Orlan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Orlan
(ou ORLAN)

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Orlan en janvier 2013

Nom de naissance Mireille Suzanne Francette Porte
Naissance 30 mai 1947
Saint-Étienne
Nationalité Française
Activités Artiste plasticienne

Mireille Porte, dite Orlan (ɔʁ.lɑ̃), née le 30 mai 1947 à Saint-Étienne[1],[2],[3], est une artiste plasticienne française qui vit et travaille entre Paris, New York et Los Angeles. L'artiste a choisi d'écrire son pseudonyme en lettres capitales : « ORLAN ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Orlan est une artiste s'exprimant à travers différents supports : peinture, sculpture, installations, performance, photographie, images numériques, biotechnologies. C'est une des artistes françaises de l'art corporel les plus connues du grand public en France et à l'étranger. Son œuvre se situe dans divers contextes provocateurs, légitimée par son engagement personnel.

Dès les années 1960, Orlan interroge le statut du corps et les pressions politiques, religieuses, sociales qui s'y inscrivent. Son travail dénonce la violence faite aux corps et en particulier aux corps des femmes, et s'engage ainsi dans un combat féministe. Elle fait de son corps l'instrument privilégié où se joue notre propre rapport à l'altérité.

En 1978, elle crée le Symposium international de la performance, à Lyon, qu'elle anime jusqu'en 1982. Son manifeste de "l'art charnel" (Carnal Art Manifesto) est suivi d'une série d'opérations chirurgicales - performances qu'elle réalise entre 1990 et 1993. Avec cette série, le corps de l'artiste devient un lieu de débat public. Ces opérations chirurgicales - performances ont été largement médiatisées et ont provoqué une vive polémique, bien qu'elles ne représentent qu'une infime partie de son œuvre intégrale.

Le travail d'Orlan sur le corps se fait également par le biais de la photographie : ainsi trouve-t-on ce médium dans la photographie-sculpture du Baiser de l'artiste, mais aussi des photographies d'ORLAN en madonne, dans le dispositif scénique des opérations chirurgicales - performances, photographies-affiches de cinéma, etc.

Orlan explore également l'utilisation des nouvelles technologies dans le domaine des arts. En 1982, avec Frédéric Develay elle crée le premier magazine en ligne d'art contemporain, Art-Accès-Revue, sur minitel. Dans son travail de la fin des années 1990 et du début des années 2000, les Self-Hybridations, l'artiste, par le biais de la photographie numérique et des logiciels de retouches infographiques, hybride des visages de cultures différentes (amérindiens, pré-colombiens, africains).

Orlan tente ensuite d'élargir encore les frontières de l'art contemporain en utilisant les biotechnologies pour créer une installation intitulée Manteau d'Arlequin, faite à partir de cellules de l'artiste et de cellules d'origines humaine et animale.

Parallèlement, Orlan enseigne à l'École nationale supérieure d'arts de Cergy-Pontoise. En 2005, elle obtient une résidence d'un an à l'ISCP, à New York, par l'Association française d'action artistique (AFAA), et en 2006 elle est invitée à Los Angeles en résidence au Getty Research Institute, laboratoire de recherche du Getty Center.

En juin 2013, elle porte plainte contre Lady Gaga pour plagiat[4]. Pour Orlan, la star américaine, dans l'album Born This Way sorti en 2011, s’inspire trop librement de ses « hybridations ». De plus, le début du clip de la chanson homonyme montre Lady Gaga fardée et décapitée et rappelle sa Femme avec tête exécutée en 1996. L'artiste demande un dédommagement de 31,7 millions de dollars.

Elle reçoit le grand prix de l'e-Réputation 2013, catégorie arts plastiques, qui récompense les personnalités les plus populaires sur internet, aux côtés de Philippe Starck et Yann Arthus-Bertrand[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Parmi les œuvres les plus emblématiques de sa carrière, on peut citer :

  • ORLAN accouche d'elle-m'aime, 1964 : sur cette photographie en noir et blanc, Orlan donne naissance à un personnage tel un corps inerte et androgyne, ni homme ni femme. Cette œuvre constitue symboliquement la volonté de l'artiste de se donner naissance, de s'inventer une nouvelle identité. Cette série fait partie des Corps-sculptures.
  • MesuRages (1974-2011) : l'appellation choisie pour cette série d'actions insiste sur le mot « Rage », puisque l'artiste refuse de jouer le rôle qu'on veut lui imposer. À l'aide de l'« ORLAN-corps », nouvelle unité de mesure, l'artiste mesurera la place Saint-Pierre de Rome, la rue Chateaubriand, à Nice, le Centre Georges Pompidou, à Paris, le musée Saint-Pierre, à Lyon, le musée Andy Warhol à Pittsburg, le Musée d'art contemporain d'Anvers ou encore le musée Guggenheim de New York. Sur la place Saint-Lambert à Liège, le « MesuRage » d'Orlan prend un caractère politique, puisque l'artiste est invitée par une association qui milite pour la défense de cette place menacée par une opération d'urbanisme.
  • Le Drapé-le Baroque (1979-1986) : cette série de photographies constitue une iconographie complexe et assez suggestive sur le plan spirituel, avec des personnages inspirés de l'iconographie chrétienne tels que sainte ORLAN, la vierge blanche et la vierge noire. Ce travail s'inscrit dans la continuité de la quête d'Orlan de l'identité féminine, de sa critique des pressions religieuses et de sa mise en scène du baroque.
  • L’Origine de la guerre, en 1989, fait pendant au célèbre tableau de Gustave Courbet, L'Origine du monde : un phallus, des jambes écartées reprenant et « travestissant » l'iconographie féminine de Courbet, illustre le titre en un geste qui ne se départit pas du féminisme.
  • La Réincarnation de sainte ORLAN, commencée en 1990, ou Images / Nouvelles Images, comprend une série de neuf opérations / performances de chirurgie esthétique, durant lesquelles Orlan fait de sa chair le matériau de son travail et prend pour base les représentations de la femme dans l'art occidental. Chaque opération/ performance d'Orlan, soigneusement programmée et exécutée, est mise en scène et contrôlée par l'artiste. Par le biais de ces interventions, elle « a mis de la figure sur son visage ». Elle choisit la littéralité de la performance pour parler de la violence faite au corps, en particulier au corps des femmes.
  • Omniprésence (novembre 1993) : Orlan rencontre à New York le docteur Marjorie Cramer, une chirurgienne qui accepte les objectifs artistiques et féministes de son projet : la transformation radicale de son visage par des implants au niveau des tempes. L'objectif est de détourner la chirurgie esthétique de ses objectifs usuels et de remettre en cause les normes de beauté. Cette opération/ performance est diffusée en direct à la galerie Sandra Gering, à New York, au Centre Georges Pompidou, à Paris, au Centre Mac Luhan, à Toronto, ou encore au Centre multimédia de Banff.
  • Ceci est mon corps…Ceci est mon logiciel… est une performance-conférence le 30 mai 1990 accompagnée d'un livre et d'un CD-ROM. Elle y développe le Manifeste de l'art charnel.
  • Le plan du film (2001) : à l'instar de Jean-Luc Godard, qui parlait de la production d'un « film à l'envers », Orlan part de la création d'affiches de cinéma pour ensuite définir le casting, le script, une soirée promotionnelle à la Fondation Cartier pour l'art contemporain, une bande-son par le groupe Tanger, la bande annonce du film, le producteur. Elle expose l'ensemble de ce travail au Festival de Cannes en 2002.
  • Self-hybridations (1998-2002) : images numériques mettant en scène l'artiste dans des métamorphoses physiques (virtuelles cette fois-ci) interrogeant des canons de beauté d'autres civilisations (amérindienne, pré-colombienne et africaine). À l'aide de procédés informatiques, Orlan transforme son image de façon à se rapprocher des traditions culturelles pré-colombiennes (comme la déformation du crâne des Mayas), africaines, amérindiennes et mérovingiennes. Ce travail est dans la continuité de ses œuvres précédentes où elle dénonçait les pressions sociales que notre société inflige au corps et à l'apparence. Ici elle met en scène l'absurdité de ces critères, qui s'opposent selon l'époque ou la civilisation dans laquelle on vit. L'image du corps idéal devient complètement abstraite et ironique.
  • Le Manteau d'Arlequin: il s'agit d'une installation mêlant art et biotechnologies, créée avec des cellules vivantes d'Orlan, des cellules d'origines différentes et même des cellules d'animaux. Cette œuvre s'inspire du texte de Michel Serres, Laïcité, placé en guise de préface à son ouvrage Le Tiers Instruit. Michel Serres utilise la figure de l'Arlequin comme métaphore du croisement, de l'acceptation de l'autre, de la conjonction, de l'intersection. Le Manteau d'Arlequin développe et continue d'explorer l'idée de croisement en utilisant le médium plus charnel qu'est la peau. Il questionne également la relation entre la biotechnologie et la culture artistique. Cette installation a été présentée à Perth, Liverpool, Luxembourg.
  • Son œuvre ultime consistera à placer son corps momifié dans un musée[6], mais il semble que l'artiste n'ait pas encore trouvé de collection publique pour exhiber cette œuvre.

