Géza (grand-prince)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Géza (grand-prince)
Géza, duc de Hongrie.Statue au Nemzeti Történeti Emlékpark d'Ópusztaszer
Géza, duc de Hongrie.
Statue au Nemzeti Történeti Emlékpark d'Ópusztaszer
Titre
Duc de Hongrie
972997
Prédécesseur Taksony de Hongrie
Successeur Étienne Ier de Hongrie
Biographie
Date de naissance v. 945
Date de décès 1er février 997
Père Taksony de Hongrie
Conjoint Sarolt
Enfant(s) voir section

Géza (né vers 945 et mort le 1er février 997), fils de Taksony et descendant d’Árpád, fut Grand-Prince des Hongrois de 972 à 997

Le nom Géza utilisé aujourd'hui est dû à une mauvaise lecture d'une graphie latine Geyza, correspondant à l'origine à un suffixe hongrois -csa sur un nom Gye(v)ü[1] qui vient de la forme turque occidentale djevu du titre yabgu[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Géza entreprend l’organisation d’un État hongrois en favorisant le christianisme. Il organise une armée privée semblable à la drujina des Slaves avec des soldats russes et allemands, construit trois forteresses dans lesquelles il établit des ispan sur le modèle des comtes carolingiens.

Dès Pâques 973, il envoie une ambassade à la cour de l’empereur Othon Ier, à Quedlinbourg. Après un traité, il accepte la venue de missions chrétiennes, telles celles envoyées par Adalbert de Prague.

Géza est en rivalité avec Gyula II (en) de Transylvanie, qui regarde vers Byzance et dont il a épousé la fille Sarolt. Géza se tourne vers Othon II qui lui envoie Bruno, évêque de Saint-Gall, et accepte de se convertir au catholicisme romain ainsi que son fils Vajik, qui prend le nom d’Étienne (István) à l’âge de dix ans (985). Des églises et des monastères sont fondés en Hongrie (abbaye bénédictine de Pannonhalma). Étienne de Hongrie est éduqué par Adalbert de Prague et ses disciples qui organisent l’Église hongroise.

Géza fait convertir de gré ou de force un grand nombre de seigneurs et de guerriers et persécute les « chamans » et les païens récalcitrants. Il aurait fait enterrer vivant le chef des Petchenègues Thonuzoba. Il doit affronter de nombreuses révoltes, mais renforce son pouvoir.

La Hongrie de Géza est divisée en deux pays, celui des « Hongrois blancs » et celui des « Hongrois noirs ». Ces derniers comprennent les Sicules (Szeklers) et les peuples turcs agrégés aux magyars comme soldats auxiliaires, tels les Kabars ou les Petchenègues. La plupart sont placés sous commandement ducal, mais certains sont sous l’autorité de grands seigneurs rebelles, comme Gyula de Transylvanie ou son voisin Ajtony.

Étienne succède à son père Géza comme prince de Hongrie en 997. Il sera sacré premier roi de Hongrie en l'an 1000.

Généalogie[modifier | modifier le code]

L'arbre suivant présente les ancêtres et les descendants de Géza[3].

 
 
 
 
 
Árpád
 
 
Menumorout*
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Zoltán
 
 
fille
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gyula II
 
 
 
 
Taksony
 
 
une dame « Cuman »**
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sarolt
 
 
Géza
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Michel de Hongrie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
fille
 
Boleslas Ier de Pologne
 
fille
 
Gabriel Radomir
 
 
 
 
Rois de Hongrie
(de 1046)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(1)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gisèle de Bavière
 
 
Vajk/Étienne
 
fille
 
 
Ottone Orseolo Doge de Venise
 
fille
 
 
Samuel Aba de Hongrie***
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Emeric de Hongrie
 
Adalbert d'Autriche
 
Frowila
 
Pierre de Hongrie
 
 
Note****
 
 
 
 

*Que Menumorout soit une personne historique ou inventée est un sujet de débat.
**Une dame Khazar, Pecheneg ou Bulgare Volga.
***Samuel Aba peut avoir été le petit-fils de Géza's plutôt que son beau-fils.
****La famille Aba (en) qui forme leurs descendants est toujours florissante au XIVe siècle.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Géza avait épousé Sarolt fille de Gyula II (en) prince de Transylvanie dont :

Sarolt est la mère d'au moins trois enfants de Géza, dont deux filles dont les noms n'ont pas été retenus et Étienne, qui a succédé à son père[4]. Sarolt devient veuve de Géza, ce qui suggère qu'elle est aussi la mère des deux plus jeunes filles de Géza, dont les noms n'ont également pas été retenus[4]. Selon la Chronique polono-hongroise[4],[5], Szabolcs de Vajay argumente que leur mère est en fait la deuxième femme supposée de Géza, Adelhaid de Pologne, mais cette théorie n'est pas bien acceptée[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom subsistant dans des noms de lieux Győ/Gyev-, comme Algyő « Győ d'en bas », où se trouvent les Gyevi tanyák « fermes de Győ »
  2. (hu) György Györffy, István király és műve [« Le roi Étienne Ier et son œuvre »], Budapest, Gondolat,‎ 1983 (ISBN 963-281-221-2), chap. 6 (« A nyugati térítés kezdetei ») [« Débuts de la conversion au christianisme occidental »]
  3. Kristó et Makk 1996, p. Appendices 1-2.
  4. a, b et c Kristó et Makk 1996, p. 29.
  5. Macartney 1953, p. 175.
  6. Kristó 1994, p. 235.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gyula Kristo Histoire de la Hongrie Médiévale Tome I le Temps des Arpads Presses Universitaires de Rennes (2000)(ISBN 2-86847-533-7).
  • (hu) Gyula Kristó et Ferenc Makk, Az Árpád-ház uralkodói [« Les souverains de la dynastie d'Árpád »], I.P.C. Könyvek,‎ 1996 (ISBN 963-7930-973)
  • (hu) Gyula Kristó, Korai magyar történeti lexikon (9-14. század) [« Encyclopédie des premiers temps de l'histoire hongroise (9e-14e siècles) »], Akadémiai Kiadó,‎ 1994 (ISBN 963-05-6722-9), « Géza », p. 235
  • (en) C. A. Macartney, The Medieval Hungarian Historians: A Critical & Analytical Guide, Cambridge University Press,‎ 1953 (ISBN 978-0-521-08051-4)