Art corporel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'art corporel, en anglais body art, est un ensemble de pratiques artistiques effectuées sur et/ou avec le corps.

De la performance à l'art corporel[modifier | modifier le code]

C'est au Black Mountain College que les premiers happenings ou performances firent leur apparition, attribuant aux artistes plasticiens un type de médium jusque-là réservé à la danse et au théâtre en particulier : il est alors possible pour un artiste de se mettre lui-même en scène, ou de mettre en scène un ensemble de performeurs.

Pierre Molinier, dans les années 1950, a été un précurseur de l'art corporel[1].

Suite à la libération sexuelle des années 1960, le corps est devenu un sujet central de travail pour un grand nombre d'artistes plasticiens, vidéastes, dont le médium d'expression le plus abouti, voire le plus extrême, a été la performance, à travers l'art corporel.

Dans les années 1970, l'artiste américano-cubaine Ana Mendieta, dont un thème récurrent dans l'œuvre est la violence contre le corps féminin, imprime son corps dans le sol. Dans la série Arbol de la Vida (arbre de vie), elle couvre son corps nu de boue et pose contre un arbre.

Depuis 1969, on peut citer en France le peintre Nato, dont la particularité est de réaliser des performances systématiquement nu (qu'il qualifie de happenings) avec ses « modèles », mais dont tous les corps sortent absolument indemnes et où la violence n'est que visuelle. Ce qui fait violence ici, c'est l'exhibition ultime des corps nus et la mise en scène d'actes sexuels.

L'artiste Lauranne est l'un de ses modèles performeurs.

Le développement de l'art corporel[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, agissant souvent comme un faisceau d'actions artistiques, politiques et parfois subversives, une partie des artistes d'art corporel a repoussé certaines limites de représentation, en suscitant parfois les réactions négatives d'un public médusé.

Exploration de la douleur[modifier | modifier le code]

Une partie des artistes de l'art corporel explorent des pratiques parfois violentes et/ou sadomasochistes. En effet, avec Shoot (1971), Chris Burden se fait tirer dans le bras par un assistant. En 1975, Carolee Schneemann sort un rouleau de papier de son vagin sale et poilu dans sa performance Interior Scroll. La Messe pour un corps, de Michel Journiac, une réinterprétation personnelle de la liturgie catholique, met en scène l'artiste et le boudin produit avec son propre sang. Gina Pane, elle, met en scène son corps dans sa dimension non neutre et allégorique, à la fois ludique et fragile, où les violences qu'elle s'inflige sont destinées à susciter une communication avec la psyché la plus profonde du spectateur.

On trouve également l'emploi de l'automutilation poussé à l'extrême chez certains artistes comme David Wojnarowicz (qui s'est cousu les lèvres) ou encore Marina Abramović. Hermann Nitsch a organisé des crucifixions d'animaux vivants, où des échos religieux et politiques se font ressentir. Hervé Fischer, qui a été proche de Gina Pane, Michel Journiac et François Pluchart dans les années 1970, a souligné les résonances chrétiennes de la flagellation, la mortification, la punition dans l'art corporel, notamment dans l'actionnisme viennois et les performances de Michel Journiac. Il oppose cette résurgence biblique à un retour de la pensée et de la sensibilité grecque dans les arts scientifiques: empowerment du corps dans les performances de Stelarc, les manipulations génétiques d'Eduardo Kac, ainsi que dans la célébration actuelle de la beauté du corps - publicité, body building, naturisme, maquillage, chirurgie plastique.

Certaines actions d'Orlan sont souvent assimilées à ces pratiques (l'une des dernières consistait à protester contre les canons de beauté imposés par la société aux corps féminins, en pratiquant la chirurgie esthétique : son manifeste de l'« art charnel » est suivi de neuf opérations chirurgicales — performances qu'elle réalise entre 1990 et 1993) malgré le fait qu'elle ne recherche pas la douleur et qu'elle ne se considère pas comme faisant partie du body art.

Exploration de la jouissance, du désir et de la sexualité[modifier | modifier le code]

Au delà de la douleur simple, les artistes ont voulu explorer les pulsions. La sexualité, par les pulsions sexuelles en ce qu'elles mêlent pulsion de vie et pulsion de mort, allant vers l'autre et retenue préservatoire, pudeur et agression, violence et amour, montre un artiste écartelé pleinement humain et créatif. Le combat intérieur laisse indemnes les corps physiques mais rarement le psychisme des spectateurs.

Des années 1980 à nos jours, en France, on peut citer entre autres les performances de Jean-Louis Costes, où les corps sont recouverts de détritus, les happenings du peintre Nato, jouant du piano le nez dans l'anus d'une femme pour y trouver l'inspiration, et les actions rares de Lauranne.

Exploration du genre[modifier | modifier le code]

La problématique du genre, arrivée sur le devant de la scène au début des années 2000, a été mise en exergue par plusieurs artistes, dont Michel Fau ou Nath-Sakura. Cette dernière a utilisé son changement de sexe pour en faire surgir les métamorphoses artistiques.

L'art corporel aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Après la volonté de décloisonnement des catégories artistiques et de renversement des valeurs bourgeoises fortement ancrée dans l'art corporel des années 1970, le mouvement a progressivement évolué vers des œuvres plus orientées vers les mythologies personnelles, comme chez Jana Sterbak, Lauranne, Rebecca Horn, Youri Messen-Jaschin ou Javier Perez.

L'art corporel est désormais un médium identifié et couramment employé par les plasticiens contemporains, mais également dans d'autres occasions sociales, où son impact symbolique est largement valorisé.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Baron, Corps et artifices, de Cronenberg à Zpira, L'Harmattan, 2007
  • Revue Quasimodo, no 5, Art à contre-corps, 1999[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :