Georges Rousse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Rousse
Naissance
Nationalité
Française
Activités
Formation
Autodidacte

Georges Rousse, né le [1] à Paris, est un artiste, photographe plasticien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Depuis le Noël de ses 9 ans où il reçut en cadeau le mythique Brownie Flash de Kodak, l'appareil photo n'a plus quitté Georges Rousse. Alors qu'il est étudiant en médecine à Nice, il décide d'apprendre chez un professionnel les techniques de prise de vue et de tirage puis de créer son propre studio de photographie d'architecture. De plus en plus, sa passion le pousse à se consacrer entièrement à une pratique artistique de ce médium sur la trace des grands maîtres américains, Steichen, Stieglitz ou Ansel Adams.

C'est avec la découverte du Land Art et du Carré noir sur fond blanc de Malevitch que Georges Rousse choisit d'intervenir dans le champ photographique établissant une relation inédite de la peinture à l'Espace. Il investit alors des lieux abandonnés qu'il affectionne depuis toujours en les transformant en espace pictural et en y construisant une œuvre éphémère, unique, que seule la photographie restitue.

Pour permettre aux spectateurs de partager son expérience de l'Espace il présente, dès le début des années 1980, ses images en tirages de grand format. Cette œuvre forte et singulière qui déplace les frontières entre les médias traditionnels s'est immédiatement imposée dans le paysage de l'art contemporain. Depuis sa première exposition à la galerie de France en 1981 à Paris, Georges Rousse n'a cessé d'exposer et d'intervenir dans le monde entier, en Europe, en Asie (Japon, Corée, Chine, Népal), aux États-Unis, au Québec, en Amérique latine..., poursuivant son chemin artistique au-delà des modes. Il a participé à de nombreuses biennales - Biennale de Paris, Biennale de Venise, Biennale de Sidney. - et reçu des prix prestigieux :

1983 Villa Médicis "hors les murs" à New York
1985-1987 Villa Médicis, Rome
1988 Prix ICP (International Center of Photography), New York
1989 Prix de dessin du Salon de Montrouge
1992 Bourse Romain Rolland à Calcutta
1993 Grand prix national de la photographie
2008 Georges Rousse succède à Sol Lewitt comme Membre associé de l'Académie royale de Belgique

Il est représenté par plusieurs galeries européennes et ses œuvres font partie de collections majeures.[1]

Œuvres et style[modifier | modifier le code]

Les photos de Georges Rousse sont souvent prises dans des lieux abandonnés ; il intervient sur l’architecture du lieu suivant le principe de l’anamorphose.

Dans un second temps il prend le lieu ainsi transformé en photo[2],[3].

Depuis l’utilisation massive des logiciels de retouche d’image, les spectateurs de ses photos peuvent avoir l’impression qu’il s’agit d’une création sur la photo, alors que l’artiste intervient directement sur le site photographié. Ainsi Georges Rousse ajoute à ses expositions ses dessins préparatoires et des installations in situ[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Rousse, Éditions Actes Sud. Collection Photo Poche. no 123. Texte de Alain Sayag, 76 photographies reproduites en couleur. 2009. (ISBN 978-2-7427-8415-8)
  • Tour d’un monde, 1981-2008, Éditions Actes Sud. 2010
  • Bending Space : Georges Rousse and The Durham Project, Kenny Dalsheimer. Productions Penelope Maunsell - The groove. (56 min. DVCPro HD, HDCam, DigiBeta, HDV, HD DVD). 2007.
  • Contacts, de Jean-Pierre Krief, Arte France, (France, 29 min). 2002.
  • Georges Rousse 1981-2000, Éditions Bärtschi/Salomon. 320 pages. Textes de Régis Durand, Jocelyne Lupien et Patrick Roegiers (deux éditions français-allemand et anglais-espagnol), biographie et bibliographie, portraits photographiques, illustrations en couleur. 2000. (ISBN 2940292019)
  • Dictionnaire multimédia de l'art moderne et contemporain, CD-ROM, éd. Hazan, Videomuseum, RMN, Akal, 1996.
  • Georges Rousse, Galerie Guy Bärtschi, Genève. Texte de Philippe Piguet, illustrations en couleur. 1995.
  • Georges Rousse : De la ruine à la lumière, Hanshin Art Poject. Texte d’Aomi Okabe (japonais), illustrations en couleur, portrait photographique. 1995.
  • Une œuvre de Georges Rousse, Éditions Muntaner, Marseille, collection Iconotexte. Textes de Jean Arrouye, Pascale Cassagnau, Démosthène Davvetas, Anne-Marie Garat, Pierre Guin et Bernard Muntaner, illustration en couleur. 1993.
  • Georges Rousse : Chemin 1981-1987 Éditions Paris Audiovisuel. Entretien avec Démosthène Davvetas, illustrations en couleur. 1987.
  • Eighty : Les peintres en France dans les années 1980 (Georges Rousse- Louis Cane) - Éditions Eighty Magazine, Paris. Biographie de Catherine Flohic, texte de Catherine Strasser, illustrations en couleur. 1984.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de la BnF
  2. Henri Peyre, « Une brève présentation du travail de Georges Rousse », sur www.galerie-photo.com (consulté le 15 novembre 2014)
  3. a et b Walid Salem, « Georges Rousse : « La Base sous-marine est une cathédrale » », sur rue89bordeaux.com,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]