Saint-Quay-Portrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quay.
Saint-Quay-Portrieux
Image illustrative de l'article Saint-Quay-Portrieux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Étables-sur-Mer
Intercommunalité Communauté de Communes du Sud Goëlo
Maire
Mandat
Thierry Simelière
2014-2020
Code postal 22410
Code commune 22325
Démographie
Gentilé Quinocéen, Quinocéenne
Population
municipale
3 130 hab. (2011)
Densité 809 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 51″ N 2° 49′ 40″ O / 48.6475, -2.8277777777848° 38′ 51″ Nord 2° 49′ 40″ Ouest / 48.6475, -2.82777777778  
Altitude 20 m (min. : 0 m) (max. : 74 m)
Superficie 3,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Quay-Portrieux

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Quay-Portrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Quay-Portrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Quay-Portrieux
Liens
Site web http://saintquayportrieux.fr

Saint-Quay-Portrieux [sɛ̃kɛpɔʁtʁijø] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Phare de l'île Harbour, au large de Saint-Quay-Portrieux

La commune de Saint-Quay-Portrieux se trouve dans le département des Côtes-d'Armor, autrefois appelé les Côtes du Nord, en Bretagne. Elle se situe dans la baie de Saint-Brieuc, qui est la préfecture du département.

La côte de Saint-Quay-Portrieux, appelée Côte du Goëlo, s'étend de Saint-Brieuc jusqu'à Paimpol plus au nord, face à l'archipel de Bréhat.

Sur ces mêmes côtes et à quelques kilomètres de Saint-Quay Portrieux se trouve la commune de Plouha où se dressent les plus hautes falaises de Bretagne dont le point le plus haut se trouve à 104 mètres par rapport au niveau de la mer.

L'île Harbour est un îlot rocheux situé à 1,8 km du rivage de Saint-Quay-Portrieux, face à la pointe de Saint-Quay encore appelée la pointe du sémaphore. Cette île, surmontée d'un feu datant de 1850 marquant l'archipel des iles Saint-Quay, est la plus haute de son archipel et la seule à abriter de la végétation.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Quay, enclavée dans l'évêché de Saint-Brieuc faisait partie du doyenné de Lanvollon relevant de l'évêché de Dol, sous le nom de saint Quay. En 1921, elle prit le nom de Saint-Quay-Portrieux, pour la différencier de Saint-Quay-Perros.

Le berceau de Saint-Quay Portrieux est le village de Kertugal signifiant, en langue bretonne, "la demeure des Gaulois" (ker-tud-gal). C’est autour de la petite anse appelée aujourd’hui « Fontaine Saint-Quay » que se concentrait l’activité de cette population de marins et de paysans. De là, ils commerçaient avec l'Angleterre ou l'Irlande. C'est au Ve siècle que la commune, comme beaucoup d'autres dans la région, fut évangélisée.

L'origine du nom de Saint Quay : La légende prétend qu’au Ve siècle l'ermite Sant-Ke (ou Kenan ou encore Kolodoc'h) débarqua de Cambrie (sud du Pays de Galle) dans une auge de pierre, sans aviron, sans voile, sans vivres. Parvenu, non sans mal, dans l'anse de Kertugal, il fut brutalement accueilli par des lavandières qui prirent peur à sa vue, convaincues qu'il s'agissait d'un démon. Armées de branches de genêt, elles le battirent et le laissèrent pour mort. Le saint homme pria alors la Vierge de lui venir en aide. Elle lui apparut et fit jaillir sous ses flancs une source qui soigna ses blessures. Elle le guida ensuite à l’abri d’une ronce gigantesque pour qu'il se repose. Le lendemain, les femmes qui l'avaient battu implorèrent son pardon. La Fontaine Saint-Quay se dresse depuis à l'emplacement d'où jaillit la source, et la Chapelle Notre Dame de la Ronce (détruite en 1875), trônait à l'endroit où Saint-Ké s'était reposé.

Saint-Quay a connu différentes appellations :

  • S. Scophili (en 1138),
  • S. Cophili de super mare (en 1158),
  • S. Kecoledoci (en 1163),
  • S. Coledoci (en 1181),
  • S. Kecoledoci (en 1197),
  • S. Ke (en 1237, en 1240),
  • Par. S. Gue (en 1270),
  • Portus Orieut in par. S. Kequoledoci (en 1278),
  • S. Quequelodeco (en 1280),
  • S. Queocus (en 1308),
  • S. Ke (vers 1330),
  • Saint Qué (en 1516, Cartulaire de Redon).

La forme actuelle de Saint-Quay apparaît dès 1656, Saint-Quay-Etables en 1860. La paroisse de Saint-Quay élit sa première municipalité au début de 1790.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Quay-Portrieux Blason D'or à la nef de gueules équipée de sable, voguant sur des ondes d'azur mouvant de la pointe, au chef d'azur chargé d'une crosse issant du champ, accostée de six mouchetures d'hermine d'argent posées 2 et 1 à dextre et à senestre.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Économie[modifier | modifier le code]

L'île de la Comtesse, découverte à marée basse

Apparu avec le développement des bains de mer au début du XXe siècle, le tourisme, tirant profit d'un littoral pittoresque et de la présence de plusieurs plages, reste une activité importante. La commune, classée station balnéaire, offre en particulier des opportunités pour la pratique des sports nautiques.

Saint-Quay-Portrieux est aujourd'hui le 6e port de pêche français et la capitale de la coquille Saint-Jacques en France. Le port est géré par la Chambre de commerce et d'industrie des Côtes-d'Armor. Le port de Saint-Quay-Portrieux est composé d'un port d'échouage et d'un port en eau profonde. La construction de ce dernier débuta en 1988 et dura deux ans. Le plan d'eau est d'une superficie de 17 ha, offrant 950 anneaux de plaisance, 70 anneaux “visiteurs” et 120 anneaux pour la pêche.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    ...    
1977 1995 François Héry    
1995 1997 Jacques Heurtel    
1997 2001 Robert Allenou    
2001 2008 Gérard Lambotte    
2008 2014 Dominique Blanc    
2014 en cours Thierry Simelière UDI  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 130 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 794 2 065 1 779 1 965 2 164 2 274 2 383 2 482 2 967
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 858 3 030 2 976 2 798 2 595 2 577 2 648 2 727 2 918
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 098 3 186 3 137 2 843 2 991 3 163 3 048 4 121 3 398
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 402 3 105 3 123 2 977 3 018 3 114 3 036 3 091 3 060
2011 - - - - - - - -
3 130 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine[modifier | modifier le code]

Calvaire de la rue Louais
Moulin Sain-Michel

Le patrimoine de Saint-Quay Portrieux est riche de chapelles, de calvaires, de lavoirs et de manoirs :

  • L'église Saint-Quay.
  • La chapelle Sainte-Anne de Portrieux. En 2007, la restauration de la décoration de la voûte et fresque est confiée à l'artiste peintre, restaurateur d'art Alain Plesse, ainsi que la restauration du statuaire, la même année.
  • La chapelle Notre-Dame de la Garde de Kertugal. En 2006, l'artiste peintre, restaurateur d'art Alain Plesse, a procédé à la restauration de la voûte, en peinture à l'huile. Un ex-voto représente le naufrage de "La Perle" en 1836, cette œuvre de 2,70 X 1,80, fut également restaurée en 2008, par Alain Plesse. Les ex-voto de la Chapelle Notre-Dame de la Garde Kertugal. La même année ce restaurateur va procéder à la restauration de trois statues de la chapelle, en ronde bosse bois polychrome du XVIe siècle.
  • Le sémaphore :
Le sémaphore

Il fut édifié vers 1860. Afin de prévenir toute invasion ennemie, les Romains avaient déjà installé une tour de guet sur la Pointe du Sémaphore. Idéalement placé en un endroit où la côte peut être surveillée sur des dizaines de lieues, devenu par la suite "cabane" de douanier, cet édifice disparut au début du XVIIIe siècle. Un premier sémaphore sera construit en 1860 et le bâtiment actuel verra le jour en 1986. D'ici, à une hauteur de 100 mètres au-dessus du niveau de la mer, toute la baie de Saint-Brieuc se découvre au regard. Par temps clair, la vue porte à près de 180 degrés du Cap-d'Erquy jusqu'à l'archipel de Bréhat.

  • Les moulins à vent :

Les ruisseaux alimentaient en énergie des moulins à eaux, un peu partout dans le pays. Certains étés secs asséchant ceux-ci, il fallut trouver d'autres moyens. C'est ainsi que, comme tout au long de cette côte balayée par les vents, plusieurs moulins furent construits sur les hauteurs. Le moulin Saint Michel moulut le grain en farine jusqu'en 1900. Il est aujourd’hui entièrement restauré et en état de marche grâce à quelques passionnés réunis en association.

Sports[modifier | modifier le code]

Voile[modifier | modifier le code]

  • D'importantes compétitions de match-racing féminin sont organisées chaque année à Saint Quay Portrieux
  • Le 6 juillet 2011 la ville a accueilli une étape du tour de France à la voile (le même jour le tour de France cycliste traversait la commune)
  • Le Cercle de Voile du Portrieux (CVPx) est une association créée après la seconde guerre mondiale et qui organise des événements de plaisance comme des régates, ou encore l'accueil du Triangle de Dinard chaque année. Son local se trouve sur la plage du Port.
  • Le Sport Nautique de Saint-Quay-Portrieux (SNSQP), dont le siège est situé sur l'esplanade du nouveau port.

