Plourivo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plourivo
Manoir de Traou-Nez.
Manoir de Traou-Nez.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d’Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Paimpol
Intercommunalité Communauté de communes Paimpol-Goëlo
Maire
Mandat
Michel Raoult
2014-2020
Code postal 22860
Code commune 22233
Démographie
Gentilé Plourivotain, Plourivotaine ou
Plourivien, Plourivienne
Population
municipale
2 212 hab. (2011)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 41″ N 3° 04′ 18″ O / 48.744722222, -3.071666666748° 44′ 41″ Nord 3° 04′ 18″ Ouest / 48.744722222, -3.0716666667  
Altitude Min. 1 m – Max. 100 m
Superficie 28,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plourivo

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plourivo

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plourivo

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plourivo

Plourivo [pluʁivo] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Elle est jumelée avec la ville de Buttevant située dans le Munster en Irlande.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Plourivo est situé au nord-ouest du département des Côtes-d'Armor. Elle est délimitée au Nord par la ville de Paimpol, à l'Est par les communes de Kerfot et Yvias, au Sud par le Leff puis à l'Ouest par l'estuaire du Trieux.

Plourivo fait partie de la Communauté de communes Paimpol-Goëlo, du canton de Paimpol, de la Cinquième circonscription des Côtes-d'Armor et de l'arrondissement de Saint-Brieuc.

Son altitude varie de 0 à 100 m.

Communes limitrophes de Plourivo
Paimpol
Pleudaniel Plourivo Kerfot
Ploëzal Quemper-Guézennec Yvias

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est chaud et tempéré. De fortes averses s'abattent toute l'année sur Plourivo. Même lors des mois les plus secs, les précipitations restent assez importantes. La classification de Köppen-Geiger est de type Cfb. La température moyenne annuelle à Plourivo est de 11.1 °C. La moyenne des précipitations annuelles atteints 834 mm.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne de chemin de fer Guingamp - Paimpol longe la ria du Trieux et dessert la commune en 3 haltes : Frynaudour, Traou-Nez, Lancerf.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient de l’ancien breton plou qui signifie paroisse et de Saint-Riom ou Rion.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plourivo est une ancienne paroisse primitive qui englobait jadis outre le territoire actuel de Plourivo, ceux d'Yvias et de Kerfot. D'après une tradition, Alain Barbetorte aurait attaqué et vaincu sur la lande de Lancerf, en 936 ou 937, les Normands retranchés dans l'enceinte fortifiée de Castel-Auffret et commandés par Incon. Il subsiste d'ailleurs des restes du camp retranché de Castel-Auffret.

Créée par les édits de Louis XVI, la Commune de Plourivo élit sa première municipalité le 31 janvier 1790. Le maire est Nicolas Armez du Poulpry. Il donnera sa démission six mois plus tard, le roi l'ayant nommé à des fonctions incompatibles avec celles de maire.

Plourivo est le berceau de la famille de l'écrivain Ernest Renan (1823-1892). La commune est aussi marquée par la présence de la famille Armez, dont trois membres sont députés du département, ainsi que par la présence de l'homme politique Marcel Cachin, né en 1869 et décédé en 1958, fondateur du Parti communiste français.

Le 16 juin 1906, une désespérée se jette dans l'étang du Bourg-Blanc, en Plourivo et entraîne dans sa noyade un jeune homme, Magloire Héleu, qui s'était jeté à l'eau pour tenter de la sauver car elle s'agrippa à lui[1].

C'est également sur la commune, au sein du massif forestier de Penhoat-Lancerf, que se trouve l'ancien manoir de Traou-Nez rendu célèbre par l'affaire Seznec. En effet, cette propriété appartenait à Pierre Quéméneur qu'il l'avait acquise en 1920, soit trois ans avant sa disparition, au moment où Guillaume Seznec s'était engagé à le lui acheter. Depuis 1992, la demeure accueille la Maison de l'Estuaire, propriété du Conservatoire du littoral. Le site est desservi par La Vapeur du Trieux grâce à une halte ferroviaire inaugurée en 1994.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
16 mars 2008   Michel Raoult Sans étiquette Conseiller à l'emploi en retraite
23 mars 2001 16 mars 2008 Alain Le Guyader PS Conseiller général
22 juin 1995 23 mars 2001 Claude Le Tréou    
24 mars 1977 22 juin 1995 Pierre L'Hostis    
17 juillet 1966 24 mars 1977 Jean Goanvic    
10 mai 1953 17 juillet 1966 Yves Lagadec    
1er Octobre 1944 10 mai 1953 Georges Kerbellec    
19 mai 1935 1er Octobre 1944 Pierre Labbé    
19 mai 1929 19 mai 1935 Honoré Janvier    
2 juillet 1922 1928 François Prigent    
13 décembre 1919 2 juillet 1922 Honoré Janvier    
1917 13 décembre 1919 François Prigent    
1871 1917 Louis Armez du Ruclé   Député
Conseiller général
1832 1871 Charles Armez du Ruclé    
Juin 1831 1832 Pierre Le Gonidec    
7 novembre 1821 Juin 1831 Prosper Le Vay    
12 août 1821 7 novembre 1821 Joseph Grégoire Ernot    
19 juillet 1821 12 août 1821 François Richard    
4 décembre 1820 19 juillet 1821 Jacques Nicolas    
29 mars 1820 4 décembre 1820 Guillaume Le Gonidec    
10 septembre 1815 13 décembre 1819 Ollivier Féger    
10 août 1802 10 septembre 1815 Louis Le Vay    
20 décembre 1801 10 août 1802 Yves Richard    
23 octobre 1801 20 décembre 1801 Yves Le Goff    
25 juillet 1790 23 octobre 1801 Louis-Marie Armez du Ruclé    
31 janvier 1790 13 juin 1790 Nicolas Armez du Poulpry    
Les données manquantes sont à compléter.