Les œuvres d'Orlan font partie des collections de divers musées dont le Musée national d'art moderne (Centre Georges Pompidou, Paris), la Maison européenne de la photographie (Paris), le Fonds national d'art contemporain (Paris), le Musée d'art du comté de Los Angeles (Los Angeles), le Getty Center (Los Angeles), le Musée national d'Osaka (Japon), ainsi que de diverses collections privées (notamment la collection François Pinault).

Expositions (années 2000)[modifier | modifier le code]

2000
  • Galerie de l’École régionale d’art de Marseille, Orlan, triomphe du baroque, commissaire Michel Enrici, Marseille, France
  • Australian Museum, Body Art – adorned and transformed exhibition, Sydney, Australie.
  • Centre d’Art contemporain d’Auvers-sur-Oise, L’Invention des femmes, commissaire Marie-Hélène Dumas, Auvers-sur-Oise, France
  • Centre Georges-Pompidou, La Grâce (avec Michel Maffesoli), Revue Parlée, Paris, France
  • Deste Foundation, commissaire Daniel Abadie, Athènes, Grèce
2001
  • Fondation Cartier, Le Plan du film, séquence 2, Soirées Nomades, Paris, France
  • Sejul Gallery, Orlan, Self-hybridations précolombiennes, Séoul, Corée
  • Museum voor Modern Art, Between Earth and Heaven, New Classical Movements in Art Today, commissaire W. Van den Bussche, Ostende, Belgique
  • Rencontres de la Photographie d’Arles, Abbaye de Montmajour, commissaire Alain Sayag, Arles, France
  • Borusan Foundation, Les Voluptés, commissaire Elga Wimmer, Istanbul, Turquie
  • Festival E-Phos 2001, The Hybrid Body and the Monster, Athènes, Grèce
  • Musée d’Art contemporain d’Anvers, Mutilate Mode and Body Art 2001: Landed/Geland, Anvers, Belgique
2002
  • Centro de Fotografía de l'Université de Salamanque, Retrospective 1964-2001, commissaire Olga Guinot, Palace Abrantès et Église de la Segonda Palace, Salamanque, Espagne
  • Musée d'Art contemporain (Artium), Orlan 1964 – 2001, commissaire Juan Guardiola, Vitoria, Espagne
  • Hall Central du Musée national d'art contemporain, Séoul, Corée
  • The Jewish Community Center in Manhattan, Dangerous Beauty, New York, États-Unis
  • Kunsthalle Wien, Tableaux vivants, Vienne, Autriche
2003
  • AFAA, Le Plan du film, Paris, France
  • FRAC des Pays de la Loire, Éléments favoris, retrospective, commissaire Jean-François Taddei, Carquefou, Nantes, France
  • Galerie Michel Rein, Tricéphale, photographies et installation vidéo, Paris, France.
  • Galerie der HGB, Academy of Visual Arts, Bellissima, Leipzig, Allemagne
  • Galleria d’Arte Moderna, La Creazione ansiosa, da Picasso a Bacon, Verone, Italie
  • Hungarian Photography House, La Fabrication du réel, Budapest, Hongrie
  • Musée de l’Élysée (Musée de la Photographie), Face, Lausanne, Switzerland
  • Musée des Beaux-Arts du Québec, Doublures, Québec, Canada.
2004
  • Centre de Création contemporaine (CCC), Orlan, 1993, commissaire Alain Julien-Laferrière, Tours, France
  • Centre national de la photographie (CNP), Orlan 1964–2004… Méthodes de l’artiste, exposition rétrospective, commissaires Régis Durand et Claire Guézengar, accompagnée de la publication d'une monographie aux éditions Flammarion, Paris, France
  • Moscow House of Photography, Orlan, 2003–2004, Commissaire Olga Svlibova, exposition rétrospective menée conjointement à la Photobiennale 2004, Moscou, Russie
  • UNESCO, In Movement UNESCO Salutes Women Video Artists of the World, commissaire Kim Airyung, Paris, France
  • ZKM, Media Art Net, commissaire Peter Weibel, Karlsruhe, Allemagne
2005
  • Palais de Tokyo, Luminous Room, avec l'architecte Philippe Chiambaretta, commissaires Marc Sanchez et Jérôme Sans, Paris, France
  • Musée des Beaux Arts de Chartres, Corps primitifs Corps numériques, Chartres, France
  • Stephan Stux Gallery, Orlan, Digital Photographs and Sculptures, Refiguration / Self-Hybridization: The Pre-Columbian and African Series, New York, États-Unis
  • Artcurial, Face à Faces, Commissaire Isabelle de Montfumat, Paris, France
  • Kunsthalle & Kunstforum Wien, Superstars, Commissaire Thomas Miessgang, Vienne, Autriche
  • Mildred Kemper Art Museum, Inside Out Loud: Visualizing Women’s Health, Commissaire Janine Mileaf, Saint-Louis, Missouri, États-Unis.
  • Musée des Arts décoratifs de Lausanne, Body Extensions, Lausanne, Suisse
  • Musée de Beaux-Arts de Buenos Aires, Projet Cone Sud, Commissaires Bernard Goy et Gusto Pastor Mellado, Buenos Aires, Argentina