Football[modifier | modifier le code]

FC Goëlo

Tennis[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un important club de tennis où se dispute chaque été une compétition internationale

Tennis de Table[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un club de Tennis de Table :L' Espérance Saint-Quay-Portrieux Tennis de Table

Beach Volley[modifier | modifier le code]

La ville accueille chaque année la phase finale des championnats de France de beach volley

Tir à l'arc[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un club de Tir à l'arc

Culture[modifier | modifier le code]

Tous les 3 ans au mois d'avril se déroule à Saint Quay Portrieux la fête de la coquille St Jacques. La prochaine édition aura lieu en 2015.

Tous les étés a lieu le festival de musique Place aux Artistes dont les concerts sont gratuits. Diane Tell, Sansévérino, Cock Robin, Brune s'y sont par exemple produits.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Vatine en avait fait son port d'attache.
  • Eric Tabarly avait inauguré de son vivant l'espace du nouveau port qui porte son nom
  • Joséphine Baker venait y passer ses vacances.
  • Ambroise Got journaliste et homme de lettres, écrivit de 1940 à 1945 un journal de 122 cahiers. Il mêle dans son récit la perception des faits internationaux et nationaux comme les réactions des populations locales, en particulier celle de Saint-Quay-Portrieux.Ce journal est consultable aux archives départementales à Saint-Brieuc.
  • René Le Cam, écrivain et poète né à Saint-Quay-Portrieux, auteur de plusieurs ouvrages sur sa vie et la commune : Mon vieux Port, Fleur de Mer (2003), Entre Flot et Jusant (2004), Plaisir d'Ecrire (2006) préfacé par Louis Capart, A la Gloire de mon petit Port (2009), Le Rocher dans la Lande (2012).
  • Henry-Laverne y est décédé.
  • Eugène-Louis Boudin (1824-1898) a fait de nombreux tableaux sur "Portrieux"
  • Jean-Claude Fournier, dessinateur, illustrateur, né en 1943. "Papa" des albums SPIROU de 1968 à 1981.
  • Alain Guel, alias Alain Le Banner, de son vrai nom Alexandre Jouannard, était un écrivain, poète, peintre et nationaliste breton.Il fut commerçant au Portrieux vers 1965.
  • Mathieu Petitjean, écrivain, auteur de la monographie illustrée Saint Quay Portrieux - A l'Abri de la Ronce Bénie, préfacé par Alain Decaux, de l'Académie Française (1998).
  • Erwan Barbey-Chariou, auteur photographe, créateur en 2007 de la première agence de photographies sphériques en Europe (Agence 360 Ouest).
Le Port de Portrieux, la houle (1888) par Paul Signac.
  • Berthe Morisot (1841 - 1895), peintre impressionniste française, venait y séjourner.
  • Paul Signac (1863 - 1935), peintre néo-impressionniste français, en a peint plusieurs vues lors de séjours chez Berthe Morisot.
  • Arnaud Collin, écrivain, auteur de la monographie illustrée Saint-Quay-Portrieux Tome I (2008) et Tome II (2009) dans la collection « Mémoire en images » aux éditions Alan Sutton.
  • Claire Leroy, navigatrice, membre du Sport nautique de Saint-Quay-Portrieux, élue Marin international 2007 par l'ISAF, championne du monde de match racing 2007 et 2008.
  • Commandant Louis Malbert, (1881-1949), né et enterré à Saint-Quay-Portrieux. Il fut, avec le remorqueur Iroise, le précurseur du sauvetage en haute-mer.
  • Ernest Le Nordez, né en 1839 à Montebourg, mort à Marseille en 1905, journaliste-écrivain français, auteur du Guide du Baigneur à St Quay Portrieux (1889).
  • Pauline Bringuet, née Briand, fut une résistante des réseaux Mithridate, Oaktree et Shelburn. Son fils Pierre Moreau l'accompagna, et fut l'agent de liaison de Raymond Labrosse, organisateur de Shelburn. Le colonel Rémy leur consacra un chapitre complet dans son ouvrage "Autour de la plage Bonaparte" publié en 1969.
  • Jean-Baptiste Barat, (1855-1931) Photographe et éditeur de cartes postales. Il a photographié la ville durant plus de 30 ans entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, léguant ainsi un véritable patrimoine photographique.
  • Loÿs Pétillot auteur français de bandes dessinées, est né le 10 octobre 1911 à Sa Đéc (Indochine) et mort le 18 novembre 1983 à Saint-Quay-Portrieux.
  • Jean-Paul Hameury, écrivain et poète français né à Saint-Quay-Portrieux en 1933 et décédé le 12 février 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :