Ferdinand Ier du Saint-Empire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferdinand Ier et Ferdinand.
Ferdinand Ier
Ferdinand Ier du Saint-Empire
Ferdinand Ier du Saint-Empire
Titre
Empereur des Romains
16 janvier 155625 juillet 1564
Prédécesseur Charles V
Successeur Maximilien II
Roi de Hongrie et de Bohême
16 décembre 152625 juillet 1564
Prédécesseur Louis II
Successeur Maximilien II
Biographie
Dynastie Habsbourg
Nom de naissance Ferdinand de Habsbourg
Date de naissance 10 mars 1503
Lieu de naissance Alcalá de Henares (Espagne)
Date de décès 25 juillet 1564 (à 61 ans)
Lieu de décès Vienne (Autriche)
Père Philippe Ier de Castille
Mère Jeanne Ire de Castille
Conjoint Anne Jagellon

Ferdinand Ier du Saint-Empire
Empereurs du Saint-Empire

Ferdinand Ier de Habsbourg, (né en 1503 à Alcala de Henares (Espagne), décédé le 25 juillet 1564 à Vienne (Autriche)). Fils de Philippe le Beau et de Jeanne la Folle, reine de Castille puis d'Aragon, et frère de Charles Quint.

Ferdinand Ier de Habsbourg fut : archiduc d'Autriche et terres adjacentes en 1520 (17 ans), roi de Hongrie et de Bohême en 1526 (23 ans), élu roi de Germanie en 1531 (28 ans), puis nommé par son frère Charles Quint, après son abdication (16 janvier 1556), empereur romain germanique le 14 mars 1556 (53 ans) et définitivement élu le 24 mars 1558.

Sa devise était Fiat justitia et pereat mundus (que la justice triomphe, même si le monde doit périr).

Biographie[modifier | modifier le code]

Les parents de Ferdinand : Philippe le Beau et Jeanne la Folle

Orphelin de père à 3 ans quand sa mère sombre dans la folie et frère cadet de l'empereur Charles Quint, né en Espagne et élevé à la cour de son grand-père (dont il porte le prénom) Ferdinand II d'Aragon. Il était censé succéder à celui-ci mais, à la mort du roi d'Aragon, c'est son frère aîné, né et élevé dans les Flandres, qui devient roi des Espagnes.

Charles, ayant été également élu empereur romain en 1519, nomme en 1521 Ferdinand gouverneur des possessions héréditaires des Habsbourg (Autriche, Styrie, etc.) et lui fait épouser Anne Jagellon, fille du roi de Bohême et de Hongrie avant de le faire élire roi des Romains en 1531.

Charles abdiquera de la couronne impériale en faveur de Ferdinand, après son retrait du Saint-Empire romain germanique en 1556. Ferdinand et Anne sont à l'origine de la branche des Habsbourg d'Autriche dits aussi Habsbourg de Vienne.

Ferdinand, à l'âge de dix ou douze ans

Ferdinand devint roi de Bohême et de Hongrie en 1526, héritant avec son épouse Anne Jagellon de son beau-frère le roi Louis II époux de sa sœur Marie de Hongrie. Il fut élu roi des Romains en 1531, et succéda comme Empereur à son frère Charles Quint après l'abdication de ce dernier en 1556. Le pape Paul IV refusa de le reconnaître pour chef du Saint-Empire romain germanique, parce que le consentement du Saint-Siège n'était intervenu ni dans son élection ni dans l'abdication de Charles Quint : Ferdinand nia la nécessité de ce consentement, et depuis, les empereurs ont cessé de demander la confirmation du pape.

Le règne de ce prince fut paisible après ses difficultés pour s'imposer en Hongrie : il dut subir l'indépendance de fait de la Transylvanie, et une guerre malheureuse contre les Turcs marquée par le siège de Vienne par l'armée de Soliman le Magnifique (1529) lui fit perdre le contrôle d'une partie du royaume magyar. Ses dernières années furent consacrées à concilier les protestants et les catholiques.

Le 25 mai 1521 à Linz (Autriche), il épousa Anne Jagellon (1503-1547), fille et héritière de Vladislas IV, roi de Bohême et de Hongrie et d'Anne de Foix.

Règne[modifier | modifier le code]

Table de Ferdinand Ier à Francfort en 1558
Ses armoiries en tant que Roi des Romains, 1536, Palais de la Hofburg, Vienne, Autriche

Dès le début de son règne en Hongrie et en Bohême[1], sous l'influence de ses conseillers allemands, juristes spécialisés en droit romain, Ferdinand Ier poursuivra la politique absolutiste et centralisatrice dont les innovations principales étaient : la rémunération des fonctionnaires de l'État en numéraire, et non par des donations, la séparation des affaires financières des affaires politiques et judiciaires, la gestion collégiale des compétences qui assurera, par une surveillance mutuelle, une administration fiable.

Ne convoquant les États généraux que contraints et forcés par des circonstances politiques exceptionnelles, les souverains habsbourgeois géreront leurs États à partir d'institutions centrales créées dès le 1er janvier 1527 : un Conseil Secret qui s'occupe des affaires extérieures et des questions générales de politique intérieure et un Conseil de la Cour pour l'administration centrale et les affaires judiciaires, les décisions des deux corps étant soumis à l'approbation de la Chancellerie de la Cour. Les finances sont gérées par la Chambre de la Cour. En 1556, est créé un Conseil Suprême de Guerre pour les Affaires Militaires.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Descendants[modifier | modifier le code]

Gravure posthume de Ferdinand par Martin Rota Kolunic

Ferdinand et Anne eurent une descendance nombreuse qu'ils mirent au service de la politique dynastique de leur époque :

Fratrie[modifier | modifier le code]

Les enfants de Philippe « le Beau » et de Jeanne « la Folle »

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Article « Ferdinand I », dans l'Encyclopædia Britannica.
  2. a et b Double union Habsbourg-Wittelsbach : Albert V de Bavière est le père de Marie Anne de Bavière. Ils deviennent beau-frère et belle-sœur.
  3. a, b et c Triple union Habsbourg-Gonzague : François III de Mantoue et Guillaume sont frères. Leurs épouses, déjà sœurs, deviennent donc belles-sœurs entre elles comme les frères deviennent beaux-frères. Anne Catherine étant fille de Guillaume, Ferdinand sera à la fois gendre et beau-frère des deux ducs.