  • National Gallery of Victoria, Mirror Mirror: Reflections on Beauty, Melbourne, Australie
2006
  • Grand Palais, La Force de l'Art, commissaire Eric Troncy, Paris, France
  • Musée des Arts Modestes de Sète, Bang Bang, commissaire Hervé di Rosa, Sète, France
  • Yokohama Red Brick Warehouse Number 1, Transimages 4, commissaire Anne-Marie Morice, Yokohama, Japon
  • PS1, Into Me / Out of Me, commaissaire Klaus Biesenbach, New York, États-Unis
2007
  • Getty Research Institute, Skaï and Sky and Video, commissaire Sabine Schlosser, Los Angeles, États-Unis
  • Musée d'Art Moderne de Saint-Étienne, Le Récit, commissaire Lorand Hegyi and Viola Eugenio, Saint-Étienne, France
  • Beap 07, Biennale of Electronic Arts Perth Stillness, Perth, Australie
  • KW Institute for Contemporary Art, Into Me / Out of Me, commissaire Klaus Biesenbach, Berlin, Allemagne
  • Kunstmuseum Ahlen, Diagnostic Art – La médecine dans l'art contemporain, commissaire Burkhard Leismann, Ahlen, Allemagne
  • MOCA Geffen Los Angeles, Wack!, Art and the Feminist Revolution, commissaire Connie Butler, Los Angeles, États-Unis
  • Museo de Bellas Artes de Bilbao, Kiss Kiss Bang Bang, 45 Años de Arte y Feminismo, Bilbao, Espagne
  • Osaka National Art Museum, Skin of / in Contemporary Art, commissaire Yukihiro Hiroyoshi, Osaka, Japon
  • Palazzo Fortuny, Artempo, commissaire Jean-Hubert Martin et Tijs Visser, Biennale de Venise, Venise, Italie
2008
  • Espacio Artes Visuales, Suture Hybridation-recyclage, en collaboration avec Davidelfin, commissaire Isabel Tejeda, Murcia, Espagne
  • Galerie Michel Rein, Self hybridation, Américains-Indiens, Paris, France
  • The Tallinn Art Hall, Orlan: Post identity stratégies, commissaires Eugenio Viola, Reet Varblane, Tallinn, Estonie
  • The Vancouver Art Gallery, “Wack!” Art and the feminist revolution, commissaire Connie Butler, Vancouver, Canada
  • Chapelle de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, Académia qui es-tu? commissaire Axel Vervoordt, Paris, France
  • Fact, Sk-Interfaces, commissaire Jens Hauser, Liverpool, UK
  • Musée Berardo, BESart – Colecçao Banco Espirito Santo, Lisbonne, Portugal
2009
  • Musée d’Art contemporain de São Paulo, Année de la France au Brésil, Orlan+Campana+Neon, commissaire Lisbeth Rebollo, São Paulo, Brésil
  • Abbaye de Maubuisson, Unions mixtes, Mariages libres et Noces barbares, commissaire Caroline Coll, Maubuisson, France
  • Grand Palais, La Force de l’art, commissaires Jean-Louis Froment, Jean-Yves Jouannais, Didier Ottinger, Paris, France
  • Centre Georges Pompidou, elles@centrepompidou, commissaire Camille Morineau, secondée par Quentin Bajac, Cécile Debray, Valérie Guillaume et Emma Lavigne, Paris, France
  • Casino Luxembourg, SK-interfaces, Exploring Borders in Art, Technology and Society, commissaire Jens Hauser, Luxembourg
  • Palazzo Franchetti, Glass Stress, commissaire Laura Mattioli Rossi, Venise, Italie
  • Sungkok Art Museum, Masques, commissaire Alain Sayag, Seoul, Corée
  • FIAC, Galerie Michel Rein, Paris, France
2010
  • Project room / La Cambre / École Supérieure des Arts Visuels, Orlan Remix, Est-ce que vous êtes Belges ? Ou les draps-peaux hybridés, commissaire Johan Muyle, Bruxelles, Belgique
  • Sheldon Museum of Art, Bodies, Technology, Fashion, commissaire Daniel J. Veneciano, Lincoln (Nebraska), États-Unis
  • State Museum of Centemporary Art of Thessaloniki, Isole Mai Trovate/Islands Never Found, commissaires Lorand Heygi et Katerina Koskina, Thessaloniki, Grèce
  • Galerie Guy Pieters, Coups de Cœur, Saint-Paul-de-Vence, France
  • Musée Bourdelle, En mai fais ce qu’il te plaît !, commissaire Juliette Laffon, Paris, France
2011
  • Musée des Beaux-Arts de Nantes, chapelle de l’Oratoire, Un bœuf sur la langue, commissaires Blandine Chavanne et Alice Fleury, Nantes, France
  • Pouchkine Museum, Dior, commissaires Florence Müller et Jacques Ranc, Moscou, Russie
  • Galerie Hélène Lamarque, "ORLAN: New Sculpture and New Photography", commissaire Hélène Lamarque, Miami, États-Unis
  • Musée d'Art de Daejeon, "De Monet à Warhol", commissaire Lorand Hegyi, Daejeon, Corée du Sud
  • Centre Pompidou, "Paris – Delhi – Bombay...", commissaires Sophie Duplaix et Fabrice Bousteau, Paris, France
  • Annenberg Space for Photography, "Beauty (Cult)ure", commissaires Patricia Lanza et Kohle Yohannan, Los Angeles, États-Unis
2013

Expositions rétrospectives[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) C. Jill O'Bryan, Carnal Art: Orlan's Refacing, Minneapolis, University of Minnesota Press,‎ 2005 (ISBN 978-0-8166-4323-3, lire en ligne), p. 23 "She was born Mireille Suzanne Francette Porte in Saint-Étienne, France, on May 30, 1947."
  2. (en) Alessandra Lemma, Under the Skin: A Psychoanalytic Study of Body Modification, London, Routledge,‎ 2010 (ISBN 978-0-415-48569-2, lire en ligne), p. 122 "Formerly Mireille Porte (before she changed her name), Orlan is a Professor at the École des Beaux-Arts in Dijon. She is a multimedia artist using video, performance, digital images and sculpture."
  3. (en) Mike Featherstone, Body Modification, London, SAGE,‎ 2000 (ISBN 978-0-7619-6796-5, lire en ligne), p. 203n12
  4. Orlan porte plainte contre Lady Gaga pour plagiat sur le site blouinartinfo.com
  5. E-réputation: sur le Net, Orlan explose sa cote... d'amour!, Alexia Guggemos, HuffingtonPost.fr, 8/11/2013 http://www.huffingtonpost.fr/alexia-guggemos/ereputation-orlan_b_4208992.html
  6. Stéphane Place et ORLAN, Orlan, de l'art charnel au baiser de l'artiste, Collection « Sujet Objet », Paris : Jean-Michel Place, 1997 (ISBN 2-85893-294-8), p.41 : « J'ai donné mon corps à l'art, car après ma mort il ne sera pas donné à la science, mais placé dans un musée, momifié. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie sur ORLAN[modifier | modifier le code]

  • Sarah Wilson, Michel Onfray, Rosanne Stone Allucquére, Serge François et Adams Parveen, Orlan : ceci est mon corps, ceci est mon logiciel, Black Dog Publishing, Londres, Royaume-Uni, 1996
  • Bernard Blistène, Christine Buci-Glucksmann, Caroline Cros, Régis Durand, Eleanor Heartney, Laurent Le Bon, Hans Ulrich Obrist, Vivian Rehberg et Julian Zugazagoitia, Orlan, éditions Flammarion, Paris, France, 2004
  • Jill O’Bryan, Carnal Art Orlan’s Refacing, University of Minnesota Press, États-Unis, 2005
  • Lorand Hegyi, Donald Kuspit, Marcela Iacub, Peggy Phelan, Joerg Bader, Eugenio Viola, Orlan, The Narrative, éditions Charta, Milan, Italie, 2007
  • Orlan, Pommes-cul et petites fleurs, collection "L'art en écrit", éditions Jannink, Paris, 2007
  • Rocio de la Villa, Pedro Alberto Cruz Sanchez, Rhonda Garelick, Michel Serres, Lan Vu, Isabel Tejeda, Orlan + davidelfin, Suture Hybridisation Recycling, Édition EAV / ACTAR, Murcia, Espagne, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :