel. Le premier vice-président étudiant a été élu à la suite des élections étudiantes de novembre 1999.

Liste des vice-présidents étudiants successifs
Période Nom UFR de rattachement
novembre 1999- février 2001 Frédéric Domenge Sciences économiques
février 2001- février 2003 Stéphane Alliès Droit
février 2003- février 2005 Julien Rafaillac Sciences économiques
février 2005- janvier 2007 Benjamin Le Blévec AES
2007 (janvier à novembre) Guillaume Dedet Médecine
novembre 2007- mars 2010 Nicolas Giraudeau Odontologie
mars 2010- octobre 2011 Laurent Marchand Droit
depuis octobre 2011 Guillaume Guidici Pharmacie

Bureau de la vie étudiante[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, le Bureau de la vie étudiante fédère de nombreuses activités de la vie étudiante. Le BVE est dirigé par le vice-président étudiant de l'université et est composé d'élus étudiants des conseils centraux de différentes UFR. Depuis mars 2006, le BVE est doté de statuts, de compétences définies et d'un budget propre. Ses principales missions sont :

  • Le Secrétariat des élus étudiants et du vice-président étudiant
  • Un point d'accueil et d'écoute pour les étudiants en difficulté
  • La coordination de l'action des 25 élus étudiants de l'université
  • La préparation des conseils
  • La diffusion d'informations auprès des associations étudiantes
  • Le soutien logistique et matériel aux associations étudiantes
  • La gestion du parc audiovisuel mutualisé
  • L'instruction des dossiers du FSDIE
  • La réalisation de l'Agenda de l'étudiant
  • La gestion de la Maison des Étudiants Aimé Schoenig
  • Le développement de la citoyenneté étudiante
  • La formation des élus étudiants
  • La gestion des panneaux d'affichage libre pour les étudiants

Le BVE dispose de locaux aux services centraux de l'université (Institut de biologie) ainsi qu'une annexe au sein de la Maison des étudiants Aimé Schoenig sur le campus de Richter.

Maison des étudiants Aimé Schoenig[modifier | modifier le code]

La Maison des Étudiants Aimé Schoenig à Richter

Construite en 2005 sur le site de Richter et inauguré en décembre 2006, la Maison des Étudiants "Aimé Schoenig" est un lieu entièrement consacré à la vie étudiante. Elle offre à l’ensemble des étudiants de l’université un espace de vie convivial doté et équipé d’infrastructures nécessaires à la réalisation de nombreux projets pour les étudiants. Le bâtiment comprend notamment :

  • Un vaste hall doté d'une mezzanine, équipés en Wi-Fi
  • Un théâtre tout équipé de 250 places
  • Un club de musique avec salle équipée
  • Une salle de réunion
  • Des locaux pour l'association des étudiants ERASMUS et l'association culturelle Art&Fac
  • Deux salles de sports équipés (salle de danse et salle de musculation)
  • Une antenne du Service Universitaire de Médecine Préventive (SUMPPS)

La gestion de la Maison des étudiants Aimé Schoenig a été confiée au Bureau de la vie étudiante qui gère à la fois les créneaux d’utilisation des salles mais aussi du matériel mit à disposition pour les étudiants. Le SUMPPS et le SUAPS, quant à eux, gèrent leurs propres locaux.

Vie associative[modifier | modifier le code]

La vie des différents sites de l'université est marquée par la présence de nombreuses associations étudiantes qui disposent, pour la plupart, de locaux au sein de chaque composante ainsi que des associations culturelles au sein de la Maison des Étudiants Aimé Schoenig.

Évolution du nombre d'étudiants inscrits[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre d'étudiants inscrits (inscriptions physiques administratives)

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
19 808[10] 19 853[11] 19 803[12] 19 995[13] 19 979[14] 20 481[15] 20 508[16] 20 525[17]
2008 2009 2010 2011 - - - -
20 578[18] 21 897[19] 22 377[20] 23 503[21] - - - -

Enseignants célèbres[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants notables[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Actes du 61e Congrès de la Fédération historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon (colloque historique tenu à la Faculté de Médecine de Montpellier, les 23 et 24 octobre 1989), L'Université de Montpellier, ses maîtres et ses étudiants depuis sept siècles : 1289-1989,‎ 1995, 376 p. (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. la fusion est en marche
  2. « Ancien couvent de visitandines actuellement faculté de droit », sur http://www.actuacity.com (consulté en 8 février 2014)
  3. Site de la Bibliothèque inter-universitaire de Montpellier/
  4. service DRH de l'université Montpellier 1
  5. Université Montpellier 1, « L'équipe de direction », sur http://www.univ-montp1.fr (consulté en 8 février 2014)
  6. Mélanges d'histoire de la médecine hébraïque, par Gad Freudenthal, Samuel S. Kottek, Paul Fenton Compilé par Gad Freudenthal, Samuel S. Kottek Publié par BRILL, 2002 ISBN 90-04-12522-1, 9789004125223
  7. Hélène Palouzié, « La protection Monument historique : connaissance et reconnaissance des collections de l'Université de Montpellier », In Situ, no 17,‎ 1er décembre 2011 (lire en ligne)
  8. Catalogue des formations à l'université Montpellier 1
  9. Liste des Unités de Recherche de l'établissement : université Montpellier 1
  10. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  20. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  21. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  22. Henri Pujol, célèbre cancérologue de Montpellier, rédacteur en chef d'un jour
  23. Armorial du Souvenir