Richter (Montpellier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Lez en bordure du quartier.
La Bibliothèque universitaire au rond-point Christophe Colomb (parfois surnommé « rond-Point de Richter »)

Richter est le nom d'un secteur de l'est de Montpellier, situé au bord de la rive gauche du Lez. Il a été le site d'un stade de football, puis d'un espace de spectacles, avant de devenir un quartier de la ville, dans lequel se trouve le campus de Richter. Il est inclus dans un quartier plus vaste dénommé Port Marianne. Richter se trouve dans le canton de Montpellier-4.

L'ensemble du quartier a une superficie de 12 hectares où habitent environ 1 800 habitants. L'agence d'Adrien Fainsilber, architecte-urbaniste, est l'auteur de ce quartier, ZAC Richter, qui est également l'architecte de certains de ses bâtiments La composition de ce quartier est caractérisée par la présence d'un grand équipement public universitaire avec sa bibliothèque, conçu par Hélène Martinez, architecte pour l'agence René Dottelonde, concours remporté début 1992.

Il est délimité par les voies suivantes :

  • l'avenue de la Mer à l'est (entre les ronds-points Christophe-Colomb et Ernest-Granier),
  • le fleuve Lez à l'ouest,
  • et l'avenue Marie de Montpellier au sud.

Bien que le béton soit omniprésent, un parc de 26 500 m² a été aménagé dès 1994, en bordure du Lez. Le quartier est desservi par la première ligne de tramway aux arrêts Port Marianne et Rives du Lez (sur la rive droite dans le prolongement de la passerelle des Barons de Caravettes).

Historique[modifier | modifier le code]

Le Stade Richter au début des années 1970.
Les bâtiments universitaires en construction en 1992.

Le nom du quartier vient du nom des anciens propriétaires des terrains, les Richter, qui exploitaient une pépinière. Les pépinières disparaissant (quelques années après la Seconde Guerre mondiale), le site reste alors inutilisé.

En 1967, la municipalité de François Delmas achète les terrains et entreprend la construction d'un nouveau stade de football en remplacement du Parc des Sports de l'avenue Pont Juvénal dont l'emplacement est destiné à la construction de logements (actuel quartier du Nouveau-Monde). Autour du stade sont prévus également des terrains annexes et des courts de tennis. Ce stade est inauguré 1968 mais ne fut jamais totalement terminé et sa fonction initiale disparaît avec l'équipe de football. Le club de football de Montpellier étant devenu La Paillade, vers le milieu des années 1980, la municipalité de Georges Frêche entreprend la transformation du site en espace de spectacles. C'est ainsi que se produisent plusieurs groupes ou chanteurs de renommée mondiale (les Pink Floyd, les Rolling Stones, Michael Jackson, Bruce Springsteen…). Un marché aux puces vient ensuite s'y installer, puis des marchands de fleurs et des terrains de pétanque.

Au début des années 1990, l'espace Grammont remplace l'espace Richter pour les grandes manifestations et une nouvelle affectation du site est opérée.

La création de ce campus et du quartier, initiée par Raymond Dugrand, dans le prolongement d'Antigone, a donné lieu à de nombreuses problématiques dès le début de sa construction. En effet, le site de Richter abritait autrefois un complexe sportif qui, avant son déménagement vers La Paillade, était régulièrement inondé par les crues du Lez. De plus, le conflit entre le maire de Montpellier, Georges Frêche, initiateur du projet urbain, et le président de l'Université Montpellier 1, Yves Loubatières, a donné lieu à de très longues contestations et oppositions de ce dernier qui souhaitait maintenir l'ensemble du pôle d'enseignement du droit-sciences économiques en centre-ville.

La faculté de Droit ayant refusé de déménager à Richter, seules les UFR de Sciences économiques, d'AES, l'ISEM ainsi qu'un restaurant universitaire sont finalement construits en 1993. En 1999, c'est la bibliothèque universitaire qui est ouverte au bord du rond-point Christophe-Colomb.

Le quartier est réellement terminé en 2006 avec l'inauguration du bâtiment B et de l'immeuble "Étoile de Richter".

En 2014, la quartier a été choisi afin d'implanter l'une des 12 folies du XIXe siècle par la ville de Montpellier. Le projet choisi sera réalisé par l'architecte japonais Sou Fujimoto et s'appellera L'Arbre Blanc. L'immeuble sera d'une hauteur de 56 mètres pour 17 étages, il abritera une galerie d'art contemporaine en rez-de-chaussée et un bar panoramique en son sommet.

Composition actuelle[modifier | modifier le code]

L'UFR AES (bâtiment D).
La Maison des étudiants Aimé Schoenig (bâtiment B).
Le rond-point de la place Ernest-Granier où est disposée une œuvre d'art de Ludger Gerdes.

En 2007, près de 4 500 étudiants de l'Université Montpellier 1 ont leurs enseignements sur le campus de Richter. Le campus est composé de six bâtiments, les cinq premiers appartiennent à l'Université Montpellier 1, le dernier appartient au CROUS :

  • Le bâtiment A abrite la bibliothèque universitaire.
  • Le bâtiment B abrite :
    • dans sa partie principale : l'ISEM, l'IPAG, la DSI (le service informatique de l'Université Montpellier 1),
    • dans sa partie secondaire : La Maison des étudiants Aimé Schoenig, une antenne du SUAPS (Service des Sports), une antenne du SUMPPS (Médecine préventive).
  • Le bâtiment C abrite l'UFR de Sciences Économiques
  • Le bâtiment D abrite l'UFR AES
  • Le bâtiment E abrite DIDERIS (le service de formation continue de l'Université) et le Service des relations internationales.
  • Le bâtiment F abrite une cafétéria et un restaurant universitaire gérés par le CROUS.

D'autres bâtiments abritent des administrations :

Le reste du quartier est composé de bureaux, de commerces et de logements :

  • des logements étudiants gérés par le CROUS de Montpellier,
  • des logements sociaux gérés par les HLM de l'Hérault,
  • des logements privés.

Le parking[modifier | modifier le code]

Un petit parking longe l'avenue de la Mer. Sa création a également été l'objet de nombreuses critiques et oppositions à la fin des années 1990. En effet, en 1997, la municipalité de Georges Frêche décide de fermer l'avenue de la Mer et de la transformer en parking pour les étudiants. Mais cette avenue est une propriété du conseil général et, d'autre part, la fermeture de cet axe très fréquenté a suscité de très nombreuses oppositions de la part des habitants et des commerçants du centre-ville. Après de nombreux recours et oppositions, l'avenue de la Mer est rouverte en 2 × 2 voies, mais moins larges, en 2000. L'avenue de la Mer actuelle est réaménagée un peu plus à l'est du tracé initial de l'ancienne route de Boirargues. Le parking existe toujours et est devenu payant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]