Charles de Habsbourg-Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl von Habsburg
L’archiduc Charles d’Autriche.
L’archiduc Charles d’Autriche.
Fonctions
Prétendant aux trônes d’Autriche et de Hongrie
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&&026647 ans, 3 mois et 17 jours)
Monarque « Charles II » (Autriche)
« Charles V » (Hongrie)
Prédécesseur Otto de Habsbourg-Lorraine
Directeur exécutif de l’Organisation des nations et des peuples non représentés

(&&&&&&&&&&&&034611 mois et 12 jours)
Président Erkin Alptekin
Député européen
(pour l’Autriche)

(&&&&&&&&&&&&09802 ans, 8 mois et 8 jours)
Élection 31 octobre 1996
Législature IVe législature du Parlement européen
Groupe politique Parti populaire européen / Chrétiens-démocrates (PPPE-CD)
Biographie
Titre complet « Prince impérial et archiduc d’Autriche, prince royal de Hongrie et de Bohême »
Dynastie Maison de Habsbourg-Lorraine
Nom de naissance Erzherzog Karl Thomas Robert Maria Franziskus Georg Bahnam von Österreich
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Starnberg (Allemagne de l’Ouest)
Nationalité Drapeau de l'Autriche Autrichienne
Drapeau de la Hongrie Hongroise
Parti politique Parti populaire autrichien (ÖVP)
Père Otto de Habsbourg-Lorraine
Mère Regina de Saxe-Meiningen (de)
Conjoint Francesca Thyssen-Bornemisza
(1993-2003)
Enfant(s) Eleonore
Ferdinand
Gloria
Héritier Archiduc Ferdinand (depuis 2007)
Religion Catholicisme romain

Charles de Habsbourg-Lorraine
Prétendant aux trônes d’Autriche et de Hongrie

Charles de Habsbourg-Lorraine (en allemand : Karl (von) Habsburg-Lothringen), né le à Starnberg en Allemagne) est un prince de la famille de Habsbourg, actuel prétendant au trône d'Autriche, Bohême, et Hongrie, depuis 2007. En Autriche, où aucun de ses titres n'est reconnu, son nom officiel est Karl Habsburg ou Karl Habsburg-Lothringen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné de l´archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine et de sa femme Regina de Saxe-Meiningen, il épouse, le , Francesca Thyssen-Bornemisza, fille de Hans Heinrich von Thyssen Bornemisza, avec qui il a eu trois enfants :

Il a succédé à son père comme grand-maître de l'ordre de la Toison d'or en 2000.

Il se sépare de sa femme Francesca Thyssen-Bornemisza en 2003.

En janvier 2007, son père Otto de Habsbourg-Lorraine renonce à son rôle de prétendant au trône d'Autriche, et il devient chef de la Maison impériale d'Autriche. Au décès de son père en juillet 2011, il devient l'aîné de la famille Habsbourg-Lorraine.

Carrière et positions politiques[modifier | modifier le code]

Charles de Habsbourg a été membre du Parlement européen, représentant le Parti populaire autrichien, de 1996 à 1999[1]. Défendant des idées résolument conservatrices[2], il n'a pas vu son investiture renouvelée lors des élections de 1999. L'archiduc s'est alors présenté aux élections sous sa propre bannière mais il a été battu en ne recueillant que 1,5 % des suffrages[réf. nécessaire].

Du 19 janvier 2002 au 31 décembre 2002, il est directeur éxécutif de l´Organisation des nations et des peuples non représentés[3].

Comme son père Otto[4], Karl est resté très attaché à la Lorraine, terre de ses ancêtres, où il s'est rendu à maintes reprises, notamment lors de la messe annuelle à la mémoire des ducs de Lorraine, célébrée en octobre en la chapelle des Cordeliers de Nancy[réf. nécessaire].

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 11 janvier 1961 — 1er janvier 2007 : Son Altesse impériale et royale l’archiduc « Charles d’Autriche », « prince de Hongrie et de Bohême »
  • depuis le 1er janvier 2007 : Son Altesse impériale et royale Charles, « archiduc d’Autriche », « prince de Hongrie et de Bohême »

Ascendance[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du Parlement européen
  2. Karl de Habsbourg reprendrait bien un peu d'Autriche... Atlantico, 1er aout 2011.
  3. Site de l'Organisation des nations et peuples non représentés.
  4. Nancy - Messe de requiem pour Otto Habsburg. France 3 Lorraine, 10 juillet 2011.
  5. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 200 (pour les simples aïeuls)