App Store

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Apple Store ni Mac App Store.
App Store
Icone de l'App Store sous iOS 7
Icone de l'App Store sous iOS 7

Développeur Apple
Première version 11 juillet 2008
Environnements iOS : iPhone, iPod Touch et iPad
Mac OS X
Type Magasin en ligne
Licence Propriétaire
Site web L'App Store sur le site d'Apple

L'App Store est une plateforme de téléchargement d'applications en ligne, distribuée par Apple sur les appareils mobiles fonctionnant sous iOS (iPod Touch, iPhone et iPad) depuis le 11 juillet 2008, avec iPhone OS 2.0 et les ordinateurs Apple fonctionnant sous Mac OS X depuis le 6 janvier 2011 avec la mise à jour de Mac OS X 10.6.6.

Depuis la mise à jour du système d'exploitation d'Apple iOS 7 en septembre 2013, l'App Store possède un tout nouveau design. Le style est dit plus épuré selon Apple. On y retrouve les sections Accueil, Classement, Installé et Mise à jour. Les sections Genius et Recherche ont disparues, la barre de recherche étant disponible dans n'importe quelle section toujours dans le but d'améliorer la clarté. Plusieurs millions d'utilisateurs d'iDevices ont pus accéder à cette version de l'App Store.

Ce logiciel s'intègre dans le service iTunes Store et permet de télécharger des applications tierces pour l'iPod Touch, l'iPhone et l'iPad.

Les prix de ces applications, fixés par les développeurs, vont de la gratuité à 999 USD pour « I Am Rich », désormais retirée par Apple[1].

Le 15 janvier 2014, la Federal Trade Commission a accepté un accord avec Apple pour le fonctionnement de son App Store[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Lors de la keynote d'Apple du 6 mars 2008, Steve Jobs dévoile le SDK logiciel pour l'iPhone et l'iPod Touch, disponible dès le mois de mars[3]. À cette occasion, il annonce la principale nouveauté du firmware 2.0 des deux plateformes : l'App Store, un magasin en ligne d'applications tierces pour l'iPhone et l'iPod Touch.

Le 11 juillet 2008, cette version 2.0 est mise en ligne, contenant ainsi l'App Store. Il renferme 500 apps à son ouverture.

Le 14 juillet 2008, Apple[4] annonce avoir compté plus de 10 millions de téléchargements depuis l'App Store, lors du week-end de lancement de celui-ci[5].

Le 9 septembre 2008, Apple annonce que l'App Store a dépassé les 100 millions de téléchargements avec plus de 3 000 applications, dont 600 gratuites, qui y sont disponibles[6].

Lors de la première semaine de décembre 2008, Apple annonce que l'App Store dispose désormais de 10 000 applications et revendique plus de 300 millions de téléchargements depuis le lancement du service[réf. nécessaire].

Mi janvier 2009, le site officiel d'Apple annonce avoir passé le cap des 500 millions de téléchargements, pour 15 000 applications disponibles[réf. nécessaire].

Le 17 mars 2009, lors de la présentation de l'iPhone OS 3.0, Apple annonce que l'App Store propose désormais 25 000 applications[7], pour 800 millions de téléchargements.

Le 10 avril 2009, Apple organise un concours sur son site officiel, récompensant le téléchargement de la milliardième application. Un compteur de téléchargements est affiché sur le site officiel de la firme, jusqu'au téléchargement de l'application gagnante. Le gagnant se verra offrir un MacBook Pro 17'', un iPod Touch 32 Go, une iTunes Gift Card (bon cadeau valable uniquement sur l'iTunes Store) d'une valeur de 10 000$, ainsi qu'une Time Capsule 1 To. L'App Store a passé le cap du milliard d'applications téléchargées le 23 avril 2009[8]. Le gagnant du concours est Connor Mulcahey, 13 ans, qui habite à Weston dans le Connecticut. Son nom est annoncé par Apple quelques jours après la fin du concours et il remporta donc un bon d'achat d'une valeur de 10 000$ à valoir sur l'iTunes Store.

Le 14 juillet 2009, l'App Store atteint le sommet des 65 000 applications et de plus d'1,5 milliard de téléchargements depuis son ouverture, tout juste un an auparavant[9]. C'est aussi l'anniversaire de l'iPhone 3G et les premières semaines de l'iPhone 3GS.

Le 28 septembre 2009, l'App Store atteint les deux milliards de téléchargements avec plus de 85 000 applications, qui sont à la disposition des quelque 50 millions d'utilisateurs d'iPhone et iPod Touch dans le monde[10].

Le 4 novembre 2009, l'App Store passe le cap des 100 000 applications[11].

Le 5 janvier 2010, c'est le cap des trois milliards de téléchargements[12] qui est franchi.

Au lancement de l'iPad le 27 janvier 2010, Apple avance le chiffre de 140 000 applications disponible sur l'App Store[13].

En présentant l'iOS4 le 8 avril 2010, Apple annonce que le cap des quatre milliards de téléchargements est franchi, avec plus de 185 000 applications disponibles, pour les 85 millions d'utilisateurs d'iPhone et d'iPod Touch à travers le monde[14].

Le 31 mai 2010, Apple annonce la présence de 5 000 applications compatibles avec l'iPad sur les plus de 200 000 que compte à présent l'App Store[15].

La présentation de l'iPhone 4 le 7 juin 2010 est l'occasion pour Apple d'annoncer le passage du cap des 225 000 applications disponibles et de celui des cinq milliards de téléchargements[16]. Le 22 juin 2010 ce sont 11 000 applications pour l'iPad qui sont disponibles[17].

Le 1er septembre 2010, à l'occasion de l'annonce du renouvellement de la gamme d'iPod, le cap des 250 000 est annoncé comme franchi avec plus de 65 000 jeux[18]. 6.5 milliards de téléchargements sont annoncés le 9 septembre 2010[19].

Le 14 octobre 2010 ce sont dorénavant 280 000 applications dont 30 000 spécifiques à l'iPad qui sont disponibles sur l'App Store[20], et moins de quinze jours plus tard le cap des 300 000 applications[21].

Le 22 novembre 2010, 40 000 applications spécifiques pour iPad sont disponibles sur l'App Store[22].

Depuis le 6 janvier 2011, c'est le Mac App Store qui ouvre ses portes au grand public[23]. Cette nouvelle application Mac OS X est incluse dans la mise à jour 10.6.6 du système d'exploitation Snow Leopard. 1000 applications sont disponibles le jour de son lancement, ainsi que les logiciels d'iLife '11 (qui comprend iPhoto '11, iMovie '11 ainsi que GarageBand '11) et iWork '09 (qui inclus Pages '09, Keynote '09 et Numbers '09).

Le 14 janvier 2011, Apple annonce, via son site internet, un nouveau jeu concours pour célébrer les 10 000 000 000 (10 milliards) d'applications téléchargées sur l'App Store. Le grand gagnant recevra un bon d'achat de l'ordre de 10 000$ utilisables sur iTunes. Quelques jours après la fin du concours, une mère de famille britannique, Gail Davis (vivant à Orpington dans le Kent), dont l'une des filles avait téléchargé la dix milliardième application sur l’App Store raccroche au nez du vice-président d'iTunes qui lui annonçait qu’elle avait gagné 10 000$ à dépenser sur la plate-forme d'Apple. Avertie de sa méprise par ses filles, Gail Davis a appelé la hotline d'Apple pour se faire reconnaître, sans succès. Heureusement pour elle, un autre représentant de la firme à la pomme, a fini par la recontacter quelques heures plus tard.

Le 22 janvier 2011, le cap des 10 milliards applications téléchargées est franchi, de même que celui des 350 000 applications disponibles dont 60 000 pour l'iPad[24].

Lors de la présentation pour l'ouverture du WWDC 2011, le 6 juin 2011, les chiffres suivants sont annoncés[25] :

  • 425 000 applications disponibles, dont 90 000 pour l'iPad et 100 000 jeux
  • 14 milliards d'applications téléchargées en 3 ans.

En début mars 2012, 25 milliards d'applications ont été téléchargées.

Le 16 mars 2013, Apple annonce avoir passé le cap des 50 milliards de téléchargements sur l'App Store, qui compte désormais plus de 800 000 applications[26].

Le 11 juillet 2013, l'app store comprend plus de 900 000 apps cinq ans après son lancement. ABI Research estime que les deux tiers des 27 milliards du marché des applications mobiles[27] devrait être captés par Apple en 2013 générant 4,2 milliards de marge[28].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le service de téléchargement d'applications est en de nombreux points semblable aux autres services de l'iTunes Store.

En effet, il nécessite également un compte iTunes.

Accès[modifier | modifier le code]

De la même manière que pour la musique, l'App Store est représenté sous deux formes :

  • Dans le logiciel iTunes, il est intégré à l'iTunes Store.
  • Dans l'iPhone, l'iPod Touch et l'iPad, une application dédiée permet d'accéder facilement à l'App Store, et d'y télécharger les applications directement sur l'appareil.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

De manière générale, l'App Store permet, via un compte iTunes, de télécharger des applications pour l'iPhone, l'iPod Touch et l'iPad. Certaines applications sont payantes, d'autres sont gratuites.

Après leur téléchargement ou leur installation, il est possible de rechercher les mises à jour pour les applications, et de les substituer à leur ancienne version.

Dans iTunes[modifier | modifier le code]

Dans iTunes, l'App Store vient s'ajouter aux services déjà présents sur la plateforme et propose la même présentation que pour la musique. Par exemple : un top 25 des applications les plus téléchargées du moment, une sélection par catégories d'applications, les applications les plus récentes, la possibilité de filtrer les applications par prix, date de distribution, popularité, etc. Il est également possible de donner son avis sur les applications via un formulaire spécial.

La page de présentation d'une application comporte :

  • Sa description
  • Un bouton pour l'acheter ou la télécharger
  • Les avis des utilisateurs (il est possible de poster le sien à condition d'avoir acheté l'application en question)
  • Les informations de compatibilité
  • Les historiques de mises à jour
  • Le lien de support de l'application sur le site Internet du développeur
  • Un bouton pour recommander l'application à un ami par E-Mail, ou encore de partager son lien sur Facebook et Twitter
  • Un accès rapide aux autres application de son développeur

À l'achat ou au téléchargement d'une application, celle-ci est placée dans les modules Achats" et Téléchargements du logiciel, comme tout produit récupéré depuis l'iTunes Store en général.

Elle sera ensuite placée dans la partie Applications de la bibliothèque iTunes, en l'attente d'un appareil sur lequel l'installer.

Une application achetée sur l'App Store peut gratuitement être installée et téléchargée sur 5 appareils compatibles (iOS) différents, à condition que ces appareils soient synchronisés avec le compte iTunes qui à servi à acheter l'application en question.

Sur un iPhone, iPod Touch ou iPad[modifier | modifier le code]

Si ce client de l'App Store reprend la plupart des fonctionnalités de la version présente dans iTunes, il les présente de manière simplifiée et adaptée à l'interface multitouch de l'appareil. L'App Store propose cinq onglets :

  • Sélection : Tout comme dans iTunes, cet onglet propose la sélection d'applications d'Apple. Celle-ci est classée en trois sections : Nouveautés, Actualités et "Genius".
  • Catégories classe les applications en 20 thèmes selon leur utilité, parmi lesquels se trouvent les jeux, divertissements, utilitaires, réseaux sociaux, finances, photographie etc. Chacune des catégories est illustrée par l'icône de son application la plus téléchargée.
  • Top 25 affiche deux classements des 25 applications les plus téléchargées : celui des applications payantes, et celui des applications gratuites. Chacun de ces classements peut être étendu aux 50 applications les plus téléchargées selon le désir de l'utilisateur.
  • Recherche est un module qui permet de rechercher une application en entrant par exemple son titre ou l'identité de son développeur.
  • Mises à jour, à chaque accès à cet onglet, l'appareil recherche automatiquement des mises à jour pour les applications présentes sur l'iPhone, l'iPod Touch ou l'iPad.

La page de présentation d'une application est plus simple que celle d'iTunes. Elle comporte :

  • Sa description et diverses informations comme la date de parution, le poids de l'application ainsi que la version actuelle.
  • Un bouton pour l'acheter ou la télécharger
  • Une interface permettant de visionner les captures d'écran du logiciel
  • Les avis des utilisateurs (il est possible de poster le sien à condition d'avoir acheté l'application en question)
  • Un bouton pour signaler un problème au développeur
  • Un bouton pour recommander l'application par E-Mail
  • Un bouton pour offrir l'application à un ami.