Pierre l'Hostis qui fut maire pendant trois mandats successifs, a reçu le titre de maire honoraire des mains de son successeur, Claude Le Tréou, en 1997.

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Le maire actuel est Michel Raoult (Sans étiquette) et en est à son deuxième mandat.

Résultats de l'élection municipale du 23 mars 2014 à Plourivo
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix %
Michel Raoult Sans étiquette 645 50,31 15
Jeanne Rolland Sans étiquette 637 49,69 4
Inscrits 1785
Abstentions 437 24,48
Votants 1348 75,52
Blancs et nuls 66 4,90
Exprimés 1282 95,10

Jumelage[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Plourivo.
City locator 14.svg
Buttevant
City locator 14.svg
Plourivo

Plourivo est jumelée avec Drapeau de l'Irlande Buttevant (Irlande) depuis 1998[2],[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 212 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 150 2 210 2 423 2 201 2 305 2 463 2 431 2 401 2 434
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 473 2 511 2 627 2 676 2 673 2 564 2 571 2 533 2 549
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 554 2 589 2 564 2 303 2 270 2 151 2 018 2 021 1 837
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 891 1 869 1 933 1 927 1 932 1 973 2 072 2 106 2 190
2011 - - - - - - - -
2 212 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Plourivo en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
19,5 
0 à 14 ans
18,8 
12,9 
15 à 29 ans
11,2 
20,9 
30 à 44 ans
20,3 
21,2 
45 à 59 ans
19,2 
18,4 
60 à 74 ans
19,4 
7,1 
75 à 89 ans
10,6 
90  ans ou +
0,5 

Économie[modifier | modifier le code]

157 entreprises sont implantées à Plourivo dont 147 sièges et 10 établissements. L'effectif moyen de ces sociétés est de 1 employé. La majorité de ces entreprises sont des entreprises dites commercantes.

L'âge moyen de ces entreprises est de 15,1 ans.

Les secteurs les plus représentés dans les entreprises à Plourivo sont :

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La commune compte une école maternelle : l'école de Penhoat et une école primaire : l'école du Bourg.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune compte un club de football : les écureuils de Plourivo Football et une base nautique, la base nautique Lancerf.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les deux croix médiévales de Plourivo, à Lancerf, sur le terrain de la légendaire tombe d'Alain Barbetorte.

Religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre: du XVIIe siècle, reconstruite en 1863-1869, vestiges de l'ancienne église, deux gisants du XVe siècle, très belle chaire, lutrin et fonds baptimaux en onyx, tableau de Alphonse Le Hénaff représentant la Vierge, Ste Catherine de Sienne et St Dominique.
  • Chapelle Saint-Ambroise
  • Chapelle Saint-Jeande Penhoat
  • Chapelle de Lancerf

Civils[modifier | modifier le code]

  • Pont de Frinaudour, sur le Leff, au point de confluence avec le Trieux
  • Manoir de Traou-Nez, actuellement « maison de l'estuaire ».
  • Croix mérovingiennes
  • Tombe présumée (légende locale du 19e siècle) d'Alain Barbetorte, mort en 952 de maladie . Lors de la bataille du Trieux gagnée contre lui par Incon ; après avoir incendié le camp de péran et St Brieux ; il fut stoppé net au lieu dit Kastel Auffret et refoulé vers la lande de Lancerf jusqu'au toull ar huiled.
  • Château de Bourg-Blanc[7]. Datant du XVIe siècle et situé au Ruclé, il fut propriété successive des familles Roquel du Bourblanc (du XVIe siècle à 1639), Armez (1773 à 1935) et Mauduit (en 1935)[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La double noyade », Ouest-Éclair, no 3388,‎ 18 juin 1906 (lire en ligne).
  2. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 19 avril 2014).
  3. « Associations de Plourivo : le comité de jumelage », sur le site de la commune de Plourivo (consulté le 19 avril 2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « Evolution et structure de la population à Plourivo en 2007 », sur Carte de France (consulté le 8 décembre 2014)
  7. http://www.bourblanc.fr/
  8. http://www.infobretagne.com/plourivo.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :