Ottokar Ier de Bohême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ottokar.
Ottokar Ier de Bohême
Le roi Ottokar Ier (sculpture du XIIIe siècle)
Le roi Ottokar Ier (sculpture du XIIIe siècle)
Titre
Roi de Bohême
1198 – 15 décembre 1230
Couronnement 1212
Monarque roi de Bohême
Prédécesseur Vladislav III
Successeur Venceslas Ier
Biographie
Titre complet roi de Bohême
Dynastie Přemyslides
Date de naissance vers 1155
Date de décès 15 décembre 1230
Père Vladislav II de Bohême
Mère Judith de Thuringe
Conjoint Adélaïde de Misnie
Constance de Hongrie
Enfant(s) Venceslas Ier, Vladislav, Premysl

Ottokar Ier de Bohême
Souverains de Bohême

Ottokar Ier Premysl (en tchèque : Přemysl Otakar I (° vers 1155 – + 15 décembre 1230), fils de Vladislav II de Bohême et de Judith de Thuringe (en), est prince suzerain (11921193 et 11971198) puis roi de Bohême (11981230).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa jeunesse se déroule dans un pays en proie aux luttes intestines de succession dynastique. Il est reconnu par l'empereur Henri VI comme prince suzerain de Bohême en 1192 mais il est rapidement écarté du trône par une conspiration de nobles. En 1197, Ottokar conclut avec frère Vladislav Jindrich un accord par lequel ce dernier se contente du margraviat de Moravie. Tirant avantage des luttes pour la succession au titre impérial entre les partisans des Hohenstaufen et les Guelfes soutenant Othon IV, il se proclame roi de Bohême en 1198. Il est en cela soutenu par Philippe de Souabe qui a besoin de soutien logistique dans son accession au trône.

En 1200, avec l'ascension d'Othon IV au pouvoir, Ottokar abandonne Philippe de Souabe et prend le parti des Guelfes. Il est soutenu par le pape Innocent III et confirmé dans son titre de roi héréditaire de Bohême.

Mais l'invasion de la Bohême par Philippe est couronnée de succès et Ottokar se voit contraint de payer un lourd tribut. Il soutient le jeune empereur Frédéric II et se voit confirmer, en 1212, dans ses droits par la Bulle d'or de Sicile. Cet édit impérial reconnaît à Ottokar et ses descendants le titre de roi de Bohême, sans nécessiter l'aval de l'empereur. L'édit garantit aussi le titre de prince-électeur aux-dits rois de Bohême et n'impose pour seule obligation que de procurer une escorte de 300 hommes armés lors du voyage à Rome de tout empereur allant se faire couronner par le pape.

En 1226, Ottokar fait la guerre à Frédéric II après que celui-ci a rendu impossible le mariage de son fils, Henri de Sicile, avec Anežka (Sainte Agnès de Bohême), fille d'Ottokar. Ce dernier tentera ensuite de la marier à Henri III d'Angleterre, mariage qui recevra de nouveau le veto de l'empereur.

Le règne d'Ottokar est marqué par l'accroissement du peuplement allemand en Bohême et l'extension des villes.

Famille & descendance[modifier | modifier le code]

Sceau d'Ottokar Ier de 1192

Ottokar Ier laisse plusieurs enfants de ses deux unions.

Il épouse :

  1. En 1187 : Adélaïde de Misnie (°? - +1er février 1211), fille d'Othon, margrave de Misnie, dont il divorce en 1198, d'où :
  2. En 1198 : Constance de Hongrie1180 - +6 décembre 1240), fille de Bela III, d'où :

Littérature et bande dessinée[modifier | modifier le code]

Hergé fait référence à ce roi dans Le sceptre d'Ottokar. Le sceptre d'Ottokar, page 7, carré 9 :

En 1275, le peuple syldave se souleva contre les Bordures et en 1277, le baron Almaszout, l'âme de la révolte, fut proclamé roi. Il régna sous le nom d'Ottokar Ier, lequel ne doit pas être confondu avec "Ottokar Ier (Przemysl)", duc et roi de Bohême au XIIe siècle.

Sources[modifier | modifier le code]