Quand un achat ou téléchargement est effectué à partir de l'App Store sur un iPhone ou iPod Touch, l'application est directement téléchargée et installée sur l'appareil. À la prochaine synchronisation de celui-ci sur iTunes, l'utilisateur devra transférer les applications non-synchronisées vers sa bibliothèque iTunes. Cela permet à l'utilisateur de toujours avoir une trace de ses applications téléchargées. Lors de l'acquisition d'un nouvel appareil mobile Apple, toutes ses applications seront alors automatiquement transférées vers ce nouvel appareil.

Applications[modifier | modifier le code]

Interface[modifier | modifier le code]

Les applications, développées à l'aide du SDK de l'iPhone et de l'iPod Touch, reprennent souvent les éléments graphiques déjà présents dans les applications natives développées par Apple.

Elles utilisent la technologie Multi-Touch, l'accéléromètre intégré, le moteur de rendu 3D, et peuvent également se servir du Wi-Fi ou encore lancer des applications natives, par exemple pour proposer à l'utilisateur d'écrire un mail ou de visiter une page Internet via le navigateur intégré à l'iPhone, Safari.

D'autre part, une application peut avoir son propre sous-menu dans les réglages de l'iPhone ou de l'iPod Touch, tout comme les applications natives.

Différence entre l'iPhone et l'iPod Touch[modifier | modifier le code]

L'iPhone dispose de certaines fonctions en plus par rapport à l'iPod Touch. Ainsi, certaines applications utilisant ces fonctionnalités sont incompatibles avec l'iPod Touch.

Interdictions[modifier | modifier le code]

Apple, lors de l'annonce de l'App Store, a annoncé que les applications contenant les éléments suivants seront systématiquement refusées à la distribution :

  • Violations de droits d'auteurs
  • Pornographie
  • Discrimination
  • Piratage
  • Applications illégales en général
  • Applications pouvant entrer en concurrence avec des applications fournies par Apple.
  • Publicité explicite pour toute autre application en dehors de iAd

Ainsi, le 21 décembre 2010, Apple a retiré de sa boutique en ligne, sans en communiquer le motif, une application pour l'iPhone et l'iPad, introduite quelques jours auparavant, créée par le développeur russe Igor Barinov, permettant de se connecter au site web ainsi qu'au compte Twitter de WikiLeaks et d'accéder notamment aux télégrammes diplomatiques dévoilés lors du cablegate[29].

En avril 2013, Apple retire AppGratis (startup française dans le portefeuille d'Iris Capital) de l'App Store pour non-respect de la clause 2.25 de son règlement qui stipule que « les applications qui affichent d'autres applications pour les vendre ou en faire la promotion d'une manière similaire ou pouvant porter confusion avec l'AppStore seront rejetées » et de la clause 5.6 qui précise que les « applications ne peuvent pas utiliser les notifications “push” pour envoyer des publicités, des promotions ou du marketing direct d'aucune sorte ». Le modèle économique de cette startup, qui repose sur la promotion d'applications sponsorisées (les développeurs de ces applications payent la startup pour être référencés), met en avant des applications gratuites à durée limitée, ce qui les fait remonter mécaniquement dans le classement de l'App Store qui est, selon Apple, de ce fait faussé[30].

Le KillSwitch[modifier | modifier le code]

Il a été découvert, alors qu'un développeur consultait le code de l'iPhone, que des lignes de code secrètes présentes dans le système d'exploitation de l'appareil permettaient à Apple de supprimer à distance n'importe quelle application présente sur un iPhone[31].

Cette découverte a provoqué beaucoup de polémiques sur Internet jusqu'à ce que Steve Jobs confirme l'existence de cette fonction[32].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Ces lignes de codes invitent l'iPhone à accéder à un site sécurisé contenant une liste noire d'applications à refuser. Si une application de cette liste est présente sur l'iPhone, alors l'appareil la supprime directement.

Étant donné que ceci utilise principalement les fonctionnalités cellulaires et éventuellement 3G de l'iPhone, qui sont pratiquement tout le temps accessibles, un procédé de ce type manquerait d'efficacité sur l'iPod Touch. En effet, aucune fonction ressemblant au Kill Switch n'a à ce jour été découverte dans l'iPod Touch.

Critiques[modifier | modifier le code]

Ce procédé fut critiqué par un certain nombre d'utilisateurs, pour les raisons suivantes :

  • Le mode de fonctionnement est considéré par certains comme brutal, car il supprime purement et simplement l'application sans même en informer l'auteur.
  • Ceci implique qu'Apple peut décider à tout moment de supprimer n'importe quelle application sans donner de motif. À partir de là, on pourrait envisager que la firme utilise cette fonction à des fins immorales.

Réponse d'Apple[modifier | modifier le code]

Dans son communiqué à la presse, Steve Jobs a affirmé : « Heureusement, nous n'avons jamais eu à activer ce levier, mais il aurait été irresponsable de notre part de ne pas avoir à notre disposition ce genre de levier à activer[32] ». Ainsi, la « liste noire » d'applications interdites est pour l'instant vide.

D'autre part, Steve Jobs a confirmé qu'il ne s'agissait que d'une mesure préventive et non pas d'un geste de routine.

Le SDK[modifier | modifier le code]

Ce kit de développement (SDK : 'Software Development Kit') gratuit publié par Apple permet de développer des applications natives pour l'iPhone, l'iPod Touch et l'iPad. La version gratuite du SDK ne permet cependant pas de publier son application sur l'App Store, ni de tester son application sur iPhone, iPod Touch ou iPad. Le développeur doit donc utiliser un Simulateur iPhone intégré dans le SDK, qui affiche une simulation d'un iPhone sur son ordinateur Mac. Cependant, ce simulateur comporte un grand nombre de limites, c'est pourquoi il est préférable de tester ses applications sur un appareil Apple iOS.

Contenu[modifier | modifier le code]

Xcode[modifier | modifier le code]

L'IDE (ou Environnement de développement intégré) déjà présent sur Mac OS est ici spécialisé pour le développement sur l'iPhone, l'iPod Touch et l'iPad.

iPhone Simulator[modifier | modifier le code]

Aussi appelé "Aspen Simulator", cet outil permet de générer un iPhone virtuel sur un ordinateur, et donc d'y tester les applications développées.

Instruments[modifier | modifier le code]

Ceci contient des outils de mesure qui permettent de tester en temps réel les performances logicielles d'un iPhone, d'un iPod Touch ou d'un iPad. Il fonctionne de la manière suivante : un de ces trois appareils est branché à un ordinateur, le développeur peut lancer son application sur son appareil iOS, tandis qu'à l'écran s'affichent la courbe de valeurs telles que l'utilisation de la mémoire vive, les mouvements captés par l'accéléromètreetc.

Interface Builder[modifier | modifier le code]

Logiciel livré à part dans les ancienne version de Xcode, il est désormais présenté sous forme d'outil intégré à Xcode depuis sa version 4.0. Il permet de placer des éléments graphiques de l'application avec un système de glisser-déposer. L'outil se veut très simple, et vous permet de réaliser rapidement une interface utilisateur. Certains développeurs le considèreront comme un outil trop limité lorsque l'on souhaite réaliser une interface avec un style graphique très évolué. Mais il reste tout de même indispensable et efficace.

Contenu en ligne[modifier | modifier le code]

Le centre de développement d'Apple propose en ligne des documents tels que des vidéos d'introduction, la documentation, des tutoriaux et des codes d'exemples. Ce contenu n'est disponible qu'aux développeurs qui sont inscrits au programme payant du SDK.

Restrictions Logicielles[modifier | modifier le code]

  • Les développeurs doivent se soumettre au processus de vérification et de validation d'Apple pour leurs applications. Apple a donc un contrôle total sur le contenu de l'App Store. Ce processus obligatoire est généralement compris entre 5 à 14 jours (ouvrés) pour une nouvelle application et de 2 à 10 jours (ouvrés) pour une mise à jour d'une application déjà présente sur l'App Store ou sur le Mac App Store.
  • Les développeurs ne peuvent utiliser que la bibliothèque fournie par Apple dans son SDK pour leurs applications, ils n'ont donc pas l'autorisation d'utiliser des API privés, sous peine de rejet par Apple de leur application pendant le processus de validation de l'application.

Conditions[modifier | modifier le code]

Une fois gratuitement téléchargé le SDK d'Apple, il est possible de développer des applications et de les tester sur son Mac via le Simulateur iPhone. Cependant, pour les mettre à la disposition des utilisateurs d'iPhone, d'iPod Touch et d'iPad, il est nécessaire de devenir officiellement développeur pour Apple, en participant au programme de développement iOS. Ceci peut se faire via le site des développeurs Apple.

Cette participation propose deux tarifs :

  • Programme Standard : 99$ par an.
  • Programme d'Entreprise : 299$ par an.

Tandis que le programme standard permet de distribuer partout sur l'App Store ses applications, le programme en entreprise permet uniquement la distribution au sein d'une entreprise ('In-House').

Distribution[modifier | modifier le code]

Une fois l'application terminée, son développeur peut la distribuer. Mais, l'application doit d'abord passer par le processus d'Apple de validation (même pour une mise à jour d'une application déjà présente sur l'App Store). Elle sera ainsi accessible sur l'App Store pour n'importe quel utilisateur d'iPhone, d'iPod Touch ou d'iPad quelques jours après sa soumission.

S'installe un contrat entre Apple et le développeur, qui suit les règles suivantes[33] :

  • C'est le développeur qui fixe le prix de son application, sachant qu'il n'a pas de charges à payer pour une application gratuite (hormis le coût du programme de développement).
  • Le développeur perçoit par mensualités 70 % des revenus générés par son application, Apple se réserve 30 % du prix de la vente de toutes les applications payantes de l'App Store.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) L'application 'I Am Rich' retirée de l'App Store sur le site du Los Angeles Times
  2. http://leconcurrentialiste.files.wordpress.com/2014/02/antitrust-letter-8.pdf
  3. Apple présente le SDK 2.0 de l'iPhone OS - Apple.com
  4. Apple Inc. - Apple.com
  5. Dix millions de téléchargements depuis l'App Store iPhone dès le premier week-end - Apple.com
  6. App Store : 100 millions de téléchargements - Apple.com
  7. App Store : 25 000 applications - Apple.com
  8. Un milliard de téléchargements sur l'App Store en neuf mois - Apple.com
  9. 65 000 applications et 1,5 milliard de téléchargements sur l'App Store - Apple.com
  10. Apple- App Store Downloads Top Two Billion 85 000 applications et 2 milliards de téléchargements sur l'App Store] - Apple.com
  11. Apple annonce plus de 100 000 applications disponibles sur l'App Store - Apple.com
  12. L'App Store d'Apple dépasse les 3 milliards de téléchargements - Apple.com
  13. Apple annonce plus de 140 000 applications disponibles sur l'App Store - Apple.com
  14. Plus de 185 000 applications disponibles sur l'App Store - Apple.com
  15. Plus de 200 000 applications disponibles sur l'App Store dont 5 000 pour l'iPad - Apple.com
  16. Plus de 225 000 applications disponibles et cinq milliards de téléchargements sur l'App Store - Apple.com
  17. 11 000 applications disponibles pour l'iPad - Apple.com
  18. Plus de 250 000 applications disponibles sur l'App Store dont 65 000 jeux - Apple.com
  19. 6.5 milliards de téléchargements - Apple.com
  20. Plus de 280 000 applications disponibles sur l'App Store dont 30 000 pour l'iPad - Apple.com
  21. 300 000 applications sur l'App Store - Apple.com
  22. 40 000 applications spécifiques pour l'iPad - Apple.com
  23. Ouverture du Mac App Store - Apple.com
  24. 10 milliards de téléchargements, 350 000 applications dont 60 000 pour iPad - Apple.com
  25. WWDC 2011 : 425 000 applications disponibles, dont 90 000 pour l'iPad - Apple.com
  26. http://www.apple.com/fr/pr/library/2013/05/16Apples-App-Store-Marks-Historic-50-Billionth-Download.html
  27. Les revenus issus des Applications sur tablettes représenteraient 36% du revenu des Apps en 2013 et devraient dépasser les revenus des smartphones dès 2017
  28. En cinq ans, l'App store a fait la fortune d'Apple, Marc Cherki, Le Figaro économie, le 11 juillet 2013, page 26.
  29. (fr) www.zdnet.fr/actualites : Apple retire l'application WikiLeaks de l'App Store.
  30. Samuel Baudoui, « AppGratis zappée de l'App Store: une décision justifiée ? », sur lexpansion.lexpress.fr,‎ 10 avril 2013
  31. « Un kill switch pour applications dans l'iOS 2.0 » sur LogicielMac.com
  32. a et b (en) « Apple's Jobs confirms iPhone kill switch » sur telegraph.co.uk
  33. Termes de la distribution sur le site officiel d'Apple

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • app-tune.com – Temps moyen d'approbation d'une app (nouvelle ou update) dans l'App Store (statistique mise à jour régulièrement)