Ferdinand de Tyrol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand de Tyrol

Ferdinand de Tyrol, né le 14 juin 1529 et mort le 24 janvier 1595, est le second fils de l'empereur germanique Ferdinand Ier et d'Anne Jagellon, Princesse royale de Bohême et de Hongrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtint, à 18 ans, en 1547, le gouvernement de la Bohême. En mourant, son père lui légua le comté de Tyrol, ainsi que le château d´Ambras, à Innsbruck (1564).

Il se maria en secret avec une femme issue de la bourgeoisie, Philippine Welser. Cette absence de noblesse pour Philippine posa quelques problèmes quant à la place de leurs deux fils, André et Charles, à la cour : lorsqu'ils avouèrent leur union, la famille impériale accepta à condition que le mariage restât secret, et l'empereur titra les deux enfants comtes de Burgau. Quoi qu'il en soit, cette union était morganatique, et les fils de Ferdinand et Philippine n'étaient pas dynastes.

Ils vécurent au château d'Ambras (Tyrol) et, bien que la résidence principale de Ferdinand fût en ville, il passa le plus clair de son temps au château, où il collectionnait les armures et possédait un cabinet de curiosités. Philippine tomba malade et mourut en 1580 à l'âge de 53 ans.

En 1582, Ferdinand (53 ans) se remaria avec sa nièce Anne-Catherine de Mantoue (1566-1621), qui était plus jeune de 37 ans (16 ans). Ce mariage fut célébré pour donner à Ferdinand et au Tyrol un héritier mâle de sang royal, mais cela échoua car Anne-Catherine mit au monde 3 filles, dont Anne d'Autriche, qui épousa en 1611 son cousin le futur empereur Matthias Ier du Saint-Empire (1558-1619), lequel, également, était bien plus âgé que sa fiancée.

Ferdinand II de Tyrol mourut en 1595. À sa mort, son successeur (son second fils morganatique Charles de Burgau) vendit le château à l'empereur Rodolphe II. Puis le château fut laissé à l'abandon, et les œuvres et curiosités principales furent transférées par l'empereur Léopold Ier au Kunsthistorisches Museum de Vienne, où l'on peut encore les admirer aujourd'hui.

Ascendance[modifier | modifier le code]